En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© MATTHIEU ALEXANDRE / AFP
Bonnes feuilles
"Va au bled, en Algérie ou au Maroc, parler comme ça aux flics dans la rue ! Le mec va te coller une trempe" : Mourad, flic par conviction
Publié le 18 février 2018
Ils s’appellent Tony, Betty, Manu, Yasmine, Sylvie, Mélissa, Mourad, Corinne, Jeff. La plupart du temps, vous ne les remarquez pas… sauf quand vous en avez besoin. Pourtant ils sont là. Travaillant au contact de la rue, de la violence, de la misère sociale et de la mort. Voici le vrai visage des 149 000 flics de France. Extrait de "Paroles de flics" de Jean-Marie Godard aux éditions Fayard (2/2).
Jean-Marie Godard est journaliste.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Godard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Godard est journaliste.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ils s’appellent Tony, Betty, Manu, Yasmine, Sylvie, Mélissa, Mourad, Corinne, Jeff. La plupart du temps, vous ne les remarquez pas… sauf quand vous en avez besoin. Pourtant ils sont là. Travaillant au contact de la rue, de la violence, de la misère sociale et de la mort. Voici le vrai visage des 149 000 flics de France. Extrait de "Paroles de flics" de Jean-Marie Godard aux éditions Fayard (2/2).

Il est d’une autre génération que Yasmine. Né en France de parents algériens, il a grandi dans une cité de la banlieue parisienne. Il a 25 ans. Le 7 janvier 2015, c’est l’attentat de Charlie Hebdo. Ahmed Merabet, policier de confession musulmane, est froidement exécuté sur le trottoir du boulevard Richard-Lenoir à Paris par les frères Kouachi, alors qu’il leur demande de le laisser en vie.

Français d’origine algérienne, de confession musulmane, Mourad, lui, entre à l’école de police quelques mois plus tard. Une résonance terrible qui terrifie sa mère. « Elle n’était vraiment pas heureuse. Et puis elle s’y est faite », raconte-t-il aujourd’hui. Mais ce n’est pas ce meurtre qui l’a motivé. Et il dit n’avoir eu aucune hésitation, aucune peur après cette exécution. Ce qui l’a motivé, c’est son enfance. « J’ai grandi dans un quartier populaire et je voyais des jeunes comme moi foutre la merde et je me disais : “À  cause d’eux, on a une sale image.” Donc, je voulais casser cette image. »

Et puis, durant son enfance, les échos de l’Algérie qui parviennent en France par des membres de sa famille, alors que le pays se débat encore à l’époque avec le Front islamique du salut (FIS) et le Groupe islamique armé (GIA). « Nous, on sait ce que c’est. Ce n’est pas l’islam, c’est une secte. Ici comme là-bas, faut pas se laisser avoir par ces mecs-là », martèle-t-il. La religion musulmane, il la pratique « de manière modérée, pas dans le prosélytisme », et assure qu’il a des collègues femmes issues de l’immigration maghrébine qui sont entrées dans la police « pour échapper à une tradition débile, à une espèce d’ordre social qui voudrait que la femme reste à la maison. C’est une émancipation ».

Comme Yasmine, il parle de « blagues un peu déplacées » de la part de certains collègues, « mais faut pas non plus tout prendre au pied de la lettre ». Et d’un « vrai racisme », très rare, auquel il n’a été confronté qu’une seule fois, « un collègue qui a trouvé malin de dire que pour lui un Arabe dans la police, c’était une anomalie ».

Comme Yasmine, il décrit l’entre-deux-mondes dans lequel il vit. Mais de manière plus brutale dans certaines cités de la région parisienne. D’abord, « certains jeunes collègues, venus de province, qui répondent sur le même ton que celui des gars d’en face qui les agressent. Et ça peut très vite partir. Moi, j’essaie de calmer le jeu parce que j’ai les “codes”. Mais j’ai ma propre fermeté ». Parfois, Mourad se fait traiter de « traître » par les jeunes qu’il trouve en face de lui. « Et dans ce cas-là je leur réponds sur un ton calme, parfois en arabe : “Quoi, traître ? T’as vu comment tu parles aux policiers ? Va au bled, en Algérie ou au Maroc, parler comme ça aux flics dans la rue ! Mais là-bas le mec va te coller une trempe, t’embarquer et finir le boulot au commissariat. Et là-bas, y’aura pas de vidéo, pas d’IGPN, pas d’enquête.” »

Yasmine, 40 ans, Mourad, 24 ans. Nés en France, l’une de parents tunisiens, l’autre de parents algé- riens. L’une officiant en province, l’autre à Paris. Un homme, une femme, deux générations diffé- rentes et des parcours qui le sont aussi. Mais le même amour, la même défense intransigeante de la France et de ses valeurs.

Extrait de "Paroles de flics" de Jean-Marie Godard, aux éditions Fayard

Pour commander ce livre, cliquez sur l'image ci-dessous

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Myriam50
- 21/02/2018 - 22:16
Isableu, personne ne m en
Isableu, personne ne m en empeche en france et heureusement( quoique la communauté musulmane nous traite d apostat) . Je parle du regard. Regards du français de souche , regard du "français d origine etrangere". C est systematique: du fait de mon nom et de mon facies je ne peux qu etre de culture maghrebinne parler arabe et etre musulmane . Or non!!!!! Je fête noel depuis toukours mange du cassoulet depuis toujours et je parle arabe comme je parle le russe et l anglais.j aime les langues etrangeres .là j apprends l espagnol. Bref bref...je ne veux plus qu à la boulangerie lorsque je demande un sandwich on me reponde systematiquement" attention c est du porc" ...ce sont les cliches. Ma fille mise dans les tables halal à la cantine alors que je n ai rien demandé!!!! Ah les clichés ...
ISABLEUE
- 21/02/2018 - 17:07
Myriam vous pouvez vous convertir ou être athée
ou agnostique. qui vous en empêche..
Myriam50
- 21/02/2018 - 12:39
Et je ne vote pas FN ! Etre
Et je ne vote pas FN ! Etre pragmatigue n est pas FN.