En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 2 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 6 heures 1 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 7 heures 3 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 11 heures 49 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 12 heures 51 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 15 heures 21 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 16 heures 3 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 3 heures 6 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 6 heures 28 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 8 heures 26 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 10 heures 37 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 12 heures 29 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 15 heures 40 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 16 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Forget me not

Droit à l’oubli, 3 ans plus tard : Google publie un bilan mitigé

Publié le 01 mars 2018
Alors que toutes les entreprises tentent, tant bien que mal, de se mettre en conformité avant l’arrivée du RGPD, Google vient de publier son bilan sur trois ans de droit à l’oubli en Europe.
Adrien Pittore
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que toutes les entreprises tentent, tant bien que mal, de se mettre en conformité avant l’arrivée du RGPD, Google vient de publier son bilan sur trois ans de droit à l’oubli en Europe.

Le 25 mai prochain, c’est un nouveau chapitre de la révolution numérique qui s’écrira avec la mise en service du RGPD. En parallèle, Google vient de rendre publique son étude sur le droit à l’oubli trois ans après ses débuts. Si l’on constate un nombre croissant de demandes de déréférencement, on observe aussi qu’un peu moins de la moitié des URL concernées ont été supprimées.

56,7% d’URL non supprimées au niveau Européen

La première chose que l’on constate, c’est le nombre constant de demandes en trois ans. Au 6 juillet 2014, on recensait près de 81 000 demandes. Un an plus tard, elles étaient 279 000. Finalement, au 18 février 2018, 654 637 demandes de déréférencement ont été formulées pour un total de 2 435 802 URL concernées.

Dans le même temps, Google estimé à 56,7% le taux d’URL non supprimées. Ce pourcentage s’explique par les critères de suppression d’URL. 

Voici des exemples de critères communément appliqués dans nos décisions de ne pas supprimer des pages : existence d’autres solutions, raisons techniques ou URL en double. Nous pouvons refuser de supprimer une page si nous estimons qu’elle contient des informations qui relèvent de l’intérêt général. Le processus d’évaluation est complexe et implique de retenir divers facteurs, dont les suivants : contenu en rapport avec l’activité professionnelle, un délit passé, une fonction politique ou un poste public, contenu créé par l’auteur de la demande, contenu reprenant des documents officiels ou contenu de nature journalistique.

 En France, les pourcentages sont légèrement différents. On recense tout de même 142 470 demandes de suppression au 18 février 2018 pour 4 fois plus d’URL concernées. Globalement, ce sont 51,5% du total des URL qui ne sont pas supprimées. 

Ces précieuses données personnelles

Les demandes de suppression se séparent suivant deux grandes catégories d’informations : tout ce qui relève des propos, en particulier ceux sur les réseaux sociaux ; et tout ce qui relève des données personnelles.

À titre d’exemple, 7 681 URL (relevant des demandes françaises) ont été supprimées sur le site annuaire.118712.fr. À contrario, Twitter a vu 1 704 URL être supprimés, 1 576 chez Facebook.

Ainsi, les informations professionnelles représentent 24% des demandes de déréférencement, les informations sur les crimes 8% et les informations personnelles 7%. Les annuaires (19%) et les réseaux sociaux (12%) sont aussi concernés par les demandes de suppression d’informations personnelles. 

Google toute puissante ?

Cette étude a aussi le mérite de faire sortir de terre plusieurs problématiques. D’abord, à la toute fin de l’étude, on observe que Google rend disponibles des exemples de décisions que l’entreprise a rendu sur des URL. Une possibilité qui fait directement écho à la décision de l’Europe en 2014 d’abandonner sa souveraineté dans ce domaine. Avec cet abandon, c’est donc une entreprise privée qui est seule juge pour supprimer ou non une URL.

Deuxièmement, si Google affirme que le nombre demandes de suppression concernant des informations personnelles ne cesse de grandir, on voit aussi que l’entreprise privée ne se gêne pas pour les utiliser dans son étude. C’est de cette manière qu’elle a pu trier les demandes suivant si elles émanaient d’entreprises, de personnes morales, de personnes physiques ou de personnalités politiques. 

Le 26 février 2018, Google annonçait même que son « Transparency Report«  serait mis à jour et qu’il contiendrait ces informations, le contenu des demandes, les taux de suppression, le type de site concernés, etc. Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais. 

Pas sûr que cela soit très conforme au RGPD

Cet article a été initialement publié sur le site Décider & Entreprendre

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires