En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 19 min 55 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 2 heures 56 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 3 heures 53 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 5 heures 15 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 9 heures 19 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 22 heures 21 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 1 heure 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 3 heures 2 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 4 heures 38 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 7 heures 27 sec
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 9 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 21 heures 50 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 23 heures 15 min
© Rémi Mathis / CC BY-SA 3.0
© Rémi Mathis / CC BY-SA 3.0
Courrier pour l'Elysée

Lettre ouverte à M. le Président de la République sur les leçons du traité de l’Elysée de 1963 qu’il semble oublier

Publié le 22 janvier 2018
Une tribune de Jean-Luc Schaffhauser, député européen du Rassemblement bleu Marine, sur la France et l'Union européenne.
Jean-Luc Schaffhauser, Consultant international est Président de l’Académie européenne, ancien Délégué Général du Fonds Capec, Secrétaire Général du Forum démocratique qui vient de de se constituer en France et qui regroupe des intellectuels de gauche...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Schaffhauser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Schaffhauser, Consultant international est Président de l’Académie européenne, ancien Délégué Général du Fonds Capec, Secrétaire Général du Forum démocratique qui vient de de se constituer en France et qui regroupe des intellectuels de gauche...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une tribune de Jean-Luc Schaffhauser, député européen du Rassemblement bleu Marine, sur la France et l'Union européenne.

Lettre ouverte au Président de la République

Monsieur le Président, vous avez opéré un retour à un ordre symbolique. Vous vous éloignez ainsi de votre prédécesseur et pseudo mentor; cela n’est pas très difficile! Les symboles sont importants en politique, encore faut-il que le signifiant renvoie au signifié, votre traité de l’Elysée de 2018 à celui du 22 janvier 1963. Que nous apprend le traité de 1963 ?

Comme vous les savez, le général De Gaulle voulait, par le couple historique qu’il formait alors avec le Chancelier Adenauer, ancrer l’Allemagne dans une Europe des Nations, indépendante et forte. Cette formule française de couple, utilisée ultérieurement, n’a d’ailleurs pas sa traduction allemande. L’Allemagne veut-t-elle, d’ailleurs, faire couple avec nous ?

Le plus grand résistant à l’impérialisme germain–impérialisme qui nous avait, quand même, valu trois guerres, en 70 ans - patriote, s’il en fut -savait que le patriotisme et le respect des souverainetés nationales, c’est-à-dire le nationalisme, c’est la paix ! Seul l’impérialisme veut imposer aux autres sa domination et conduit à la guerre ! De Gaulle voulait contenir l’impérialisme germanique dans une Europe des Nations. Le Traité de l’Elysée est le prolongement du Plan Foucher de 1962, d’une reconstruction de l’Europe sur la base des souverainetés nationales.

Ce n’est pas votre projet! Vous voulez vous battre contre les nationalistes, vous devriez vous battre contre les impérialistes – quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent - et d’abord contre l’impérialisme fédéraliste de l’Europe de Bruxelles au service de l’impérialisme US.

Le Traité de 1963 ne porta aucun point majeur sur l’OTAN, le GATT, les Etats-Unis ou même la Grande-Bretagne (à l’époque non membre) afin que la France construisît, avec l’Allemagne, cette Europe indépendante pesant de tout son poids dans l’équilibre des puissances et ceci pour la paix et la liberté des peuples, ce qui implique le plein respect des souverainetés.

Le chancelier Adenauer, véritable rhénan ayant lutté contre le nazisme, homme libre comme le Général, soutenait cette perspective. Il avait, entre autres, constaté le jeu velléitaire des Américains qui laissèrent se construire le mur de Berlin, sans intervenir militairement immédiatement. Le Général De Gaulle souhaitait, lui, intervenir maissans réponse des Anglais et des Américains, il ne voulut pas prendre seul une telle initiative. Adenauer comprenait, également, que le terrain européen risquait d’être le terrain d’affrontement nucléaire des deuxgrands impérialistes, sans que l’Europe puisse l’empêcher; il appuyait la puissance nucléaire française, contre les Etats-Unis, pour le bien de l’Europe.

Mais il n’en fut pas de même pour d’autres gouvernants allemands. Certains tenus par leur passé nazi ; d’autres, s’alliant toujours à n’importe quelle autre puissance, pour contrer la France, ces deux factions conjuguées constituèrent une majorité d’opposition au Chancelier et au traité d’indépendance de l’Elysée ! Le Bundestag vota le 15 juin 1963, ainsi, un préambule à la loi portant ratification du traité qui le vida de toute affirmation d’indépendance européenne en soulignant, au contraire, la dépendance aux Etats-Unis et la fin d’un protectionnisme économique raisonné (zollverein) de nos frontières.

Jean Monnet, agent américain s’il en fut, était passé par là !

Le général De Gaulle se sentit trahi. Dès décembre 1963, il élabore et confie à Peyrefitte sa nouvelle stratégie. « Nous avons voulu faire une politique d’entente avec les Allemands. Si les Allemands nous glissent entre les doigts, eh bien, nous avons les moyens de nous retourner ! »

Ce sera la période du grand rayonnement de la diplomatie française au XX siècle avec la reconnaissance de la Chine, les discours de Phnom Penh, Mexico, Montréal, le rapprochement avec l’URSS et les non-alignés etc…bref la France-sous De Gaulle - portait le monde non aligné et travaillait à l’équilibre des puissances ; à défaut d’une Europe indépendante, il y aurait une France indépendante dans le concert des Nations.

Monsieur le Président, peut-être cherchez-vous, vous aussi, à replacer la France dans cette position d’équilibre des Puissances qui est la sienne ? En invitant le Président Poutine, le Président Trump, le Président Egyptien Al-Sissi ou le Général Haftar, en nouant avec la Chine une forte alliance, vous ne vous y prendriez pas autrement ! Mais est-ce pour diluer notre pays dans cette souveraineté européenne, alors votre projet d’équilibre des Puissances et donc de paix est vain ? La souveraineté européenne, le Général ne se fit aucune illusion:« Vous savez ce que ça veut dire, la supranationalité ? La domination des Américains. L’Europe supranationale, c’est l’Europe sous commandement américain » dira-t-il le 13 mai 1964. Aujourd’hui, encore, cette domination se décline par la suprématie financière US, le droit US et l’armée US ; c’est ça l’Etat profond US.

L’Allemagne officialisera au XXI siècle son mariage avec cet Etat profond US; plus exactement le 24 février 2004, sous Georges W. Bush. Trop de liens se sont, en effet, tissés dans l’appareil économique et gouvernemental allemand, avec le renseignement,les lobbies financiers et économiques.L’opposition allemande de la Chancelière au PrésidentTrump – celui-ci s’opposant au mercantilisme germanique et parlant du concert des Nations contre les institutions supranationales, s’opposant en quelque sorte comme Roosevelt à cet Etat profond US –se comprend dans le cadre du fédéralisme européen au service des intérêts américains de l’Etat profond mais aussi, tant qu’à faire, au service tout simplement de la domination germaniqueen Europe.

Monsieur le Président de la République, votre relative jeunesse, vous permet de ne pas avoir à porter des rêves périmés et d’avoir assez d’énergie pour refonder. Vous semblez proposer une refondation fédéraliste avec des exigences impossibles, est-ce pour mieux laisser un espace ouvert à l’Europe des Nations, que nous souhaitons, nous, bâtir. Dès fois, je me prends, moi aussi, à rêver, car, en réalité, il n’y a pas d’autre refondation possible ! Mais pour l’instant, vous affirmez tout et son contraire en même temps ! L’ambiguïté peut, certes, laisser la place à l’adaptation en politique, mais avecle nouveau Traité de l’Elysée, on est loin du compte !

Permettez au Rhénan et Germain –que je suis aussi (l’Alsace est de culture germanique et française) d’évoquer quelques réalités désagréables pour les rédacteurs et inspirateurs de ce nouveau traité et de vous dire comment il eût fallu le rédiger!

Comment la France, peut-elle retrouver sa compétitivité ? Ce que votre second Traité de l’Elysée tait !

Notre Pays est le champion de la dépense publique, en Europe et au monde. A périmètre équivalent, nous avons entre 8 et 10 points de dépenses publiques de plus que l’Allemagne. Ce qui est plus grave, cette dépense publique supplémentaire pèse essentiellement sur nos entreprises. Les entreprises françaises paient 8% points de PIB de plus que les entreprises allemandes, en impôts et taxes divers. C’est un suicide économique ! Seuls peuvent survivre les très grands groupes français, par l’optimisation fiscale, vitale pour eux. Les entreprises familiales, intermédiaires, les autres PME, sont condamnées par l’Etat français et sa dépense publique. Par manque de capacité financière propre, elles vont devoir s’endetter ou se faire racheter par un plus gros, qui est rarement français.

Dans ce contexte, la coopération transfrontalière, l’Eurométropole, (je suis un conseiller de l’Eurométropole) sont des gadgets qui masquent une union déséquilibrée au profit de l’Allemagne. Nous avons le plus grand déficit commercial de l’Union, elle a le plus grand excédent de l’Union, proportionnellement du monde ! Le tramway de l’Eurométropole sert, alors, à acheter en Allemagne, les mêmes produits, moins chers car moins taxés ! Pendant ce temps, nos commerçants strasbourgeois ferment boutique !

Alors expliquez-moi, comment reformer la France – face à un tel gap – sans transferts massifs dans l’investissement rentable - accompagnant la diminution de la dépense publique - ou sans utilisation – comme nous voulions le faire – des facilités de la BCE, investies dans l’économie réelle ? Ces deux instruments ne verront pas le jour ; la France va donc continuer à s’endetter et à se désindustrialiser en perdant tous les moyens de sa souveraineté. Je ne peux l’accepter !

Ensuite, l’Agence d’innovation existe déjà : c’est l’institut franco-allemand de recherche de Saint Louis. Lorsque en 2004, nous voulions élargir sa base militaire à toute l’innovation industrielle, y faire participer d’autres pays dont la Russie, l’Allemagne s’y opposa !

Et pour finir le numérique : j’ai porté au Parlement Européen, le projet d’une souveraineté européenne – dans ce domaine – donc d’un certain protectionnisme européen pour nous permettre d’atteindre la taille critique des Gafa US, comme le font d’ailleurs la Chine et la Russie ; les premiers à s’opposer à une telle initiative furent, à nouveau, les Allemands !

J’en suis aujourd’hui à penser qu’il nous faut un choc de compétitivité et que ce choc ne peut venir que de la sortie de l’euro, sans ces transferts internes – que vous souhaitez mais que nous n’obtiendrez pas - impossiblesà réaliser. Dans la chaîne moderne des valeurs, cette opération est certes risquée mais nous n’avons actuellement que le choix entre mourir à coup sûr ou nous sortir de cette spirale infernale de la destruction de notre pays.

La raison d’une politique économique n’est pas la survie de l’euro mais la survie du pays ! Je pense, même, que la France doit sortir des institutions européennes – un frexit – pour rebâtir l’Europe sur de nouvelles bases !

Oui monsieur le Président, c’est ça la tragique réalité ! Les chimères européistes font-elle face à la réalité ? Alors opposons nos projets ! Et que le meilleur gagne, pour que la France gagne !

[1] 27 février 2004 : Le Président américain George W. Bush et le Chancelier d’Allemagne Gerhard Schröder signent l' Alliance germano-américaine pour le XXIe siècle ("Dasdeutsch-amerikanischeBündnisfürdas 21. Jahrhundert“

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 22/01/2018 - 16:44
Traité de 1963?
attendez, Macron n'était même pas né. On a pu par ailleurs constater que sa, disons culture, sur l'histoire et la géographie sont assez aléatoires, pour le moins, peut-être avait-il d'autres chats à fouetter. Et puis De Gaule, hein, chacun en retient ce qui l'arrange, il était tellement changeant...
J'accuse
- 22/01/2018 - 16:30
Avez-vous bien compris les intentions de Macron ?
Macron est aujourd'hui un valet de l'impérialisme, comme disaient les marxistes, mais il est très ambitieux: il veut d'abord prendre le leadership de l'UE, pour mieux en accentuer le pouvoir au détriment des nations. Pour lui, la France est une région de l'Europe et sa véritable ambition est de devenir empereur de l'UE; être président français n'est qu'une étape, déjà derrière lui: Bonaparte n'a été consul que pour devenir Napoléon, et le futur Emmanuel 1er a les mêmes rêves. La capitale impériale sera Berlin, Bruxelles sera le siège d'une administration aux ordres, et Paris une petite ville régionale sans intérêt.
vangog
- 22/01/2018 - 15:23
Seul le protectionnisme économique européen
permettra à l'Europe de rattraper son retard sur les GAFAs! Dans ce domaine comme dans d'autres, à cause du nicht allemand, la soumission est immense. Tous les demi-siècles l'Allemagne nous impose son impérialisme , entrainant des millions de morts dans son sillage...espérons que cela ne sera pas le cas, cette fois-ci!