En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Thomas SAMSON / AFP
Report de travaux
Grand Paris et transports en commun : mais quand les arbitrages publics prendront-ils enfin en compte la France de ceux qui n’habitent pas dans les centre-villes ?
Publié le 08 février 2018
Au regard des dernières orientations prises, la résorption des difficultés des travailleurs pendulaires franciliens n’apparaît que secondaire, la logique de la concurrence internationale pour l’organisation d’un événement planétaire comme les JO 2024 prenant le dessus sur les besoins du quotidien.
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au regard des dernières orientations prises, la résorption des difficultés des travailleurs pendulaires franciliens n’apparaît que secondaire, la logique de la concurrence internationale pour l’organisation d’un événement planétaire comme les JO 2024 prenant le dessus sur les besoins du quotidien.

Atlantico : Comment interpréter l'agencement du calendrier de réalisation du Grand Paris Express en intégrant de façon prioritaire les "lignes jugées stratégiques" pour les JO de 2024 ? Ne peut-on pas voir ici que la priorité ne semble pas de résoudre les difficultés de transports rencontrées par les habitants ?

Laurent Chalard : Le choix du gouvernement d’Edouard Philippe de réaliser prioritairement les lignes de métro du Grand Paris Express desservant les sites des Jeux Olympiques de Paris 2024 s’explique, assez simplement, par le fait que les autorités, s’inscrivant dans une logique de concurrence internationale entre les « villes globales » inhérentes à la mondialisation de l’économie, privilégient consécutivement le bon déroulement d’un évènement d’ampleur planétaire, au rythme d’organisation séculaire. Les Jeux Olympiques étant une vitrine internationale du Grand Paris, pour une raison de crédibilité évidente, l’Etat s’efforce à ce que tous les sites, où se dérouleront les jeux, soient desservis en temps voulu par les nouvelles lignes de métro. En effet, l’expérience montre que les retards dans la mise en place des infrastructures olympiques ont mauvaise presse, qui plus est lorsque le monde entier à les yeux braqués sur une ville.

Effectivement, il s’ensuit que la résorption des difficultés des travailleurs pendulaires franciliens n’apparaît que secondaire, la logique de la concurrence internationale pour l’organisation d’un évènement planétaire prenant le dessus sur les besoins du quotidien. Cependant, ce problème n’est pas spécifique aux JO de 2024, mais remonte à l’origine du projet, puisqu’on a l’impression que le Grand Paris Express a beaucoup plus été conçu comme un réseau de transports répondant uniquement à des stratégies de concurrence internationale, en l’occurrence relier rapidement différents « clusters » décrétés arbitrairement par l’Etat, que comme un réseau fait pour ses habitants, dont l’objectif principal serait de réduire les temps de trajet de la majorité des travailleurs pendulaires franciliens. Cet objectif passerait par une combinaison des modes de transport, un métro ne pouvant résoudre à lui seul tous les problèmes de déplacements des franciliens, en particulier en Grande Couronne, où se pose la question sensible de la circulation automobile, les « bouchons » étant de plus en plus importants au fur-et-à-mesure du temps.

Dans quelle mesure les choix réalisés peuvent venir conforter le fossé creusé entre métropole et périphérie ?

Le projet du Grand Paris Express apparaissant comme mégalomaniaque, il risque d'obérer l'investissement public sur le reste du territoire français. En effet, pensé en temps de crise économique avec un budget, sous-estimé au départ comme toujours dans ce type de projet, le coût du Grand Paris Express est totalement au-delà des capacités financières réelles de l'Etat. Il s’ensuit que les sommes investies, qui ne feront que grossir au fur-et-à-mesure des années, ne pourront être allouées à d’autres projets de moindre envergure, mais, tout aussi utile, en Ile de France et dans le reste du territoire hexagonal. Comme ce fut le cas par le passé, avec le projet inutile du tunnel de l’A 86 ouest, l’argent public risque d’être concentré pour une bonne décennie, voire plus, dans un projet, qui, à l’arrivée, ne résoudra que partiellement la congestion francilienne. En outre, le fossé économique entre la métropole parisienne et le reste du territoire risque donc de s’accentuer, le Grand Paris Express concentrant les créations d’emploi.

Alors que le constat de la France périphérique a été largement traité dans les médias et par le monde politique lui-même, comment expliquer des choix qui semblent conforter les causes du problème ? Le résultat d'une France périphérique décrochée est-il simplement le résultat d'une approche structurelle du pays qui ne serait en rien remise en question ?

Si les hommes politiques, de tous bords, parlent souvent de la « France Périphérique » et courtisent son électorat, il n’en demeure pas moins que les décisions prises au plus haut niveau de l’Etat depuis l’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir en 2007 ne conduisent, inévitablement, qu’au renforcement des grandes métropoles, que ce soit à travers les politiques d’infrastructures ou la réforme territoriale. Ces choix sont la conséquence de la prise de pouvoir des élites urbaines dans la classe politique française, où la ruralité était auparavant largement surreprésentée. Or, ces élites ayant totalement intériorisé les logiques économiques de la mondialisation, présentée comme une concurrence effrénée entre les grandes métropoles de la planète, elles concentrent donc leurs actions vers le renforcement du poids politique et économique des grandes métropoles françaises, ce qui est, d’ailleurs, plutôt couronné de succès. Selon leur mode de pensée, la croissance des principales agglomérations hexagonales aurait un effet d’entraînement mécanique sur le reste du territoire.

Néanmoins, dans les faits, les choses ne sont pas aussi simples pour deux principales raisons. Tout d’abord, les métropoles françaises sont, pour l’instant, insuffisamment nombreuses et insuffisamment peuplées pour pouvoir espérer rayonner sur l’ensemble du territoire. De vastes zones restent en-dehors de l’influence des grandes métropoles, ne pouvant donc espérer en retirer un quelconque bénéfice. Seconde raison, rien ne prouve que le développement économique des grandes villes a un effet d’entraînement sur l’ensemble de leur zone d’influence. En effet, historiquement, les cas de métropoles vampirisant leur arrière-pays sont légions. Il suffit pour cela de penser à Paris, qui a, pendant très longtemps, empêché le développement des agglomérations les plus proches d’elle. D’ailleurs, à l’heure actuelle, le Bassin Parisien, bien que sous influence incontestable de la capitale, ne se porte pas très bien sur le plan économique. Par exemple, les habitants du département de l’Yonne peuvent légitimement s’interroger sur les effets d’entraînement de la métropole parisienne sur leur territoire !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
03.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
07.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 08/02/2018 - 17:13
@wwmat
Oui le chancre ou la grosse araignée bien grasse du réseau français “en toile d’araigene”
Elle nous impose un empire parisien maquillé en République française”. Quelle sinistre farce!
wwmat
- 08/02/2018 - 14:28
Paris
est devenu un gros chancre pompant les forces vives et les ressources de la nation et ne reversant rien si ce n'est une politique complètement déconnecte de la réalité de la plupart des français.
Deudeuche
- 08/02/2018 - 13:35
Donc la reapropriatoon des intérêts
De la France dite périphérique (a l’image de l’autoroute circulaire construit dans les années 60 autours de Paris) c’est à dire....la France qui ne demande qu’a retrouver sa liberté volée par l’etat Parisien.