En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

03.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

04.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

05.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

06.

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

07.

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 11 heures 14 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 12 heures 53 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 15 heures 46 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 16 heures 54 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 18 heures 7 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 18 heures 33 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 19 heures 49 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 19 heures 57 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 20 heures 21 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 11 heures 54 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 15 heures 50 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 17 heures 12 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 17 heures 44 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 18 heures 25 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 19 heures 32 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 19 heures 56 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 20 heures 20 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 20 heures 22 min
© Reuters
© Reuters
Prudence requise

Alerte sur les marchés : les Français face aux injonctions contradictoires du gouvernement en matière de placements

Publié le 07 février 2018
En raison de la baisse actuelle des cours boursiers, les investisseurs pourraient être amenés à voguer vers des terres plus sereines, notamment l’immobilier, une valeur refuge depuis des années.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En raison de la baisse actuelle des cours boursiers, les investisseurs pourraient être amenés à voguer vers des terres plus sereines, notamment l’immobilier, une valeur refuge depuis des années.

Atlantico : Alors qu'un vent de froid frappe les places boursières mondiales, conduisant à la chute des marchés actions, une poursuite du phénomène pourrait pousser les investisseurs à choisir des actifs d'une nature plus "sécurisante" comme l'immobilier. Paradoxalement, alors que le gouvernement a mis en France l'IFI (Impôts sur la fortune immobilière), les investisseurs pourraient être ainsi contraints pas des injonctions paradoxales. Dans quelle mesure ce schéma pourrait conduire à ne faire que des perdants, entre les investisseurs d'une part mais également les projets de soutenir l'investissement "productif" par le gouvernement ?

Philippe Crevel : La correction du marché « actions » était attendue et est salutaire. La progression de ces derniers mois était trop rapide et était déconnectée des fondamentaux économiques. Elle a été provoquée par la réforme fiscale de Donald Trump et par un engouement pour les firmes du secteur NTIC. Le plein emploi aux Etats-Unis et la progression des salaires incitent la Banque centrale américaine à mettre en œuvre son plan d’augmentation des taux d’intérêt. La sortie des taux historiquement bas est un moment un peu délicat, surtout sur des marchés gorgés de liquidités, car ils amènent à des arbitrages assez importants.

En matière de placements, il ne faut pas céder au diktat du moment. La baisse actuelle des cours boursiers n’a rien à voir avec celle de 2008 ou de 2011. A l’époque, le système financier était menacé d’implosion en raison du blocage des échanges interbancaires. En ce début d’année, le contexte économique est bien orienté. La croissance s’affirme dans un grand nombre de pays et les entreprises dégagent des bénéfices croissants. Certes, la politique économique américaine n’est pas des plus adroites qu’il soit. En effet, en décidant une importante réduction des impôts en faveur des entreprises, Donald Trump entend accélérer la croissance d’une économie en situation de plein emploi. Il risque de la placer en surchauffe avec à la clef un accroissement du déficit commercial et du déficit budgétaire. La conséquence sera une augmentation plus rapide que prévu des taux et donc des tensions sur les marchés.

L’Europe sera placée sous tension du fait de l’écart entre les taux directeurs de la FED et ceux de la BCE. Le danger sera encore plus important pour les pays émergents qui pourraient être touchés par des fuites de capitaux, ces derniers étant attirés par le marché obligataire américain.

Pour le Gouvernement français, ce changement de cap ne devrait pas remettre pas en cause sa volonté de réorienter l’épargne des Français vers les entreprises. A priori, l’ajustement ne devrait pas être trop long. Il pourra donner lieu à des à-coups mais il s’agit avant tout d’anticipation par rapport aux décisions à venir de la banque centrale. Certes, si la situation devait perdurer, cela compliquera sa communication.

Son problème sera avant tout budgétaire. Le changement de cap des taux entraîne un surcroît de dépenses pour l’État, devrait avoir quelques incidences sur la production de prêts à l’habitat (voir ci-dessous), et améliorer à terme la rémunération des épargnants.

En ce qui concerne les finances de l’État, La Cour des comptes avait souligné que la diminution des taux était responsable de 40 % de la réduction des déficits entre 2011 et 2016. Le service de la dette, c’est à dire le paiement des intérêts, a diminué de plus de 11 milliards en quatre ans quand, dans le même temps, le poids de la dette au sein du PIB a gagné plus de 5 points. La remontée des taux s’accompagnera d’une augmentation du coût de la dette. L’Agence France Trésor a ainsi calculé qu’un relèvement du taux de 1 % entraîne un surcroît de dépenses au titre des intérêts de 2,1 milliards d’euros la première année et de 6,9 milliards au bout de trois ans. Pour atténuer ce choc, le Gouvernement espèrera compter sur une reprise de l’inflation et de la croissance qui améliorera les recettes.

Dans le cas d'une fuite des capitaux des marchés actions, le marché immobilier serait-il susceptible d'offrir une porte de secours aux investisseurs, ou faudrait il craindre, dans un tel cas, une corrélation baissière des deux classes d'actifs ?

Philippe Crevel : L’immobilier a été, ces dernières années, une valeur refuge. Les progressions ont été importantes, en premier lieu pour l’immobilier de logement. Les prix ont doublé en une dizaine d’année sur Paris. Ce marché est sensible aux évolutions de taux. S’ils augmentaient fortement et durablement, cela pourrait casser le mouvement haussier. L’immobilier est un actif peu liquide et donc en cas de changements de caps sur les marchés, il n’est pas le meilleur des supports. Les investisseurs souhaiteront avant tout rester liquide pour pouvoir réinvestir en fonction des taux et de la valeur des actions.

Dans le cas d'une poursuite de la baisse des marchés actions, et une contrainte fiscale immobilière, quels seraient les actifs qui pourraient trouver la faveur des investisseurs soucieux de sécuriser leurs positions ?

Philippe Crevel : : Etrangement, je dirai les actions. En période de baisse, il faut toujours jouer à contre-courant. A ce sujet, cette baisse en début de saison est de bon aloi. Elle ouvre la voie à des plus-values en fin d’année. Vendre après un cycle porteur permet de reprendre des positions plus basses et donc offrant un potentiel de hausse. Sinon, l’augmentation des taux donne la possibilité de s’intéresser aux obligations mais au regard de l’inflation, leur rendement reste encore faible. Il vaut mieux jouer les obligations américaines qui offrent de meilleurs rendements ; en outre, il est possible que le dollar s’apprécie à nouveau par rapport à l’euro en raison des mouvements de capitaux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DANIEL74000
- 08/02/2018 - 09:05
Etat omnipotent et incompétent
Les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent ! J'ai même été lésé par une information de Poujadas d'Antenne 2 sur les diamants de diamépargne valeur sure pour échapper au racket du livret A. En nous payons un impôt pour se faire détruire !!!
WhiteWalker
- 07/02/2018 - 11:21
L'immo est le pire des placements
L'immo valeur refuge ? C'est oublier les locataires mauvais payeurs, la justice laxiste envers eux, les squatters maintenant protégés par la trève hivernale, les normes démentielles.
Pour revendre un appartement, un dossier monstrueux est à constituer. C'est un véritable scanning, non seulement de l'appart, mais aussi de la copropriété (on a intérêt à avoir un syndic qui envoie rapidement les docauments) et plein de diagnostics très chers à la charge du vendeur. Outre les diagnostics prévus par l'Etat, il y a aussi des villes qui se mettent à inventer les leurs.
La possibilités pour les villes d'exercer un droit de préemption sous les prétextes les plus divers n'est pas rare, et ce droit de préemption peut s'accompagner d'une offre moindre que celle du candidat-acquéreur privé.
wwmat
- 07/02/2018 - 10:40
Valeur refuge.....
laissez-moi rire. En ce qui me concerne je me sépare de tout ce que je possède en France avant qu'une association payée avec mes impôts me foutent dehors de mes biens pour plus de "justice sociale". De toute façon la rentabilité n'est plus là, par contre les emmerdes je vous dis pas..... Et en parlant de vente, une petite pensée pour Sarko le traitre (la droite classique n'aura plus jamais mon vote) et sa plus-value sur les résidences secondaire.