En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Veau, vaches maigres, cochon, couvée
SOS exploitants en perdition : cette année, la crise elle-même est en vitrine au salon de l’agriculture
Publié le 24 février 2018
Le salon de l’agriculture est considéré comme la vitrine de l’agriculture, et montre traditionnellement, et avec fierté, les meilleurs aspects (vaches et autres animaux magnifiques, excellence des produits du terroir) d’un secteur économique apparemment florissant... Sauf que, depuis plusieurs années, la crise gronde. Et cette année particulièrement, cette crise ne sera plus réservée à l’arrière-boutique, on la verra dès la vitrine.
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le salon de l’agriculture est considéré comme la vitrine de l’agriculture, et montre traditionnellement, et avec fierté, les meilleurs aspects (vaches et autres animaux magnifiques, excellence des produits du terroir) d’un secteur économique apparemment florissant... Sauf que, depuis plusieurs années, la crise gronde. Et cette année particulièrement, cette crise ne sera plus réservée à l’arrière-boutique, on la verra dès la vitrine.

En temps habituels, même si tout n’est pas parfait partout, les revendications s’arrêtent le temps du salon de l’agriculture. Sans qu’aucun mot d’ordre ne soit donné, tout le monde se retrouve derrière l’idée qu’il faut donner une belle image de l’agriculture aux citadins, qu’il faut savoir combler ce sempiternel sentiment d’être mal aimé. Et puis on respecte ceux qui font le déplacement, qui doivent rentrer dans leurs frais par la vente de produits, pas question de leur « casser la baraque »..

Mais depuis quelques années, doucement mais sûrement, le torse est un peu moins bombé. On trouve des emplacements vides d’éleveurs qui n’ont pas fait le déplacement, remplacés à la dernière minute. La fête, le partage des meilleurs moments avec la foule parisienne deviennent presque factices... Il n’existe pas un seul secteur de l’agriculture qui n’ait récemment souffert de la crise, et cela se ressent.

Cette année 2018 est en plus particulière : outre les très nombreux sujets d’inquiétude (la liste suit), il s’agit en effet du dernier salon de l’agriculture avant les élections professionnelles pour les chambres d’agriculture (en janvier prochain) : en d’autres termes, en plus des inquiétudes légitimes, chaque syndicat agricole, que ce soit pour conserver ses prérogatives, ou pour tenter de se les octroyer, se retrouve dans l’obligation d’occuper le terrain, et ne va pas s’en priver durant cette huitaine. Exit la vitrine et la paix de façade, le visiteur ne pourra pas ne pas se rendre compte de quelque chose...

Les sujets d’inquiétude

Rien que ces dernières semaines, des manifestations agricoles ont été organisées dans plusieurs régions de notre territoire.

Du Centre jusqu’aux Pyrénées, le retrait du classement de nombreux villages en zones défavorisées a causé un immense émoi. En effet, ce classement permet aux fermes de récupérer une aide européenne, l’ICHN (indemnité compensatrice au handicap naturel), qui va (annuellement) de 5 à 15 000 €. Elle correspond à une compensation par rapport à des défauts du terrain (d’où le nom de « handicap naturel ») tels que les rendements y sont bien inférieurs aux zones de plaine : les sommes allouées correspondent au manque à gagner par rapport à l’agriculture en zone « favorisée ». Ce jeudi, Emmanuel Macron a promis une nouvelle carte des zones défavorisées dévoilée prochainement... Mais nombreux sont les agriculteurs qui sont devenus financièrement dépendants de cette aide, d’où une inquiétude forte et légitime.

En Bretagne, tous les mercredis les syndicalistes investissent les grandes surfaces et font des relevés de prix, ils veulent vérifier qu’elles tiennent l’engagement de laisser une marge aux producteurs.

Ce mercredi, des manifestations ont eu lieu un peu partout en France pour mettre l’accent sur le risque encouru avec la signature annoncée imminente d’un accord de libre-échange entre l’Europe et le Mercosur (les pays de l’Amérique latine). Or, cet accord contient l’importation en Europe de lourds contingents de viande bovine, ainsi que de bioéthanol. De quoi concurrencer largement nos éleveurs et autres producteurs de betteraves.

Toujours ces derniers jours, le gouvernement a dévoilé son « plan loup », qui consiste à autoriser la population de ces animaux à croître jusqu’à 500 unités dans les prochaines années... Au grand dam des bergers de montagne !

Enfin, tout récemment également, la Commission européenne a émis le souhait de réorienter à l’avenir (après 2022) près de 120 milliards d’euros du budget de la Pac (politique agricole commune) vers d’autres missions européennes (défense commune, sécurité...). Soit autant de moins pour les agriculteurs.

Cette liste est déjà longue, et pourtant elle ne contient que l’actualité immédiate. Il serait facile de la rallonger simplement en observant chaque filière les unes après les autres. Sans parler des atteintes à la ruralité qui touchent par ricochet les agriculteurs.

Les visites des politiques

Dans ce contexte, on imagine que les opérations de sensibilisation ne vont pas manquer pendant ce salon de l’agriculture. Et pas obligatoirement du fait des centrales syndicales nationales d’ailleurs, certaines régions prennent parfois des initiatives. Il y a deux ans, le stand du ministère de l’agriculture avait ainsi été détruit sans qu’aucun mot d’ordre dans ce sens n’ait été donné depuis Paris. Selon nos sources, la journée de lundi serait propice à certaines actions...

Au-delà, il est clair que les politiques en visite seront probablement apostrophés. Le Président de la République inaugure le salon ce samedi. Il croisera peut-être, si le hasard le veut, François Asselineau, qui fut candidat aux dernières présidentielles et dont la ligne politique anti Europe, le Frexit, compte des partisans parmi les agriculteurs. Lundi en fin de journée, Valérie Pécresse ira sur le stand de sa région, l’Ile de France. Mardi, Edouard Philippe, Xavier Bertrand (en particulier sur le stand des Hauts-de-France) ou encore Laurent Wauquiez parcourront les travées du salon. Mercredi, les mêmes seront encore là, et croiseront peut-être le cortège de Marine Le Pen. Jeudi, Jean Lassalle, grand défenseur du monde rural, s’attirera de probables nouvelles sympathies parmi les exposants. Voici pour les agendas connus. Par ailleurs, le secrétariat de la présidence du Sénat fait savoir que Gérard Larcher n’a pas prévu de visite cette année...

A 10 mois des élections consulaires pour les chambres d’agriculture, en plein marasme en attendant les résultats promis par le Président de la République qui reste résolument confiant sur le résultat de ses états généraux de l’alimentation, les agriculteurs ne vont pas se priver de montrer leurs angoisses. Et cela, pour une fois, sous les yeux des visiteurs parisiens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
07.
Une femme et son bébé percutés par une trottinette électrique à Paris
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gilbert perrin
- 25/02/2018 - 07:48
qui sont les inconditionnels de MACRON ????
ceux qui sont à la chasse aux subventions ? Les auront ils ? C'est une autre chose ! MACRON promet, mais remet toujours à plus tard,... et sur dire de ceux (des félons) qui le rejoignent un peu plus chaque jour ? ce ne sont que des arrivistes ???? attirés par le FRIC et les honneurs !! et maintenant, qui sont les inconditionnels de WAUQUIEZ ? ceux qui n'ont pas la langue de bois!!! et qu'en fait WAUQUIEZ, j'attends qu'il me réponde ... qu'il regarde son conseil national et son bureau national est il vraiment bien entouré ??? ma question n'est pas superflue .....
zen aztec
- 24/02/2018 - 14:25
beaucoup de politiques en représentation...
Sauf Hulot qui se dégonfle
Citoyen-libre
- 24/02/2018 - 14:17
Le grenier du monde
J'ai été très étonné de la population de très jeunes agriculteurs invités à l'Elysée. Nous sommes très loin des paysans à béret des dernières décennies. En réalité, ce sont tous maintenant des chefs d'entreprises, en couple, sans personnel, souvent ingénieurs agronomes, avec des exploitations très mécanisées, très informatisées, avec de très forts investissements. Ce qu'il me semble d'autant plus surprenant, c'est leur attirance pour des exploitations, dites et apparemment non rentables. Je suis entouré de vigne, et je constate que la vigne pousse seule, a très peu besoin de travail, beaucoup de pesticides, et une forte rentabilité. En réalité, ce sont des gens intelligents, qui se battent contre les requins de la grande distribution et l'agroalimentaire. Soit. Mais le gouvernement, pourquoi ils ne sort pas le même traitement et les mêmes attentions aux TPE et PME de ce pays qui sont les seules susceptibles d'embaucher dans ce pays ? Les TPE et PME n'ont pas de tracteurs à mettre dans la rue ? La réalité est que, encore une fois, nos politiques, ne cèdent qu'à la violence, qu'elle soit verbale ou physique. Tout ce qui n'est pas organisé et dangereux, n'existe pas pour l'Etat.