En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

06.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 46 min 6 sec
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 1 heure 42 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 4 heures 3 min
décryptage > International
A l'intérieur comme à l’extérieur

Le régime iranien confronté à une double contestation

il y a 4 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Société
Vos gueules les mouettes

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

il y a 5 heures 53 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 20 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 23 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 23 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 58 min 56 sec
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 2 heures 17 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 3 heures 50 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Environnement
"J’ai trois Greta Thunberg à domicile"

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

il y a 4 heures 59 min
décryptage > France
Rapport

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

il y a 5 heures 40 min
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 20 heures 29 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 23 heures 47 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 1 jour 1 heure
© A.J. - Wikiagri
© A.J. - Wikiagri
Défis à venir

Pas d'agriculture durable demain sans que les exploitants ne deviennent de véritables agri-entrepreneurs

Publié le 02 mars 2018
De tous temps, l'agriculture a été un secteur économique en pointe sur le progrès technique. C’est pourtant un changement radical de la perception des agriculteurs qui doit être opéré. En effet, les exploitants agricoles souffrent de voir leur métier perçu comme archaïque et voué à la sous-productivité.
Frédéric Motte est président du MEDEF Haut-de-France, vice-Président du MEDEF, et candidat à la présidence de l'organisation patronale.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Motte
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Motte est président du MEDEF Haut-de-France, vice-Président du MEDEF, et candidat à la présidence de l'organisation patronale.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De tous temps, l'agriculture a été un secteur économique en pointe sur le progrès technique. C’est pourtant un changement radical de la perception des agriculteurs qui doit être opéré. En effet, les exploitants agricoles souffrent de voir leur métier perçu comme archaïque et voué à la sous-productivité.

Point fort de l'économie française, la filière agro-alimentaire représente 14% de l'emploi national et a le 3e excédent commercial au plan national, après l'aéronautique et les parfums. Les femmes et les hommes qui font l’agriculture sont des chefs d’exploitation devenus « agro-entrepreneur ». De tout temps résilients, de nombreux enjeux posés restent à relever. Mais comment s’adapter aux évolutions permanentes et faire vivre nos territoires ?

De tous temps, l'agriculture a été un secteur économique en pointe sur le progrès technique. C’est pourtant un changement radical de la perception des agriculteurs qui doit être opéré. En effet, les exploitants agricoles souffrent de voir leur métier perçu comme archaïque et voué à la sous-productivité.

La vie d’un agriculteur ressemble néanmoins en tout point à celle d’un entrepreneur : gestion et anticipation des flux, adaptations des moyens de production, recherche de financements, diversification et préservation des actifs… Ces « agro-entrepreneurs » connaissent toutes les contraintes et les défis des chefs d’entreprises. Ils sont aussi et surtout les vecteurs de croissance qui se doivent de demeurer compétitifs sur un marché de plus en plus mondialisé. Les agriculteurs français sont les mieux formés d’Europe et excellent leurs savoir et compétences au sein du pays le plus sûr au monde en matière sanitaire. Et pourtant ils ne vivent pas des fruits de leur travail, étant de fait le seul secteur économique où les producteurs ne couvrent pas leurs coûts de production, c’est bien là une hérésie !

Premiers maillons de la chaîne alimentaire, les agro-entrepreneurs nous nourrissent, nous citoyens, nous pouvoirs publics, nous entrepreneurs, nous élus, trois fois par jour. Eux n’arrivent plus à nourrir leurs enfants. Cette spirale, destructrice de valeur doit évidemment s'inverser. Les agriculteurs s’adaptent et innovent, je pense ici notamment aux circuits courts qui se mettent en place. Je salue la tenue des Etats-Généraux de l'Alimentation, voulue par le Président de la République, dont le but est d'instaurer de l'équité dans le partage de la valeur au sein de la chaîne alimentaire.

Ces mêmes agriculteurs, on ne le sait que trop peu, entretiennent et participent activement à la vie de nos territoires alors même que l’avenir de la relation agriculture-territoire est conditionnée par la présence d’autres secteurs économiques et administratifs. L’aménagement du territoire ne peut se faire sans le secteur agricole, qui joue un rôle social et paysager (paysages bien spécifiques à la France), d’autant plus en zone péri-urbaine. Les agriculteurs s’engagent, au sein d’associations, en devenant élu local ou tout simplement en déneigeant les routes comme nous l’avons constaté récemment. Ils sont essentiels à la vie et à l'activité économique des territoires. N’oublions pas que pour un agriculteur, cinq emplois indirects sont liés à l'agriculture.

Mais les agriculteurs sont aujourd'hui devant une responsabilité supplémentaire, la responsabilité sociétale qu'ils doivent prendre à bras le corps. Les défis qui attendent le monde agricole, en termes de besoins alimentaires, avec 10 milliards d'êtres humains en 2050, l'impact environnemental de l'activité sur l'eau, la nécessité de trouver un équilibre économique, à quoi s'ajoutent les changements climatiques impliquant pressions sociale et sociétale. Les citoyens conscientisent, à raison, de plus en plus, leurs achats alimentaires et leur manière de consommer, et demandent aujourd'hui de l'information, de la qualité, de la traçabilité. Des bouleversements vont imposer une innovation sous toutes ses formes.

Comme pour n'importe quel entrepreneur, les agriculteurs doivent répondre à la demande du citoyen pour que leur activité perdure. Et cela exige une transformation des modes de production, dans la protection de leurs terres et de leurs cultures, dans la gestion de leurs animaux, dans le recrutement de leurs salariés, dans les formations qu'ils devront effectuer, dans leur rapport au territoire... Ils se doivent d’anticiper, d’innover et de prendre part pleinement à la transformation digitale. Je suis d’avis qu’il faut innover en commun, travailler main dans la main avec les entreprises qui ont des besoins afin d’assurer un transfert de technologie car d’autres défis s’imposent : techniques, industriels, réglementaires, commerciaux, financiers, politiques.

Le nombre impressionnant de start-up spécialisées dans l'agriculture de précision, dans l'agriculture numérique et présentes au Salon de l'Agriculture démontre que la digitalisation est une clé majeure pour l'agriculture de demain. Et la profession l'a bien compris puisque 82% des agriculteurs sont connectés. Ces innovations que les agriculteurs s'approprient ouvrent un champ des possibles technologique, mais aussi social et environnemental, qui permettra l'agriculture durable et résiliente des prochaines années.

C'est une formidable révolution de ce monde résolument modernisant qui est en train de se jouer et qui nous concerne tous !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

06.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 02/03/2018 - 21:25
Les céréaliers s'en sortent, les éleveurs trop "timides" écolos!
Ils ne veulent pas faire de fermes "1000" vaches, et bien ce seront les étrangers qui et exporteront en France une viande bonne et moins cher et achèteront des terres pour y installer ces fermes ! Ca n'empêche pas de faire du bio pour produire des produits qui se vendent cher !