En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 7 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 8 heures 45 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 25 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 16 heures 46 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 17 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 27 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 29 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 23 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 7 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 22 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 16 heures 36 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 28 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 17 heures 32 min
© Reuters
© Reuters
Nécromancie

Najat Vallaud-Belkacem entend faire vivre la social-démocratie… en oubliant les raisons pour lesquelles elle est morte

Publié le 18 décembre 2017
En guise de première intervention depuis son départ du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem s'est posée en défenseur de la social-démocratie dans le Nouveau Magazine Littéraire.
Jean-Philippe Vincent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Vincent, ancien élève de l’ENA, est professeur d’économie à Sciences-Po Paris. Il est l’auteur de Qu’est-ce que le conservatisme (Les Belles Lettres, 2016). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En guise de première intervention depuis son départ du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem s'est posée en défenseur de la social-démocratie dans le Nouveau Magazine Littéraire.

Atlantico : Après un silence de plusieurs mois, Najat Vallaud-Belkacem publie un texte, dans le Nouveau Magazine Littéraire à paraître ce 18 décembre consacré à la social-démocratie « Oui, je l'aime, . Les commentateurs la proclament morte ? Je veux la faire vivre. ». Dans cette perspective de faire revivre la social démocratie, l'ancienne ministre de l'éducation, mais également certains de ses partenaires socialistes, ne sont ils pas confrontés à une profonde difficulté qui est celle de la raison d'être actuelle de la social-démocratie ? Alors que les conquête des systèmes sociaux est achevée, alors que la redistribution semble avoir atteint un plafond, la social-démocratie n'est elle pas arrivée au bout de sa logique ? 

Jean-Philippe Vincent : C’est dire que je ne crois pas un instant à sa conversion à la social-démocratie. Il s’agit d’une pure manifestation d’opportunisme, à moins que la social-démocratie soit le parti des opportunistes, hypothèse historique qui mériterait d’être testée.

On a beaucoup fait, dans les années 1980, la théorie de la social-démocratie. Je renvoie sur ce point au livre d’Alain Bergounioux et Bernard Manin (PUF, 1989). On y a vu une habile synthèse entre la démocratie, le mouvement syndical et sa participation au pouvoir, la nationalisation de certaines entreprises, la cogestion dans certains cas et la gestion par les "partenaires sociaux" de l’Etat-providence. C’est une lecture, mais elle me semble artificielle. Selon moi, le seul et unique mérite de la social-démocratie a été de réaliser un compromis entre la démocratie, l’intégration dans le jeu démocratique de forces politiques et sociales potentiellement révolutionnaires, et l’économie de marché. C’est parce qu’elle était un compromis politique et social que la social-démocratie a marché, au moins pour une temps.

Aujourd’hui, le vrai social-démocrate c’est Emmanuel Macron, car il est le seul à pouvoir et à vouloir maintenir le compromis politique initial qui a fondé la social-démocratie, un compromis entre efficacité et égalité. Le fait qu’il réalise ce compromis à sa façon – plus technocratique que démocratique, n’empêche pas qu’il est assez fidèle à l’idée initiale de la social-démocratie. Face à un social-démocrate de ce calibre, les chances de Najat Vallaud Belkacem me semblent infimes.

Dans un tel schéma, la gauche social-démocrate n'est elle pas contrainte de glisser vers une autre approche que celle de la redistribution, en passant par exemple, du côté d'une gauche plus radicale visant à changer le système plutôt qu'à la "gérer", cette "simple gestion" pouvant être perçue comme la cause de son effondrement ? 

On a fait à la Social-Démocratie un crédit très excessif. Dans beaucoup de pays, en France notamment mais également en Allemagne, ça n’est pas la Social-Démocratie qui a créé les systèmes d’assurance sociale (maladie, retraites, accidents du travail, famille), mais des gouvernements conservateurs. Sait-on que la mise en place des assurances sociales s’est faite en France de 1926 à 1932 sous des gouvernements conservateurs : Poincaré et Tardieu, notamment ?

Quant à la fameuse redistribution, le bilan qu’on peut en faire après 1945 doit très prudent et est en fait assez mitigé. La redistribution étatique n’a en fait guère redistribué. Dans un très beau livre, L’Ethique de le Redistribution, Bertrand de Jouvenel faisait remarquer qu’au milieu des années 1950 les inégalités étaient tout aussi criantes qu’en 1938. C’est normal. Les politiques publiques de redistribution ne répondent pas à une logique économique et sociale. Elles répondent à une logique du pouvoir : il s’agit de redistribuer le pouvoir du secteur privé vers le secteur public et le pouvoir politique. Il n’y a rien d’étonnant, après cela, à ce que ses résultats soient fragiles ou décevants.

Effectivement, gérer la redistribution est extrêmement ingrat en période de croissance faible. D’autant que cela impliquerait de remettre en cause certains avantages acquis de catégories de population, d’opinion progressiste, qui ont, elles, contrairement aux catégories les plus pauvres, réellement bénéficié de la redistribution. Tâche pratiquement impossible. Je ne crois donc absolument pas aux chances d’un renouveau social-démocrate sous la houlette de Najat Vallaud Belkacem. Mais, Emmanuel Macron peut sans doute y réussir à sa façon, s’il parvient à créer un nouveau compromis.

Comment peut on imaginer le retour d'une gauche social démocrate, ou sa transformation ? Une telle transformation pourrait elle également permettre un retour à un clivage plus traditionnelle entre social démocratie et une droite libérale conservatrice ? 

Emmanuel Macron est un homme habile. Il s’en tient pour l’instant à son slogan « ni droite, ni gauche ». Mais la pression des faits autant que ses convictions profondes vont inévitablement le déporter progressivement vers sa gauche. Le phénomène va se faire mécaniquement, il n’y a aucun doute à ce sujet, d’autant que le mouvement En Marche est – pardonnez cette expression – un « ectoplasme », sans aucune réalité partisane et électorale. Or le temps des élections viendra et il replacera ce mouvement à sa place, celle de la social-démocratie.

Pour la droite conservatrice et libérale, cela créera naturellement de l’espace. En attendant, il faut que les conservateurs se dotent d’une armature intellectuelle solide, à la fois conservatrice et libérale. Ils s’y essayent, avec des fortunes diverses. Je crois que c’est la pression de l’électorat conservateur qui créera le mouvement. Des conservateurs libéraux convaincus, j’en croise tous les jours. Il faut seulement que les hommes politiques de droite se convertissent aux idées de leurs électeurs ! Ca se fera.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
KOUTOUBIA56
- 19/12/2017 - 15:03
encore une qui devrait
encore une qui devrait disparaitre du paysage. les socialos c'est comme les morpions çà s'accroche !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! qu'elle ose parler de social démocratie l'a fait reine des faux culs.
Cervières
- 19/12/2017 - 14:43
Il faudra...
encore deux ou trois siècle de travail pour que Vallaud-Belkacem devienne sociale-démocrate...
hannibal barca
- 19/12/2017 - 14:22
NAJET une catastrophe pour l education nationale
ce ministere regalien devrait etre reserve aux elites de la republique et non a une politicienne inculte et sans vision d avenir
son passage a affaibli le niveau culturel de nos enfants
une HONTE SOCIALISTE comme les LE DRIAN FABIUS ET CONSORTS