En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© A.J. - Wikiagri
Agriculture

Tensions sur les prix, PAC, normes environnementales... Que peut espérer le monde agricole en 2018 en France ?

Publié le 07 janvier 2018
Des états généraux de l’alimentation à la préparation des élections pour les chambres d’agriculture de 2019, l’année 2018 fournit quelques événements prévisibles... Voici les principaux.
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des états généraux de l’alimentation à la préparation des élections pour les chambres d’agriculture de 2019, l’année 2018 fournit quelques événements prévisibles... Voici les principaux.

Les états généraux de l'alimentation

Le premier de ceux-ci, reste les états généraux de l'alimentation. Ils se sont officiellement terminés fin 2017... Par des discours. Restent les actes ! Ces états généraux étaient censés apporter des solutions pour redonner une valeur au prix des produits agricoles. Sur le papier, on annonce avoir trouvé la solution miracle, à savoir établir le prix en partant du coût de revient de l'agriculteur... Mais quand il faudra passer à la pratique, la question de savoir comment établir un tarif sur ce coût de revient va se poser. Et là, problème ! Le coût de revient est différent d'une ferme à l'autre, et évolue même dans la durée au sein d'une seule ferme. Cela ressemble à la quadrature du cercle. On imagine alors un coût de revient "moyen" calculé pour la ferme France. Mais alors, que se passera-t-il pour ceux qui n'arriveront pas à l'atteindre ? Xavier Hollandts, enseignant à Kedge Business School, imagine la mise en place d'une péréquation, ceux qui seraient "larges" par rapport au prix affiché versant plus que celui-ci, de manière à ce que la cagnotte ainsi constituée rémunère leurs homologues en difficulté... Mais cette ébauche de solution n'a encore jamais été discutée, ni aucune autre. On s'est contenté, pour le moment, de parler d'inversion du processus d'établisement du prix, en partant du producteur. Sans jamais dire comment. On ne peut qu'imaginer une grande bagarre au moment où, en 2018 donc, on en arrivera à des arbitrages pour fixer les prix... Pour défendre des intérêts, entre partis politiques pour les débats législatifs au parlement (puisqu'une nouvelle loi doit voir le jour), entre agriculteurs aussi (d'autant que les prochaines élections aux chambres d'agriculture auront lieu tout début 2019, donc 2018 sera une année, aussi, de stratégie de politique syndicale), et bien sûr les grandes surfaces ou autres industriels ne vont pas attendre trop gentiment le résultat et vont oeuvrer chacun pour une bonne part du gâteau. Si le gouvernement Macron veut réussir dans cette entreprise, il va lui falloir de l'imagination pour trouver des solutions réelles y compris dans les détails, et une sacrée poigne pour les faire respecter...

Les nouveautés de la Politique agricole commune

Autre élément qui doit changer la donne chez les agriculteurs dès le premier semestre 2018, la révision de la Politique agricole commune à mi parcours. Suite à un travail fourni par différents députés européens spécialistes des questions agricoles (dont Michel Dantin pour la France), la Pac actuelle sera toilettée très rapidement désormais. En substance : le droit à un contrat écrit pour les agriculteurs, la validation de la possibilité donnée aux interprofessions d'être reconnues et de négocier le partage de la valeur ajoutée. Des éléments qui devraient faciliter la tâche au niveau national pour parachever les états généraux, qui avaient initialement affiché des ambitions proches, mais n'en avaient pas vraiment la possibilité du fait de la distorsion de concurrence en Europe : il fallait que ces décisions soient prises unilatéralement sur le vieux continent. Ce sera chose faite, donc, dans le courant du premier semestre 2018. Quel effet pour les agriculteurs ensuite ? Il y en aura un, qui sera bénéfique... à condition que l'interprétation française des textes européens ne soit pas, comme c'est arrivé si souvent par le passé, une forme de surenchère à la charge des producteurs sur les aspects "contreparties".

Les accords de libre-échange de l'Europe

Toujours au rang des événements prévisibles, la conclusion des accords de libre-échange. Pour le Ceta (entre l'Europe et le Canada), c'est déjà fait, avec déjà des contingents de viande bovine (du Canada vers l'Europe) qui vont faire mal à ce secteur, avec toujours en suspens les questions de qualité et de traçabilité qui ne répondent pas aux mêmes critères que les nôtres. Mais la deuxième lame du rasoir n'est pas loin, avec la signature annoncée comme imminente avec les pays du Mercosur (de l'Amérique latine si vous préférez). Cette fois, tous les partis représentés au Parlement européen ont montré, chacun à sa manière, leur désapprobation pour le volet agricole, d'autant que la viande brésilienne a subi dans un passé récent plusieurs scandales sanitaires (pour le Ceta, le PPE, parti majoritaire, avait donné son aval). Pour autant, rien n'est acquis à cette heure. Secteurs concernés : encore la viande bovine, mais également le sucre et ses dérivés, dont l'éthanol. Au passage, on sait que de très grandes coopératives françaises sont installées au Brésil. Ces représentantes des betteraviers français pourraient ainsi se trouver totalement en porte-à-faux avec elles-mêmes dans l'hypothèse où l'éthanol à base de canne à sucre serait importé massivement, faisant concurrence avec celui à base de betteraves...

La pression environnementale

Si Nicolas Hulot a préféré éviter de cautionner les états généraux de l'alimentation par son absence lors des discours de clôture (estimant que la part environnementale n'avait pas été respectée), on ne peut nier pour autant son implication sur les dossiers agricoles. Très présent sur le débat sur le glyphosate, on sait qu'il le sera tout autant sur tous les sujets où, à tort ou à raison, il estimera que l'environnement est un enjeu. Pour les agriculteurs (je parle d'une manière générale), respecter l'environnement fait partie du quotidien. Mais il est une chose qu'ils redoutent plus que tout : les changements inopinés et immédiats. Des molécules utilisées pour la santé et la croissance et des plantes sont ainsi régulièrement remises en cause, sans pour autant avoir fait l'objet du cheminement légal, européen, prévu pour cela (lequel laisse le temps de se retourner si effectivement le danger est constaté). 2018, ce sera aussi l'année du centenaire de l'UIPP, union des industries pour la protection des plantes, c'est-à-dire la fédération des industries chimiques qui fabriquent non seulement les pesticides, mais aussi des solutions alternatives comme les produits de bio-contrôle. A cette occasion, ses tenants vont communiquer auprès du grand public en espérant obtenir un débat plus équilibré sur les questions de l'utilisation de ces produits phytosanitaires. Mais qu'ils y parviennent ou non, il est à parier que l'on parlera à nouveau du retrait de telle ou telle molécule cette année. Peut-être à raison d'ailleurs, mais dans ce cas-là, que les choses soient faites dans le respect des règles...

Les prix

En attendant de voir ce que donnent les états généraux de l'alimentation dans les faits, on peut parler de la pression des prix. Relativement bas en ce moment pour les céréales (alors que les dernières récoltes ont été bonnes, en général, les trésoreries n'ont pas pu être renflouées du fait du prix mondial), avec de fortes craintes pour le lait (il est question de moins de 30 centimes dans les discussions entre producteurs sur les forums spécialisés...), et donc l'expectative pour ceux qui dépendent in fine du consommateur, mais en fait de la répartition des marges avant d'arriver jusqu'à lui. D'une manière générale, quasiment dans toutes les productions, les agriculteurs sont tendus sur le sujet des prix... Il faut bien sûr intégrer à cette liste tous ceux qui ont choisi le bio et dont les primes sont remises en cause.

2019 débutera par les élections aux chambres d'agriculture

L'année 2018 verra aussi, dès le salon de l'agriculture (le dernier avant les élections chambres), les syndicats agricoles entrer en campagne pour gagner en représentativité dans les chambres d'agriculture. Aujourd'hui, la Fnsea est largement majoritaire et compte certainement devoir le rester, mais la présence médiatique de la Coordination rurale s'est accentuée, alors que l'on voit moins (sur un plan médiatique, sans jugement de valeur) la Confédération Paysanne depuis quelques temps. Le Modef reste relativement confidentiel encore. Clairement, en cette année 2018, chaque événement impliquant l'agriculture sera commenté, et les actions syndicales devraient se multiplier, afin de mobiliser les troupes, et cela dans tous les camps.

Cet article trouve d’autres développements sur WikiAgri

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

04.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

05.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

07.

Rentrée sous pression : pourquoi la mi-mandat pourrait être fatale pour l’unité de la LREM

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires