En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 11 heures 40 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 15 heures 16 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 15 heures 28 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 16 heures 28 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 17 heures 35 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 55 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 19 heures 21 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 19 heures 21 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 12 heures 11 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 15 heures 20 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 57 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 17 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 18 heures 25 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 19 heures 18 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 19 heures 21 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 19 heures 21 min
© Reuters
© Reuters
Best of Atlantico 2017

Ces 3 décennies pendant lesquelles les inégalités se sont installées au coeur des sociétés occidentales dans l’indifférence générale

Publié le 30 décembre 2017
A l'occasion des fêtes, Atlantico republie les articles marquants de l'année qui s'achève. En août, Branko Milanovic, ancien directeur de la recherche économique de la Banque mondiale, et expert des questions relatives aux inégalités, revenait pour Atlantico sur la progression des inégalités depuis trente ans.
Branko Milanovic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion des fêtes, Atlantico republie les articles marquants de l'année qui s'achève. En août, Branko Milanovic, ancien directeur de la recherche économique de la Banque mondiale, et expert des questions relatives aux inégalités, revenait pour Atlantico sur la progression des inégalités depuis trente ans.

Interview publiée initialement le 14 août 2017

Le 7 août dernier, le New York Times publiait un article pour décrire les raisons du délitement de l'économie américaine, en montrant, au travers d'un simple graphique, la très forte progression des inégalités aux Etats Unis entre les années 80 et aujourd’hui. Pour le "Washington center for equitable growth", il s'agit de l'histoire de deux pays; alors que pour 117 millions d'américains, la croissance a été inexistante depuis une génération, le haut de l'échelle a connu une progression extraordinaire de ses revenus. 

Graphique publié par le New York Times :

En 1980, la progression des revenus des personnes au bas de l'échelle sociale était plus rapide que ceux des personnes occupant le haut de l'échelle, mais une inversion totale de cette distribution a eu lieu au cours des dernières décennies. 

 

Atlantico : Comment expliquer qu'un tel phénomène ait pu se produire sur une période aussi longue, engendrant une forme d'épuisement de populations qui se détournent progressivement vers des formes de populisme ? Faut-il y voir une réelle méconnaissance de la situation de la part des différents gouvernements ? Comment expliquer cette méconnaissance, ou ce "refus de voir" ? 

Branko Milanovic : Dans le cas des Etats Unis, je pense qu’une des raisons clés a été la capacité d’emprunt excessive qui a été offerte aux ménages, et qui a contribué à masquer leur situation économique réelle. Alors que le niveau de consommation des populations de la partie basse de l’échelle des revenus continuait de progresser, leurs revenus et leurs salaires réels, eux, stagnaient. Voilà pourquoi, comme le montrent les études les plus récentes, les inégalités de consommation ont moins augmenté que les inégalités de revenus. Selon moi, la perception des inégalités par la population a changé radicalement, mais seulement à partir du moment où la Grande récession a frappé, c’est-à-dire au moment ou de nombreuses personnes ont perdu leurs maisons (puisqu’ils ne pouvaient plus payer leurs emprunts), et lorsqu’ils n’étaient plus en capacité de refinancer leur dette.

Maintenant, pourquoi les gouvernements n’ont-ils rien fait avant la crise ? Je pense qu’il y a plusieurs raisons à cela. En premier lieu, si l’insatisfaction d’une partie de la population (que je décrivais précédemment) est seulement « potentielle » et occultée par l’emprunt, cela signifie qu’il n’y avait pas beaucoup de pression populaire pour changer les choses. En second lieu, tous les gouvernements occidentaux croyaient fermement à l’idée du ruissellement économique  (la théorie du ruissellement repose sur l’idée que l’enrichissement des plus riches « ruissellera » sur les catégories les moins favorisées) mais ils croyaient aussi que le secteur financier était suffisamment « profond » pour allouer les risques de façon optimale. Enfin, ils ont échoué à voir les dangers de la dette excessive des ménages, qui était-elle même causée par l’absence de progression des revenus réels. Ce « refus de voir » peut ainsi être expliqué par l’absence de pression politique des « gouvernés » et par les œillères idéologiques des gouvernements.

Selon le politologue Dani Rodrik, les économistes devraient faire leur mea-culpa pour avoir soutenus excessivement dans les médias des politiques dont ils pouvaient connaître les effets. Ce constat peut-il être étendu au continent européen ? Existe-t-il un décalage entre les recommandations formulées par un "consensus" des économistes et les politiques appliquées pour parvenir à réduire la fracture inégalitaire ?

Je pense que ce décalage est plus fort dans le cas des Etats Unis qu’il ne l’est pour l’Europe, et ce, pour deux raisons. En Europe, la stagnation des revenus de la classe moyenne a été moins prononcée, et les croyances idéologiques des élites y étaient moins fortes. Mais puisque la politique américaine influence le reste du monde, et puisque les économistes américains ont une très forte influence sur les idées de la profession économique mondiale, il y a eu un effet de contagion à l’Europe. Dès lors, la différence entre les Etats Unis et l’Europe n’a été qu’une différence de degré, mais pas une différence de nature.

Ce qu’implique la déclaration de Dani Rodrik, c’est aussi que les économistes « mainstream » étaient incohérents avec les politiques menées par les gouvernements avant la crise. Malheureusement, les économistes qui étaient moins « enthousiastes » à propos de la mondialisation et plus conscients des problèmes liés à la distribution des revenus étaient une minorité.

Alors que la question des inégalités est devenue centrale dans le débat politique actuel, notamment grâce à vos travaux et à ceux de Thomas Piketty, comment juger de la réponse apportée par les dirigeants politiques ? En quoi les réponses apportées par les politiques monétaires et les politiques budgétaires, au travers du monde, sont-elles adaptées au rééquilibrage de la situation ? 

Je suis plutôt sceptique à propos de l’idée que quelque chose de « réel » a bien été mis en place pour traiter l’insatisfaction sociale, pas plus que cela n’a été fait en ce qui concerne le manque de confiance de la population à l’égard de la politique, qui est pourtant palpable dans l’ensemble de nos riches démocraties. Si l’on regarde les changements de politiques, on constate que rien d’important n’est intervenu au cours des 10 dernières années. De plus, les nouvelles politiques promises par Donald Trump aux Etats Unis vont exactement dans la direction opposée que celles qui sont défendues par de nombreux économistes pour lutter contre les inégalités (et, l’on pourrait ajouter, dans la direction inverse de celles souhaitées par les électeurs de Donald Trump eux-mêmes). Ce qui se vérifie par exemple avec sa tentative de se débarrasser de l’Obamacare, ou de baisser les impôts.

Je pense que ce manque de réaction peut être expliqué par une croyance non avouée des élites dirigeantes qui consiste à croire qu’une certaine forme de ruissellement économique peut fonctionner : quand l’économie recommence à croître (comme cela est le cas en Europe), le chômage baissera, les revenus augmenteront, et la population en aura fini avec ses revendications. Ainsi, ils croient, même s’ils ne le disent pas ouvertement, que les choses vont redevenir comme elles l’étaient avant la crise de 2007. Je pense qu’il s’agit d’une illusion. On ne pourra pas oublier ou se débarrasser aussi facilement de ce qui s’est produit au cours de ces 10 dernières années.  La politique souffre d’hystérèse : les politiques d’aujourd’hui dépendent de celles d’hier.

Mais il ne faut pas oublier que les changements politiques « progressistes » sont très difficiles à mettre en place par et pour un seul pays, ou un seul gouvernement. La mondialisation a placé la plupart des gouvernements dans une camisole ( une camisole dorée selon Thomas Friedman)  et même lorsqu’une volonté politique existe et tente de faire quelque chose, les politiques économiques internationales viennent limiter le cadre de ce qui est possible : des impôts ou des salaires minimums plus élevés peuvent conduire à la délocalisation de la production, des impôts plus élevés sur les successions peuvent faire fuir le capital, des dévaluations ou  des tarifs douaniers plus élevés ne sont pas non plus des options.

Alors, ce qu’il reste, je le crois, ce sont des mesures de long terme ; une éducation de meilleure qualité et accessible à tous, et des tentatives de réduire la concentration des actifs financiers. Mais de telles mesures ont une nature de long terme, de plus, elles ne semblent pas être soutenues par les populations les plus riches et les plus influentes de nos sociétés. En fait, nous assistons à une sorte d’effet boomerang en Europe ; vers des taxes sur les successions moins élevées, ou leur élimination totale, et vers des systèmes d’éducation privée qui répliquent celles qui existent aux Etats Unis. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires