En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

05.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

07.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

ça vient d'être publié
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 24 min 5 sec
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 4 heures 40 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 14 heures 5 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 15 heures 20 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 16 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 19 heures 44 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 21 heures 55 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 2 heures 7 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 2 heures 34 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 5 heures 6 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 14 heures 38 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 16 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 19 heures 35 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 21 heures 13 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 1 jour 1 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Bizarre...

L’étonnante non-politique africaine d’Emmanuel Macron

Publié le 05 février 2018
Emmanuel Macron revient de trois jours de visite officielle au Sénégal, moment obligé de la politique africaine en France. Les images people se sont succédées, façon Françafrique, et on commence à voir quelle inflexion Emmanuel Macron veut donner aux relations avec ce continent longtemps sous influence française. Fidèle à son discours de Ouagadougou, Emmanuel Macron dit vouloir abandonner la doctrine historique de la France en Afrique. Et si le Président n’avait pas de doctrine sur le sujet?
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron revient de trois jours de visite officielle au Sénégal, moment obligé de la politique africaine en France. Les images people se sont succédées, façon Françafrique, et on commence à voir quelle inflexion Emmanuel Macron veut donner aux relations avec ce continent longtemps sous influence française. Fidèle à son discours de Ouagadougou, Emmanuel Macron dit vouloir abandonner la doctrine historique de la France en Afrique. Et si le Président n’avait pas de doctrine sur le sujet?

ue cela soit dit: la France n’a plus de politique africaine! Au Sénégal, là où Sarkozy s’était fâché avec l’Afrique francophone lors d’un discours tonitruant rédigé par Henri Guaino, Emmanuel Macron a exposé sa contre-doctrine, dans la foulée du discours de Ouagadougou. Et on en reste bouche bée.

La non-politique africaine: une nouvelle vision

La méthode déconcerte. Notre Macron national, d’ordinaire si prolixe en discours surabondant, parfois interminables (pour souvent ne pas dire grand chose), n’en a pas prononcé, au Sénégal, un seul sur la politique africaine qu’il entend mener. C’est au Journal du Dimanche qu’il s’est adressé pour dire sa vision, comme si le sujet ne concernait que les journalistes français et pas les Africains. 

On comprend bien l’inspiration générale. À Ougadougou, Macron avait d’ailleurs dit:

je ne vais pas venir vous dire que nous allons faire un grand discours pour ouvrir une nouvelle page de la relation entre la France et l’Afrique. Ou je ne suis pas venu ici vous dire quelle est la politique africaine de la France comme d’aucuns le prétendent. Parce qu’il n’y a plus de politique africaine de la France !!

Tout était effectivement dit: le président Macron ne porte plus de politique africaine. Certains s’en réjouiront. D’autres plaideront qu’il s’agit d’une simple normalisation. 

On peut se demander s’il ne s’agit pas tout simplement d’une limite désormais atteinte par le Président: peut-être, qu’au fond, Emmanuel Macron n’a pas de vision concernant l’Afrique, parce qu’il n’a jamais vraiment réfléchi au sujet. 

Une politique de visas simplifiés avec le Sénégal

Dans les micro-annonces de son voyage au Sénégal, certaines mesures sont passées inaperçues. En particulier, le président a annoncé la mise en place de visas de circulation ainsi présentés dans la presse africaine:

visas de circulation qui permettent aux étudiants, aux académiques, aux politiques, aux hommes et femmes d’affaires de circuler beaucoup plus librement et sans autres procédures.

Ah! si c’est pour les hommes et les femmes d’affaires, les enseignants et les politiques, tout va bien! Mais il n’est pas sûr que tous les Français aient bien compris que la non-politique africaine d’Emmanuel Macron revienne à ouvrir les frontières françaises aux Africains. 

En soi, cette décision n’est pas choquante. Mais elle mériterait au minimum un débat national. Curieusement, Emmanuel Macron ne se répand pas sur le sujet dans son interview au JDD.

L’écran de fumée de la lutte contre le réchauffement climatique

Accessoirement, le président a occupé le terrain de la communication en faisant grand cas d’une aide de 15 millions d’euros à Saint-Louis du Sénégal pour lutter contre l’érosion due au réchauffement climatique. C’est évidemment une mesure sympathique. Mais elle reste très anecdotique rapportée au milliard et demi engagé par la France depuis l’an 2000 au Sénégal. 

Un glissement vers une politique au cas par cas?

Reste à savoir si l’effet de communication sur ce micro-projet (comparé aux grandes politiques de concessions menées en Afrique) cache un renversement effectif de l’action bilatérale française en Afrique. Décidons-nous de ne plus soutenir politiquement les régimes en place? de nous contenter de financer au cas par cas des projets ponctuels qui nous semblent utiles? s’agit-il d’une volonté de renoncer à long terme à la « Françafrique », cette influence politique française dans une espèce de division internationale du travail?

La France laisse-t-elle peu à peu la place à la Chine et aux États-Unis?

Derrière ce mouvement en apparence sympathique (on aime tous la lutte contre les effets du réchauffement climatique en Afrique), la question est de savoir si la France a une vision durable d’un nouveau partenariat avec ce continent, ou si elle se contente simplement de reculer peu à peu et de laisser la place aux autres. Car l’Afrique fait l’objet de puissantes convoitises de la part de la Chine et des États-Unis. Avons-nous décidé de leur laisser le champ libre?

Là encore, tout est question de transparence. Si ce choix est assumé, il suffit de l’expliquer: la France n’a plus les moyens de la Françafrique. Elle ne veut plus être un soutien historique à certaines forces politiques du continent. Elle se retire du jeu, et se contente d’être un financeur de projet, comme le peut l’être la Suède, ou le Danemark, ou n’importe quel modeste État-membre de l’Union. 

Vers une politique migratoire tournée vers les élites

On notera par ailleurs que les choix d’Emmanuel Macron laissent à penser que la France a décidé de pratiquer, sans le dire, une politique migratoire sélective. Des visas de circulation pour les diplômés africains dont nous avons besoin, et le tour est joué. 

 

Reste à simplifier désormais les formalités de recrutement d’étudiants africains dans les entreprises françaises. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

05.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

07.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
OLYTTEUS
- 05/02/2018 - 22:04
les Français ne sont pas consultés
mais cela est habituel....bonjour la démocratie: le président décide, circulez, il n'y a rien à voir.
Et puis' comme en France, Macron favorise les bourgeois sénégalais.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 05/02/2018 - 15:47
La seule politique viable
La seule politique viable pour l'Afrique et l'Europe passe par le contrôle des naissances en Afrique...... Rien d'autre !
vangog
- 05/02/2018 - 13:24
La politique africaine de Macron-Rothschild? pomper les forces
vives du tiers-monde, dans l’espoir de l’éroder un peu plus, et susciter une mini-croissance improbable française, grâce à l’émigration africaine...tu parle d’une vision! Ce mec marche à l’envers de l’histoire. Il faut, au contraire, encourager l’Afrique à conserver ses forces vives, ses professeurs, ses médecins, afin de la développer et la faire sortir de la pauvreté, et cesser de filer des pourboires français aux chefs d’état africains, pour les remercier de leur corruption!...seule la politique étrangère du Front National permettra à l’Afrique de s'émanciper de cette vieille politique de soumission...