En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© Capture d'écran TF1
Idées contre idées
Mennel Ibtissem et ses défenseurs indéfendables contre les obsédés de l’islam : le duel identitaires contre identitaires dans lequel la France est en train de sombrer lentement mais sûrement
Publié le 10 février 2018
La chanteuse Mennel a décidé d'abandonner l'émission The Voice, suite à la polémique entourant ses tweets complotistes. Cette affaire marque l'impasse dans laquelle se trouve la société, entre ceux qui la défendent en accusant ses détracteurs "d'islamophobie" et ceux qui l'attaquent uniquement parce qu’ils ne veulent pas de musulmans dans l’espace public.
Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique.  Son compte Twitter : @JP_Moinet.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de l'école X-Mines, Philippe d'Iribarne est directeur de recherche au Cnrs, spécialisé dans la diversité des cultures politiques. Auteur de quatorze ouvrages, dont L'islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), il a notamment...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Moinet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique.  Son compte Twitter : @JP_Moinet.  
Voir la bio
Philippe d'Iribarne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de l'école X-Mines, Philippe d'Iribarne est directeur de recherche au Cnrs, spécialisé dans la diversité des cultures politiques. Auteur de quatorze ouvrages, dont L'islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), il a notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La chanteuse Mennel a décidé d'abandonner l'émission The Voice, suite à la polémique entourant ses tweets complotistes. Cette affaire marque l'impasse dans laquelle se trouve la société, entre ceux qui la défendent en accusant ses détracteurs "d'islamophobie" et ceux qui l'attaquent uniquement parce qu’ils ne veulent pas de musulmans dans l’espace public.

Atlantico : La chanteuse Mennel, qui s'était faite connaître pour une reprise d'"Hallelujah" à The Voice  il y a une semaine a décidé d'abandonner l'émission. Elle avait été attaquée pour d'anciens tweets complotistes écrits pendant la période des attentats. Mais ce n'est pas tout : elle a aussi été conspuée par certains qui critiquaient sa "récupération" de la chanson de Cohen, le fait qu'elle porte un voile lors de l'émission ou même qu'elle chante un chant religieux musulman. Cette affaire ne concentre-t-elle pas l'impasse dans laquelle se trouve systématiquement jetée dans notre société quand il s'agit d'Islam et d'islamisme : identitaires d'un côté ceux qui refusent qu'on reproche quoi que se soit à la chanteuse parce qu'elle fait partie d'une minorité, et identitaires en face qui lui reprochent de faire partie de cette minorité ?

Jean-Philippe Moinet : Cette affaire Mennel est révélateur d'une grande confusion, d'une tentative de retournement du problème grave et d'un symptôme, qui touche dangereusement un part non négligeable des jeunes: le complotisme, bras idéologique du djihadisme armé.

Le problème majeur est que cette jeune femme, aux atours doux et charmants, a été le vecteur actif de thèses les plus obscures qui font dire que les attentats meurtriers que notre pays a subi, comme la terrible attaque de Nice - dont il faut rappeler qu'elle a fait aussi de nombreuses victimes musulmanes - a été une fabrication, un montage fait pour incriminer les musulmans. Cette négation de l'histoire actuelle est une violence, qui frappe une seconde fois toutes les victimes de l'islamisme armé, cette négation, aveugle et insupportable, relève d'une idéologie qui colporte abondamment, auprès de jeunes crédules ou en perte de repères, des thèses qui, au-delà de toutes les vérités les plus tragiques, font croire à un grand "complot", ourdi par des forces occultes, notamment de l'argent: l'antisémitisme virulent est au coeur de cette idéologie, qui parcourt à la fois l'extrême droite et l'ultra-gauche, une partie de la communauté musulmane, encore minoritaire mais importante chez les jeunes, étant perméable à ces thèses nauséabondes, certains devenant militant actif d'une idéologie qui peut tuer. Là est évidemment le problème. 

Ensuite, que des mises en cause xénophobes, honteuses et déplacées, se soient déchaînées par ailleurs sur les réseaux est un fait. Mais on ne peut réduire cette affaire Mennel à un problème de voile, que personne de sérieux lui a reproché de porter. Une série de militantes du différentialisme culturel ont tenté de renverser l'accusation de départ, fondée sur le simple constat de propos délirants et complotistes  - comme "les vrais terroristes, c'est le gouvernement" - pour faire de la chanteuse une victime de "l'islamophobie". 

Les identitaires, je préfère dire les extrémistes politiques (de droite) comme les extrémistes religieux (islamistes), entre il est vrai dans une logique infernale d'alliance objective. Ils essaient de prospérer en s'appuyant les uns sur les autres dans une commune radicalité belliqueuse. Il faut savoir enrayer ce cycle et dénoncer cette alliance des apparents contraires, qui se confortent. 

Philippe d’Iribarne : Effectivement, le clivage de la société française autour de l’islam ne fait que se radicaliser. Il faut bien trouver une explication à la multiplicité des événements douloureux, ou du moins problématiques, associés à l’islam, depuis le terrorisme islamique jusqu’au développement d’une forme de contresociété islamique vouée au respect du halal, en passant par les diverses affaires du voile, la question de la burqa, les revendications religieuses dans les entreprises, etc. Deux grandes voies d’explication s’affrontent. Pour l’une, c’est l’islam qui est en cause en alimentant la haine de l’Occident, et pour l’autre c’est une société islamophobe en rejetant les musulmans, ceux-ci ne faisant que réagir à la manière dont ils sont traités. Tous les événements concernant l’islam, dont celui que vous évoquez, prennent sens dans cette opposition. Celle-ci est d’autant plus prégnante que les tenants de chacune des explications tendent à diaboliser ceux qui ont la vision contraire. Pour les uns, face à l’emprise de l’islam conquérant, les résistants s’opposent aux collaborateurs, vus comme idiots utiles de l’islamisme. Pour les autres, face à l’avènement d’une société ouverte au sein de la quelle les religions et les cultures se rencontrent dans l’harmonie, les hommes de progrès s’opposent aux nostalgiques d’une société fermée avec tout ce que celle-ci a de nauséabond.

Comment le débat français en est il arrivé à un tel niveau de polarisation ? Quels ont été les moteurs de la disparition d'une voie "centrale" qui peine à se faire entendre ? 

Jean-Philippe Moinet : La polarisation, réelle et très visible sur les réseaux sociaux, à l'occasion d'une affaire comme celle-ci, n'est pas forcément profonde à l'échelle du pays quand on prend du recul. Bien sûr, la sensibilité liée aux attentats de 2015 et de 2016 aiguise encore (et naturellement) les passions, le FN a d'ailleurs tenté d'exploiter les peurs et d'instrumentaliser le "sentiment d'insécurité", d'où sa progression jusqu'à l'élection présidentielle de 2017 et le coup d'arrêt du débat télévisé entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. 

La voie "centrale" que vous évoquez est tout simplement celle de la République et de l'Etat de droit, où aucune distinction entre citoyens ne peut être fondée en France sur une base ethnique ou religieuse, l'article 1er de notre Constitution. N'en déplaise à ceux qui, idéologiquement ou obsessionnellement, cherchent à focaliser les débats et l'action publiques sur les appartenances religieuses ou les origines ethniques, une vaste majorité de citoyens aspirent non seulement à la paix civile mais à un droit à l'indifférence. 

Philippe D'Iribarne : Pendant longtemps, cette polarisation n’avait pas lieu d’être. L’islam était vu comme l’héritage d’un monde traditionnel que les musulmans arrivant en Europe continuaient provisoirement à cultiver avant qu’il ne se dissolve dans une société sécularisée. Et puis on pouvait avoir l’impression, à voir ce qui se passait dans des pays musulmans comme la Tunisie de Bourguiba, l’Egypte de Nasser ou la Turquie kémaliste, que l’islam était marqué par une forme de modernisation progressive le prédisposant à s’intégrer sans heurts dans les sociétés occidentales. Le paysage a bien changé. L’avènement de la République islamique en Iran, l’influence du wahhabisme porté par les pétrodollars et internet, la réislamisation de la Turquie, le développement du terrorisme islamique, font qu’il n’est plus question d’un effacement progressif de la question de l’islam. Au sein des pays musulmans, la fracture entre ceux qui s’attachent à une vision dure de l’islam et ceux qui croient aux valeurs démocratiques inspirées par l’Occident donne l’impression de se radicaliser. Il apparaît de plus en plus qu’il faut choisir son camp, qu’il n’y a pas de place pour les tièdes. 

Quelles sont les pistes pour sortir du double débat identitaire quand il s'agit d'Islam ?

Jean-Philippe Moinet : La question de l'Islam n'est pas forcément explosive, il faut en parler et savoir en parler posément en la distinguant du problème de l'islamisme. Rappeler que les musulmans et musulmanes sont les premières victimes de l'islamisme radical. Les pistes sont dans le rappel, et la promotion active, de nos fondamentaux républicains et démocratiques. Souligner que la laïcité est une chance pour la France, qu'elle permet un espace de concorde par la primauté du principe de séparation des Eglises et de l'Etat, et du principe de neutralité de l'Etat, deux principes qui protègent les citoyens de toute emprise et permettent une coexistence entre ceux qui croient et ceux qui ne croient pas. Singularité française très précieuse.

Les dérives "identitaires", quelles qu'elles soient, qui cherchent à faire dominer des appartenances particulières, sont des pièges pour les citoyens et pour un pays comme le nôtre qui, pour son avenir, doit faire prévaloir les valeurs communes, doit valoriser ce qui rassemble sur ce qui divise. L'une des pistes à ouvrir sans relâche renvoie à la nécessaire promotion publique, qui commence à l'école, des principes fondateurs de la République, les fondamentaux de la loi civique commune ne pouvant pas être mis à mal par les théories de la domination religieuse ou ethnique. C'est à la fois aussi simple et aussi compliqué que cela. Compliqué par la diffusion de l'irrationnel dans l'espace public, qui peuvent fragiliser nos démocraties. C'est pourquoi la propagation des thèses complotistes est à prendre avec beaucoup de sérieux.

Philippe D'Iribarne : Pour sortir de cette opposition, il faudrait que triomphe enfin l’islam des Lumières dont l’avènement est promis depuis des décennies. Pour le moment on en paraît loin. Ce n’est pas que ceux qui ont conçu un tel islam aient manqué. Mais ils n’ont guère été suivis. Ainsi, à la fin de sa vie Mohamed Arkoun, un de leurs plus brillants représentants, se sentait massivement rejeté par ses coreligionnaires. D’après l’enquête sur les musulmans de France réalisée par l’Institut Montaigne,  ceux qui rejettent le monde occidental au nom de l’islam sont beaucoup plus nombreux parmi les jeunes générations que parmi leurs parents. Face à ce phénomène, je ne vois pas trop comment sortir de l’affrontement entre visions contraires de ce qui touche à l’islam. Celui-ci a plutôt tendance à se radicaliser ; songeons à l’affrontement récent entre Charlie hebdo et Médiapart. Cette question de l’islam nous met sans doute devant un choix majeur de société. Voulons nous qu’advienne une société ayant renoncé à tout particularisme ancré dans un héritage singulier, avec sa dimension culturelle et religieuse, ou voulons nous continuer à cultiver un tel héritage ? Je doute qu’il soit possible d’éluder indéfiniment ce choix en se contentant d’un compromis plus ou moins boiteux entre les deux conceptions. Un tel compromis paraît de moins en moins capable de fonder la paix sociale.  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
07.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
06.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (49)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MIMINE 95
- 14/02/2018 - 21:10
JE CORRIGE MON POST de 16h57
IL EST GRAND TEMPS DE SE PROCURER ET DE LIRE Un petit livre perspicace paru en 2003 chez Denoël " tartuffe fait ramadan" de Jack Alain Léger afin d'apprendre à débusquer tous les tartuffes qui nous content les mille et une "interprétations" de l'islam hic. Dans mon post cette partie est fausse: "[dans lequel il est question de : "chevalier....!" ou plutôt ... : cavalier ?), de la version Koweitiene décrypté de ya illahi est sans doute particulièrement intéressante. : "Rahmtna et Rozktna, seront avec moi et je serais un chevalier et je marche sur ton chemin,..] J'ai fait confiance à une traduction sur internet mais en en écoutant Mennel, il s'avère que ce n'est pas du tout celle de la version chanté par Mennel. le dernier couplet (qu’elle ne chante pas) de la version chanté par Mennel ne contient aucune référence à un cavalier !!!…, dans ce couplet la pécheur(esse) sort de son "obscurité", mais (il) elle est perdition et sent qu’elle (il) va sombrer, il (elle) implore car All.h seul peut (le) la Sauver . J'ai utilisé l'inclusif car, originellement ce nasheed est chanté par un homme. Je garde la référence du google book et je recommande la page wikipédia consacrée au nasheed .
edac44
- 13/02/2018 - 08:47
@ Atlantica75000
Les 10 techniques que les politiques utilisent pour faire dire aux chiffres et statistiques ce qui les arrange ===========================================================>
http://www.atlantico.fr/decryptage/10-techniques-que-politiques-utilisent-pour-faire-dire-aux-chiffres-et-statistiques-qui-arrange-christophe-voogd-685731.html
Atlantica75000
- 11/02/2018 - 11:46
Jusqu'à la lie
ce matin, sondage : retournement ! Les Français, à une majorité confortable, jugent que l'islam est compatible avec la République.
Ah, Macron annonce son plan islam le même jour ?
la loi fake news, c'est pour quand ?