En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 12 min 58 sec
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 2 heures 37 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 3 heures 51 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 6 heures 28 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 7 heures 26 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 8 heures 11 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 8 heures 42 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 9 heures 6 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 9 heures 41 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 2 heures 15 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 3 heures 2 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 5 heures 3 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 6 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 8 heures 6 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 8 heures 27 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 8 heures 59 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 9 heures 41 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Préparation

Crue de la Seine, crue médiatique... Voilà pourtant tout ce que vous n’avez pas vu dans tous ces reportages

Publié le 03 février 2018
A la vue de l’ensemble des reportages, tout se passe à peu près bien : les salles de crise sont opérationnelles, tous les services de l’État, des départements, des villes et communes sont mobilisés... Mais en cas de crue centennale, cela ne serait absolument pas le cas.
Christian Sommade
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Sommade est délégué général au Haut Comité Français pour la Défense Civile.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la vue de l’ensemble des reportages, tout se passe à peu près bien : les salles de crise sont opérationnelles, tous les services de l’État, des départements, des villes et communes sont mobilisés... Mais en cas de crue centennale, cela ne serait absolument pas le cas.

Deux jours entiers de BFM TV sur la crue de la Seine, les téléspectateurs sont inondés, c’est pour ceux qui travaillent à un titre ou un autre à la résilience des organisations et à la préparation des populations une bonne chose, même s’il faut prendre garde à ne pas saturer le créneau. En effet, cela sensibilise les populations à ce risque extrêmement conséquent, notamment en termes de désorganisation sociale et de coûts économiques (15 à 30 milliards de coûts directs et le double en indirects) et trop souvent oubliés de la majeure partie de la population francilienne, à l’exception de ceux qui vivent près du fleuve... Ce n’est pas non plus une campagne de publicité payée par l’État ou les communes. Donc tout le monde peut se faire un peu de pub, et pourquoi pas. C’est très bien…

Et, je dois avouer qu’à la vue de l’ensemble des reportages, tout se passe à peu près bien… les salles de crise sont opérationnelles… Tous les services de l’État, des départements, des villes et communes sont mobilisés et tout se passe relativement bien… même si certains nous expliquent que si c’était la « vraie crue » cela ne se passerait pas de la même manière… Néanmoins, le sentiment général est que « nous savons faire », même si tout n’est pas parfait….

Or, cela n’est absolument pas vrai, l’ensemble des salles opérationnelles parisiennes et gouvernementales sont dans des zones inondables et seraient inopérable en cas de crue majeure (1901). C’est vrai pour les salles de commandement et de crises de la Préfecture de Police, de la Mairie de Paris, du Centre de crise du MAE, du Centre de crise de Bercy (COBER), du CPCO à Balard (mais ce dernier a semble-t-il été conçu pour opérer malgré cela), et même de la CIC, place Beauvau... toutes sauf une en sous-sol. Certes, des plans de continuité existent, quelques déménagements sont prévus (souvent pas ou peu tester) mais dans des modes tellement dégradés que l’on ne voit pas, face à un niveau de sollicitation extrême, comment ces salles opérationnelles pourraient remplir leurs fonctions. De même, au plan économique, combien d’entreprises ont réellement des plans de continuité d’activité à jour pour faire face à la crue de la Seine ?, je ne connais pas de statistiques disponibles à cet égard, mais je serais surpris que cela dépasse 5 % sur l’ensemble des entreprises de l’Île-de-France. De même combien de communes d'ile de France ont leur Plan Communal de Sauvegarde fait, à jour et complet ?

Car, le rapport de l’OCDE paru cette semaine le dit bien : Globalement depuis quatre ans une prise de conscience a été entreprise, mais force est de constater que les résultats ne sont pas là : les décisions concernant les grands investissements d’aménagement ne sont pas prises, la planification n’a pas beaucoup évolué, les dispositifs de gestion de crise ne seraient pas toujours opérationnels au niveau il conviendrait (cf Page 15 du rapport OCDE), compte tenu de la nature de l’événement… les plans post-crise de reconstruction de réaménagement n’existent pas.

Les effectifs des personnes en charge de la planification à la zone de défense de Paris n’ont pas beaucoup évolué, en tout cas, nous somment très loin de l’effort en regard des enjeux. Seuls les grands opérateurs, qui ont compris les enjeux et leur responsabilité, commencent à investir de manière notable sur la réduction de vulnérabilité de leurs réseaux et améliorent de manière continue leurs dispositifs de gestion de crise.

Or les enjeux sont majeurs: tout d’abord les enjeux olympiques, que deviendrait la candidature de Paris si au printemps 2024 la crue centennale frappait Paris ? – Les enjeux économiques, entre 30 et 60 milliards, un poids énorme sur les finances publiques nationales, et une attractivité « Parisienne » serait perdu pour plusieurs mois voire plusieurs années..

Il faut donc réaliser un vrai programme pour faire face à la vraie crue (la centennale ou la millénaire), ce qui n’est aujourd’hui pas fait, et je dirais même pas prévu, aucune déclaration politique n’est venue du plus haut niveau de l’État depuis cette première crue du quinquennat.

Certes, Paris a rejoint le club des 100 villes résilientes de la Fondation Rockfeller, c’est un beau coup de pub, cela permet aussi de financer le poste de « chargé de résilience de la Ville de Paris », et de donner aux associés (les grands cabinets US) de la fondation Rockfeller la possibilité de réaliser une belle opération de « Social engineering » (comme le disait M. Christian Harbulot, directeur de l’école de guerre économique, lors de notre dernier petit-déjeuner)… mais cela ne fait pas une politique.

Où sont les structures et les investissements pour accroître la résilience et la réduction des vulnérabilités d’une région comme l’ile de France, ne faudrait-il pas un vrai pilote pour coordonner et prioriser les investissements qui manquent aujourd’hui ? Et ce, tant en termes de finances, que de lisibilité entre réduction de vulnérabilités, prévention, préparation, gestion de crise et de post- crise. Nous pourrions nous inspirer fortement de nos amis hollandais, qui eux savent faire la péréquation entre risques et enjeux, au niveau adéquat.

Cette crue 2018 (décennale ou trentenale) est à la fois un exercice grandeur nature profitable à tous, en espérant qu’une « plus violente » n’intervienne pas d’ici quelques semaines, mais elle doit surtout nous interroger, sur notre capacité réelle de prendre en compte les événements majeurs en rapport avec les enjeux, et ne pas toujours jouer sur la Com… un jour cela ne suffira pas.

Billet publié initialement sur le compte Linkedin de Christian Sommade

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 04/02/2018 - 19:32
Le plus dur arrive pour ces
pauvres gens qui subissent les inondations, car le froid et la neige arrivent. On entend les médias parler du temps gris et du manque de soleil qui affecte le moral; c'est indécent. Beaucoup n'ont plus de chauffage et on voit sur TF1 ceux qui montre la météo en tenue d'été. Quel manque d'humanité!
jc0206
- 04/02/2018 - 12:05
Il s'en fout .....
Des crues en France, Il s'occupe actuellement de sauver les plages du Sénégal.
Stargate53
- 04/02/2018 - 08:58
Demandez à ceux qui subissent les crues si tout va bien !
Le vrai baromètre reste la souffrance de ceux qui subissent les dégâts des crues, tout le reste n'est que communication et cela se saurait si les pouvoirs publics étaient aussi opérationnels que cela ! Ceux qui vont perdre leurs maisons, leurs meubles, leurs activités pendant le temps de présence des eaux et après le temps nécessaire pour dresser le bilan. C'est à ces personnes là, qu'ils faudra demander si cela s'est bien passé, s'ils ont été correctement indemnisés etc..... Les reportages ne servent qu'à faire de l'audience médiatique et la gestion des conséquences les plus faciles ! Les résultats finaux seront moins positifs à l'échelle des personnes touchées et ce n'est pas fini à ce jour, cela peut s'aggraver encore selon la météo ! Alors un peu de modestie dans les satisfactions de certains et plus d'empathie et d'aides pour les victimes seraient les bonnes réactions !