En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Elysee
2017, l’odyssée de la fin du monde d’avant
2017, l’année politique du Guépard : tout a changé pour que rien ne change
Publié le 26 décembre 2017
Atlantico a demandé à ses contributeurs leur vision de l’année où la France a vécu de nombreuses surprises et rebondissements et est entrée dans l’ère Macron. Pour Les Arvernes, 2017 n’a rien de la révolution. La France reste la France, avec ses forces, ses faiblesses, et son système politique aussi défaillant que celui des autres grands pays occidentaux.
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico a demandé à ses contributeurs leur vision de l’année où la France a vécu de nombreuses surprises et rebondissements et est entrée dans l’ère Macron. Pour Les Arvernes, 2017 n’a rien de la révolution. La France reste la France, avec ses forces, ses faiblesses, et son système politique aussi défaillant que celui des autres grands pays occidentaux.

Le puissant journal The Economist, modèle de mesure, d’impartialité et de compétence journalistique, en décernant à la France le titre de pays de l’année 2017, s’inscrit à rebours d’Edmond Burke et de sa critique radicale de la Révolution française. En effet, si l’on suit l’hebdomadaire britannique, pas de doute : 2017 est bien l’année d’une révolution copernicienne qui voit la France, pays irréformable, poussiéreux, arriéré, provincial, prendre, comme souvent dans son histoire, le monde à contrepied, dans un de ses élans subis de modernité, aussi inattendus et beaux que les trop rares gestes de french flair que recèle notre rugby national.

Disons-le tout net : si l’idée est plaisante, et même flatteuse, elle est si fausse qu’elle ferait presque sourire. Parce qu’elle doit être impartiale, la grande presse internationale anglo-saxonne, Pravda des financiers et de tous ceux pour lesquels l’argent et l’économie sont l’Alpha et l’Omega de nos existences, ne saurait être prise en flagrant délit de wishfull thinking. Et loin de nous l’idée selon laquelle une telle outrance témoignerait en réalité de la méthode Coué de la part d’une presse anglo saxonne qui, frustrée par l’élection de Donald Trump, furieuse du Brexit, lassée de la finalement peu brillante Angela Merkel, a, comme tous les enfants, besoin d’un héros pour ne pas se désoler de la médiocrité des choses.

La réalité, hélas, est autre. Car s’il l’on considère cette année 2017, l’on s’aperçoit qu’elle n’a rien d’une rupture dans la vie politique française. Au contraire, elle est l’aboutissement d’une évolution, qu’elle couronne plutôt qu’elle ne l’invalide. Qu’il soit permis de s’arrêter ici sur quelques-uns des traits de cette année politique.

Aboutissement, d’abord, de la perversion de la démocratie médiatisée. Les cris d’orfraie suscités par l’interview sirupeuse de Laurent Delahousse feraient presque sourire si notre pays n’avait, en la matière, une solide tradition de flagornerie à l’égard du Pouvoir. Le bon Monsieur Delahousse, à cet égard, n’est que l’ultime avatar d’une longue ligné de journalistes – politiques ou non – qui doivent leur carrière à leur capacité à flatter le pouvoir. Anne Sinclair, Christine Ockrent, Claire Chazal en sont les grandes prêtresses. A cet égard, l’Histoire retiendra la façon dont la presse bienpensante a, par flatterie, incompétence, et, osons-le dire, intérêt bien compris, fait le lit du macronisme. Bien sûr, de temps à autre, tel ou tel journaliste a commencé, à mot couvert, à s’inquiéter de la vacuité du personnage, pure produit marketing. Mais globalement, le train était lancé, et il est arrivé à bon port. Rien de nouveau dans tout cela.

Aboutissement, ensuite, ou plutôt continuation d’un système administrativo-politique, qui gouverne la France depuis trente-quarante ans. Halevy a bien montré combien depuis 1789, la haute administration, ce qui appelle la « constitution administrative de la France », compense l’instabilité constitutionnelle d’un pays qui change de régime politique tous les trente-quarante ans. Depuis 1981, gouvernements de gauche ou de droite confondus, une mini élite, constituée d’Inspecteurs des finances, de Conseillers d’Etats, d’Ingénieurs des Mines, autour desquels gravitent une poignée d’hommes politiques, journalistes, spin docteurs, (main)tient la France autour d’un centre situé à gauche. Les rodomontades d’un Nicolas Sarkozy, incapable de comprendre le fonctionnement profond de la France, n’y ont rien changé. Emmanuel Macron, qu’il a mis en selle avec la Commission Attali, que certains niais ont comparé à Napoléon – pas le Christ car Emmanuel Macron n’a besoin de personne pour s’y comparer – est l’exact contraire de l’homme nouveau que l’on nous a présenté. Il est la réincarnation de Jacques Attali, qui, avec Alain Minc, a tort sur à peu près tout depuis 40 ans, mais l’incontestable talent de faire son miel de tout, y compris de ses propres erreurs. Rien de nouveau dans tout cela.

Aboutissement, enfin, d’une décomposition du système politique français. Si la France a cru – enfin - trouver en 1958 les institutions qui lui conviennent, c’est évidemment le contraire qui est vrai. Taillée pour le Général de Gaulle, la V em République n’en finit pas de pourrir sur pied, depuis que ses successeurs essayent en vain de revêtir l’uniforme du général. 2017, à cet égard, est bien une étape de plus dans le pourrissement de notre système politique. Un système politique structuré autour de partis zombies qui ne ressortent de terre que le temps d’une élection présidentielle. Un système politique dont les chefs, depuis 40 ans, se signalent par leur médiocrité, et, trop souvent, par leur corruption intellectuelle, morale et même financière. Un système politique que les français rejettent à raison massivement, mais dont ils sentent qu’il est un mal nécessaire, et que le marché ne saurait le remplacer. Sur ce plan, une mention spéciale peut être décernée au chiraquisme. Du radical socialiste Jacques Chirac au désormais macronien Alain Juppé, l’évolution de la droite jusqu’au pourrissement est bien une histoire continuée de renoncement, médiocrité, absence de colonne vertébrale intellectuelle et morale depuis que la droite, en 1988, traumatisée par une élection imperdable (une autre !) a cessé d’être la droite. Rien de nouveau dans tout cela.

En définitive, 2017 n’a rien de la révolution qu’a cru discerner The Economist. La France reste la France, avec ses forces, ses faiblesses, et son système politique aussi défaillant que celui des autres grands pays occidentaux. Et The Economist, qui prétend à l’impartialité, reste éminemment partial. Ce n’est d’ailleurs par pour déplaire : notre monde a besoin pôles de stabilité et de conviction. The Economist, à cet égard, est bien l’une de ces « masses de granit » dont parlait Napoléon…

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Attention danger (politique) : les gilets jaunes, une crise pour rien ?
06.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
07.
Céline Dion a refait 2 fois sa vie... en même temps; Laura Smet, mariée & heureuse, Karine Le Marchand seule mais heureuse, Charlotte C.&Dimitri, ni seuls ni mariés; Gala nous dit tout sur la vie sexuelle de Houellebecq, Match sur le divorce de Jeff Bezos
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lepaysan
- 27/12/2017 - 16:20
Lutter contre le déni de réalité
Tous le mal-être de la France résumé en quelques mots. Lutter contre la déni de réalité. il beaucoup de travail mais vous avez le soutien de la population, probablement au delà de vos espérances...
Tande
- 27/12/2017 - 16:12
Je partage le contenu de l
Je partage le contenu de l'article à 80%. Il y a des tendances lourdes que même la fausse révolution unanimiste d'EM ne peut ébranler. Signalons d'ailleurs que pour un soi-disant révolutionnaire, EM a fortifié à l'excès la bureaucratie qui l'a formaté, et a renforcé l'un des pires travers de notre pays (j'en parle comme un expert, pour en faire partie, et en mesurer tous les torts, malgré quelques mérites).
L'omelette centrale (plutôt que centriste) dont il a coupé les deux bouts, ainsi que lue préconisait son nouvel ami Juppé, est d'ailleurs un piège pour lui comme pour notre pays, en rejetant sur les extrêmes les oppositions, qui en pourront donc pas s'additionner. Cette vision, qui était déjà celle de la Troisième Force de 1951 à 1958, a conduit à l'abîme. Il est à craindre que le régime actuel ne prenne le même chemin (non pas que je pleure, mais je ne souhaite pas à la France l'anarchie). Les réformes d'EM sont largement en peau de lapin, et ne le sauveront pas du discrédit qui arrivera tôt ou tard, renforçant la frustration d'un peuple amer, que rien ne contente, et qui peut s'enfoncer dans une morosité pouvant exploser un jour...la vraie révolution est devant.
cloette
- 27/12/2017 - 07:43
Mais oui tout est juste
la préservation de ses intérêts personnels est de toute façon, la priorité . Tout le reste c'est du cinoche, du mauvais cinoche de série B.