En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Visée
To Brexit or not to Brexit : mais qui veut la peau de Theresa May au parti conservateur ?
Publié le 27 janvier 2018
​Le climat politique britannique s'est dégradé au cours de ces derniers jours. Signe d'un durcissement des conservateurs, le député Jacob Rees-Mogg a accusé le gouvernement de "se laisser intimider" par Bruxelles.
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
​Le climat politique britannique s'est dégradé au cours de ces derniers jours. Signe d'un durcissement des conservateurs, le député Jacob Rees-Mogg a accusé le gouvernement de "se laisser intimider" par Bruxelles.

Atlantico : ​Le climat politique britannique s'est dégradé au cours de ces derniers jours, dans le contexte du discours de ce 26 janvier de David Davis,ministre chargé de la sortie de l’UE, sur les volontés du Royaume Uni pendant la période de transition. C'est ainsi que le député Jacob Rees-Mogg a pu accuser le gouvernement de "se laisser intimider" par Bruxelles, transformant ainsi le Royaume-Uni en "Etat vassal". Comment expliquer le durcissement des conservateurs ? Quels résultats peuvent-ils attendre de ces attaques à l'égard du gouvernement ? 

Bruno Bernard : L’origine de la dégradation du climat politique outre-manche prend son origine dans les déclarations de M. Hammond, chancelier de l’Echiquier et partisan d’un Brexit très « soft », au Forum économique de Davos qui évoquait des « changements modestes » dans la relation entre le Royaume-Uni et l’Union européenne après le Brexit en 2019, appelant les « fanatiques des deux camps » à ne pas endommager la « voie médiane » pour quitter l’UE qu’il envisage.

Cette sortie a provoqué une réaction immédiate de Theresa May qui a pris ses distances avec les déclarations de son chancelier tout en rappelant qu’elle avait toute confiance en M. Hammond mais que la Grande Bretagne quitterait l’union douanière et le marché unique quoi qu’il arrive.

David Davis tentant de jouer les pompiers de service est apparu très conciliant envers son collègue Hammond et les Brexiteers les plus remontés menés par Jacob Rees-Mogg qui dirige le EuropeanResearch Group (ERG) qui regroupe, depuis 1993, les députés conservateurs qui s’opposent à la création d’un Etat fédéral européen.

En l’espèce, chacun est dans son rôle, Hammond qui tente d’amadouer et de rassurer les acteurs économiques, David Davis qui rappelle que le Brexit aura bien lieu et Jacob Rees-Mogg qui joue les vigies du Brexitet montre ses muscles avec sa cinquantaine de députés au sein du ERG, pour rappeler à l’ordre un gouvernement qu’il juge trop mou dans ses négociations avec Bruxelles, quelques jours avant que les négociations ne reprennent avec l’Union européenne.

Dans quelle mesure le discours de David Davis peut-il améliorer le contexte, ou le tendre d'autant plus ? 

David Davis a donné ce discours qui avait pour objet de donner ses priorités pour la période de mise en œuvre du Brexit. « Période de mise en œuvre » (implementationperiod) et « transition » (transition period) sont les nouveaux mots qui opposent et créent la division au sein du parti conservateur, puisque les défenseursavec M. Rees-Mogg, d’un Brexitnet sont en faveur d’une mise en œuvre et ceux, moins exigeants, plus souples, parlent d’une période de transition. M. Rees-Mogg a justement reproché au gouvernement en général et à M. Davis en particulier d’être passé de l’un vers l’autre et donc d’avoir opéré un « changement très important ».

Le paradoxe de la situation politique britannique actuelle réside dans le fait que malgré la vive tension qui règne depuis quelques jours, malgré les mots très durs prononcés en coulisses et dans les journaux contre le gouvernement et Theresa May, malgré la frustration pour les Brexiteers et malgré les rêves de rebellion et de « changement de régime » de certains, il est très peu probable de voir les choses évoluer réellement avec une rébellion ouverte contre le Premier ministre qui viserait à la remplacer.

Quels sont les prochains défis à relever pour Theresa May, et que peut-on en attendre ?

Depuis sa non victoire aux dernières élections législatives, Theresa May est sous pression permanente de toute part. Elle n’est jamais assez pro-Brexit ou anti-Brexit et se retrouve entre le marteau et l’enclume dès qu’elle prend la parole sur ce sujet qui obsède la classe politique britannique. Elle demeure, malgré ses défauts réels et ceux qu’on lui impute, la seule à être acceptable pour les deux camps de la majorité parlementaire actuelle.

Son autorité si diminuée soit elle depuis les élections et le dernier remaniement gouvernemental, demeure suffisante et l’absence de consensus au sein du parti conservateur que ce soit sur la voie du Brexit ou le non d’un successeur est la meilleure garantie pour qu’elle puisse conserve sa place. Theresa May doit se dire que le statu quo, si frustrant soit-il, doit parfois avoir du bon.

Il n’empêche que si le point de non-retour n’a pas encore été atteint, chaque démonstration de faiblesse politique de sa part rapproche Theresa May du moment où certains conservateurs préfèreront prendre le risque de créer une nouvelle crise de leadership voire de provoquer de nouvelles élections législatives quitte à avoir Jeremy Corbyn, plutôt eurosceptique de son état, en Premier ministre, ce, afin de reconstruire le parti.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
06.
Notre-Dame et Gilets jaunes : le week-end à hauts risques d'Emmanuel Macron
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 27/01/2018 - 16:11
@morsang
Tout à fait, nos vieux amis sont experts dans l’art de la rouerie.
jacques brachat
- 27/01/2018 - 11:04
Brexit:le beurre et l'argent du beurre(of course)
L'impression qui ressort au delà de toutes les palinodies qui marquent la gouvernance au royaume uni et dont la presse en France ne rate pas une occasion de nous faire part;on voit se déssiner une démarche pour les british consistant à conserver quelques années et le plus longtemps possible l'accès au marché européen "comme avant" sans en avoir les obligations financières et tout en ayant désormais la possibilté de passer des traités commerciaux avec tous les pays tiers.En résumé sous le couvert de disputes pro ou anti brexit il y a en réalité un consensus de la "perfide Albion" pour "rouler dans la farine" les européens et aboutir à ce qui est l'objectif initial dans cette histoire:avoir le beurre et l'argent du beurre"