En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

01.

L'opposition turque décapitée par des vidéos sexuelles

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

L’abandon des Arméniens du Haut-Karabagh par les puissances occidentales est-il la répétition générale du plan dont rêve Erdogan pour l’Europe ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 14 min 12 sec
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 37 min 40 sec
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 54 min 17 sec
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 1 heure 15 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 2 heures 1 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 2 heures 42 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 3 heures 5 min
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'a annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 3 heures 21 min
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 14 heures 35 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 17 heures 37 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 18 min 6 sec
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 39 min 26 sec
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 1 heure 12 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 1 heure 35 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 2 heures 4 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 2 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 3 heures 47 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 15 heures 31 sec
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 18 heures 2 min
© Reuters
© Reuters
Pas encore libéré, délivré

La justice européenne infirme une nouvelle fois l’argumentation juridique des "libérés" de la sécurité sociale

Publié le 20 janvier 2018
Les libérés de la sécurité sociale (les travailleurs indépendants qui décident de ne plus payer leurs cotisations à l’ex-RSI) se nourrissent d’une légende urbaine selon laquelle la France violerait le droit européen en imposant le monopole de la sécurité sociale. Selon eux, la France refuserait d’appliquer la directive de 1992 sur le libre marché de l’assurance, qui inclurait les organismes de sécurité sociale. L’arrêt Jahin, rendu hier par la Cour de Luxembourg, rappelle combien cette argumentation est fumeuse, voire fumiste!
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les libérés de la sécurité sociale (les travailleurs indépendants qui décident de ne plus payer leurs cotisations à l’ex-RSI) se nourrissent d’une légende urbaine selon laquelle la France violerait le droit européen en imposant le monopole de la sécurité sociale. Selon eux, la France refuserait d’appliquer la directive de 1992 sur le libre marché de l’assurance, qui inclurait les organismes de sécurité sociale. L’arrêt Jahin, rendu hier par la Cour de Luxembourg, rappelle combien cette argumentation est fumeuse, voire fumiste!

Dans la foulée de l’arrêt De Ruyter, qui avait interdit de soumettre à la CSG un citoyen de l’Union percevant des revenus en France mais affilié à un régime de sécurité sociale d’un autre pays, le citoyen français Jahin a demandé à bénéficier de la même exclusion parce qu’il est, pour sa part, affilié au régime de sécurité sociale chinois. La Cour de Luxembourg vient de le débouter en rappelant que le principe de libre circulation des capitaux, au titre duquel avait été rendu l’arrêt De Ruyter, ne s’applique qu’aux États membres de l’Union et à la Suisse.

S’agissant d’une affiliation à un régime de sécurité sociale chinois, le financement de la sécurité sociale française demeure obligatoire. Le principe de libre circulation des capitaux en vigueur dans l’Union ne s’applique pas à la Chine. 

Au passage, on notera que le droit communautaire ne fait donc pas obstacle à quelques entorses majeures au principe général de libre-échange…

Les libérés de la sécurité sociale face au règlement européen de coordination 

La Cour de Luxembourg vient donc de rendre une nouvelle interprétation du fameux règlement du 29 avril 2004 sur le coordination des systèmes de sécurité sociale, qui fait lui-même suite à un règlement de 1975. Elle rappelle en particulier le poids de l’article 11 de ce règlement:

"la personne qui exerce une activité salariée ou non salariée dans un État membre est soumise à la législation de cet État membre"

Il suffit de lire ce texte noir sur blanc pour comprendre qu’en matière de sécurité sociale, chaque État membre est maître sur ses terres. Imaginer un seul instant que, malgré cette phrase limpide, il existerait des « lois européennes » (comme nous l’avons entendu) qui primerait le droit national relève évidemment du fantasme. 

On rajoutera que l’article 1 du règlement prévoit explicitement:

"l) le terme «législation» désigne, pour chaque État membre, les lois, règlements et autres dispositions légales et toutes autres mesures d’application qui concernent les branches de sécurité sociale visées à l’article 3, paragraphe 1.

Ce terme exclut les dispositions conventionnelles autres que celles qui servent à la mise en oeuvre d’une obligation d’assurance résultant des lois et règlements visés au point précédent ou qui ont fait l’objet d’une décision des pouvoirs publics les rendant obligatoires ou étendant leur champ d’application, pour autant que l’État membre concerné fasse une déclaration en ce sens, notifiée au président du Parlement européen et au président du Conseil de l’Union européenne. Cette déclaration est publiée au Journal officiel de l’Union européenne;

Autrement dit, l’article 1 du règlement européen prévoit bien l’existence de régimes de sécurité sociale rendus obligatoires par des lois ou par une déclaration de chaque État membre au Parlement et au Conseil européens lorsqu’il s’agit de procédures conventionnelles (ce fut le cas de l’AGIRC et de l’ARRCO)."

Le texte communautaire ne souffre donc d’aucune forme d’ambiguïté: un État peut décider de rendre obligatoire un régime de sécurité sociale, dès lors qu’il en fait la déclaration à l’Union. Peu importe la forme qu’il ait dû respecter en interne pour le faire. 

On ajoutera que cette possibilité de rendre un régime obligatoire se fonde sur un principe de solidarité. Un État membre ne peut, dans le domaine de la protection sociale, imposer un régime qui ne serait pas solidaire, c’est-à-dire qui n’assurerait pas les mêmes prestations à tous.

Que faire quand on veut se libérer?

On mesure immédiatement l’impact de cette décision rendue hier (mais qui confirme des « sous-jacents » sociaux vieux de quarante ans) sur tous ceux qui soutiennent avec une naïveté qui relève parfois du fanatisme aveugle que « les lois françaises sont illégales parce qu’elles violent les lois européennes » (autre verbatim tiré de multiples conversations avec certains libérés). Une fois de plus, le juge européen ne laisse planer aucune ambiguïté sur le droit que conserve chaque État-membre d’instaurer des régimes obligatoires de sécurité sociale, auxquels doivent même contribuer des Français installés en Chine et affiliés à un régime chinois de sécurité sociale. 

C’est évidemment par un terrible abus de confiance que certains travailleurs indépendants (notamment des médecins) sans aucune formation juridique ont pu soutenir le contraire. Peut-être ceux-là étaient-ils convaincus que, titulaires d’un diplôme de médecine, ils étaient aussi détenteurs de la science infuse et pouvaient balayer d’un revers de la main les arguments juridiques les plus élémentaires qu’un titulaire de licence serait capable de comprendre. 

Qu’importe! en attendant, la décision de la Cour de Justice rappelle que le seul avenir pour la « libération » passe par un combat politique rationnel pour obtenir un changement des règles du jeu. Tout invocation magique du droit communautaire au bénéfice de cette cause est aussi suicidaire que la roue du Temple Solaire. 

Il devient donc urgent, pour tous ceux qui croient au caractère toxique d’une protection sociale transformée en outil de domination « solidaire », de changer de stratégie et d’unifier leurs forces pour mener un combat politique crédible. Car on peut se tromper en défendant une cause. Mais répéter inlassablement les mêmes arguments battus en brèche par d’innombrables décisions de justice n’est plus de l’erreur, mais de la persévérance dans l’erreur. 

Et comme chacun le sait, perseverare diabolicum est.

Article publié initialement sur le site Entreprise.news

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Phélé
- 20/01/2018 - 22:30
Étonnant
Étonnant Mr Verhaeghe, toujours ce mépris des énarques envers les médecins «  sans aucune formation juridique « . Ça devient pathologique : il est vrai que les médecins sont les seuls à pouvoir constater de visu que ces surhommes de la haute administration ont les mêmes imperfections physiques que le plus banal des sans dents et les mêmes terreurs devant la maladie. De plus, cet article à charge, défendant une sécurité sociale monstrueuse échappant au contrôle de l'élite administrative dominante, cohabite curieusement avec la publicité depuis toujours présente sur Atlantico pour la publication «  Je quitte la sécu » ! Schizophrénie ?