En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

02.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

03.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

06.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

07.

Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 31 min 59 sec
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 1 heure 39 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 4 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 5 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 17 heures 43 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 18 heures 18 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 20 heures 8 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 21 heures 18 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 22 heures 27 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 47 min 55 sec
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 17 heures 50 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 18 heures 57 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 20 heures 41 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 22 heures 2 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 23 heures 18 min
© Reuters
© Reuters
Engagement

Rugby : un risque de commotion cérébrale devenu inacceptable

Publié le 02 février 2018
Le Tournoi des 6 nations débute le 3 février. Va-t-on assister, encore, à des scènes aussi terrifiantes que celle du choc à pleine vitesse entre deux joueurs, le jeune Samuel Ezeala et l’une de ses idoles ? C’était le 7 janvier, dans l’U Arena de Nanterre.
Sébastien Dalgalarrondo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sociologue, École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Tournoi des 6 nations débute le 3 février. Va-t-on assister, encore, à des scènes aussi terrifiantes que celle du choc à pleine vitesse entre deux joueurs, le jeune Samuel Ezeala et l’une de ses idoles ? C’était le 7 janvier, dans l’U Arena de Nanterre.

 

Le Tournoi des 6 nations débute le 3 février. Va-t-on assister, encore, à des scènes aussi terrifiantes que celle du choc à pleine vitesse entre deux joueurs, le jeune Samuel Ezeala et l’une de ses idoles ? C’était le 7 janvier, dans l’U Arena de Nanterre. Resté inconscient pendant de très longues secondes, le jeune homme de 18 ans avait été évacué sur une civière, victime d’une commotion cérébrale. Il semble aujourd’hui remis, et devra patienter encore quelques semaines avant de retrouver le plaisir d’être sur le terrain.

De fait, le rugby est confronté à une « épidémie » de commotions cérébrales, qui interroge bien au-delà du milieu des professionnels. Par commotion cérébrale, on entend un traumatisme crânien dit « léger » qui, dans la majorité des cas, n’entraîne pas de perte de connaissance. Il provoque des altérations immédiates mais transitoires des fonctions cérébrales. Et suscite de fortes inquiétudes quant à ses effets à plus long terme sur la santé des joueurs.

Les rares données fiables montrent une forte progression de ces blessures au cours des dernières années. Selon la fédération anglaise de rugby (RFU), la fréquence est passée de 6,7 commotions cérébrales pour 1000 heures de match par joueur (en équipe nationale et dans la première division anglaises) durant la saison 2012-2013 à 15,8 commmotions pour 2015-2016. Il est grand temps de sortir de l’état de choc, de changer les pratiques et sans doute les règles, afin d’inverser la courbe.

Un risque accru de pathologies dégénératives comme la maladie d’Alzheimer

La répétition des commotions entraîne, à moyen et long terme, un risque accru d’encéphalopathie chronique post-traumatique, et autres pathologies dégénératives du cerveau comme la maladie d’Alzheimer, selon les synthèses scientifiques les plus récentes. Le consensus scientifique établi en 2017 par les experts internationaux sur « sport et commotion » souligne cependant l’état très parcellaire des connaissances sur ses effets – notamment chez les très jeunes pratiquants. Parce que la blessure est invisible, la commotion est restée trop longtemps négligée, comme le montre cet article parlant déjà, en 2001, d’une « épidémie cachée ».

D’autres études s’intéressant à la seule catégorie des joueurs scolaires et universitaires suggèrent, malgré leur évidente faiblesse statistique, que le rugby occupe désormais un rang élevé et peu enviable dans le classement des sports à risque de commotion. Selon une analyse de la littérature scientifique publiée en 2016, cette pratique devance le hockey, mais aussi… le football américain, que le monde du rugby a pourtant longtemps considéré comme son demi-frère violent d’Amérique.

Beaucoup de recherches restent à mener pour évaluer l’efficacité des tests utilisés pour diagnostiquer une commotion, le temps de repos nécessaire après le choc et ses effets sur le long terme.

Le joueur de rugby, objet d’une expérimentation à grande échelle

En France, l’alerte a été donnée dès 2010 par le neurologue Jean‑François Chermann, responsable de la consultation Commotion cérébrale et sport à l’hôpital Léopold-Bellan à Paris. La publication de son livre KO, le dossier qui dérange, a frappé les esprits.

Mais il a fallu attendre la succession de commotions chez des joueurs professionnels internationaux réputés entre 2010 et 2012, avec l’évocation d’un risque de « démence prématurée » et de troubles mentaux, pour que le phénomène apparaisse pour ce qu’il est : une épidémie planétaire.

Ainsi le rugbyman, ce « monstre » de puissance physique, ce joueur réputé indestructible, ce gladiateur médiatique, s’est métamorphosé en être « monstrueux », dans le sens « inhumain » du terme. Il est devenu l’objet d’une expérimentation à grande échelle que personne ne semble maîtriser, ni même souhaiter.

Le rugby, un sport de « monstres » ?

Le professeur de médecine John Fairclough, ancien président de la société savante britannique des traumatismes du sport (British Sports Trauma Association), déclarait ainsi en 2013 : « Le rugby est en danger de devenir un sport de monstres ». Il appelait, déjà, à une révision des règles du jeu. Bien d’autres ont rejoint cette position, dernièrement le professeur Jean Chazal, neurochirurgien au CHU de Clermont-Ferrand.

Dénoncer la passivité générale face aux commotions, c’était aussi l’objectif du Dr Barry O’Driscoll, ancien responsable de la commission médicale dans l’instance en charge des règles du rugby, l’International Rugby Board – devenu depuis World Rugby. Après quinze années de service à ce poste, il en démissionna en 2012, considérant que le corps des joueurs professionnels – et plus particulièrement leur cerveau – était l’objet d’une véritable « expérimentation », comme rapporté par le quotidien The Guardian. Il fut le premier à employer ce terme, considérant que les joueurs étaient traités comme des « cobayes », sans que leur consentement éclairé soit sollicité au préalable.

En France, le quotidien sportif L’Équipe a publié en 2014 un long dossier critique au titre explicite, « Rugby, jeu de massacre ? ». Et les journalistes de planter le décor : « Engagements extrêmes, chocs plus nombreux, blessures très lourdes… En devenant toujours plus “violent”, le rugby n’est-il pas en train de détruire son essence, son image, et ses joueurs ? »

Quand une vie est en jeu

La polémique s’est réveillée en France après les images du choc entre le jeune clermontois Samuel Ezeala et le joueur du Racing 92 Virimi Vakatawa. Devant le caractère insupportable de la scène, le diffuseur a pris l’initiative de ne pas diffuser de ralenti. La limite du spectaculaire était franchie, une vie était en jeu. Et tout le monde de se poser la même question : le rugby à XV est-il en train de mourir, dans cette magnifique salle de spectacle ?

Il existe aujourd’hui un risque juridique et financier pour les clubs et les instances du rugby, à ne pas prendre les mesures nécessaires pour limiter la mise en danger de ces joueurs et salariés. Un risque avéré, si l’on se fie à l’histoire récente de la ligue professionnelle de football américain. La NFL a en effet connu un procès historique après la plainte collective de milliers d’anciens joueurs et leurs épouses l’accusant d’avoir « délibérément ignoré et activement masqué » des informations sur les risque de commotion cérébrale. La ligue pourrait être contrainte de verser jusqu’à un milliard de dollars américains en compensation, dans le cadre de l’entente évoquée en 2016.

La fréquence des commotions n’augmente pas seulement pour les travailleurs sportifs du Top 14 évoluant au sein de la ligue nationale du rugby. Dans les clubs amateurs, les milliers de joueurs, les pères, les mères, les simples spectateurs, les arbitres, les dirigeants et les bénévoles peuvent constater la même évolution. Et beaucoup s’en inquiètent, comme le souligne l’article récent du quotidien La Dépêche. Dans ce sport qui compte actuellement 272 800 licenciés en France, on constate une baisse significative – 16 500 joueurs n’ont pas repris de licence en 2017. Les causes de cette désaffection mériteraient d’être étudiées, mais on peut penser que la violence du rugby contemporain n’y est pas pour rien, notamment chez les jeunes.

Quel niveau de risque acceptable ?

Peut-on imaginer, en France, une prise de position du gouvernement sur cette question de santé publique ? Au Canada, le premier ministre a inclut dans la lettre de mission remise à la ministre des Sports, en 2015, « la mise en œuvre d’une stratégie nationale visant à renseigner les parents, les entraîneurs et les athlètes sur le traitement d’une commotion cérébrale ».

Plus largement, la question posée aujourd’hui est la suivante : à quel niveau fixer le risque acceptable de blessure dans le rugby, pour chaque niveau de compétition ? Il est temps de se donner les moyens d’une réflexion collective, ouverte et éclairée sur le sujet, à l’opposé des commissions d’experts souvent cooptés – et parfois en conflit d’intérêts – qui ont prévalu jusqu’ici. Il est temps d’agir avant que la judiciarisation de ce problème ne ternisse définitivement la réputation des instances du rugby.

The ConversationLa perspective de la coupe du monde qui se tiendra en 2023 en France offre à tous les acteurs de ce sport, et notamment à la Fédération Française de Rugby, une opportunité historique d’organiser, dès maintenant, des états généraux du rugby. En tant que sociologue de la santé, ancien pratiquant de ce sport et aujourd’hui simple spectateur, père d’une petite fille de 6 ans déjà adepte du ballon ovale, il ne me paraît plus acceptable de voir, semaine après semaine, des joueurs « tomber » dans l’exercice de leur passion.

Sébastien Dalgalarrondo, Sociologue, École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 02/02/2018 - 18:34
Et le football
américain.
J'accuse
- 02/02/2018 - 16:19
Sois un homme, mon fils... et Alzheimer à 50 ans.
Soit on change les règles et on limite le poids des joueurs (ce qui limitera aussi le dopage), soit on interdit ce sport dangereux, et on joue à 13 ou à 7. Et tant pis pour les All Blacks !
assougoudrel
- 02/02/2018 - 12:53
Je propose que l'on habille
les rugbymen avec des scaphandres Nike.