En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 56 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 11 heures 34 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 14 heures 17 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 19 heures 14 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 19 heures 35 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 20 heures 13 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 20 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 11 heures 16 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 13 heures 18 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 16 heures 12 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 56 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 19 heures 11 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 19 heures 25 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 20 heures 17 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 20 heures 21 min
Parfait !

Être perfectionniste tue. Parfois. Le reste du temps, ça peut vraiment vous rendre malade

Publié le 28 février 2018
Souvent pensé comme un vecteur de réussite et de dépassement de soi, le perfectionnisme pourrait finalement avoir l'effet totalement inverse.
François Chauchot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Souvent pensé comme un vecteur de réussite et de dépassement de soi, le perfectionnisme pourrait finalement avoir l'effet totalement inverse.

Atlantico : Dans une expérience de laboratoire de l'Université York St-John, on a donné des objectifs spécifiques à un groupe de perfectionnistes et de non-perfectionnistes. Le test était truqué : aucun d'entre eux ne réussirait. Fait intéressant, les deux groupes ont continué à faire le même effort. Mais le premier groupe s'est senti beaucoup plus malheureux à propos de tout cela et a abandonné plus tôt. Jusqu'à quel point cette pathologie pénalise-t-elle les personnes qui en sont atteintes ?

François Chauchot : Les plus malheureux ont nécessairement été ceux du groupe des perfectionnistes, car ils n’ont pu atteindre cet image idéale d’eux-mêmes, c'est-à-dire celle qui aurait réalisé cette tâche impossible. Le perfectionnisme  renvoi à l’image idéale de nous-même, image qui n’est pas celle de la réalité et qui n’est pas non plus celle que certains voudraient nous voir jouer, par exemple, en nous demandant de nous dépasser, de faire « plus avec moins » pour reprendre une phrase à la mode dans certaines organisations.

Être perfectionniste, c’est donc vouloir atteindre un idéal, souvent sans accepter les approximations et les petites étapes nécessaires pour atteindre un but. C’est donc vouloir être parfait, ce qui entre rapidement en contradiction avec la nature humaine, qui intègre les imperfections dans son fonctionnement global. C’est donc vouloir chasser une part humaine, celle de l’erreur, des limites de chacun, des faiblesses. Cette tendance s’oppose donc à la représentation que nous avons de nous, et met de ce fait là en danger l’estime de nous-même et la satisfaction que nous avons de nous.

Il s’agit donc d’une question de narcissisme, c'est-à-dire d’amour de soi, et le risque couru par le perfectionniste est grand de ne jamais s’apprécier, et de toujours juger négativement ses réalisations. Cela ne sera donc jamais assez à ses yeux, ce qui va ralentir le perfectionniste dans son quotidien, ou parfois le bloquer à l’idée de ne jamais atteindre d’emblée ses objectifs. Si vous estimez que courir un marathon au-dessus des trois heures n’a vraiment pas d’intérêt, il est probable que vous n’allez jamais vous inscrire à une telle course.

Le perfectionnisme pathologique fait donc souffrir et peut avoir de graves conséquences personnelles et professionnelles, dans la mesure où le sujet hésite à s’engager dans une action qu’il ne maitrise pas d’emblée totalement et au premier essai. L’inhibition, l’insatisfaction personnelle, le dépit et le renoncement sont des conséquences possibles d’un tel état. Car le perfectionniste prend tout pour lui, et toute entreprise met en jeu l’estime qu’il a de lui ; en d’autre terme, s’il ne réussit pas aussi bien qu’il se l’imagine -mais c’est dès le départ impossible car idéal - il est nul !

Comment certains tombent-ils dans un tel excès ? Certains profils ou caractères prédestinent-ils aussi au phénomène ? (age, milieu professionnel, santé mentale…)

Probablement ceux qui ont le plus à prouver aux autres et à eux-mêmes leur valeur, leur existence ; ceux pour qui les choses ne sont jamais simples car toujours associées à un doute - ai-je bien fait , ais-je fait assez ?- ; ceux pour qui l’enjeu de réussir est un enjeu d’amour - on m’aime uniquement si je réussis parfaitement , si je ne déchoit pas, ceux qui n’ont pas assez fait l’épreuve de l’imperfection, qui est une force face à l’adversité des demandes excessives de notre société, de faire plus, de faire mieux, de tout prévoir même l’impossible...  il n’y a donc pas d’âge pour "tomber dans le perfectionnisme" , mais un profil de fonctionnement psychologique dans un environnement peu sécurisant alimente l’insécurité du sujet .


Comment discerner le bon perfectionnisme du perfectionnisme toxique ?

Mais être un peu perfectionniste n’est pas un défaut, dans la mesure où il vous amène à réaliser des tâches complexes et de qualité. On peut le voir dans de multiples secteurs, et l’individu se dépasse, mais éprouve une satisfaction de sa réalisation, source de gratifications et de progressions dans la vie professionnelle, par exemple.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 01/03/2018 - 06:05
Ouh! Qu'il a raison!
Le perfectionnisme tue... En fait cela ressemble à une drogue... Le petit détail qui manque... il en manque toujours un ! Pour preuve : les commentateurs d'Atlantico qui refont un commentaire pour corriger... une vétille ! Dans ma forêt, avec mes bananes, je ne fais plus dans le détail : je les mange ! J'applique donc sans le savoir la conclusion (en est-ce vraiment une ?) de l'auteur !
Marie Esther
- 28/02/2018 - 22:16
très bon article
pour moi même chose que sans avenir .... mais on ne se refait pas. Le perfectionnisme peut être très dangereux et dans notre monde où la rapidité et la quantité remplacent la qualité, il faut apprendre à faire ce qu'il faut mais pas trop et pas plus qu'il ne faut car cela ne sert à rien.
cloette
- 28/02/2018 - 15:44
commentaire
Très bon article où je ne me suis pas reconnue ( étant le contraire), heureusement pour ma santé et ma carrière .