En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Déclin cognitif
Découverte : une étude met en évidence le lien étonnant entre la maladie d’Alzheimer et la consommation de sucre
Publié le 29 janvier 2018
Le sucre, omniprésent dans les régimes alimentaires occidentaux serait lié au déclin cognitif selon une étude publiée dans la revue "Diabetologia".
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le sucre, omniprésent dans les régimes alimentaires occidentaux serait lié au déclin cognitif selon une étude publiée dans la revue "Diabetologia".

Atlantico :  Une étude publiée dans le journal "Diabetologia" a suivi plus de 5000 personnes sur plus de 10 ans et a permis de rapprocher l'excès de sucre de l'accélération du déclin cognitif. Aujourd'hui, que sait-on des conséquences de l'excès de sucre sur notre cerveau ?

Stéphane Gayet : Le sucre dont se nourrissent nos tissus et nos cellules est essentiellement le glucose, un sucre simple. Tous nos tissus et toutes nos cellules ont besoin de glucose et d’oxygène. Une privation de l’un ou de l’autre a de graves conséquences, jusqu’à la mort cellulaire. Parmi toutes les cellules qui constituent notre corps, les cellules nerveuses sont particulièrement précieuses, car elles sont les actrices de notre pensée, de notre vie de relation et de notre survie. Or, elles n’ont pas la même faculté de se multiplier que les cellules des autres tissus. Le glucose et l’oxygène doivent donc être fournis à toutes nos cellules et en permanence. Une baisse sévère de la concentration du sang en glucose (hypoglycémie) ou en oxygène (hypoxémie) entraîne une souffrance des tissus et des cellules. Les cellules nerveuses qui sont très sensibles à cette privation risquent d’en mourir, à l’origine de séquelles.

Mais l’excès de glucose ou d’oxygène n’est pas tellement meilleur. L’hyperglycémie et l’hyperoxie se montrent toxiques, mais pas de façon aiguë comme l’hypoglycémie et l’hypoxémie : uniquement à moyen et long terme. En d’autres termes, notre cerveau et l’ensemble de nos cellules du reste ont besoin d’avoir un apport en glucose et en oxygène permanent et régulier. Chez un sujet qui ne souffre pas de diabète, un apport massif de sucre comme du saccharose – composé de glucose et de fructose – produit une hyperglycémie qui est ensuite corrigée par une sécrétion réactionnelle d’insuline, l’hormone hypoglycémiante. Mais cette charge glucidique, si elle se répète souvent, peut à la longue causer des dégâts, car la réponse insulinique n’est pratiquement jamais parfaitement adaptée.

Toujours est-il que le sucre en excès se révèle toxique pour toutes nos cellules et particulièrement pour nos cellules nerveuses et vasculaires. Ce sont surtout les grandes variations de la glycémie qui sont nocives. Car notre organisme s’efforce de les corriger, mais la réaction n’est jamais aussi adaptée que nécessaire et de plus elle peut se montrer elle-même toxique. En effet, le catabolisme de l’insuline est susceptible d’être lui aussi neurotoxique. L’étude citée en référence prouve à nouveau la toxicité cérébrale du sucre. La consommation exagérée de saccharose - non adaptée à nos besoins - semble bel et bien favoriser le déclin cognitif, qui est irréversible. Cela par une action toxique tant sur les cellules nerveuses que sur les micro vaisseaux des tissus nerveux. Ce déclin cognitif se manifeste par une diminution de la mémoire et une altération de la capacité d’analyse et de jugement.

Le rapprochement entre le Diabète et Alzheimer (le second arrivant comme conséquence du premier) semble déjà établie, mais est-ce que le même rapprochement pourrait s'opérer entre l'excès de sucre sur la durée et l'apparition de cette même maladie neurodégénérative ?

En effet, le diabète, notamment celui de type 2, semble favoriser le développement de la maladie d’Alzheimer. De la même façon, un excès d’apport de sucre pourrait être susceptible de le favoriser. C’est en tout cas bien montré pour les personnes ayant une intolérance au glucose ou un état dit prédiabétique : elles ne sont pas à proprement parler diabétiques, mais font facilement une hyperglycémie. Il est capital pour ces personnes de maîtriser leurs apports en sucre. Sans quoi elles s’exposent à devenir diabétiques de type 2 et à développer plus tard une maladie d’Alzheimer. Ce risque est moins net chez les sujets n’ayant aucune intolérance au glucose ; néanmoins, il est extrapolable, étant donné ce que nous avons vu. Le catabolisme de l’insuline que nous avons déjà évoqué plus haut semble lui aussi participer au développement de la maladie d’Alzheimer. En somme, plusieurs arguments vont dans le sens d’un effet facilitateur de l’excès de sucre dans la survenue de la maladie d’Alzheimer.

Au vu de l'omniprésence du sucre sous toutes ses formes dans les régimes alimentaires occidentaux, sommes-nous là face à une épidémie latente qui ne dit pas son nom selon vous ?

Il est aujourd’hui avéré que les sociétés industrialisées à haut niveau de vie s’empoisonnent avec le sucre. Une étude effectuée par une association pour la qualité de l’alimentation a montré que les poudres chocolatées servant à préparer des boissons chaudes ou froides contenaient souvent au moins 80 % de sucre. Toutes les confiseries, viennoiseries et pâtisseries ont tendance à nous gaver de sucre. L’apport de sucre en excès fait grossir (plus que les graisses) et intoxique notre organisme. Or, le sucre est addictif, particulièrement lorsqu’il est associé à des produits tels que le cacao et les graisses animales ou végétales.

De nombreux nutritionnistes ont tiré la sonnette d’alarme : « Bientôt tous crétins ». Lorsque l’on a vu apparaître le début de l’épidémie d’obèses qui a commencé aux Etats-Unis d’Amérique, pour gagner ensuite l’Europe puis d’autres continents, on ne s’est préoccupé que de l’aspect pondéral et diabétogène. On vient de découvrir plus récemment que cet excès de sucre favorisait aussi le déclin intellectuel. C’est vraiment une épidémie, étant donné le caractère nettement addictif du sucre. Le pire des comportements alimentaires consiste à privilégier les aliments sucrés au petit-déjeuner, à absorber du sucre en dehors des repas, à terminer tous ses repas par un aliment très sucré et à prendre encore du sucre après le dîner. C’est certain, nous mangeons trop et trop sucré. Le sucre en excès fait grossir, mais par une augmentation de la masse grasse et non pas de la masse musculaire. Cet excès de masse grasse est lui aussi très toxique pour notre corps, notamment pour nos tissus nerveux et vasculaires ; il favorise également certains cancers. Toutes ces conclusions d’études militent en faveur d’une réduction de la ration alimentaire et d’une diminution de la proportion de sucres dans notre alimentation. Le régime méditerranéen comportant beaucoup de légumes et de fruits ainsi que de l’huile d’olive semble bénéfique pour bien des experts. Enfin, il faut quand même rappeler l’intérêt du jeûne.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
03.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
07.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Stéphane Gayet
- 31/01/2018 - 12:32
Réponses aux commentaires et questions
Je vous en remercie lexxis. Un article est souvent trop court et pas assez explicite ou détaillé sur certains aspects. Les réactions des lecteurs sont toujours à prendre en considération, même quand elles sont hors sujet ou provocatrices, ce qui arrive. Je crois que le fait de répondre aux remarques contribue à donner du crédit à l'article et à son journal. On n'en a pas toujours l'envie ni le temps, mais on s'efforce de le faire car c'est à mon avis utile et même nécessaire.
lexxis
- 30/01/2018 - 15:59
UN AUTEUR QUI RÉPOND!
Le sujet n'est pas de ma compétence, mais l'article est clair et je suis extrêmement sensible au soin que prend son auteur de répondre en détail aux interrogations de ses lecteurs. C'est rare, et c'est un exemple qu'on aimerait voir se développer!
Stéphane Gayet
- 30/01/2018 - 11:03
Tout est toxique : pourquoi y-a-t-il tant de centenaires ?
Beaucoup de choses sont toxiques en effet. Mais d’une part, beaucoup d’éléments toxiques sont compensés par des produits protecteurs et détoxifiants : nous consommons beaucoup de vitamines, d’antioxydants, d’oméga-3, d’oméga-6 et autres lipides polyinsaturés. De plus, les activités professionnelles et domestiques sont de moins en moins fatigantes et usantes. Nous avons beaucoup de temps de repos. Enfin, la prise en charge médicale est performante. Toutes ces actions compensent les produits toxiques. Mais vous n’avez pas tort en ce sens que l’on isole artificiellement tel ou tel facteur. Par exemple, les sucres font grossir car leur excédant est transformé en graisse qui s’accumule sous la peau et dans les organes. Le tissu adipeux en excès se loge dans la paroi abdominale et constitue un danger pour tout notre corps. Mais on oublie de dire qu’il est une source d’énergie en cas de besoin et qu’il a une action sur la thymie : une personne obèse devient triste en maigrissant et les obèses sont souvent des personnes joviales et gaies.