En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 12 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 19 min
light > Social
Colère des usagers
Grève RATP : sera-t-il possible de se faire rembourser son pass Navigo ?
il y a 6 heures 32 min
pépites > Politique
Engagement
Retraites : Emmanuel Macron défend son projet, salue les efforts du gouvernement et évoque "une réforme historique pour le pays"
il y a 8 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Trois femmes (l'échappée)" de Catherine Anne : une interprétation séduisante

il y a 11 heures 43 min
décryptage > France
Réforme

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

il y a 12 heures 27 min
pépites > International
Algérie
Présidentielle algérienne : Abdelmadjid Tebboune, l'ancien Premier ministre de Bouteflika, est élu dès le premier tour avec 58,15% des voix
il y a 13 heures 1 min
décryptage > Culture
Check news

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Science
Art préhistorique

La première œuvre figurative de l’histoire vient d’être découverte. Elle date d’il y a 44 000 ans

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Europe
Brexit

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Politique
La grande illusion

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

il y a 17 heures 8 min
pépite vidéo > Social
Main tendue
Grève : Jean-Pierre Farandou, patron de la SNCF, demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes de Noël
il y a 3 heures 37 min
pépites > International
Réconciliation
Fin de la guerre commerciale ? : les États-Unis et la Chine annoncent un accord
il y a 7 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"De l'autre côté, la vie volée" de Aroa Moreno Duran : le soleil se lève à l'est

il y a 11 heures 20 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand coulent les heures de bronze et quand roulent les nanobilles dorées : c’est l’actualité des montres à la veille de l’hiver
il y a 12 heures 3 min
décryptage > Social
Réforme protéiforme

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

il y a 12 heures 40 min
pépites > France
Agression
Un homme qui menaçait des policiers avec une arme blanche a été "neutralisé" à la Défense
il y a 13 heures 45 min
décryptage > International
Vote

Elections algériennes : manifestations et abstention record, le peuple algérien plus déterminé que jamais à en finir avec les années Bouteflika

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Santé
Activité physique

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

il y a 15 heures 50 min
décryptage > France
Clownerie généralisée

Retraites : le jeu des 7 erreurs

il y a 16 heures 47 min
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 1 jour 10 heures
© MIGUEL MEDINA / AFP
© MIGUEL MEDINA / AFP
Faits et gestes

Davos, Macron & Trump : le match des discours sur la mondialisation (et surtout celui de l’adéquation entre les paroles et les actes)

Publié le 27 janvier 2018
Emmanuel Macron et Donald Trump ont prononcé les deux discours les plus suivis lors du forum économique mondial de Davos, avec des perceptions différentes de la globalisation : mondialisation heureuse pour le président français et volonté protectionniste pour son homologue américain.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron et Donald Trump ont prononcé les deux discours les plus suivis lors du forum économique mondial de Davos, avec des perceptions différentes de la globalisation : mondialisation heureuse pour le président français et volonté protectionniste pour son homologue américain.

Atlantico : Emmanuel Macron et Donald Trump ont prononcé les deux discours les plus suivis lors de cette semaine de forum économique mondial de Davos. Chacun proposant sa propre perception, et sa propre approche de la mondialisation. Dans quelle mesure, dans le discours du moins, les deux hommes sont ceux qui prennent le mieux en compte les vices de la mondialisation ? 

Edouard Husson : Emmanuel Macron et Donald Trump n’auraient pas pu prononcer des discours plus différents. D’un côté, le président français a livré un exposé assez « intellectuel », sur les réformes menées pour adapter le pays à la mondialisation et sur une évolution des modalités de la mondialisation. De l’autre, le président américain a voulu faire passer un message très simple: le succès de la mondialisation repose sur l’attractivité des nations; et il affirme que les Etats-Unis sont redevenus la nation la plus attractive au monde. On sent bien aux discours introductifs de Klaus Schwab que les organisateurs du Forum veulent mettre en avant le président français alors qu’ils doivent vivre avec la présence du président américain. Mais on peut se demander au bout du compte si le discours de l’entrepreneur Trump n’a pas été plus effricace que celui du haut fonctionnaire Macron. Le président français, fidèle à lui-même, argumente sur le mode balancé du « en même temps »: la France est en train de s’adapter à la mondialisation; en même temps tout n’est pas bon dans la mondialisation ; tandis que le président américain a un message beaucoup plus simple: tout ce qui ne va pas dans le monde vient de ce que les nations souveraines ne sont plus le fondement de l’ordre international; il faut retrouver les grands équilibres entre les nations. 

Alors qu'Emmanuel Macron est perçu comme le représentant d'une mondialisation heureuse et du multilatéralisme, Donald Trump s'approprie l'image du trouble fête, du protectionnisme et du bilatéralisme. Cependant, en se débarrassant des discours et des a priori, les politiques menées sont-elles si différentes ?

Oui, les politiques menées sont extrêmement différentes. Il faut y insister. D’abord parce que les Etats-Unis sont une nation souveraine; tandis que la France, membre de l’Union Européenne, n’est plus maîtresse de ses décisions dans un certain nombre de secteurs, à commencer par la monnaie. Ensuite, comparées à la réforme fiscale de Trump, les réformes économiques de Macron apparaissent souvent bien timides. Il est peu probable que le rôle de l’Etat dans l’économie française aura beaucoup diminué à la fin du quinquennat de Macron. Alors que Trump, comme Reagan, préside à une nouvelle « révolution conservatrice », fondée sur la dérégulation, la lutte contre la bureaucratie, l’appel aux capitaux étrangers etc.... Il est une différence fondamentale entre Trump et Reagan, elle concerne le commerce: Reagan n’avait jamais mis en cause le libre-échangisme de ses successurs, au contraire. Alors que Trump , vous avez raison de le souligner, entend substituer le bilatéralisme au multilatéralisme en termes de traités commerciaux. Trump est d’abord un entrepreneur; il se propose de faire venir ou revenir les entreprises aux Etats-Unis; ensuite, l’Etat ne s’en mêlera plus, ce sera à la communauté des affaires de réussir. Alors qu’Emmanuel Macron est un brillant produit de l’Ecole Nationale d’Administration qui, au fond, juge l’Etat indispensable pour faire aboutir la politique économique. Les deux hommes se prennent en permanence à contrepied: comme Reagan, Trump entend relancer l’effort de défense. Alors qu’Emmanuel Macron, pris dans les contraintes du pacte de stabilité, peinera à maintenir l’appareil militaire français en bon état. 

Quels sont les risques, pour l'un et pour l'autre de faire diverger trop largement leurs discours et leurs actes, notamment auprès des populations qui sont elles mêmes "victimes" de la mondialisation ? 

Les risques diffèrent pour les deux présidents. Donald Trump a peu de temps pour réussir: il n’est pas sûr de garder sa majorité au Congrès aux élections de l’automne prochain. La question de la réélection à la Maison Blanche se posera dès la fin 2019, soit dans dix-huit mois. Le risque que court Emmanuel Macron est différent: il aura beau déployer une énergie phénoménale pour mettre en oeuvre ses réformes, il est à la merci d’une hausse de l’euro, qui anéantirait tout l’effet des politiques mises en oeuvre. Les choses sont en apparence plus simples pour Donald Trump. La croissance américaine va-t-elle repartir sous l’effet de la réforme fiscale en particulier? Quel sera l’impact des nouveaux accords commerciaux bilatéraux? Les électeurs de Trump reconnaîtront-ils en 2020 l’homme de la camapgne de 2016? Notons enfin que les deux hommes font des choix très différents: Macron assimile largement la défense de la nation à la peur de la mondialisation; alors que Trump - comme Theresa May - fait de la défense de la nation un préalable à la réussite dans la mondialisation. En fait, Trump a un obstacle principal à surmonter, la perte de confiance dans le dollar. La Chine, la Russie, l’Iran essaient de sortir du système de l’étalon-dollar. C’est d’ailleurs la raison principale du retour de la politique étrangère hostile à l’Iran et favorable à l’Arabie saoudite: s’appuyer sur un pays qui soutient le dollar et mettre sous pression un pays qui voudrait voir émerger un autre système monétaire. Le discours de Trump à Davos comportait un message principal: venez investir aux Etats-Unis! Il s’agit de rendre sa robustesse au dollar. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
melanie ghislain
- 28/01/2018 - 10:29
Le President Trump est un
Le President Trump est un vrai pro business, moins d'état et moins de reglementation, les effets sont la depuis qu'il accede a la plus haute fonction, c'est un president formidable qui adore son pays, et america First son slogan, est une vraie qualite chez ce President, tout comme Reagan, il va changer l'amerique comme jamais, par rapport au discours de Macron qui est un discours de fonctionnaire, toujours plus de taxes, de reglementations. du socialisme pur jus, si ;le President francais aimait autant son pays que le President US, la France se porterait mieux, les autres avancent et la France continue avec ses reglementations ses taxes et son injustice , tres belle phrase du president Pompidou arretez d'emmerder les francais, Macron ferait bien de se souvenir de cette belle phrase
Liberte5
- 27/01/2018 - 23:14
Le temps joue contre les deux.
Pour D. Trump les mesures prises en un an vont porter leurs fruits dans l'année qui vient, mais comme le souligne @moneo la main d’œuvre va manquer dans une économie en pleine expansion, l'inflation peut aussi aller plus vite que prévu, obligeant la BCE a remonter ses taux d'intérêt plus vite que prévu. Cependant les américains devraient avoir une vision optimiste de leur avenir et retrouver une belle confiance. Pour E. Macron, grand maître de la communication, les choses , après un parcours sans faute, les choses vont se gâter. Les Français vont comprendre qu'il y a supercherie et que le quinquennat de Hollande continue sous autre forme.Le socialisme continue plus moderne,plus brillant, mais aussi nocif.
vangog
- 27/01/2018 - 22:01
Réciprocité! Depuis l’entrée de la Chine dans l’OMC, en 2001
il n’y a eu quasiment aucune réciprocité entre Chine socialiste et Occident soumis, pro-socialiste...cette soumission a permis l’essor de toute l’Asie du sud-est et la désindustrialisation des économies occidentales: tant mieux pour elle, tant pis pour nous! Si Donald n’était pas arrivé pour mettre un terme à cette collaboration morbide, et si la bécasse Clinton avait été élue, le chômage exploserait dans les économies occidentales à la dérive (comme en France macroniste) et ça serait pas beau à voir...