En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

03.

Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

07.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Industrie
Plongée au coeur du premier fabricant français de gel hydroalcoolique, qui a multiplié sa production par neuf
il y a 19 min 9 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship ; Mars Helicopter : la genèse du premier engin volant dans l'atmosphère de Mars
il y a 1 heure 48 min
décryptage > France
Libertés publiques

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

il y a 2 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

​Voué aux chats

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Economie
Ne rien cacher

La bourse ou la vie-rus ?

il y a 2 heures 56 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Le Coronavirus grippe (aussi) les énergies renouvelables
il y a 3 heures 17 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Heurs et malheurs du guerrier au crépuscule du Moyen Age

il y a 3 heures 37 min
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 19 heures 47 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 21 heures 21 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 22 heures 16 min
pépites > Terrorisme
Ennemi intérieur
Attaque à Romans-sur-Isère : trois Soudanais en garde à vue
il y a 53 min 36 sec
décryptage > Terrorisme
Opportunisme

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

il y a 2 heures 3 min
décryptage > France
C'est quand même bien loin du Soudan

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

il y a 2 heures 35 min
décryptage > International
Et pendant ce temps-là...

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

il y a 2 heures 51 min
décryptage > International
L’étrange virus

Covid-19 : de la catastrophe à la crise

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Société
Lourde casquette

Pourquoi qualifier les médecins et autres travailleurs du « front » de héros n’est pas forcément leur rendre service

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Europe
Exemple historique

Eurobonds et survie de l’Europe : cette vieille histoire américaine que l’UE ferait bien de sérieusement méditer

il y a 3 heures 38 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 20 heures 42 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 22 heures 5 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 22 heures 35 min
© Reuters
© Reuters
Laissez-nous respirer !

Les territoires ruraux organisent la résistance aux métropoles et la France traditionnelle ne veut pas perdre son autonomie (ni son âme)

Publié le 12 janvier 2018
La réforme territoriale de 2014 ayant profondément modifié les équilibres territoriaux hexagonaux, les territoires non métropolitains cherchent à s'unir en opposition aux métropoles et à la métropolisation du pays. C'est le cas de 29 communes du Pays d'Arles face à la métropole d'Aix-Marseille Provence.
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La réforme territoriale de 2014 ayant profondément modifié les équilibres territoriaux hexagonaux, les territoires non métropolitains cherchent à s'unir en opposition aux métropoles et à la métropolisation du pays. C'est le cas de 29 communes du Pays d'Arles face à la métropole d'Aix-Marseille Provence.

Atlantico : Dans une logique d'organisation face à la métropole d'Aix-Marseille Provence, 29  communes du pays D'Arles font cause commune en lançant une étude sur la création d'une intercommunalité pouvant revendiquer les compétences du département. Dans quelle mesure la réforme territoriale serait-elle en train de modifier les équilibres du territoire ?

Laurent Chalard : La réforme territoriale de 2014, fortement inspirée par les préconisations de l’Union Européenne, a eu pour visée de changer en profondeur l’organisation administrative hexagonale, puisqu’il s’agissait de basculer du schéma issu de la Révolution française, reposant sur le triptyque Etat-Département-Commune, perçu comme obsolète, à un schéma Etat-Région-Intercommunalité, cette dernière prenant la forme de Métropoles dans les territoires les plus urbanisés du pays. Nous sommes donc passés d’un modèle homogénéisant, le département, mélangeant des espaces urbains et ruraux (les Bouches-du-Rhône en constitue un exemple-type), à un modèle hétérogénéisant, l’Intercommunalité, séparant l’urbain du rural. En effet, la création des Métropoles répond à la métropolisation du territoire, correspondant à une simple adaptation de l’organisation administrative française à la nouvelle donne économique, consécutive de la construction européenne et de la mondialisation. Cette réforme, portée par les élites urbaines, s’apparente à une sorte d’OPA des grandes villes sur l’administration territoriale, à travers la captation de compétences plus larges que les départements préexistants et la  volonté de disposer des périmètres les plus étendus possibles. Il s’en suit mécaniquement une modification des rapports ville-campagne et donc des équilibres territoriaux hexagonaux.

Comment expliquer que ces territoires -non métropolitains- cherchent à s'unir en opposition à ces métropoles plutôt que de tenter de les rejoindre ? 

Au premier abord, on pourrait effectivement penser que les territoires ruraux limitrophes des grandes métropoles, tels que le Pays d’Arles, seraient tentés de s'y rattacher pour bénéficier de leur importante manne économique. Or, dans les faits, si l’on évacue les traditionnelles arrière-pensées politiques, ce n’est guère le cas pour plusieurs raisons évidentes. 

La première tient à la question de « l’espace vécu », concept inventé par le géographe Armand Frémont. En effet, ces territoires ruraux ont leur mode de fonctionnement propre, organisé autour de petites et moyennes villes, dans lesquelles les habitants effectuent la quasi-totalité de leur vie quotidienne. Le recours à la grande ville y est exceptionnel. Il s’en suit que leurs besoins comme leurs problèmes ne correspondent nullement à ceux des grandes métropoles, leurs élites comme leurs habitants ne voyant donc aucun intérêt à les intégrer. Si l’on reprend l’exemple du Pays d’Arles, aucune des communes ne faisant partie de l’aire urbaine d’Aix-Marseille définie par l’Insee, il paraît assez compréhensible que personne ne voit l’intérêt de coopérer avec.

La deuxième raison concerne le mode de fonctionnement des Métropoles, très différent de celui des départements. Dans ces derniers, les intérêts ruraux étaient surreprésentés politiquement, assurant un processus de redistribution financière des territoires urbains productifs vers les territoires ruraux moins productifs, alors que ses compétences étaient limitées dans les domaines stratégiques tels que l’aménagement du territoire ou le développement économique, laissant une marge de manœuvre certaine aux territoires ruraux. Les campagnes n’avaient pas l’impression d’être dominées par la ville. Or, avec les Métropoles, la situation change du tout au tout, les territoires ruraux devenant minoritaires politiquement et la métropole ayant des compétences stratégiques, devenant potentiellement en capacité de leur imposer des choix qu’ils ne souhaitent pas. Pour résumer, les territoires ruraux veulent rester maître chez eux et ne pas devenir la « poubelle » de la métropole. Par exemple, le Pays d’Arles garde en tête le long feuilleton de l’incinérateur de Fos-sur-Mer, imposé par la communauté urbaine de Marseille à la commune de Fos alors que ses habitants n’en voulaient pas.

La troisième raison a trait à la volonté de conserver une identité locale forte. En effet, lorsque des territoires ruraux bénéficient d’une image de marque valorisée, associée à des traditions vivantes, qui se démarquent largement de la métropole voisine, ils ont peur de perdre leur âme en s’alliant avec des territoires perçus comme déracinés et hors-sol. Le cas du pays d'Arles en constitue un bon exemple, son identité reposant sur des entités paysagères exceptionnelles de renommée nationale (la Camargue, les Alpilles, la Crau), sur des traditions ancrées (le costume, la littérature, les courses camarguaises), symbolisées par l’élection tous les trois ans d’une reine d’Arles, et sur un caractère rhodanien affirmé.

Quelles pourraient être les conséquences, à terme, de telles logiques ? Comment en revenir à une forme de rationalité ? 

Le choix du législateur de constituer une intercommunalité à deux vitesses, opposant les grandes agglomérations, gérées par des Métropoles se substituant aux départements, au reste du territoire, couvert par des intercommunalités moins puissantes, s’il repose sur des arguments solides, risque cependant d’avoir comme effet pervers de renforcer encore plus le fossé économique et culturel, qui se creuse, entre les grandes villes et le reste du pays. La solidarité financière entre les territoires, qui était incarnée par les départements, est mise à mal, d’autant qu’il n’est pas prévu, pour l’instant, d’instaurer un processus de redistribution financière entre les métropoles, qui concentrent la richesse, et les autres intercommunalités.

La réforme territoriale, réalisée dans la précipitation et suivant des découpages, bien souvent, maladroits, vient briser une organisation administrative pluriséculaire, fonctionnant tant bien que mal mais fonctionnant, remplacée par des structures remettant en cause les équilibres territoriaux préexistants, sans en proposer de nouveaux réellement viables. Il s’en suit un manque de rationalité dans les périmètres administratifs, qui se mettent en place, conduisant, au mieux, à une mise à l’écart des espaces ruraux, au pire, à leur domination totale par des métropoles, dont on sait pertinemment qu’elles ne sont pas suffisamment puissantes économiquement pour irriguer l’ensemble du territoire national, ce qui est d’autant plus vrai pour la métropole Aix-Marseille, au dynamisme limité. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

03.

Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

07.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 13/01/2018 - 19:14
@lepaysan
Et aussi à l’autonomie. L’empire parisien nous enmerde.
lepaysan
- 12/01/2018 - 20:38
Il faut redonner le pouvoir de décider de leur vie aux provinces
et à la ruralité. Entasser les gens dans des cages à lapins dans les grandes métropoles ne peux engendre que le chaos.
Redonnons vie et pouvoir aux campagnes ou pour le prix d'un T2 à paris, on vit dans 150 m2.
Ca passe par le libéralisme économique et le retour d'un réseau de PME locales, industrielles qui crée de l'emploi de proximité comme chez nos voisins, anglais, Espagnols, Italiens et allemands et autres...
Deudeuche
- 12/01/2018 - 13:24
Fuck les métropoles clones pourris
De ce miasme culturel produit par cette déjection parisienne !