En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Argent contre Influence
Privatisations 2018 : des choix marginaux d’un point de vue financier... mais majeurs d’un point de vue stratégique
Publié le 08 janvier 2018
Dans le but affiché de financer un hypothétique Fonds pour l'innovation, le gouvernement d'Edouard Philippe a annoncé vouloir engager un programme de privatisations s'élevant à 10 milliards d'euros.
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le but affiché de financer un hypothétique Fonds pour l'innovation, le gouvernement d'Edouard Philippe a annoncé vouloir engager un programme de privatisations s'élevant à 10 milliards d'euros.

Celui-ci a débuté, sous la houlette de Martin Vial (époux de la ministre Parly) responsable de l'Agence des Participations de l'Etat par la mise sur le marché de 4% de Renault en novembre dernier.

Pour éviter des mouvements de marché et des phénomènes baissiers, le nom des sociétés dont l'Etat entend se désengager partiellement est officiellement inconnu.

En fait, c'est un peu un secret de Polichinelle et les analystes escomptent bel et bien des opérations sur le capital de la Française des Jeux (actuellement détenu à 72%), de Paris Aéroports (51%), d'Orange (24%) et éventuellement Air France-KLM (16%).

Au départ, il ne faut évidemment pas oublier que l'Etat est impécunieux et que privatiser est un palliatif à la disette budgétaire. Cela étant, il faut raison garder : vendre une partie des participations à hauteur de 10 mds ne couvrira qu'un peu plus de 10% du déficit budgétaire affiché en Loi de finances 2018 à savoir 83 milliards d'euros.

Le programme de privatisations est donc qualifiable de marginal au regard, par exemple, des 190 milliards que la France va devoir emprunter cette année sur les marchés financiers.

Toutefois, marginal en finances ne signifie pas marginal en choix stratégiques. Ainsi, on peut regretter que l'Etat ne semble pas considérer les Aéroports de Paris comme vitaux au regard de considérations d'indépendance nationale. L'exemple de la vie mouvementée de la privatisation de l'aéroport de Toulouse-Blagnac est pourtant une illustration de futurs aléas possibles et de lourds conflits d'intérêts entre des actionnaires étrangers rivés sur le court terme et le financement à moyen et long terme d'infrastructures comme à Roissy.

Une chose est acquise, les banques-conseils sont à l'affût et singulièrement la maison de David de Rothschild qui a réussi une très belle année 2017 : première place des banques d'affaires avec la moitié du marché soit un volume de 126 opérations portant sur 122 milliards… Nul doute que cette institution saura proposer en 2018 ses services à l'Etat pour les privatisations à venir, surtout dans un contexte de très bonne tenue des cours du fait de la conjoncture actuelle et évidemment sans gommer l'impact plus ou moins diffus du cursus professionnel du président de la République.

Les défis de management et d'avenir des entreprises publiques ne sont pas là. Un certain Dominique de Villepin aura commis l'erreur grossière de privatiser les autoroutes qui sont des "machines à cash" tandis que depuis 15 ans, les dossiers SNCF et La Poste sont au point mort. Comme le disait récemment l'économiste Jean-Marc Daniel, La Poste est la seule entreprise qui, perdant régulièrement des clients du fait de l'avancée du mail, décide d'augmenter ses tarifs de près de 10% au lieu de s'interroger sérieusement sur ses structures de coûts d'exploitation.

Plus avant, le vrai sujet n'est pas uniquement la question de la privatisation ou de la " respiration du capital " (comme on aime à le dire en ce moment) des participations de l'Etat mais bel et bien la remise en ordre de celles détenues par la Caisse des Dépôts et Consignations.

La prospère Compagnie des Alpes, Icade, Egis et bien sûr CNP Assurances sont autant de pépites dont le capital devrait être revisité afin de garantir leur expansion respective et leurs ratios de performance.

Nul doute, qu'à l'ombre des bureaux de la République, cette problématique ne soit déjà examinée avec l'ancien dirigeant de Générali récemment nommé à la direction générale de la Caisse.

Eric Lombard sera très vraisemblablement l'homme de la situation d'autant que Martin Vial est aussi un ancien du Lion de Trieste via la filiale EuropAssistance. Histoire de vieilles connaissances, donc.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 08/01/2018 - 17:16
Suivez mon regard !
Une information passionnante, en milieu de la page une : '' la maison de David de Rothschild qui a réussi une très belle année 2017 : première place des banques d'affaires avec la moitié du marché soit un volume de 126 opérations portant sur 122 milliards…'' Suivez mon regard !
cloette
- 08/01/2018 - 10:16
ça ne me dit rien qui vaille tout cela
la dette va exploser, on va vendre ici et la le patrimoine par petits morceaux, et il n'y aura pas l'ombre d'un progrès en matière de croissance et d'emploi .