En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 4 heures 6 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 11 heures 11 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 11 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 12 heures 39 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 12 heures 6 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 12 heures 38 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 13 heures 41 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 15 heures 19 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 15 heures 35 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 10 heures 8 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 11 heures 23 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 12 heures 4 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 12 heures 18 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 13 heures 56 sec
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 15 heures 29 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 15 heures 42 min
Anti-sarkozysme

Pourquoi l'anti-sarkozysme est-il devenu un élément central du quinquennat ? Le point de vue de Gilles-William Goldnadel

Publié le 11 avril 2012
Deuxième partie de notre série consacrée à l'anti-sarkozysme. Revue d'effectifs des "anti-sarko" entre bobos modeux et révolutionnaires en peau de lapin.
Gilles-William Goldnadel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles-William Goldnadel est un avocat pénaliste aux prises de position contestataires, président fondateur d'Avocats sans frontières. Il fut le défenseur des accusés dans les affaires Sentier I et Sentier II, ainsi que dans l'Angolagate. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deuxième partie de notre série consacrée à l'anti-sarkozysme. Revue d'effectifs des "anti-sarko" entre bobos modeux et révolutionnaires en peau de lapin.

A lire aussi la première partie :
Pourquoi l'anti-sarkozysme est-il devenu un élément central du quinquennat ? Le point de vue de Chantal Delsol

Ainsi, François Hollande, sans illusion sur l’enthousiasme qu’il inspire, fait fond sur l’anti-sarkozysme à tout crin. Mais, au fait, de quoi l’anti-sarkozysme est-il le nom, pour paraphraser un philosophe post-maoïste, bien en cour ? Précisément, de ce goût pour la radicalité ultra-mondaine et plébéienne à la fois, dont ce pays a la noire magie.

Qui se retrouve, sous le large étendard anti-Sarko ? Une cohorte hétéroclite et bigarrée faite de bobos modeux, de révolutionnaires en peau de lapin, d’indignes-niais en keffiehs peu portés à la discussion, de socialistes respectables et respectueux en voie de disparition, ainsi que de quelques sombres nationalistes ombrageux.

Qu’ont-ils, sans le savoir, en commun ? L’appétence pour le plaisir grégaire et la jactance, le goût pour la radicalité onirique à irresponsabilité illimitée, l’habitude pour le préjugé xénophobe ou xénophile. Mais encore, le mépris religieux, d’autant plus affiché qu’il n’est pas toujours pratiqué, pour le commerce, le profit, et sa traduction financière appelée argent.

Si la posture sans-culotte vient de loin, la sans-papier n’est que quarantenaire et a hérité d’une haine anti–occidentale pathologique.

Dans sa version la plus sévère, cette maladie infantile mais mortelle, ressemble à s’y méprendre à ce chansonnier de Radio Paris qui moquait « l’Amérique, pays judaïque ».

J’ai déjà évoqué, au moment de l’élection de 2007, le site «tout sauf Sarkozy» ainsi que l’ineffable Daniel Mermet qui fut gentiment gourmandé par sa direction, pour avoir diffusé sur France Inter un avis de décès imaginaire judéo-nazifiant de l’actuel président : Nicolas Sarkozy ( 1955- ? ), politicien, mort dans son bunker à Jérusalem.

Mais ces postures anti-sarkozystes sans-culotte et sans-papiers, sont toutes aussi sans mémoire.

L’anti-sarkozysme porte aussi le nom de Mélenchon

Sans vouloir mésestimer son talent de posticheur, sa posture sans-culotte et sans-papiers bénéficie aussi du sans-mémoire de la société médiatique qui, lorsqu’elle ne le porte pas, le ménage.

Alors que nul n’est rabroué lorsque le noir passé est convoqué pour reprocher à l’autre populiste d’avoir valsé avec des autrichiens en culotte de peau, l’invocation du passé rouge sang pour contester ses tangos sud-américains déclenche immédiatement un rire moqueur.

« 100 millions de morts du communisme, ça ne vous suffit pas ? stop ou encore ? » ai-je lu lundi, griffonné à la main sur une affiche du bateleur soutenu par le PCF. En voilà au moins un, qui, à défaut de complexes, a de la mémoire.

La signification politique du succès de Mélenchon, est que l’anticommunisme, en France, faute d’un débat libre et sérieux, reste une tare plus qu’une vertu. Et voilà pourquoi, lorsque la réincarnation grotesque de Robespierre soutient une Chine qui s’est livrée à l’épuration ethnique au Tibet, personne ne rit, ni ne grogne.

A ce stade, dois-je encore citer Daniel Cohn-Bendit qui, dans une interview, lundi, dans le Monde déclare : «Moi aussi, je veux bien refaire l’histoire à ma sauce, ça n’est pas bien compliqué, mais c’est tellement simplificateur. La vie, ce n’est pas aussi simple qu’un discours de Jean-Luc Mélenchon. ( …) Il parle de la révolution, sans jamais en montrer les aspects dérangeants (…) cela lui permet de désigner à l’opinion cette gauche littéralement gangrenée par la question nationale, bloquée idéologiquement sur la question européenne, et fondamentalement anti-occidentale….»

Ceci dit et bien dit, en quoi le parti Vert de Mme Joly et de M. Mamère est-il moins anti-occidental ? Et si M. Mélenchon n’était pas si à gauche, Cohn-Bendit userait-il, pour le rabrouer, de ce ton urbain et policé, auquel le gamin des rues de Paris au mois de Mai ne nous avait pas habitués ?

La droite sarkozyste commence enfin à évoquer le risque d’un Hollande, prisonnier du citoyen Mélenchon. Ici encore, cette stratégie surabondamment spéculative m’échappe. Prisonnière ou non, la gauche démocratique est coupable, moralement et politiquement, de s’être faite du camarade de Castro, de Chavez et de Babeuf, un allié fréquentable. Un point, c’est tout.

Dans ce bestiaire anti-sarkozyste, le point commun anatomique est d’avoir la langue fourchue mais un épiderme à la sensibilité particulièrement délicate. C’est ainsi que Bertrand Delanoë, s’est déclaré « stupéfait » par les propos tenus par l’actuel président dans le JDD.

Effrayant, celui-ci avait osé moquer la « gauche caviar » ! C’est quand même autrement plus agressif que d’avoir comparé Sarkozy à Poutine, Madoff ou Pétain.

« Nicolas Sarkozy défend les victimes, en terrain conquis »

Dans un état d’esprit assez voisin, le Monde, n’y va pas de main morte lorsqu’il s’agit de disqualifier du débat démocratique ceux qu’il présente comme des compagnons de route du candidat président.

Dans un article intitulé « Nicolas Sarkozy défend les victimes, en terrain conquis », Franck Johannes, ordinairement bien mieux inspiré, décrit ainsi un Institut pour la justice dont je me flatte d’être l’avocat : «la venue, samedi 31 mars, de Nicolas Sarkozy à l’Institut pour la justice constitue une victoire pour ce think thank marqué à droite, qui déploie des efforts méritoires pour passer pour un interlocuteur crédible (…). L’institut se situe un peu à la droite de Genghis Khan (…). Il a une obsession, les victimes ; une méthode, la réaction aux faits divers…».

Outre que je mets au défi le chroniqueur de trouver dans le programme de l’Institut, uniquement technique, une ligne qui le situerait là où celui-ci rêverait de le classer, trois remarques :

- Je ne savais pas le souci obsessionnel de Genghis Khan pour les victimes.

- Le Monde ne répugne pas à utiliser les faits divers : ainsi, la couverture du vendredi 6 avril titrant largement sur cette « Amérique surarmée où il est permis de tuer » et traitant du cas du jeune noir Trayvon Martin, abattu en Floride le 26 février, peut-être dans le cadre d’un crime raciste.

- Quelles seraient les réactions médiatiques, au cas où le Syndicat de la Magistrature, recevant François Hollande, serait situé par le Figaro « à la gauche de Kim Il-sung ? »

Et si l’anti-sarkozysme carnassier devenait le meilleur allié de sa proie ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (105)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
NYOR
- 17/04/2012 - 02:28
Vangog
Si je réponds oui, je sens que vous allez dire que je suis de mauvaise foi, encore une fois... Mon point était simplement qu'il est difficile de juger une œuvre quand elle est appliquée et dévoyée des dizaines d'années plus tard. La condition ouvrière, on la connaît quand même un peu, ne serait-ce qu'au travers de l'Assommoir de Zola pour le plus connu. Quant au fait que cela n'ait pas précédé l'histoire, certes. Ce n'est jamais le cas. Même la bible n'a pas précédé l'histoire non plus... Maintenant, le Capital a très fortement influé sur la condition ouvrière. Après, on pourra juger comment il a été utilisé à des fins politiciens. Mais vous ne pouvez pas accuser Marx d'avoir inventé Staline ni Mao. Je serais curieux d'avoir l'avis de Godnadel la dessus lui qui fait juste un article sur le fait, qu'il ne faut pas accuser les intellectuels dont les propos sont repris par des gens pas toujours saints d'esprit.
vangog
- 14/04/2012 - 21:30
@Nyor Désolé je n'étais pas né en 1867! et vous?
Je n'ai donc pas pu voir les ouvriers de l'époque, qui étaient (probablement) mieux lotis que les paysans de l'époque, qui , eux-même, étaient (probablement) mieux lotis que les sans-abris de l'époque etc... Comme vous pouvez le concevoir, tout est relatif! Je ne nie pas que le Communisme ait parfois accompagné l'histoire de l'évolution du monde, mais je nie qu'il l'ait précédé. Il a simplement fait une récupération des luttes de groupes sociaux luttant, de tout temps et bien avant le Marxisme pour améliorer leur condition sociale. C'est un grand classique du Marxisme et Mélenchon l'illustre de façon éloquente en voulant récupérer les sans-culottes de la révolution luttant pour manger et pour leur liberté ("liberté" qui est une nouveauté dans la dialectique Marxiste, vous avez remarqué!) ! Bien que le grand thème de bataille Marxiste est de commander aux mouvements sociaux, qui, eux-mêmes dirigent l'histoire, je n'y crois pas une seconde. Mais laissons leurs rêves à ceux qui croient diriger l'histoire, si cela peut rassurer leur EGO, cela ne me dérange pas (tant qu'ils ne tuent personne osant s'opposer à leurs convictions...)
NYOR
- 14/04/2012 - 02:43
Et effectivement, je confirme
Takezo, vous n'avez toujours pas compris que des tas de gens qui pourraient voter à droite, n'ont pas envie de voter Sarkozy (et à mon avis, souvent pour les raisons que j'ai cité dessus). Visiblement, c'est au-dessus de votre compréhension : j'ai essayé de vous l'expliquer, vous n'avez pas voulu entendre, Diana a essayé de vous l'expliquer, vous n'avez pas voulu entendre, Partagas essaye de vous l'expliquer, vous ne voulez toujours pas entendre. Si vous vouliez que la droite triomphe, vous devriez voter Bayrou. Le vote Sarkozy est suicidaire pour la droite. Et je vous annonce déjà que les couteaux s'aiguisent pour lui planter dans le dos. Coppé en tête.
Ce n'est pas grave, il a déjà son fauteuil de prévu chez Bouygues.