En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 30 min 57 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 1 heure 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 1 heure 55 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 4 heures 5 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 50 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 6 heures 19 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 51 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 7 heures 58 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 8 heures 22 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 51 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 54 min 53 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 41 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 37 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 38 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 6 heures 8 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 6 heures 20 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 7 heures 53 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 8 heures 9 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 29 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 8 heures 56 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Best of Atlantico 2017

Et de gauche et de droite ? La réponse sur la nature politique d’Emmanuel Macron se trouve dans l’histoire du libéralisme

Publié le 28 décembre 2017
A l'occasion des fêtes, Atlantico republie les articles marquants de l'année qui s'achève. Lors de sa campagne, Emmanuel Macron faisait avant tout l'éloge du libéralisme, mouvement historiquement transpartisan, ni de droite, ni de gauche.
Jacques Garello
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Garello est professeur émérite à l’Université Aix-Marseille, président d’honneur de l’ALEPS, et auteur de l’ouvrage Le vote libéral (coll.Libréchange). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion des fêtes, Atlantico republie les articles marquants de l'année qui s'achève. Lors de sa campagne, Emmanuel Macron faisait avant tout l'éloge du libéralisme, mouvement historiquement transpartisan, ni de droite, ni de gauche.

Article initialement publié le 19 février 2017

Atlantico : S'il reste flou sur son programme, qui devrait prochainement être dévoilé, et donc difficile à situer politiquement, on sait qu'Emmanuel Macron fait l'éloge du libéralisme. En quoi peut-on affirmer que comprendre les origines politiques du libéralisme, c'est comprendre la position politique d'Emmanuel Macron ? 

Jacques Garello : Depuis 2002 au moins, la classe politique française, droite et gauche confondues,  a fait l’impasse sur le libéralisme. Notre pays s’est ainsi privé d’idées et de solutions qui ont permis à d’autres d’éviter ou de tempérer la crise.

Par contraste, voici que le libéralisme renaît de ses cendres à l’occasion des élections présidentielles : les uns pour s’en réclamer, les autres pour le rejeter. Cependant, l’habit ne fait pas le moine, et certains peuvent s’auto-proclamer "libéral" sans l’être réellement.

Ceux qui font commerce du "socialisme libéral"  lancé par Manuel Valls, porté aujourd’hui par Emmanuel Macron, ont deux arguments pour accréditer leur conversion. Le premier, c’est de prétendre que le libéralisme a été à l’origine "de gauche" (Emmanuel Macron lui-même) : retour aux sources. Le deuxième, c’est qu’ils ne seraient eux-mêmes ni de droite, ni de gauche (Emmanuel Macron toujours), parce que le libéral échapperait à ce clivage partisan. Ces deux arguments semblent antinomiques.

Mais surtout, je pense que le libéralisme est une doctrine qui n’a rien à voir avec le clivage droite gauche qui appartient au vocabulaire politique français depuis 1789 seulement, alors que la pensée libérale avait déjà fait un long chemin : par exemple avec Saint Thomas d’Aquin, puis la Magna carta, puis les Scolastiques de Salamanque, puis les Ecossais et leurs émules des Lumières aux XVIIème et XVIIIème siècles. Au demeurant, comme tous les libéraux le savent, la droite française s’est ingéniée à faire du socialisme et à développer l’Etat-providence. Droite ou gauche : tous socialistes. Si clivage il y a, ce n’est pas entre droite et gauche, mais entre socialisme et libéralisme. Le socialisme libéral est un oxymore.

La droite adhère parfois au libéralisme dans le domaine économique, tandis que la gauche adhère en général au libéralisme dans le domaine des mœurs. Ne peut-on pas faire un parallèle avec Emmanuel Macron situé à droite en matière d'économie et à gauche sur le plan social ? Le candidat d' "En Marche!" est-il celui qui représente le mieux cette philosophie politique ? 

L’opposition entre économique et éthique n’est pas de mise aux yeux de la plupart des libéraux. Comme nombre de philosophes et d’économistes, j’essaie depuis un demi-siècle de rétablir la vérité sur le libéralisme. D’abord, pour dire ce que le libéralisme n’est pas : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, non la liberté de choisir ne condamne pas au matérialisme, non la concurrence n’est pas la disparition des emplois, non le profit n’est pas la spoliation du travailleur. Ensuite pour restaurer le libéralisme dans sa dimension éthique fondamentale : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale. Je présente volontiers le libéralisme comme un carré magique : liberté, responsabilité, propriété, dignité.

Certes le libéralisme économique est efficace : libre entreprise et libre échange concourent au bien être matériel des êtres humains ; ceux qui ont rejeté le marché concurrentiel et l’ouverture commerciale ont condamné les peuples au sous-développement durable et aux inégalités scandaleuses, les "indices de liberté économique" sont là pour le prouver. Mais d’où vient cette efficacité ? Simplement du comportement d’êtres humains dont la créativité, l’effort et le mérite, l’esprit d’entreprise, peuvent s’exprimer et sont récompensés, parce que chacun se sent responsable et propriétaire. Il y a une anthropologie libérale, à l’inverse de celle des socialistes. Les libéraux croient aux qualités humaines, et pensent qu’une société de confiance est source d’harmonie. Les socialistes estiment que seule une organisation scientifique de la société, pensée et dirigée par une élite savante, peut faire régner la justice et le bonheur pour tous. Le libéralisme n’est pas une recette d’efficacité, c est un humanisme. 

Comment expliquer que les commentateurs politiques, mais aussi une partie des Français, peinent à situer Emmanuel Macron sur l'échiquier politique ? 

Précisément parce qu’il dit tout et son contraire. Son discours est difficile à décrypter. Au fil de la campagne, il aura de plus en plus de mal à présenter, coordonner et justifier quelques mesures simples. Les électeurs et les commentateurs ont pu être surpris par la jeunesse et l’emphase du ton. Macron répond à leurs interrogations par un argument d’autorité : je suis dynamique, faites-moi confiance. Argument un peu court. Cependant il est plus facile de le situer quand on connaît ses antécédents : énarque, inspecteur des finances, rapide carrière bancaire, protégé de François Hollande, promu au ministère de l’Economie, recevant de puissants soutiens financiers, donc un pur produit de ce que nous appelons "le capitalisme de connivence", c'est-à-dire l’alliance entre milieux d’affaires et monde politique. 

 

Selon les derniers chiffres des sondages, Emmanuel Macron perd un point et se retrouve à égalité avec François Fillon. Le flou autour de son positionnement politique, qui s'avérait jusque-là être une stratégie efficace, ne commence-t-il pas à le desservir ? 

Jacques Garello : Ce qu’est réellement sa candidature apparaîtra de façon de plus en plus crue au cours des prochaines semaines. La bulle est donc appelée à crever. A la différence de Marine Le Pen ou François Fillon, il ne se présente pas comme un candidat de rupture : rupture avec la mondialisation ou rupture avec l’Etat-providence. Or, il semblerait bien que les Français, plus ou moins confusément, souhaitent faire de ces élections un choix de société plutôt qu’une alternance politicienne. On peut souhaiter que les électeurs fassent finalement le choix d’une société de libertés.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires