En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 1 heure 18 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 2 heures 3 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 32 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 4 heures 4 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 5 heures 11 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 35 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 6 heures 3 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir la Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 48 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 8 heures 14 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 51 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 3 heures 21 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 33 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 5 heures 6 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 5 heures 22 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 42 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 6 heures 9 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 6 heures 23 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 34 min
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Mais qui alors ?

Et le vrai gagnant de la chute des prix du pétrole (n’)est… certainement pas vous quand vous passez à la pompe

Publié le 22 décembre 2017
Depuis 2014, le cours du prix du pétrole a fortement chuté, passant de 108 dollars en 2014 à 60 dollars fin 2017, soit une baisse de 55%. En contre-partie, l'Insee estime que la baisse de prix à la pompe en 2018 ne sera que de 3%.
Adrien Pittore
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis 2014, le cours du prix du pétrole a fortement chuté, passant de 108 dollars en 2014 à 60 dollars fin 2017, soit une baisse de 55%. En contre-partie, l'Insee estime que la baisse de prix à la pompe en 2018 ne sera que de 3%.

De 108 dollars le baril en 2014 à 60 dollars fin 2017 après être tombé à 31 dollars en janvier 2016, le prix du pétrole a bien diminué. Plusieurs facteurs à cela : d'abord, le marché est inondé. Même si l'accord de l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) a permis de réguler la surabondance de l'or noir en provenance des pays "membres du cartel", les Etats-Unis ont accusé une très forte surproduction. Malgré les accords, aucun pays ne souhaite réduire sa production de peur de se retrouver seul à proposer des prix plus élevés.

 
Il faut aussi compter sur une conjoncture économique globale pas toujours au beau fixe. La Chine a vu sa croissance passer à 7,4% fin 2014, puis 6,9% en 2015. 
 

Mais, le consommateur ne profite pas de la chute des prix

 
Le problème est donc bien ici. Cette baisse des tarifs n'arrive pas jusqu'aux pompes. Ainsi, sur la même période, l'Insee a fait ses calculs et arrive à la conclusion que pour une baisse de 55% du prix du pétrole de 2014 à 2017, le consommateur n'a vu sa facture diminuer que de 6%. 
 
Vous l'aurez compris, il faut regarder du côté des intermédiaires entre le baril et la pompe pour comprendre comment cette baisse n'a pas été plus forte. En fait, ce recul n'a pas pu se répercuter sur les portefeuilles français car les marges du transport et des distributeurs ont augmenté. "Pour le gazole, celles-ci s’établissaient en moyenne à 7,8 c€/L en 2014 (soit 12% du prix hors taxes), tandis que fin 2017, elles s’élèvent à 10,0 c€/L (soit 22 % du prix hors taxes)".
 

Une baisse compensée par la hausse des taxes

 
Sur le graphique n°2, on voit bien que plus de la moitié du prix moyen du litre de gazole, sans plomb 95 et fioul domestique, est composé de taxes. D'abord la TVA qui est un impôt proportionnel, devant s'ajuster à la baisse lorsque le prix du pétrole diminue. 
 
Mais il faut aussi prendre en compte la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE). Cette dernière porte non pas sur le montant directement mais sur les volumes consommés. "À consommation inchangée, le produit de cette taxe n’est donc pas affecté par une hausse ou une baisse du prix au litre."
 
Aussi, les taxes sur les produits pétroliers ont augmenté au 1er janvier de chaque année depuis 2015, endiguant la chute des prix. Le but étant de réduire la consommation d'énergies fossiles, mais surtout de permettre à l'Etat de revenir à l'équilibre financier. 
 
L'Insee conclut qu'en "tenant compte de la hausse prévue pour janvier 2018 et en considérant 2013 comme année de référence, l'Etat perdrait 1,3 milliard d'euros de TVA en 2018 par rapport à 2013 en raison de la baisse des prix HT". Heureusement, l'Etat va relever la fiscalité indirecte pour un gain de 5,7 milliards d'euros entre 2014 et 2018. "Le gain net pour l’État serait alors de 4,4 milliards d’euros par rapport à l’année de référence 2013."
 

L'Etat, vrai gagnant de la chute des prix

 
Dans le rapport, il est dit que la taxe sur les produits pétroliers a davantage augmenté en France que dans le reste de l'Europe. La fiscalité énergétique de l'hexagone est l'une des seules à avoir été relevée (voir tableau ci- dessous). 
 
L'intérêt de la chute des prix pour les pays importateurs est de réduire la facture énergétique des entreprises et d'améliorer la consommation des ménages. Seulement, ce qui est donné d'une main est aussitôt repris par l'Etat qui augmente ses taxes pour compenser son manque à gagner. 
 
Cependant, la baisse du prix du pétrole permet aussi d'équilibrer et d'améliorer la balance commerciale du pays en favorisant des échanges entre pays. 
 
Il faut aussi avoir en tête qu'il s'agit d'un moyen de favoriser la consommation. Sachant que l'argument énergétique seul ne pousse pas à acheter de nouveaux véhicules moins polluants, l'Etat gonfle les taxes pour encourager à acheter une nouvelle voiture moins polluante, aussi soumise à la TVA. Un sacré cercle vicieux donc.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 22/12/2017 - 17:56
Le seul vrai gagnant est
Le seul vrai gagnant est Trump qui a très bien négocié avec les saoudiens la remontée du prix du pétrole au dessus de 45 $/b....
Contre un certificat de bonne conduite aux saoudiens et un blâme pour l'ennemi Iranien.... Ça permet au gaz de schiste américain de redevenir compétitif et aux USA d'être indépendant énergétiquement
Anguerrand
- 22/12/2017 - 17:07
A chaque baisse du pétrole l’etat a toujours une bonne raison
pour nous augmenter les taxes, écologique ben voyons voir MR Hulot et son parc motorisé, et maintenant au 1 ère janvier c’est pour reboucher les nids de poules que les municipalités n’ont plus les moyens de reboucher pour cause de diminution des budgets accordés par l’etat. C’est donc bien une nouvelle augmentation cachée en augmentation sur les taxes. On ne fait plus un plein d’essence mais un plein de taxes. Le prix des carburants HT est dérisoire