En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 1 heure 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 2 heures 52 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 4 heures 14 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 5 heures 22 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 5 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 6 heures 28 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 6 heures 59 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 7 heures 35 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 7 heures 51 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 8 heures 51 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 2 heures 19 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 3 heures 13 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 5 heures 11 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 5 heures 35 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 6 heures 7 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 6 heures 38 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 7 heures 15 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 7 heures 45 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 9 heures 2 min
© Reuters
© Reuters
Baby, you're a rich man

29 milliards de dollars pour Warren Buffet grâce à la réforme Trump : et pour ses électeurs ? (La réponse pourrait vous surprendre)

Publié le 01 mars 2018
En raison de la réforme fiscale américaine, le milliardaire a reçu un chèque de 29 milliards de dollars en 2017. Une preuve que Donald Trump gouverne pour les riches, alors qu'il a été élu grâce aux classes populaires ?
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En raison de la réforme fiscale américaine, le milliardaire a reçu un chèque de 29 milliards de dollars en 2017. Une preuve que Donald Trump gouverne pour les riches, alors qu'il a été élu grâce aux classes populaires ?

Atlantico : Dans sa note adressée à ses actionnaires, le milliardaire Warren Buffet (et son fonds Berkshire Hathaway) a pu faire état d’un gain de 29 milliards de dollars qui serait la conséquence de la réforme fiscale mise en place par Donald Trump. Selon de telles données, ne peut-on pas considérer que Donald Trump serait un président élu par les pauvres pour enrichir les riches ?

Michel Ruimy : Tout d’abord, il faut expliquer d’où provient cette hausse des profits. Elle résulte d’une baisse des provisions pour impôts. En effet, avec la réforme fiscale, les profits ne seront plus imposés qu’à 21% contre 35% auparavant. C’est donc une raison technique, et non une expertise quelconque, qui a permis à Warren Buffet d’annoncer un accroissement du bénéfice net de son fonds d’investissement.

Ceci étant dit, il faut aussi se rappeler que tout au long de sa campagne électorale, Donald Trump a su s’adresser aux classes populaires avec un talent certain, à ces « oubliés » de l’Amérique, à ceux qui se sentent délaissés par les élites, aux exclus d’un système « truqué » en faveur des plus riches.

Il n’en demeure pas moins que les estimations de la réforme fiscale laissent à penser que celle-ci profitera, dans un premier temps, aux plus riches. En effet, donnons quelques chiffres.

Les particuliers imposés sur le revenu vont voir leurs prélèvements collectivement baisser de 1 126 milliards de dollars sur dix ans. Toutefois, en 2019, les ménages américains verront leur impôt fédéral baisser d’environ 260 milliards de dollars. Cette baisse est grosso modo équivalente à l’impôt payé par les plus riches. De manière plus détaillée, les 1% les plus riches ayant un revenu supérieur à 500 000 dollars vont économiser 60 milliards de dollars d’impôts, exactement la même somme que va se partager la grosse moitié des Américains (54%) qui gagnent entre 20 000 et 100 000 dollars. De plus, l’exonération sur les droits de succession est doublée, à 22 millions de dollars pour un couple, alors qu’au taux actuel elle ne concernait que 0,2% des ménages. Les classes moyennes supérieures c’est-à-dire celle qui ont un revenu compris entre 100 000 et 500 000 dollars, soit près de 23% de la population, verront leur impôt baisser de 136 milliards. Les plus pauvres, ceux qui gagnent moins de 20 000 dollars et qui représentent, eux-aussi, environ 23% de la population, se partageront uniquement 2 milliards, soit 0,15% de la réforme !

Alors, oui, à première vue, cette réforme profite aux riches. Mais, la question essentielle est de connaître l’usage qu’ils feront de cette manne. La question se pose également aux entreprises bénéficiaires de cette mansuétude fiscale. L’injecteront ils dans l’économie réelle, ce qui pourrait conduire à une surchauffe de l’économie, ce qui mènerait la banque centrale à engager une politique monétaire restrictive (hausse des taux d’intérêt) - c’est ce qui semble se profiler - ou l’injecteront ils sur les marchés financiers, ce qui pourrait mener à certains dysfonctionnements boursiers. Là est la question : quel usage de ce surplus monétaire sera-t-il fait ?

Dans quelle mesure les classes populaires pourraient-elles être positivement concernées, directement ou indirectement, par cette réforme fiscale ?

Si, lors d’un meeting en décembre dernier, M. Trump a encore répété, à destination des classes populaires, qu’« elles ne seraient plus jamais oubliées », une bonne partie de la classe moyenne et des plus démunis risquent, malgré tout, de pâtir des mesures fiscales récemment votées.

En effet, la logique de cette la réforme est inspirée de celle adoptée en 1986 sous Ronald Reagan. Une moindre imposition des entreprises et des plus riches est censée engendrer plus de croissance économique et, au final, plus de recettes fiscales.

Mais, contrairement aux années 1980, ce transfert de richesses intervient en fin de cycle de reprise économique, après 8 ans de croissance, alors que le chômage est revenu à ses plus bas niveaux.

Certains experts affirment que cette stimulation n’aura qu’un effet limité sur l’activité et les investissements dans la mesure où les profits des entreprises ont déjà atteint un niveau très élevé.

Si le surcroît de croissance n’est pas au rendez-vous, le déficit budgétaire menace de se creuser. La majorité républicaine en est bien consciente et se dit déjà prête à tailler dans les dépenses, à commencer par les programmes sociaux. Les plus pauvres risquent alors d’en faire directement les frais.

Alors que la campagne électorale de Donald Trump a été largement focalisée sur les « victimes de la mondialisation », quelles sont les réformes mises en place qui pourraient profiter à ces populations, et quelles sont celles que l’on pourrait considérer comme étant en leur défaveur ?

Il faut savoir que la réforme fiscale ne s’attaque à aucun des problèmes auxquels les États-Unis sont confrontés aujourd’hui : creusement des inégalités, faiblesse de la croissance de la productivité, détérioration du système éducatif, insuffisance criante des investissements publics dans les infrastructures…

Mais, à mon sens, il me semble qu’une disposition glissée dans le projet de réforme de la fiscalité a une portée très importante. Il s’agit de la suppression de la pénalité créée par la réforme de Barack Obama, et qui est actuellement infligée aux contribuables qui ne sont pas assurés pour leur santé. Cette amende vise à inciter les personnes jeunes ou en bonne santé à cotiser et participer au système afin de compenser les coûts des soins des patients en plus mauvaise santé. C’est l’un des volets les moins appréciés de l’« Obamacare ». L’amende était, en 2017, de 2,5% des revenus annuels d’un ménage ou de 695 dollars, la somme la plus élevée prévalant.

Selon une analyse du Bureau budgétaire du Congrès, 4 millions de personnes pourrait choisir de ne plus s’assurer dès la première année de la mise en vigueur et le prix moyen des assurances individuelles pourrait augmenter, en conséquence, de 10%. Cette mesure risque de conduire l’« Obamacare » tout simplement à la faillite faute d’avoir un nombre d’assurés suffisant. Cette situation ne serait pas sans conséquence pour les couches de la population les plus démunies.

Au final, il faut retenir que la réforme qui vient d’être votée n’a, de manière générale, aucune portée redistributive et ne cherche nullement à corriger les inégalités par le biais de l’impôt. Elle est antisociale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Borgowrio
- 03/03/2018 - 08:56
Anti Trump , argument démago
Encore un économiste qui n'a rien compris . Président des riches , l'anathème suprême, qui fit un tort considérable à la France . Comment faire comprendre à ces fonctionnaires diplômés et surpayés que les créateurs de richesses , les chevaliers d'industrie sont à la base des émulations de la société . En plus les sommes annoncées ne sont pas toutes des profits , tout ou partie est réinvestie dans l'économie réelle
Semper Fi
- 02/03/2018 - 06:53
J'adore ce gars !!!!
On lui poserait la question des réformes à mener en France qu'il répondrait bien sûr de baisser la fiscalité sur les entreprises et notamment l'IS... mais comme c'est Trump qui l'a fait alors forcément c'est une mauvaise décision ! Ce n'est peut-être pas tant l'investissement aux US que Trump cherche mais plutôt de lutter contre l'évasion fiscale... ne pas oublier qu'avant sa réforme, les US étaient un enfer fiscal pour les entreprises avec un des taux d'IS les plus élevés (sinon le plus élevé.... suis pas sûr) parmi les pays de l'OCDE.
vangog
- 01/03/2018 - 20:58
Les analystes français, biberonnés au néo-trotskysme....
n’aiment pas les baisses d’impôts, par pure idéologie égalitariste. Mais les chiens aboient et la caravane Trump passe. Bravo Donald! Car une baisse de quatorze points des impôts sur les sociétés, il fallait quand-même le faire! J'espère qu’il expliquera sa méthode à notre minet-à- cougars, lorsque le petit ira à la Maison Blanche...emmène ton cartable et tes crayons, petit-Pierre!