En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 6 heures 21 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 10 heures 40 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 13 heures 33 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 14 heures 22 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 14 heures 43 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 20 heures 13 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 9 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 11 heures 35 min
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 13 heures 1 min
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 13 heures 26 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 14 heures 6 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 20 heures 36 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Le déficit du commerce extérieur français ou le prix à payer pour un demi siècle de lâcheté et d’erreur

Publié le 11 janvier 2018
Le président de la République revient à peine de Chine, avec une méga-commande d’Airbus, que les chiffres du commerce extérieur pour l’année 2017 marquent une nouvelle aggravation, encore.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la République revient à peine de Chine, avec une méga-commande d’Airbus, que les chiffres du commerce extérieur pour l’année 2017 marquent une nouvelle aggravation, encore.

On savait que le commerce extérieur n’était pas brillantissime mais à ce point-là, non ! Ce déficit de 65 milliards d’euros est annoncé alors que le président rentre à peine de Chine avec des valises de contrats - une nouvelle commande de 184 Airbus, un chantier gigantesque pour Areva. Ces bulletins de victoire ne changeront rien. Sur le front du commerce extérieur, la France s’est installée en bon dernier de la classe des pays occidentaux.

On n’arrête pas de dire que tout va bien, et pourtant, le déficit du commerce extérieur français va encore se creuser de 14 milliards par rapport à 2016.

Si le déficit extérieur français est abyssal, c’est d’abord à cause de la France qui refuse de regarder en face les vraies causes de son mal.

C’est une catastrophe pour l’avenir de notre pays et son indépendance. C’est une honte pour les dirigeants successifs qui ont refusé de regarder les vraies causes, parce qu’on est bien là devant  le mal français, la source de toutes nos lâchetés et de toutes nos difficultés

On peut toujours se satisfaire du retour de la croissance, d’un soutien à la consommation et d’une reprise de l’investissement. N’empêche qu’on est de plus en plus dépendant de l’étranger.

Nous consommons plus que ce que nous produisons. Donc nous achetons à l‘étranger beaucoup plus que ce que nous vendons. Nos importations dépassent de plus de 60 milliards d’euros par an nos exportations, c’est à dire ce que nous vendons. Le déficit avec la Chine compte déjà 30 milliards à lui seul.

Qu’on le veuille ou non, cet écart, il faut le payer. Alors on emprunte, on fait appel à des actionnaires étrangers, on hypothèque nos châteaux, nos vignobles, nos entreprises et notre avenir et on ne dit pas que tout cela est nocif à terme. Surtout pas.   

On peut toujours expliquer que si on retire de la statistique les achats de pétrole, le déficit serait beaucoup plus raisonnable. Peut être, sauf qu’on a besoin de pétrole et qu'on n’a pas de quoi le payer. On peut aussi nous raconter que la France vend des services, des Airbus, des centrales nucléaires, des hôtels, du tourisme... Sans doute mais on n‘en vend pas suffisamment.

Il faut arrêter de fermer les yeux. La France consomme et ne produit pas ce qui pourrait intéresser les clients éventuels.

Plus grave, plus on va améliorer la croissance, la consommation, l’activité, l’emploi et l’investissement, plus on va creuser notre commerce extérieur. C’est le serpent qui se mord la queue !

Sans ouvrir un séminaire d’économie internationale, les deux raisons de la dégradation de notre commerce extérieur depuis 20 ans sont évidentes et simples.

La première raison : notre compétitivité n’est pas au niveau de la concurrence internationale. Le manque de compétitivité coût d’abord. Nos produits étaient trop chers, nous sommes donc allés les faire fabriquer à l’extérieur du territoire, dans la première phase de la mondialisation. C’est ainsi que l’industrie textile et une grande partie de l’industrie mécanique ont été déménagées au Maghreb puis en Turquie, en Chine ou même au Bangladesh. Cette compétitivité coût n’est plus le problème central. Les baisses de charges, le CICE ont réduit une partie du gap.

En revanche, nous avons un problème de compétitivité hors coût. L’offre de produits et de service est faible. La qualité que nous produisons n’est pas suffisante. Peu d’innovation, peu d’originalité. Dans tous les domaines sauf peut-être dans les grands équipements collectifs où nous restons leaders - travaux publics, nucléaire, constructions, aéronautique avec Airbus ou même constructions navales. Ou celui du luxe où, en gros, quelques entreprises comme LVMH, Kering (Groupe Pinault) Hermès ont fait de la France un leader mondial avec un flux d’exportations récurrent et considérable. Mais ça n‘est pas suffisant pour équilibrer une balance commerciale. Dans tous les autres secteurs, nous restons, sauf exceptions, très à la traine, incapables de générer les devises qui seraient nécessaires à financer nos importations.

La deuxième raison, c’est que notre écosystème a été totalement piégé par la certitude arrogante que la logique de la demande pouvait être l’alpha et l’oméga de toute la politique économique de la France, cette fameuse logique keynésienne. Pendant presque un demi siècle, depuis les premiers chocs pétroliers des années 1970, la classe politique, les syndicats et la majorité des économistes nous ont expliqué que le problème français était un problème de demande.

Bref, il fallait soutenir la demande intérieure dans la plus pure tradition keynésienne, parce qu’en soutenant la demande par le crédit ou le pouvoir d’achat, on pensait soutenir la production.

On a effectivement soutenu la production mais plutôt celle de Shanghai, qui revient en France sous forme de produits importés. On a stimulé les importations comme jamais. La grande distribution, qui a parfaitement compris cette logique, a ouvert des hypermarchés en grand nombre pour écouler ces produits importés. Bravo.

Le comble de cette erreur ayant été atteint dans les deux premières années du quinquennat de François Hollande où la logique de la demande a été érigée en doctrine officielle, adoubée par des économistes égarés dans les restes d’un keynésianisme archaïque .

Quel gâchis. Il a fallu frôler la catastrophe financière, le dépôt de bilan pour cause de déficit budgétaire et d’endettement, pour mettre à l’écart les frondeurs, appeler Manuel Valls, accoucher du CICE et reconnaître que ce pays avait un problème d’offre.

Le plus cocasse dans ce débat est que lors de la dernière présidentielle, bien peu de candidats osaient défendre une logique d’offre, et proposaient les moyens d’assumer la concurrence internationale. Emmanuel Macron, François Fillon et Manuel Valls... Pas étonnant qu’aujourd’hui, beaucoup de ceux qui croyaient dans les réformes proposées par François Fillon, et ceux qui, au parti socialiste, prônaient une ouverture vers la modernité, se retrouvent aujourd’hui ni à gauche, ni à droite, mais dans le mouvement En Marche du président de la République.

Le déficit commercial marque un demi siècle d’erreur et de lâcheté. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 12/01/2018 - 11:09
à force de vouloir être internationalistes, nos gouvernements
successifs ont fait un certain nombre d'erreurs. A croire que le mot économie est un gros mot. Le fameux "marché Commun" a encore a aggravé les choses.
Pouvons-nous faire un retour en arrière ?
Nous sommes aussi responsables de nos achats, mais malheureusement, si vous trouver une machine à laver ou un aspirateur fabriqué en France, dites le moi !!
Les vêtements n'en parlons pas !! Personnellement, j'achète Made in Italie, quand je suis sur de sa provenance....
zelectron
- 11/01/2018 - 15:28
1980, 2 millions de fonctionnaires, 2016, 6,5 millions !
le PIB est largement (odieusement) siphonné par l'hyper-ponxtion publique (danaïdesque) et ne peut donc pas abonder le tissu des PMI/ETI potentiellement exportatrices.
Pourquoi-pas31
- 11/01/2018 - 13:18
Sylvestre ou la Belle au BOIS DORMANT
Ce monsieur se reveille après de nombreuses années d'écritures vides de toute réalité. Qui l'a embrassé sur la bouche ?