En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 23 min 19 sec
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 1 heure 56 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 2 heures 36 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 3 heures 7 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 3 heures 44 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 3 heures 59 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 5 heures 2 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 5 heures 33 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 18 heures 18 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 1 heure 19 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 1 heure 44 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 2 heures 16 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 2 heures 47 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 3 heures 53 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 5 heures 11 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 5 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 19 heures 12 min
© RADEK MICA / AFP
© RADEK MICA / AFP
Reconduit

Pro-Russie, pro-Chine et anti-immigration : la réélection de Milos Zeman en République tchèque acte-t-elle la fin de la crédibilité européenne à l'Est de l'Oder ?

Publié le 28 janvier 2018
Le président tchèque sortant Milos Zeman a été réélu ce samedi, malgré ou à cause de ses outrances verbales et comportementales.
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président tchèque sortant Milos Zeman a été réélu ce samedi, malgré ou à cause de ses outrances verbales et comportementales.

Atlantico : Avec 52,16%, le président sortant Milos Zeman a été reconduit par son peuple au "Chateau", battant finalement assez nettement Jiri Drahos. Il sort donc renforcé de cette élection, alors qu'il avait vu il y a peu son allié Andrej Babis démissionner à peine une semaine avant le scrutin. Cette réélection sera-t-elle un facteur de stabilité ou d'instabilité pour le pays et la région ?

Cyrille Bret : La victoire du candidat Zeman, président sortant est nette, sans être massive, comme je l’avais annoncé vendredi soir. Si on garde en tête les résultats du premier tour, on voit que, sortir en tête à 38% le président sortant était favori. Mais son opposant, Jiri Drahos, inconnu en politique il y a peu, a été capable de rassembler des nombreux électeurs sur son nom en passant de 26% des voix à 47% en cimentant un front « TSZ » Tout sauf Zeman grâce au soutien des candidats arrives à environ 10% au premier tour. Ainsi la victoire de Zeman est sans appel mais n’est pas un plébiscite. Plusieurs facteurs classiques en analyse électorale ont joué : d’une part, Milos Zeman est le premier président de l’histoire de la République tchèque post soviétique à avoir été élu au suffrage universel en 2013. Ses prédécesseurs, Vaclav Havel et Vaclav Klaus avaient été élus par le parlement. Milos Zeman sait faire campagne depuis longtemps. Il a été président de la chambre basse du parlement et est une figure de la fin du communisme. Malgré ou à cause de ses outrances verbales et comportementales (c’est un buveur revendiqué), il a un charisme et une stature difficile à contester pour un nouveau venu en politique comme Drahos. D’autre part, ses réserves de voix, comme celle de Drahos était importantes: au premier tout, 40% des électeurs s’étaient abstenus. Le métier et la notoriété ont joué pour Zeman, mais Drahos est loin d’avoir démérité.

Pour le pays, cette élection donnera une continuité pour le deuxième et dernier mandat de Zeman. Le Parlement tchèque est aujourd’hui sans majorité dans la mesure ou le parti du milliardaire Babis, ANO 2011, a remporté seulement 76 sièges. Milos Zeman soutiendra Babis pour la formation d’un gouvernement capable de cimenter une coalition parlementaire. Pour la région, la République tchèque, continuera sans doute à refuser l’adhésion à l’euro et à soutenir les positions du Groupe de Visegrad. Mais il faut garder à l’esprit que c’est un régime parlementaire : le président a des prérogatives réelles mais limitées.

Milos Zeman est souvent décrit comme pro-chinois ou comme pro-russe. Ces rapprochements avec des puissances concurrentes à l'Union européenne sont nombreux en Europe de l'Est. Avec cette réélection, l'Union est-elle en train de perdre sa crédibilité à l'Est de l'Oder ? Quel est l'équilibre des forces en présence dans cette région de l'Europe ?

Milos Zeman a effectivement manifesté sa proximité et son admiration pour la RPC et la Fédération de Russie par des actes symboliques forts : il a assisté à la commémoration de la victoire sur les puissances de l’Axe à Moscou en 2015 alors même que le pays était sous sanctions. Il a demandé appelé à la levée de ses sanctions, considérant l’annexion de la Crimée comme  un fait établi. Et il est un des avocats d’un rapprochement avec la Russie. De même, il s’est rendu à Pékin pour célébrer la défaite du Japon aux côtés des autorités chinoises alors que les chefs de l’Etat occidentaux avaient, eux, évité la cérémonie.

Toutefois, même si le président de la République nomme de nombreux diplomates et peut organiser des rencontres symboliques, il ne conduit pas la politique étrangère de la République tchèque car il s’agit d’un régime parlementaire. Les intérêts économiques et géopolitiques de la République tchèque sont européens mais pas seulement : les banques et les groupes énergétiques russes ont une place importante dans l’économie tchèque. Si le candidat Drahos militait pour l’ancrage euro-atlantique du pays, dans le sillage de l’adhésion à l’OTAN et à l’UE, néanmoins, il savait lui aussi que la République tchèque ne peut s’opposer frontalement à la Russie. Le précédent Premier ministre tchèque, social-démocrate, avait lui aussi refusé l’implantation du bouclier anti-missile américain sur son sol pour ne pas irriter les Russes.

La campagne aura été principalement menée par Zeman sur le thème du refus de l'immigration. Comment analyser la permanence de ce thème alors même que les vagues migratoires ne touchent pas particulièrement la République Tchèque ces derniers mois ?

La position des deux candidats du deuxième tour de la présidentielle est principalement identitaire et non pas religieuse. A la différence de la Pologne où le catholicisme est actif, la République tchèque est fortement sécularisée. C’est un refus de principe, de l’islam perçu comme agressif et des politique fédérales ou apparentées qui font que certaines décisions, comme celle sur les quotas d’accueil des migrants, sont prises à la majorité. Etat ayant récemment recouvré son indépendance, la République tchèque est jalouse de sa souveraineté et entend ne pas se laisser dicter sa politique par Bruxelles, notamment sur les minorités. En effet, la question des minorités ethniques est une question lancinante et douloureuse dans l’histoire du pays : la présence d’une forte minorité germanophone dans les Sudètes avaient par exemple servi de prétexte à Hitler pour occuper le pays. L’Europe est regardée avec méfiance d’un point de vue politique. Mais sur le plan économique, l’Europe est considérée comme un facteur de la prospérité actuelle : le pays connaît une croissance de près de 3% et le chômage est à un taux historiquement bas, d’un peu plus de 3%.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
wwmat
- 30/01/2018 - 14:07
Et si,

La république tchèque montrait la voie à cette vieille Europe décadente. Comme le disais le général "l'Europe c'est de atlantique a l'Oural", nous, allié avec les russes nous serions la première puissance mondiale largement devant les USA (qui font tout pour qu'un tel rapprochement n'arrive jamais car cela signifierai la fin de leur hégémonie). A partir de là on comprend fort bien les tentatives de déstabilisation en Ukraine comme avant en Géorgie de la part des USA.