En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© ABDULLAH AL-QADRY / AFP
Nœud gordien
Moyen-Orient : pourquoi les Occidentaux - et encore plus la France - n’y comprennent plus rien
Publié le 09 février 2018
Les différents intervenants ont, pour la plupart, des perspectives à courte vue réagissant à l’évènement immédiat de manière à parer au plus pressé.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les différents intervenants ont, pour la plupart, des perspectives à courte vue réagissant à l’évènement immédiat de manière à parer au plus pressé.

La situation évolue au Moyen-Orient sans que plus personne ne semble y comprendre quelque chose. Cela est dû au fait que les différents intervenants ont, pour la plupart, des perspectives à courte vue réagissant à l’évènement immédiat de manière à parer au plus pressé.

Une fois n’est pas coutume, nous commencerons par le Yémen, ce conflit qui laisse l’opinion occidentale totalement indifférente car les réseaux d’influence bien connus aux États-Unis et en Europe, sont un peu gênés aux entournures devant l’ampleur humanitaire catastrophique qu’a pris ce conflit et par le fait que le « grand allié saoudien » s’y retrouve ensablé. La rébellion Houthi est toujours bien présente dans l’ouest du pays et à Sanaa malgré la défection d’une partie des troupes de feu le président Saleh qui a payé de sa vie sa tentative de rapprochement avec Riyad. Il a eu l’imprudence de tenter cette manœuvre alors qu’il n’était pas personnellement en sécurité. Peut-être a-t-il pensé qu’il parviendrait à contrôler la capitale yéménite en en chassant les rebelles houthi, erreur qui lui fut fatale même si le mouvement s’en est retrouvé affaibli. Les Houthi ont comblé ce manque en multipliant les tirs de missiles sol-sol en direction de Riyad, la plupart ne causant pas de dégâts car interceptés par la défense aérienne ou plus simplement, pas assez sophistiqués pour obtenir un résultat tactique significatif. Cela permet néanmoins à Washington d’accuser Téhéran d’avoir fourni des armements aux Houthi, un « remake » copie conforme des accusations ayant permis l’invasion de l’Irak en 2003.

Tout semblait donc s’améliorer pour le gouvernement légal dont le siège se trouve installé à Aden, le président Abdrabbo Mansour Hadi étant lui bien à l’abri en Arabie Saoudite. C’était sans compter sur les velléités séparatistes des « sudistes » qui mettent tous leurs espoirs dans une nouvelle coupure du Yémen en deux (Yémen du Sud et Yémen du Nord). Ces "sudistes" ont repris le contrôle de la région d'Aden assiégeant le gouvernement légal retranché dans un hôtel situé en périphérie de la ville. Le problème réside dans le fait qu’ils sont soutenus par les Émirats Arabes Unis (EAU) théoriquement alliés à l’Arabie Saoudite. Mais les EAU ne veulent pas entendre parler des Frères musulmans qui sont derrière le parti yéménite al-Islah malgré ses nombreuses dénégations qui lui ont permis de s’assurer quelques faveurs de la part de Riyad. Résultat des courses, le Yémen n’est plus partagé en deux mais en trois sans compter les zones tombées en déshérence sous la coupe d’Al-Qaida dans la Péninsule Arabique (AQPA) ou de Daech qui a trouvé là un nouveau terrain de chasse à sa mesure.

Les Occidentaux, Américains en tête, continent à soutenir Riyad car ils n’ont guère le choix. Ils fournissent les bombes qui sont larguées sur le Yémen, mais on ne sait plus trop bien sur qui… Pour le lobby militaro-industriel, cela n’a pas trop d’importance dans la mesure où il fonctionne en plus tendu fournissant - contre larges rétributions - les appareils de Mohamed Ben Salman, le prince héritier et ministre de la défense en titre. Quant à l’État hébreu, il ne lui est pas possible d’émettre la moindre critique au moment où il est parvenu à nouer des relations constructives avec Riyad.

Et la Syrie ! La situation est plus que confuse. Depuis le 20 janvier 2018, l’armée turque épaule quelques milices insurgées qu’elle a largement contribué à former - tout en doutant de leur réelle valeur opérationnelle - pour envahir une partie du canton d’Afrin peuplé majoritairement de Kurdes accusés d’être liés au Parti de l’Union Démocratique (PYD), le cousin germain du PKK turc (ce qui est totalement vrai)! Le président Recep Tayyip Erdoğan menace, une fois la ville d’Afrin prise, de poursuivre sur Manbij où sont stationnées des unités US en appui des Forces démocratiques syriennes (FDS) constituées majoritairement d’unités dépendant du PYD. « Si nous sommes attaqués, nous répliquerons » affirme l’état-major américain local ! Heureusement, pour l’instant nous n’en sommes qu’au niveau des gesticulations, cela dit, elles commencent à être assez coûteuses en vies humaines pour l’armée turque qui rencontre une défense kurde qui, si elle cède quelques kilomètres, crée des pertes dans ses rangs. De plus, il semble que depuis qu’un chasseur bombardier Su-25 russe s’est fait abattre le 3 février au-dessus de la province d’Idlib voisine, Moscou pourtant prévenu de l’assaut turc, aurait « demandé » à l’aviation d'Ankara de rester dans son espace aérien, ce qui n’empêche pas les pilonnages d’artillerie…

De leur côté, les Américains solidement installés à l’est de l’Euphrate - les forces gouvernementales appuyées par les Russes et les Iraniens étant globalement à l’ouest, Manbij excepté - auraient repoussé le 7 février une offensive de « milices progouvernementales » syriennes - sans que l’on sache bien lesquelles -, contre le QG des FDS dans la région de Deir ez-Zor en faisant « une centaine de victimes » (une vingtaine selon d’autres sources). L’affaire semble plus compliquée qu’annoncée, Washington cherchant à priver Damas à l’accès à ses ressources en hydrocarbures de manière à étrangler économiquement l’administration actuellement aux commandes. Il faut rappeler qu'une des constantes de la politique des États-Unis suivis par les Occidentaux reste la chute de Bachar el-Assad. 

Pour toutes les parties, surtout pour les Américains et les Russes, Daech est vaincu. Les Russes ont alors décidé de renvoyer des troupes dans la mère Patrie mais, d’un autre côté, ils ont procédé à des renforcements pour tenir quelques bases aériennes qui leur sont nécessaires en dehors de Hmeimim. Les Américains pour leur part, après un moment d’hésitation, semblent décidés à rester pour ne pas laisser le champ libre aux Russes, aux Iraniens (à la demande de leur allié israélien qui multiplie les frappes aériennes - plus d’une centaine selon leur propre aveu - sans que personne n’y trouve quelque chose à redire) et aux forces gouvernementales syriennes régulièrement accusées d’employer des gaz chlorés à défaut de sarin.

Paris exige (si, si, exige …, nous doutons de rien) que les forces qui n’ont rien à faire en Syrie s’en aillent : les Iraniens, le Hezbollah et, en sous-entendu, les Russes ! Un détail semble avoir échappé aux responsables politiques français : ces forces sont présentes à la demande d’un gouvernement légalement reconnu à l’ONU même s’il est accusé des pires crimes de guerre. Si on s’en tient aux textes, et il est vrai rien qu’aux textes, les seuls envahisseurs « illégaux » sont les Turcs et les forces occidentales qui soutiennent les FDS sans aucun mandat international ! Si l’affaire se poursuit, il n’est même pas exclu que les Turcs affrontent des forces occidentales dans un pays étranger, la Syrie ! On ne sait pas où on va mais il semble qu’on y est… À noter que des acteurs majeurs ont littéralement disparu de la scène accaparés par leurs propres problèmes relationnels : l’Arabie Saoudite et le Qatar. Là aussi les Occidentaux sont gênés car ils sont dans l'impossibilité de choisir. Il est vrai que c'est aussi le cas pour Moscou.

Par contre, les salafistes-djihadistes dépendant - officiellement ou pas - d’Al-Qaida « canal historique » sont toujours bien présents, en particulier dans la province d’Idlib que les forces gouvernementales syriennes sont dans l’incapacité tactique de reprendre, dans la région de Damas, de la Ghouta orientale, de Deir ez-Zor et dans le sud du pays. Même Daech est réapparu là où personne ne l’attendait vraiment : au sud-est de la province d’Idlib (déclaré pour l’occasion « wilayat du califat »).

Il semble seulement qu’une partie des combattants étrangers s’est retrouvée abandonnée après la chute de Raqqa. Paris s’interroge sur ce qu’il convient de faire pour ses concitoyens aux mains des Kurdes (une centaine selon le ministre des Affaires étrangères). Là aussi, une lecture attentive des textes régissant les relations internationale serait nécessaire. La France ne dicte pas ses volontés à la planète. De toute façon, ces prisonniers sont aux mains des Kurdes qui n’ont pas d’existence « légale » en tant qu’« État ». Cela ne peut se passer qu’à travers des négociations secrètes mais il faudrait avoir quelque chose à offrir en échange. Étant déjà dans l’illégalité (ce qui n’est pas le cas en Irak où nos forces sont présentes - au moins pour partie - à la demande de Bagdad) comme cela a été évoqué plus avant, pourquoi s’arrêter en si bon chemin… Le problème réside dans le fait que Paris n’a aucun moyen pour imposer ses volontés à qui que ce soit !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Une femme et son bébé percutés par une trottinette électrique à Paris
06.
Les vraies raisons pour lesquelles Bruno Le Maire estime que « l’euro n’a jamais été aussi menacé »
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 11/02/2018 - 10:49
Ratatinés
En lisant les commentaires sur Atlantico, je me rends compte que parmi les personnes âgées, beaucoup ont le cerveau tellement ratatiné, qu'ils sont devenus complètement incapables d'assimiler les idées simples et claires, surtout cela les change de leurs routines, habitudes de pensée et préjugés enkystés.
moneo
- 11/02/2018 - 08:39
je n' y avais pas pensé
Ganesha est repère de Louis Sarkozy
vangog
- 09/02/2018 - 20:20
Parfaitement d'accord avec les 2 premiers commentaires!
Au Moyen-Orient, la diplomatie de phoque de la France gauchiste n’a jamais rien compris à rien, toujours mis les pieds où il ne fallait pas, toujours réagi à contre-temps...si elle avait un peu de cojones, elle prendrait l'initiative de proposer une Nation kurde, à cheval sur Syrie et Irak, et dirait merde au sultan neo-fasciste Erdogan. Je dis bien: si elle avait des cojones...