En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 5 heures 48 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 8 heures 7 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 10 heures 28 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 10 heures 57 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 12 heures 35 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 13 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 14 heures
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 14 heures 17 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 7 heures 39 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 10 heures 6 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 10 heures 46 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 11 heures 30 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 12 heures 35 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 13 heures 44 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 14 heures 10 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 14 heures 43 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Boulimie

Les années passent, l’insatiable appétit de Mme Hidalgo pour la dette demeure

Publié le 16 janvier 2018
Les finances de la ville de Paris inquiètent : un endettement de plus en plus important mais surtout des dépenses de plus en plus contestables remettent en question la bonne gestion d'Anne Hidalgo.
Jérôme Dubus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Dubus est Conseil de Paris, Porte-Parole du groupe Parisiens Progressistes Constructifs et Indépendants (PPCI), représentant de la Majorité Présidentielle dans le 17ème arrondissement et En Marche ! depuis mars 2017. Un site internet lui est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les finances de la ville de Paris inquiètent : un endettement de plus en plus important mais surtout des dépenses de plus en plus contestables remettent en question la bonne gestion d'Anne Hidalgo.

« Une dette flottante est un navire hypothéqué » écrivait Jean-Charles, humoriste, pointant, sans même pouvoir l’imaginer, la tragédie des finances de la Ville de Paris. À l’aube de l’année 2018, la cité capitale voit, en effet, ses cales budgétaires lentement mais sûrement envahies par les eaux sales de l’endettement. Et c’est dans un silence assourdissant que les capitaines de l’Hôtel de Ville jettent encore et toujours le vaisseau parisien vers les récifs des dépenses à l’efficacité douteuse, des emprunts systématiques & des budgets court-termistes.

Un endettement forcené et exponentiel : un navire à l’avenir hypothéqué

Si en apparence, la Ville de Paris semble insubmersible, se cache une tout autre réalité. Depuis près de 17 ans, en effet, une fuite en avant se poursuit inlassablement : celle de l’endettement. Année après année, budget après budget, le gouffre pélagique de la dette se creuse, étant passé de 1 milliard d’euros, en 2001, à 6, fin 2018. Pire encore, en l’espace d’un demi-mandat seulement, la majorité actuelle a réussi le sinistre & cynique exploit de peu ou prou doubler ce total (3,74 milliards en 2014 contre 6 en 2018) ouvrant dès lors d’inquiétantes perspectives pour l’avenir.

 Face à ces accusations, la Maire de Paris répond que le taux d’endettement de la collectivité est inférieur à celui d’autres grandes villes françaises, comme Lille & Marseille. Soit, l’argument pourrait tel quel être recevable. Or, la question de la dette doit se poser non pas au présent, au regard de l’endettement brut, mais à l’avenir. L’enjeu fondamental ici est celui de la capacité de remboursement. Selon l’estimation de la CRC d’île de France, il faudrait à la collectivité 22 ans afin de résorber son passif, soit bien plus que les 11 et 7 années  nécessaires respectivement à Lille & Marseille et même plus encore que le seuil d’alerte de l’endettement fixé à 12 ans par l’agence Standard & Poors. Il n’y a en conséquence aucun doute permis : la politique budgétaire de l’exécutif est et restera une impasse.

Dès lors, la promesse de ne pas augmenter les impôts ayant été faite – l‘exaspération fiscale ayant déjà atteint son paroxysme – l’exécutif a dû se résoudre à des mesures comptables d’urgence. Perception et comptabilisation en recettes annuelles des loyers demandés aux bailleurs sociaux. Démultiplication des prélèvements indirects et en premier lieu de ceux relatifs au stationnement - les recettes passeront cette année de 130 Millions d’euros à 334… En somme, tandis que gonfle paisiblement la dette, les facteurs d’instabilité s’accumulent et un état de satisfaction béate semble régner dans les bureaux de la Maire de Paris. Le risque existe, le risque est majeur, le risque est inéluctable & le risque pèse sur l’ensemble des parisiens.

Les causes du naufrage budgétaire : les dérives d’un navire à la dérive

Pourquoi prendre ce risque immense et inconsidéré ? Le creusement de l’endettement parisien par l’exécutif est au mieux une variable d’ajustement budgétaire & au pire le résultat d’une totale incapacité à réduire la dépense publique.

Pour le seul budget 2018, les dépenses de personnels augmentent de 4,4%, pour se porter à 2,4 milliards d’euros tandis que les charges à caractère général progressent de 4,5% pour s’établir à 816 millions d’euros. Dans le même temps, comble de l’autosatisfaction pour la majorité, les fonds alloués à l’investissement sont maintenues à 1,69 milliards d’euros. Ce gouffre sans fond, que constitue désormais la dette parisienne, fut enfanté par le surinvestissement et pérennisé par les charges de fonctionnement incessamment croissantes et sous-estimées qui en ont résulté. Les investissements prévus en l’espèce, au même titre que leur pertinence, sont en effet des plus discutables. À titre d’exemples, pourquoi le logement social se voit-t-il octroyé seul 404,4 millions d’euros, soit plus que tous les autres efforts d’aménagement, alors que le nombre de demandeurs de logement est passé de 90.000 en 2001 à 260.000 aujourd'hui? Pourquoi le budget de la propreté urbaine n’augmente-t-il que de 0,4%, à l’heure où le sujet est au cœur des préoccupations des parisiens ? Pourquoi l’entretien des 1625km de voirie ne s’est-il vu accorder que la famélique somme de 20 millions d’euros ? De telles questions, nous pourrions en poser des dizaines et des dizaines.

Pour autant, la fatalité du surendettement de la collectivité parisienne n’est pas inéluctable. La dépense publique peut être maîtrisée, les emprunts limités & les dettes remboursées. Réduction du budget communication, rationalisation de l’organisation du personnel, création d’une commission d’évaluation des dépenses ... Tout cela fut proposé & pourtant aussitôt rejeté, alors que le service public pourrait ainsi être plus efficace et moins coûteux.

En somme, il est le symptôme le plus évident d’une notable avarie de commandement politique. Car cette dette de 6 milliards d’euros, alimentée emprunt après emprunt (793 M€ en 2017, 724 M€ en 2018), ce sont les parisiens qui devront ainsi s’en acquitter dans les décennies à venir. Le changement de cap ne peut plus venir de cette majorité, qui n'en a plus ni la volonté ni la possibilité.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
crobard007
- 17/01/2018 - 17:44
Paris...
Ville musée du 19ème siècle qui à son avenir derrière elle. Dette + mauvaise gouvernance + JO.... Qui sauvera Paris ? Le tourisme, le Quatar, ou les bouseux travailleurs et industrieux de province au travers de l’impôt? La réponse est malheureusement évidente
ajm
- 17/01/2018 - 14:35
Ne pas surestimer le vote bobo.
Tous les Parisiens n'ont pas voté pour Hidalgo et sa clique. En fait, cette dernière n'a obtenu qu' une majorité de voix très , très faible malgré le clientélisme massif et le vote communautariste dans certains arrondissements Le problème c'est la division de la droite et le découpage des circonscriptions qui favorisent la gauche. Le vote " bobo" n'explique pas tout.
assougoudrel
- 17/01/2018 - 09:27
Une taxe "indolore"
à l'échelon nationale pour sauver les parisiens. Les "ploucs" de province sont bons pour ça.