En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© AFP
Destin funeste
Naval Group : ce fleuron industriel français que le gouvernement s’apprête à céder en silence
Publié le 07 février 2018
L’ex-DCNS, devenu Naval Group, fleuron industriel français, devrait progressivement être intégré à un « Airbus » maritime. C’était l’objet même du voyage de Bruno Le Maire et de Florence Parly en Italie, la semaine dernière. Après la cession d’Alstom, Macron a donc décidé de sceller un sort européen à un nouveau groupe industriel français…
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’ex-DCNS, devenu Naval Group, fleuron industriel français, devrait progressivement être intégré à un « Airbus » maritime. C’était l’objet même du voyage de Bruno Le Maire et de Florence Parly en Italie, la semaine dernière. Après la cession d’Alstom, Macron a donc décidé de sceller un sort européen à un nouveau groupe industriel français…

L’information est passée inaperçue. Mais, dans le long roman des Chantiers Navals de l’Atlantique, le gouvernement français vient de franchir une nouvelle étape: celle du rapprochement avec l’italien Fincantieri. Jeudi dernier, Bruno Le Maire et Florence Parly ont rencontré leurs homologues cisalpins pour évoquer le dossier.

Un fleuron industriel de moins en France

L’intention du gouvernement est claire: au nom de la mythique taille critique, les Chantiers Navals devenus Naval Group doivent « se rapprocher » d’autres acteurs. Autrement dit, c’est le début de la vente à l’encan. 

Comme le dit le communiqué du gouvernement : "Cette alliance permettra la construction d’un projet industriel et commercial solide entre les deux groupes. Celui-ci se concrétisera notamment par la conception et la réalisation conjointes de bâtiments de surface, dont le bâtiment de soutien et de ravitaillement devrait être un premier exemple".

Qu’en termes choisis ces choses-là sont dites! Progressivement, donc, la savoir-faire stratégique français devrait être intégré à un ensemble européen où la France ne sera plus majoritaire. 

On notera en effet que le tour de table de l’ensemble n’est pas encore acté. Mais Fincantieri devrait, avec l’Italie, réclamer au moins 50% dans cet ensemble, comme l’entreprise italienne l’avait revendiqué au printemps 2017.

La manie macronienne des alliances léonines

Les salariés de Naval Group peuvent quand même se faire quelques soucis s’ils s’intéressent à la précédente expérience d’alliance: le rapprochement entre Alstom et Siemens. L’opération fut présentée il y a six mois comme une grande réussite française par Bruno Le Maire. 

« Je prends mes responsabilités parce que je crois à cette fusion. Je crois qu’elle est bonne pour le pays, bonne pour la France »

Six mois plus tard, les syndicats français sont vent debout contre le projet de filialisation présenté par Siemens. Selon eux, Siemens n’a guère de projet industriel pour l’entité française, et cherche seulement à récupérer du dividende. 

Chacun pensera ce qu’il voudra de cette perception syndicale. Il n’en demeure pas moins que le gouvernement français accepte un dispositif où Siemens détient 50% du capital, et 6voix sur 11 au conseil d’administration…

Voilà qui en dit long sur la capacité de l’actuelle majorité à préserver les intérêts durables des entités industrielles qu’elle ne croit plus viable dans l’espace de nos frontières. 

Macron intoxiqué par une idéalisation de la mondialisation?

Dans un monde capitaliste « normal », les entreprises jouent le jeu de la concurrence pour se développer. Dans le capitalisme français, la concurrence est perçue comme négative, et les pouvoirs publics préfèrent la contourner en nouant des stratégies d’alliance avec les autres acteurs du marché. Contre la nature du capitalisme, le gouvernement français tend donc à monter des cartels. 

C’est un réflexe propre à nos hauts fonctionnaires partis pantoufler dans le privé. Cette caste de managers étrangère à l’esprit d’entreprise considère que les affaires doivent allègrement s’affranchir des règles concurrentielles pour atteindre la « taille critique » et affronter la mondialisation. Macron, qui adore jouer l’Européen, l’homme du marché unique, n’échappe pas à ce réflexe monopolistique qui percute les valeurs qu’il prône. 

Cette éthique du cartel a un prix. Les entreprises étrangères qui s’entendent proposer des alliances sont en position de force pour négocier face à une France demandeuse. Nos énarques au pouvoir croient faire oeuvre utile en agissant de la sorte. Ils placent systématiquement nos fleurons industriels en position de faiblesse en se présentant, à la façon des bourgeois de Calais, avec une corde sur le cou.

Leur aveu d’impuissance à relever le défi de la concurrence industrielle a beau se réfugier derrière le discours théorique de la « taille critique ». Il n’en constitue pas moins un suicide industriel assisté qui permet à nos concurrents de faire main basse à bon compte et sans coup férir sur l’ossature de notre histoire industrielle. 

Ne nous leurrons pas, la caste arrogante au pouvoir porte une écrasante responsabilité dans le naufrage industriel du pays. Tout cela au nom des bienfaits de la mondialisation, bien entendu. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
07.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gilbert perrin
- 07/02/2018 - 07:31
sur le fond, les raisonnements sont catastrophiques...
il n'y a que de la langue de bois ????
Pourquoi-pas31
- 06/02/2018 - 21:51
DCNS est une entreprise stratégique
qui construit et entretien les navires de la Marine Nationale. La France sera une fois de plus désarmée lorsque le prochain conflit surviendra et en général, les conflits nous sont imposés. La Marine Nationale est déjà à l'état d'échantillon, alors autant dire insuffisante. Notre force de dissuasion ne va plus dissuader du tout !!
Anouman
- 06/02/2018 - 20:59
A l'insu
Minime vous exagérez. S'il est possible que Macron ait été élu, par défaut, rien n'obligeait les électeurs à lui donner une majorité absolue à l'assemblée. Il a donc été élu en toute liberté par ceux qui sont allés voter. Quant à ceux qui se sont abstenus il n'ont pas de raison de se plaindre puisque le choix leur était indifférent.