En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

04.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

07.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 2 heures 57 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 4 heures 34 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 6 heures 5 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 8 heures 13 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 10 heures 23 sec
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 11 heures 19 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 12 heures 2 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 21 heures 9 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 22 heures 24 min
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 3 heures 41 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 5 heures 21 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 6 heures 29 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 9 heures 4 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 12 heures 13 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 21 heures 38 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 22 heures 53 min
© Pixabay
© Pixabay
Acide

Et si la neutralité du net n’était pas du tout le principe fondateur et protecteur qu’on croit ?

Publié le 19 décembre 2017
L’abominable Trump, ce président devenu si facile à haïr, a encore frappé : jeudi dernier, il a laissé la Federal Communication Commission (FCC), l’organisme chargé de réguler les télécommunications des émissions de radio, télévision et Internet, se débarrasser d’une loi commodément appelée « Neutralité du Net ». Immédiatement, la consternation et un terrible syndrome de yeux humides se sont répandus sur toute la planète, à commencer par les médias les plus engagés.
H16
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Voir la bio
Philippe Lacoude
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’abominable Trump, ce président devenu si facile à haïr, a encore frappé : jeudi dernier, il a laissé la Federal Communication Commission (FCC), l’organisme chargé de réguler les télécommunications des émissions de radio, télévision et Internet, se débarrasser d’une loi commodément appelée « Neutralité du Net ». Immédiatement, la consternation et un terrible syndrome de yeux humides se sont répandus sur toute la planète, à commencer par les médias les plus engagés.

Ah, la « neutralité du net » ! Que n’a-t-on écrit sur ce sujet !

 
L’idée, en substance et comme je l’ai déjà plusieurs fois exposé ici ou là, c’est ce concept selon lequel chaque utilisateur a le droit d’avoir accès à un internet dont le contenu n’est pas filtré en fonction de son fournisseur d’accès, son appareil ou son prestataire de service, et que si un méchant constructeur, un vilain prestataire de service ou un maudit fournisseur venaient à filtrer le net pour ne laisser passer, par exemple, que les octets fraise et pas les octets vanille, la Neutralité du Net arriverait séant et déclarerait : « Nan, c’est mal, car vous avez le Drwâ à un Internet Non Filtré ».
 
D’ailleurs, c’est tellement un droit que, depuis 2015, grâce à une petite régulation de la FCC d’à peine plus de 300 pages, tout prestataire de télécommunication qui fait transiter ces petits paquets tous égaux n’a plus le droit de les trier en fonction de la source, de la destination ou (surtout) du contenu de ces paquets. Il est désormais interdit aux fournisseurs d’accès de bloquer arbitrairement des contenus légaux et surtout, surtout, de ralentir ou d’accélérer les flux de données sans justification ou de prioriser certains contenus transitant par leur réseau moyennant paiement.
 
Malheureusement et comme je l’exposais en introduction, la FCC a choisi de faire sauter cette loi et d’envoyer au broyeur les 300 pages délicatement tricotées par des douzaines de juristes chevronnés dans leur sabir si onctueusement pratique pour camoufler les intérêts particuliers, le capitalisme de connivence et les effets de bords imprévisibles.
 
Il va de soi, c’est évident, c’est sûr qu’à présent, l’Internet ne sera plus jamais le même ! La neutralité ayant été retirée, les fournisseurs vont maintenant donner libre cours à leurs plus bas instincts, lâcher les chiens du capitalisme sauvage sur les petits chatons mignons de l’internet libre et s’en serra terminé des petits sites artisanaux, des blogs engagés, des vidéos d’amateurs et de la liberté d’expression !
 
Rassurez-vous, cette hécatombe prévisible de petits chatons cyber-neutres ne restera pas sans réponse. Tout ce que l’internet contient de petits soldats de la liberté d’expression s’est levé comme un seul homme et, de blog en média conscientisé, relaie immédiatement son courroux et son indignation, « no pasaran » et tout ça. Ce qui donne inévitablement lieu à quelques articles consternant comme ceux du Monde par exemple, qui débitent âneries sur âneries comme d’autres de la saucisse industrielle.
 
Il faut dire qu’il y a tous les ingrédients pour que les éternels écorchés du capitalisme se dressent d’un coup et partent sur leurs petits poneys de bataille, à l’assaut de la méchanceté et de l’injustice qui se niche décidément partout dans ce monde : tout le monde sait que les intertubes doivent être neutres, dès le départ ! Tout le monde sait que c’est grâce aux gouvernements et à des législations finement étudiées que tout s’est bien passé jusqu’à présent ! Tout le monde sait que si on laisse les opérateurs libres de faire ce qu’ils veulent, ce sera la loi du plus fort (i.e. de la jungle, avec du renard libre dans un poulailler libre) et que les petits internautes n’auront plus accès à tout internet, que les petits sites seront inaccessibles et que tout ira forcément très mal.
 
Tout le monde sait aussi que si des grandes entreprises comme Facebook, Google, Netflix et Youtube (avec ses 54% de bande passante à eux deux) et tant d’autres ont pris vocalement position en faveur de cette neutralité du net, c’est que c’est forcément pour l’intérêt des petits internautes, n’est-ce pas ! Forcément.
 
Et ce, même si Facebook a eu (par un passé récent que nos fiers soldats de la neutralité ont totalement oublié) une attitude équivoque à ce sujet.
 
Et ce, même si les études économiques montrent que les investissements ont ralenti (3.6 milliards de dollars en moins en 2016, par exemple) à la suite du passage de la « neutralité du net » en 2015.
 
Il est vrai qu’un fournisseur d’accès pourrait se demander pourquoi innover s’il lui est impossible de différentier son offre et de s’adapter à l’utilisation de sa bande passante. Mais les soldats de l’internet neutre n’ont que faire des études économiques puisqu’il s’agit d’une question de principes : internet doit être neutre, c’est comme ça, même que d’abord, c’est « un principe fondateur » comme le pérore Le Monde niaisement, et ce, même si cette notion n’existait pas avant 2015 et que ça marchait quand même très bien.
 
Parce qu’en fait de principe fondateur du Net, cette loi était surtout le résultat d’une nouvelle connivence capitalistique entre le gouvernement fédéral américain et de gros fournisseurs de contenu (voyons, voyons, qui cela peut-il bien être ?) qui n’entendent pas trop se retrouver coincés dans des accords de peering coûteux avec … des gros fournisseurs de tuyaux, généralement eux aussi en situation de monopole de droit (grâce à de précédentes louchées législatives).
 
Vous commencez à comprendre le tableau ?
 
Eh oui : un matin de février 2015, l’administration Obama s’est réveillée avec la grande frousse de voir Comcast (un des principaux ISP américains) donner la priorité à certains paquets plutôt qu’à d’autres. Ce n’était pas le cas, mais… on ne sait jamais et il ne faut jamais laisser passer l’occasion d’une belle régulation. Tous les paquets devinrent égaux de naissance.
 
C’est bien sûr une idée idiote, d’abord parce que les fournisseurs ne le faisaient pas en 2014 et ensuite parce que si l’un d’entre eux le fait, le risque est grand de voir le consommateur aller chez son concurrent.
 
Et lorsque le concurrent n’existe pas, n’est-il pas plus pressant de comprendre pourquoi et d’y remédier plutôt qu’imposer des contraintes supplémentaires qui aboutissent à la situation actuelle ? (D’autant plus qu’aux États-Unis, un monopole n’est pas du ressort de la FCC, mais de la FTC, la Federal Trade Commission.)
 
Car après tout, dès que l’offre peut être diversifiée, des concurrents au statu quo apparaissent : en l’occurrence, il n’y a pas un moyen unique d’amener l’Internet à un client. On peut passer par autre chose que le câble… Fibre, 5G, réseaux existants (téléphone et électriques), satellite, radio en ligne de vue, … Rien n’empêche de dégrouper le câble…
 
En pratique, les règles de « neutralité du net » permettaient surtout de ne pas innover et les faire tomber permet de revenir aux bons vieux jours où les fournisseurs d’Internet avaient aussi leur portails web et offraient quelques services dont les geeks ne se servaient pas mais qui étaient le produit le plus utilisé par le consommateur moyen.
 
 
Bref, imposer la neutralité du net, c’était surtout se tromper d’interlocuteur et résoudre un non-problème sans résoudre celui qui existait vraiment : corriger des monopoles locaux – garantis par une loi locale – par une réglementation nationale qui bride l’investissement est économiquement parfaitement idiot. Mais bon : comme ce fut poussé par l’administration Obama, c’était forcément très bien.
 
La solution est bien évidemment de supprimer la réglementation nationale et la réglementation locale. La nationale vient donc de sauter, les États et les communes (ainsi que les petits soldats neutres) doivent à présent s’occuper de la locale…
 
En outre, il y a du favoritisme qui est bon pour le consommateur. Par exemple, pourquoi les paquets de peer-to-peer devraient avoir la même priorité que les paquets de jeux vidéos ? Pourquoi ne pas offrir au consommateur cette possibilité de prioriser ses paquets ? Un gamer trouvera plus intéressant que ses paquets UDP soient bien mieux routés que les paquets TCP pour du HTML ou du Youtube dont il n’a pas usage le plus fréquent. Du reste, cette qualité de service et le « traffic shaping » existent depuis des lustres et la « neutralité » n’y a rien changé.
 
Mieux : pourquoi demander à un internaute pauvre de payer finalement le même forfait qu’un riche alors qu’en segmentant, il pourrait économiser et ne payer que ce dont il a vraiment besoin ? Pourquoi, en somme, faire payer aux pauvres l’internet dont les riches ont envie ?
 
Encore une fois, derrière de belles paroles, de beaux principes (pas franchement « fondateurs » mais très « vendeurs ») et de belles intentions, on a créé un fantasme, celui d’un internet où tout le monde aurait accès à tout de façon indifférenciée et sans que les coûts réels ne soient effectivement supportés par ceux qui les engendrent en premier lieu. Ce type de paradigme, où tout le monde bénéficie d’un service qui n’est jamais payé par ceux qui l’utilisent vraiment, a un nom : le collectivisme.
 
Et comme tout collectivisme, il est destiné à l’échec.
 
Internet n’a jamais été un paradis collectiviste mais bien une construction produite par le marché libre. La bande passante, ça se paye et si, actuellement, de grosses entreprises milliardaires et gourmandes en bande passante ou en infrastructure réseau sont pour cette neutralité du net, c’est que le capitalisme de connivence est déjà là.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 19/12/2017 - 16:52
Je l'avais déjà souligné, en moins bien
Malheureusement, ce petit article qui dit la vérité sera ignoré des grands médias, tous vendus à la cause. On verra bientôt les pourfendeurs du capitalisme défiler sur tous les plateaux télé et dans tous les éditoriaux (Le Figaro est d'accord avec Le Monde !) pour défendre la "neutralité" d'Internet, comme si ce mot disait tout, alors qu'il est juste trompeur.
2bout
- 19/12/2017 - 11:42
Bravo !
Un bémol quand même : où est donc passé la photo du canard anthropomorphe ?