En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

04.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

05.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 2 heures 5 min
pépites > International
Coronavirus
La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"
il y a 3 heures 40 min
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 6 heures 50 min
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 11 heures 6 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 20 heures 31 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 21 heures 46 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 23 heures 13 min
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 2 heures 51 min
pépite vidéo > International
Immigration
Après la mort de 33 de ses soldats en Syrie, la Turquie décide de ne plus bloquer les migrants à sa frontière
il y a 5 heures 7 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 8 heures 33 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 9 heures 19 sec
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 11 heures 32 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 21 heures 4 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 22 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
© Reuters
Naufrage programmé

Mohammed Ben Salman transformera-t-il l’Arabie saoudite avec... ou contre les médias du Royaume ?

Publié le 28 février 2018
La perspective de la succession de l’actuel souverain, Salman Ben Abdelaziz Al-Saoud, au profit de son fils, Mohammed Ben Salman semble désormais également peser sur leur pérennité.
Emmanuel Dupuy est président de l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe). Spécialiste des questions de sécurité européenne et de relations internationales, il a notamment été conseiller politique auprès des forces françaises en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Dupuy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Dupuy est président de l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe). Spécialiste des questions de sécurité européenne et de relations internationales, il a notamment été conseiller politique auprès des forces françaises en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La perspective de la succession de l’actuel souverain, Salman Ben Abdelaziz Al-Saoud, au profit de son fils, Mohammed Ben Salman semble désormais également peser sur leur pérennité.

Alors que la chaine d’information Al-Arabiya vient de rendre sa licence au Royaume-Uni, c’est l’ensemble du champ médiatique saoudien qui traverse une crise profonde. La situation n’est pas nouvelle. D’importants problèmes de financements menaçaient depuis plusieurs années la chaîne et sa consœur MBC (Middle East Broadcasting Company) dont Al-Arabiya était une filiale - et dont le propriétaire, Walid Al-Ibrahim avait été arrêté dans le cadre de l’opération anti-corruption visant de hautes personnalités saoudiennes. Une vague massive de licenciement en août dernier était venu confirmer la fragilité financière de la chaine saoudienne.

La perspective de la succession de l’actuel souverain, Salman Ben Abdelaziz Al-Saoud, au profit de son fils, Mohammed Ben Salman semble désormais également peser sur leur pérennité.

Le 06 février dernier, l’Autorité de régulation des télécommunications britanniques (OFCOM) annonçait l’ouverture d’une enquête à l’encontre de la chaîne Al-Arabiya pour son traitement de l’information concernant le piratage de l’agence de presse qatarie en mai 2017.

Alors que les autorités du Qatar avaient annoncé rapidement que les déclarations attribuées à l’émir étaient fausses, Al-Arabiya les avaient alors relayés malgré tout, contribuant ainsi à l’exacerbation des tensions dans le Golfe. Deux semaines plus tard, un embargo diplomatique et économique était mis en place par quatre pays (Arabie saoudite, Emirats Arabes Unis, Egypte et Bahreïn) contre le Qatar.

Alors qu’Al-Jazeera est volontiers réduit au statut de « caisse de résonnance » de Doha, que dire de son alter-égo saoudienne ? C’est justement à travers les ondes d’Al-Arabiya que ces critiques se sont faites les plus acérées.

Ce n’est, du reste, pas la première fois qu’Al-Arabiya se retrouve dans la posture de « l’arroseur arrosé ». En janvier, l’OFCOM avait déjà sanctionné la chaîne saoudienne à 120 000 livres d’amende pour avoir diffusé les déclarations obtenues - sous la torture - d’un opposant bahreïni, Hassan Mushaïma. Faut-il ainsi voir la décision de « battre en retraite » sans attendre les résultats de l’investigation d’OFCOM, comme étant directement lié à la première condamnation de la chaîne ?

Pour le directeur de la Qatar News Agency, le simple fait qu’Al-Arabiya ait choisi de céder sa licence tendrait à prouver sa « culpabilité » quant à son traitement partial et biaisé de l’information au moment du piratage. De son côté, Al-Arabiya estime que ces déclarations sont « ridicules et infondées », s’évertuant à expliquer que son choix d’abandonner sa licence s’inscrit dans la mise en place prochaine d’une plateforme digitale plus moderne.

La visite de MBS à Londres, encore programmé le 9 mars prochain, tendrait à prouver, en effet, que la force de frappe en matière de communication que constitue son bouquet satellitaire et offre digitale à Londres, est bel et bien en danger.

Al-Arabiya : l’arbre qui cache la forêt

Du reste, le premier avantage d’une plateforme digitale comparé aux médias traditionnels réside pourtant dans le fait que la régulation y est beaucoup plus faible. Dans le cadre du projet pharaonique « Vision 2030 », que le prince héritier, Mohammed Ben Salmane entend imposer à « marche forcée » à la société saoudienne, Al-Arabiya joue un rôle central.

Le prince héritier escompte bien utiliser la chaîne afin de promouvoir aussi bien de sa politique étrangère que les avancées de sa politique intérieure et ce afin de mettre en exergue cette « Nouvelle Arabie » dont il se veut l’instigateur. Et pour cela, une communication bien rodée devait permettre au royaume d’adoucir quelque peu son image, en vendant le prince héritier comme étant un grand « réformateur ».

Parmi les nombreux princes arrêtés lors de la purge du mois de novembre, on retrouve notamment Waleed bin Ibrahim al-Ibrahim, le magnat des médias. Il est le président du plus grand groupe privé de médias, la Middle East Broadcasting Company (MBC), dont les chaînes sont regardées chaque jour par plus de 100 millions de personnes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Si aucune déclaration n’a filtré depuis la libération conditionnelle de ce dernier, fin janvier, un article du Financial Times révélait, il y a quelques semaines, que les autorités saoudiennes exigeraient qu’il cède ses participations dans MBC pour obtenir sa libération pleine et entière. Une négociation qui a démarré en réalité bien avant son emprisonnement, puisque cela fait déjà deux ans que MBS cherche à prendre le contrôle de MBC, mais sans succès jusqu’ici.

Au-delà de cette mise sous contrôle renforcée des médias saoudiens depuis l’arrivée au pouvoir de MBS, cette crise dévoile les problèmes de financement auxquels font face les journaux et télévisions de l’ensemble des médias du monde arabe, particulièrement saoudiens, depuis quelques années.

Al-Hayat, le plus important des journaux saoudiens, va ainsi déménager à Dubaï pour des raisons financières, et devrait licencier, d’ici juin prochain, la majorité de ses effectifs basés à Londres et Beyrouth. Or, Al-Hayat n’est qu’un cas parmi d’autres illustrant - au fond - la profonde crise financière que traverse le Royaume, qui impacte directement les médias saoudiens et arabes (particulièrement libanais). Depuis la crise pétrolière de 2008, qui a vu l’Arabie Saoudite, perdre plus de 150 milliards de dollars de réserves de change et qui a induit une réduction du PIB de l’ordre de13,5 % (en 2016), Riyad a été contrainte d’entamer un plan drastique de réduction des salaires - à raison d’une diminution de 20% - pour plus de trois millions de fonctionnaires.

Cette trop grande dépendance de certains médias libanais au financement public saoudien est ainsi caractéristique de cette fragilité structurelle que MBS aura beaucoup de difficulté à surmonter. A l’instar de l’épisode « tragi-comique » de la démission « forcée » du Premier ministre libanais Saad Hariri, cette ultra dépendance tendrait à prouver les liens « incestueux » existant entre Beyrouth et Riyad, manifeste au niveau politique et diplomatique, davantage sous-jacent sur le plan médiatique.

En parallèle, le journaliste saoudien Saleh el Shihi a été condamné, le 8 février dernier, à 5 ans de prison pour outrage à la Cour royale. Il faisait partie d’une quinzaine de journalistes et journalistes-citoyens portés disparus depuis la vague d’arrestation qui a commencé en septembre dernier. Au-delà du drame humain, ces emprisonnements nous rappellent que modernisation et autocratie semble hélas se conjuguer « en même temps » dans le royaume wahhabite.

Mais entre cette perte d’indépendance accélérée des médias saoudiens et la répression à laquelle font toujours face les journalistes saoudiens, MBS peut-il espérer réellement modifier l’image d’un Royaume dont les pratiques restent, sur bien des aspects, en deçà de la modernité à laquelle son prince héritier semble pourtant aspirer.

Assurément, le développement d’une presse saoudienne professionnelle et indépendante constitue une des principales gageures consubstantielles au plan « Vision 2030 » que MBS ambitionne de porter. Ce dernier pourra-t-il porter ce dessein en mettant « au pas » les principaux instruments de cette ambition ? Rien n’est moins sûr.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

04.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

05.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 28/02/2018 - 17:44
On ne bascule pas d'un système archaïque
à la modernité facilement et sans casser des œufs.