En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 3 heures 17 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 4 heures 27 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 4 heures 49 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 5 heures 15 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 5 heures 45 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 21 heures 47 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 23 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 4 heures 40 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 5 heures 7 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 5 heures 14 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 5 heures 58 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 22 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
© Reuters
Crise interne

Quelques clés pour mieux comprendre ce qui se passe en Iran

Publié le 04 janvier 2018
La crise iranienne ne peut être comprise si on n'analyse pas deux données très importantes, celle du rapport de forces entre les manifestants et les autorités d'une part, et celle de la compétition accrue au sein du régime.
Michel Duclos est diplomate et conseiller spécial en géopolitique pour l'Institut Montaigne. Il est notamment l'auteur de la note Syrie : en finir avec une guerre sans fin et de La Longue Nuit Syrienne (Éditions de l’Observatoire, 2019). ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Duclos
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Duclos est diplomate et conseiller spécial en géopolitique pour l'Institut Montaigne. Il est notamment l'auteur de la note Syrie : en finir avec une guerre sans fin et de La Longue Nuit Syrienne (Éditions de l’Observatoire, 2019). ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise iranienne ne peut être comprise si on n'analyse pas deux données très importantes, celle du rapport de forces entre les manifestants et les autorités d'une part, et celle de la compétition accrue au sein du régime.

Un excellent connaisseur de l’Iran nous disait il y a quelques semaines : "Certes la population est mécontente de la situation économique et sociale ; les retombées de l’accord nucléaire, bénéfiques pour l’économie iranienne, ne sont pas perceptibles par les classes moyennes et les milieux populaires ; cependant, il ne faut pas s’attendre à de grandes protestations car l’opinion a retenu la leçon de l’échec du mouvement vert de 2009 et ne croit plus à la révolte".

Il est en fait difficile de porter un jugement sur ce qui se passe réellement en Iran. Les informations qui nous parviennent sur les troubles en cours - essentiellement par le biais de vidéos amateurs -  ne permettent pas de se faire une idée exacte de leur ampleur. Toutefois, le nombre de morts annoncé par les autorités elles-mêmes (plus d’une vingtaine à ce jour) et la dispersion des manifestations sur l’ensemble du territoire n’incitent pas à en minimiser la portée.

Certaines images, comme la destruction par la foule des posters géants du Guide de la Révolution, Ali Khamenei, ou l’assaut donné contre des bâtiments officiels, parlent d’elles-mêmes. De même bien sûr, les premiers témoignages d’actions de forces de la police et des milices du régime (Basij) pour juguler le développement des manifestations. Le niveau de violence semble d’ailleurs avoir franchi un nouveau palier dans la nuit du 1er au 2 janvier.

"Depuis des mois, la situation sociale se tend du fait des mesures d’assainissement prises par le gouvernement Rohani".

Sur le "départ de feu", à Machhad le jeudi 28 décembre, tous les avis concordent. Les manifestants sont descendus dans la rue pour protester contre la vie chère, le chômage, le "prix des œufs", la gabegie générale et la corruption. Depuis des mois, la situation sociale se tend du fait des mesures d’assainissement prises par le gouvernement Rohani, telle la suppression de certaines subventions. La crise des établissements de crédits plus ou moins illégaux, créés sous Ahmadinejad pour les classes pauvres, jetait une partie de celles-ci dans le désespoir. Le gouvernement avait en outre annoncé le 19 décembre un nouveau plan d’austérité, incluant une hausse de 50 % des prix du carburant et de nouvelles amputations des aides sociales.

Les premières manifestations étaient donc dirigées contre M. Rohani et son gouvernement réputé réformateur. Elles se déroulaient dans la seconde ville du pays, important centre de pèlerinage chiite, qui est l’un des fiefs de l’établissement sécuritaro-clérical de la République islamique. Les autorités religieuses de la ville, et notamment l’imam de la prière du vendredi Ahmad Alamolhoda, affichaient d’emblée une sympathie pour les revendications des manifestants. La même tonalité pouvait être observée dans les premiers commentaires de médias proches de la ligne dure. Il était donc tentant d’interpréter ces manifestations comme un signal de l’aile dite "conservatrice" du régime adressé à l’aile dite "modérée". Un discours du Vice Premier ministre, M. Jahangiri, le vendredi, paraissait accréditer cette thèse en dénonçant ceux qui avaient "lancé une fumée qui leur reviendrait au visage".

Car, en effet, les slogans ont pris très rapidement un tour politique, mettant en cause l’ensemble du régime islamique et sa politique d’expansionnisme régional, en même temps que la contestation faisait tâche d’huile de ville en ville. Karim Sadjadpour, pour The Atlantic, note qu’à Machhad, les manifestants ont crié "Laissez la Syrie tranquille, occupez-vous de nous" ; à Qom, autre ville sainte du chiisme, "Reza Shah reviens" ; à Najafabad "Nous ne voulons pas d’une République islamique" ; à Rasht "Mort aux Gardiens de la Révolution" et ailleurs (y compris Téhéran) : "Mort au dictateur". Ces slogans et d’autres du même genre ("Mort à Khamenei") sont maintenant monnaie courante.

"Les porte-paroles du régime ne manquent évidemment pas de dénoncer une manipulation des Etats-Unis et de ses alliés régionaux derrière le mouvement de protestation".

Dans leur réponse aux manifestations, les autorités se sont efforcées jusqu’ici de trouver un équilibre entre la répression (des centaines d’arrestations ont déjà eu lieu) et le souci de ne pas jeter de l’huile sur le feu. Les porte-paroles du régime ne manquent évidemment pas de dénoncer une manipulation des Etats-Unis et de ses alliés régionaux derrière le mouvement de protestation. Le Guide Suprême venant lui-même de dénoncer ce 2 janvier “les ennemis étrangers qui cherchent à créer des troubles dans la République islamique”. Le président Rohani s’était exprimé solennellement à la télévision ce dimanche 31 pour appeler à la concorde. Il avait menacé certes ceux qui se rendraient coupables de déprédations mais il avait aussi reconnu aux citoyens le droit de critiquer, promettant que les revendications seraient écoutées. Dans des propos devant certains députés, il avait indiqué que le "peuple ne veut pas seulement des progrès économiques mais il veut que nous soyons un pays plus ouvert".

Comment le mouvement en cours en Iran peut-il évoluer ? Personne ne peut le prévoir mais deux types de développements sont à surveiller dans les prochains jours et les prochaines semaines (et au-delà) :

D’abord le rapport des forces entre les manifestants et les autorités.

Karim Sadjadpour note dans son article précité que l’histoire des mouvements de contestation en Iran est une histoire malheureuse. Le pouvoir a d’immenses réserves de capacités de répression, dans les organes officiels et dans le Corps des Gardiens de la Révolution islamique ou les Bassiji. Il dispose de sa propre base, même si pour l’instant les contre-manifestants qu’il a fait descendre dans la rue ont surtout été des fonctionnaires amenés par bus. On ne mesure pas encore exactement l’ampleur des manifestations en cours mais les observateurs estiment qu’elles sont loin d’avoir mobilisé autant qu’en 2009. A la différence de 2009, la contestation actuelle n’a ni structure ni leader (les dirigeants du "mouvement vert" restent sur la réserve ou sont incapables de s’exprimer).

En même temps, d’autres paramètres ont changé depuis 2009 : la jeunesse iranienne est plus nombreuse, le téléphone mobile s’est répandu (plus de 40 millions aujourd’hui contre 1 million à l’époque), les classes les plus pauvres, biberonnées aux subventions sous M. Ahmadinejad, étaient restées à l’écart en 2009 alors qu’elles paraissent aujourd’hui être les premières impliquées aux côtés de la jeunesse. En somme donc, le jeu reste ouvert. Ce qui se passera jeudi 4 (une semaine après les premières manifestations et équivalent du samedi chez les Iraniens) et vendredi 5, pourrait constituer un indicateur. Un autre sera le degré de contrôle que les autorités vont exercer sur les réseaux sociaux : l’une des batailles en cours est la bataille pour "Telegram" qui a semble-t-il joué un rôle clef dans le soulèvement et est désormais en partie bloqué par les autorités. Bien sûr, le déploiement de l’appareil de répression, qui n’en est qu’à ses débuts, constituera un paramètre majeur.

En second lieu, la compétition au sein du régime.

La grille d’analyse qui divise le régime iranien en "durs" ou "conservateurs" et "modérés" ou "réformistes" est évidemment beaucoup trop réductrice. Tout un spectre de factions forme un continuum allant de la ligne la plus fidèle aux sources révolutionnaires du régime à la ligne la plus pragmatique. Elles interagissent entre elles, passent des alliances, se combattent,  se répartissent les rôles, etc. Il est clair que les principaux chefs de file vont devoir se positionner par rapport à l’évolution du rapport des forces avec la contestation. M. Rohani lui-même a pris les devants – son statut ne lui laissait pas le choix de se dérober – en cherchant sans doute à incarner une ligne "ferme mais raisonnable", qui réponde aux demandes de l’opinion sans remettre en cause les bases du système. Mais sur un sujet comme celui de la diversion des ressources vers les actions extérieures ("laissez la Syrie tranquille"), quelle sera son point de chute ? A-t-il une chance d’être in fine le grand bénéficiaire des difficultés qui attendent de toute façon le régime dans les prochains mois ou en sera-t-il la première victime toute désignée ?

Les autres grands acteurs du système iranien, ayant de surcroît en tête la succession du Guide un jour ou l’autre, vont également chercher à se positionner. Certains analystes n’excluaient pas, avant le déclenchement de la crise,  que le secteur sécuritaire du régime, Gardiens de la Révolution et services notamment, finissent par prendre complètement le contrôle du régime, sans égard pour la hiérarchie religieuse. Si la contestation actuelle se développe, celle-ci sera-t-elle ou non de nature à précipiter ce type d’évolution ?

Au total donc, c’est sans doute l’avenir de la République Islamique d’Iran qui est désormais, quoi qu’il arrive, en jeu. Quelle devrait être l’attitude des partenaires étrangers de Téhéran, et avec quel impact sur la situation interne du pays ? On serait tenté de répondre : "profil bas pour les Etats-Unis, dont les prises de position ne peuvent que nuire" et "attitude engagée de l’Europe, dont l’influence peut ne pas être négligeable". Pour l’instant, M. Trump tweete rageusement en faveur d’un changement de régime, le ministère des Affaires Étrangères turc endosse la ligne du régime iranien, Mme Mogherini se tait.

Ce papier a initiallement été publié sur le site de l'Institut Montaigne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 04/01/2018 - 14:42
@eva
Ce qui est pathétique est de ne pas voir que seul Trump s'est vendu aux saoudiens, contre 400 Milliards de $ de contrats et l'assurance que le baril remonte au dessus de 45 $ pour rendre compétitif le gaz de schiste américain .... Le choix de l'Arabie saoudite contre l'Iran est une énorme connerie, et une vue à court terme, même pour Israël !
eva
- 04/01/2018 - 12:11
amsallem
Conclusion de l'artlcle vilipender comme toujours la position américaine et trouver " non négligeable' la politique de dhimmi des européens prets à se vendre à une dictature pour une poignée de dollars pathetique