En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

06.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

07.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Quand l'on apprend – grâce au Monde – que les spermatozoïdes vont enfin f… la paix aux ovules

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 7 min 46 sec
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 51 min 34 sec
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 1 heure 52 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 3 heures 37 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 18 heures 52 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 19 heures 56 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 20 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 21 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 23 heures 31 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Trois leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 23 min 54 sec
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

il y a 51 min 39 sec
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 1 heure 31 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 18 heures 27 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 19 heures 30 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 20 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 21 heures 12 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 22 heures 56 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 1 jour 3 min
Anti sarkozysme

Quel avenir pour un Président Hollande élu par défaut ?

Publié le 10 avril 2012
Selon un sondage CSA publié la semaine passée, 59% des électeurs du candidat socialiste voteraient pour lui avant tout parce qu'ils ne souhaitent pas que Nicolas Sarkozy soit Président de la République. Cette situation, qui rappelle 2002 avec un Jacques Chirac reconduit "par défaut", lui permettrait-elle de construire une présidence solide avec à ses côtés un Jean-Luc Mélenchon paraissant cristalliser l'envie de changement ?
David Valence enseigne l'histoire contemporaine à Sciences-Po Paris depuis 2005. Ses recherches portent sur l'histoire de la France depuis 1945, en particulier sous l'angle des rapports entre haute fonction publique et pouvoir politique. Témoin engagé...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Valence
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Valence enseigne l'histoire contemporaine à Sciences-Po Paris depuis 2005. Ses recherches portent sur l'histoire de la France depuis 1945, en particulier sous l'angle des rapports entre haute fonction publique et pouvoir politique. Témoin engagé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage CSA publié la semaine passée, 59% des électeurs du candidat socialiste voteraient pour lui avant tout parce qu'ils ne souhaitent pas que Nicolas Sarkozy soit Président de la République. Cette situation, qui rappelle 2002 avec un Jacques Chirac reconduit "par défaut", lui permettrait-elle de construire une présidence solide avec à ses côtés un Jean-Luc Mélenchon paraissant cristalliser l'envie de changement ?

Atlantico : Selon un sondage CSA publié ce jeudi, l'anti-sarkozysme est le principal ressort du vote pro-Hollande. 59% des électeurs qui ont l'intention de voter Hollande le feraient "avant tout" parce qu'ils "ne souhaitent pas que Nicolas Sarkozy soit président de la République". Peut-on donc parler d'un vote par défaut pour le candidat socialiste ?

David Valence : François Hollande n'a pas réussi à susciter d'adhésion à sa personne, à ce qu'il représente, dans l'électorat de gauche. Bref, son "coefficient personnel" est très faible, pour parler comme les spécialistes de communication politique des années 1980. Lors de la primaire, il ne l'a emporté que pour une raison : les sondages l'avaient sacré "meilleur candidat pour battre Nicolas Sarkozy", comme Dominique Strauss-Kahn avant lui. Ceux des électeurs de gauche qui ont préféré François Hollande ont fait un choix purement stratégique, et non un choix d'adhésion à la personne de François Hollande ou à ses propositions.

Depuis son investiture, François Hollande a fait le pari que les recettes qui lui avaient permis de gagner la primaire fonctionneraient pour l'élection présidentielle. Il s'est un peu figé dans une posture de "grand rassembleur" et de "grand réconciliateur", sans trop se risquer à préciser autour de quelles valeurs, de quel projet de société il voulait rassembler les Français, précisément. La seule de ses propositions qui ait été retenue par l'opinion publique est la taxation des très hauts revenus à hauteur de 75%.
 

Or, qu'on le veuille ou non, les électeurs attendent autre chose d'une campagne présidentielle. Dans ce cadre, il ne suffit plus de dire "je suis le changement" comme François Hollande semble le faire un peu naïvement sur son affiche de campagne, car la question surgit immédiatement : "quel changement ?".

Je crois que l'enjeu de cette présidentielle se situe précisément sur ce terrain : quel sera le candidat qui redonnera des marges de manoeuvre aux processus démocratiques face aux marchés et à la contrainte budgétaire, sans pour autant engager la France dans l'aventure ? Nicolas Sarkozy l'a bien compris, il prend beaucoup de risques en plaidant en faveur d'une forme de protectionnisme européen. François Hollande, lui, semble en être paradoxalement resté à un "moment" où l'antisarkozysme nourrissait de bons sondages pour lui. C'est un peu court aux yeux de beaucoup d'électeurs de gauche, d'où la progression de Jean-Luc Mélenchon.

Est-ce la première fois qu'un homme est en mesure d'être élu sans susciter l'enthousiasme ?

Fançois Hollande a fait le pari que cette élection ne serait pas comme les autres. En annonçant qu'il voulait être "un président normal", il a cru que les Français, après Nicolas Sarkozy, seraient sevrés d'exceptionnel et n'attendraient plus d'un président qu'il soit "jeté hors de toutes les séries".

Or, depuis le général de Gaulle, tous les présidents de la République successifs ont balancé entre la "proximité" avec les Français et ce petit quelque chose qui fait qu'ils sont devenus président de la République. Ils souhaitaient à la fois être identiques et différents d'un "homme normal". Georges Pompidou se voulait exceptionnel par sa culture, Valérie Giscard-d'Estaing par sa précocité et son intelligence, François Mitterrand par son habileté et son mystère, Jacques Chirac par sa ténacité ou Nicolas Sarkozy par son volontarisme. François Hollande estime que la fonction présidentielle peut ne plus être habitée par l'exceptionnel aujourd'hui, et qu'une complète simplicité est attendue des Français, après le tourbillon Nicolas Sarkozy.

J'observe tout de même qu'à au moins deux reprises, un Président a été réélu par défaut, ou presque : en 1988, François Mitterrand l'a emporté grâce au rejet de Jacques Chirac, alors que son projet était d'une absolue indigence, que la formule du "ni, ni" (ni privatisations, ni nationalisations) résume à merveille sur le terrain économique. La victoire de Jacques Chirac en 2002 n'était pas non plus le résultat d'un vrai vote d'adhésion.

Quelles conséquences une telle victoire peut-elle avoir sur le quinquennat de François Hollande, s'il est élu ?

Le résultat d'un vote par défaut est que son bénéficiaire est fragile politiquement. Les électeurs se détourneront d'autant plus aisément d'un François Hollande président que beaucoup ne l'auront pas vraiment "voulu". Le risque serait grand alors de voir un PS "rongé" sur sa gauche, pendant le quinquennat, par Jean-Luc Mélenchon et ses alliés, et sur sa droite, par l'UMP ou les formations politiques qui lui succéderont.
 
A plus court terme, si François Hollande est élu, il sera sans doute obligé, en particulier si Jean-Luc Mélenchon fait un bon score, de prendre un Premier ministre plus à gauche que lui. Plus Mélenchon monte dans les sondages, plus les chances de Martine Aubry d'être Premier ministre augmentent.
 

Y aurait-il également des conséquences sur les élections législatives de juin ?

Un bon résultat à la présidentielle ne se confirme par nécessairement aux législatives. En 2007, François Bayrou avait fait 18,5% à la présidentielle et n'a fait élire que 3 ou 4 députés. En 1988, la large victoire de François Mitterrand à la présidentielle n'a accouché que d'une majorité étriquée aux élections législatives.

Cela dit, la gauche a mathématiquement de bonnes chance de remporter les législatives : elle a beaucoup d'élus locaux, qui font autant de bons candidats pour les législatives. Mais sa victoire serait un paradoxe, car le leadership intellectuel est toujours détenu par la droite aujourd'hui. Rien ne le montre mieux que les sondages sur les propositions de Nicolas Sarkozy : beaucoup recueillent des soutiens très larges, bien au-delà des résultats annoncés pour le président sortant au 1er tour.

Si les sondages ne se trompent pas et si la gauche l'emporte à la présidentielle et aux législatives, alors nous aurons une France de droite qui vote à gauche. Les socialistes et leurs alliés se trouveraient dans la même situation que la droite entre 1993 et 1997 par exemple, quand la gauche dominait encore intellectuellement : mal à l'aise, obligés de faire une politique qu'ils désapprouvent et empêchés de pratiquer la politique qu'ils souhaitent.

Propos recueillis par Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

06.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

07.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Quand l'on apprend – grâce au Monde – que les spermatozoïdes vont enfin f… la paix aux ovules

Commentaires (82)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 13/04/2012 - 22:54
NYOR Si vous croyez "benoitement" que la France est passée
du XIXème siècle au XX puis XXI ème siècle grâce au Socialo-communisme, libre à vous! Cela ressemble plus, selon moi, à un poster de propagande du Front Populaire qu'à une analyse objective de l'histoire, dont les avancées technologiques et sociales ont précédé, le plus souvent, les politiques qui ne manquaient pas de s'en réclamer ensuite(il est vrai que les socialo-cocos ont toujours cru que l'histoire leur obéissait(SIC) et sont passés maitres de cette récupération). Laissons leur cette illusion, bien que l'histoire leur ait donné plus souvent tort que raison...ensuite! ...A propos, l'amiante était une avancée technologique du XXème siècle, avant de devenir un problème de santé publique. Certaines "avancées sociales" suivent le même parcours que l'amiante! L'histoire évolue et les hommes n'y peuvent rien...
oui
- 13/04/2012 - 15:04
TRISTE FRANCE
AVEC HOLLANDE
NYOR
- 13/04/2012 - 02:35
Vangog
Il n'est pas question de justifier les crimes du communisme mais vous êtes vous promené dans une aciérie ou un laminoir en demandant comme les gens travaillaient avant, ou dans des ateliers mécaniques où des gens pouvaient travailler enchainés pendant la journée pour ne pas se prendre les mains dans la presse, ou encore dans les courrées de Roubaix... Je l'ai fait. Et je comprends pourquoi le communisme est né. Ces gens étaient traités comme des esclaves et élevés en batterie autour des usines... Alors forcément, aujourd'hui, avec les CHSCT tout cela a bien évolué... Mais il n'est pas mauvais de replacer les choses dans leur contexte. Regardez plus récemment les victimes de l'amiante.