En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Écoco

Le communisme fait-il de la Chine l’économie capitaliste la plus efficace au monde ?

Publié le 17 novembre 2013
Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a déclaré mardi que l'économie chinoise dans son ensemble continue à croître selon les prévisions du gouvernement. Ses politiques de macro-contrôle expliquent en partie ce miracle.
Françoise Lemoine est chercheure associée au Centre d'études sur la Chine contemporaine (EHESS) et économiste senior au CEPII. Elle a publié notamment L'économie de la Chine (Editions la Découverte - 2006).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Françoise Lemoine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Françoise Lemoine est chercheure associée au Centre d'études sur la Chine contemporaine (EHESS) et économiste senior au CEPII. Elle a publié notamment L'économie de la Chine (Editions la Découverte - 2006).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a déclaré mardi que l'économie chinoise dans son ensemble continue à croître selon les prévisions du gouvernement. Ses politiques de macro-contrôle expliquent en partie ce miracle.

Atlantico : Si l’on écartait toute considération humaniste, pourrait-on dire que la dictature communiste –centralisée et autoritaire– a permis à la Chine de maintenir des coûts salariaux très bas, notamment grâce à son –très peu efficace– syndicat unique ?

Françoise Lemoine : Les bas coûts salariaux et la compétitivité chinoise ne sont pas exclusivement liés à l’existence d’un parti unique. Ils reflètent essentiellement le développement du pays. D’autres pays ont des coûts bas, sans être communistes. Mais le syndicat unique contrôlé par le PCC empêche les ouvriers de se rebeller et d’améliorer leurs conditions de travail.

C’est surtout la démographie de la Chine qui explique ce maintien des salaires très bas. Ajoutons l’exode rural et l’industrialisation, qui ont poussé les salariés du secteur primaire à aller travailler en ville. Cette arrivée massive a considérablement poussé les salaires à la baisse. Avec ou sans syndicat, le rapport de force entre main d’œuvre et emplois étaient trop en défaveur des salariés pour que le parti unique ait son importance.

Si l’on peut imputer quelque chose au gouvernement chinois c’est, d’une part, d’avoir développé les infrastructures nécessaires pour une industrialisation, ce qui a contribué à rendre la Chine attractive à la fois pour les investisseurs étrangers qui sont venus développer des capacités de production et d’exportation, et d’autre part l’éducation. De quoi fonder le succès du pays en matière industrielle.

Quid alors du centralisme que l’on prête aux systèmes communistes ; est-il une force pour administrer ce vaste pays ?

Le Parti communiste assure une centralisation politique. Mais sur le plan économique en revanche, la Chine est largement décentralisée. Les provinces sont extrêmement différentes, par leurs dotations, leurs proximités plus ou moins grandes des marchés internationaux, et s’il y a quelque chose qui, là-aussi, a joué à la baisse sur les salaires, c’est la politique sur les autorités locales pour attirer les investissements étrangers et pour développer leurs propres industries au niveau provincial.

Le pouvoir communiste a surtout assuré la stabilité politique. Un atout majeur et qu’on ne retrouve pas dans tous les pays de développement comparable. Depuis la crise de juin 1989, le parti a eu pour préoccupation majeure de maintenir son unité. Malgré des divergences au sein du Parti communiste, les décisions sont prises par consensus. Une fois que les décisions sont votées et que les différentes factions ont pu débattre, le PC affiche une relative unité.

Peut-on considérer que l’absence d’opinion publique permette au pouvoir d’être plus rapide et plus efficace ?

L’opinion publique ne peut pas exprimer de manière organisée des options politiques différentes de celles du gouvernement. Ceci étant, les autorités sont quand même obligées de tenir compte de l’opinion publique – même si elles le font trop tardivement. Les autorités locales ont été sensibles à l’accident de train de juillet dernier (trente-neuf morts, plus de deux cents blessés) ou à certaines questions de pollution liées à une industrialisation à outrance… Il est vrai que, par ailleurs, on constate une pression pour que la croissance soit aussi forte que possible. Cela permet-il d’aller plus vite ? Oui, jusqu’à présent. Mais ce qui se passe actuellement démontre que certaines opinions se reflètent au sein du Parti communiste grâce à sa relative ouverture à la société civile.

La dictature permet aussi de lier l’industrie au patriotisme et de légitimer un protectionnisme incontesté. Même si une partie du marché a été libéralisée, on observe des politiques industrielles extrêmement fortes, comme dans le secteur des télécoms ou de l’automobile. L’Etat est encore extrêmement présent : que ce soit dans les politiques industrielles ou par détention de capital. Il y donc une influence politique extrêmement forte sur un certain nombre de grandes entreprises.

Pourtant, le rôle de l’Etat s’exerce aussi par le fait que l’intégralité du système bancaire est étatique. A travers les prêts accordés par le système bancaire aux entreprises d’Etat, on a un système que les partenaires occidentaux, accusent d’être un système de subvention par le biais de financement privilégiés… en Chine, l’économie est sous la coupe de l’Etat.

Propos recueillis par Antoine de Tournemire

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

02.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

03.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

04.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

05.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Le bonheur est dans le sud

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Peinoudore
- 08/04/2012 - 18:32
ISLAMISME LA DEST>RUCTION DE L'HOMME PAR L'HOMME
Comme le communisme, la spécificité chinoise n'est pas généralisable
NYOR
- 08/04/2012 - 18:29
Et malgré tout
Toutes nos sociétés bien-pensantes occidentales, démocratiques etc... Sont bien contentes d'en profiter allègrement sans que personne n'y trouve à redire... Fait comme je dis...
PASCONTENT
- 08/04/2012 - 16:38
Communistes,
vous avez dit ? Moins communistes sont les chinois que la bande d'arriérés et les fossiles fascistes rouges du PC français ,dont leur candidat actuel !! .