En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© ARCHIVES / AFP
A contrecourant

Plaidoyer pour mai 68 : non tout n'est pas à jeter !

Publié le 19 février 2018
C'était il y a 50 ans. Et pour comprendre ce qu'il s'est passé il y a si longtemps il est utile de s'intéresser à l'époque.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'était il y a 50 ans. Et pour comprendre ce qu'il s'est passé il y a si longtemps il est utile de s'intéresser à l'époque.

Atlantico aime les titres chocs. Je lis donc : "Comment mai 68 et son idéologie ont littéralement abimé nos cerveaux". C'est signé par un chercheur en neuroscience et un théologien. Des disciplines qui me sont totalement étrangères. Je ne m'y aventurerai donc pas. Et je confesse avoir quelques inquiétudes pour mon cerveau…

Le procès instruit contre mai 68 est ancien. Il a même les cheveux blancs. Pour ne prendre qu'un exemple Luc Ferry s'en fit le procureur talentueux et impitoyable dans un livre paru en 1985! Il y a 33 ans! Depuis il ne se passe pas d'année sans que paraisse un ouvrage étrillant les soixantehuitards

Quand on est de droite il est absolument vital de s'en prendre à 68. C'est un rite initiatique nécessaire pour être admis dans les cénacles précieux des pourfendeurs du gauchisme. Et quand on est de gauche ? Ah ça on ne sait pas car il n'y a plus de gauche.

L'avocat que j'essaye d'être va plaider les circonstances atténuantes. Le contexte de l'époque autorise quelques nuances dans la condamnation de la révolte soixantehuitarde. Dans les années 60 –en mai 68 donc- la censure tatillonne et oppressante est au pouvoir.

De Gaulle fit interdire le film La religieuse tiré de l'œuvre de Diderot. Au prétexte qu'il portait atteinte à l'image pure et virginale des bonnes sœurs. L'épiscopat catholique s'en offusqua. Le pouvoir gaulliste dit amen. Un autre film, Les sentiers de la Gloire sur les mutins de 1917 fut également mis à l'index. Les généraux s'en étaient émus. L'alliance du sabre et du goupillon était d'actualité.

Dans ces années-là l'avortement était puni de prison. Un progrès toutefois depuis Vichy qui guillotinait les avorteuses. Quand Lucien Neuwirth vint plaider la cause de la pilule il s'attira cette réponse du général : "On ne va quand même pas sacrifier la France à la bagatelle… Le sexe va tout envahir…". Puis de mauvaise grâce et en bougonnant il accepta.

C'est de ça, de tout ça, qu'est issu mai 68. une révolte brouillonne, naïve et souvent idéologiquement erratique. On connaît les slogans : " Il est interdit d'interdire" "Sous les pavés la plage"… Et aussi – on a tort de l'oublier- cet appel à pendre par les tripes les bureaucrates staliniens. Car mai 68, mouvement libertaire, anarchisant, anticapitaliste, antigaulliste, fut aussi une révolte anticommuniste.

Le PC français ne s'en releva pas. Si les gauchistes de cette époque tombèrent bêtement amoureux de Trotski et de Mao c'était avant tout par haine de Staline. Rien que pour ça que grâce leur soit rendue.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition Stéphane Gayet

07.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Carl Van Eduine
- 19/02/2018 - 19:48
Mieux vaut soixante-huitard que jamais
68 a été une révolution intellectuelle qui a chassé la pensée sclérosée qui nous avait offert deux guerres mondiales. Le problème est que tout le monde, et notamment les clercs intellectuels pas clairs a fait de la déconstruction et s'est battu la coulpe au nom d'un passé supposé, plutôt que d'aider à reconstruire un demain de rêve. Mais en tout cas, en 68, il était enfin devenu licite de s'opposer à une autorité qui n'était que statutaire. Essayez aujourd'hui de contester sur Touite ou à la télé, les Haas, Thin, et autres CFCM : demandez donc à Charlie ce qu'il en pense ! 68 a dit "il est interdit d'interdire", mais ce n'est pas 68 qui a gagné, ce sont ses adversaires. Aujourd'hui la bien-pensance se permet d'interdire et s'interdit de permettre, surtout la pensée autre. Cette bien-pensance hystérophile, je l'emmerde. Parce que je vis en 2018, pas en 1968, et je vois bien que les Juifs de Sarcelles et de France ont peur, que les femmes restent blessées , que Charlie est bunkérisé, et que les intellectuels musulmans anti-islamistes subissent les foudres de la censure et / ou du silence, sans oublier la menace. Alors, ça va recommencer, pour virer cette bien-pensance inopérante !
pale rider
- 19/02/2018 - 17:18
68 est une imposture
Il s agissait sous des traits d une idéologie faussement généreuse d assouvir sans entrave ses plus bas instincts. Sous couvert de bon sentiments ils ont été d un individualisme féroce . Ils ont bâti la société consumériste d aujourd'hui et ils la défendent encore . Vous dites qu il n y a plus de gauche en France alors que c est rigoureusement l inverse : en France il n y a que des gauches .
mhd
- 19/02/2018 - 17:15
bien dit !
enfin une interprétation correcte de mai 68