En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 20 min 21 sec
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 43 min 21 sec
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 1 heure 1 sec
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 12 heures 14 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 15 heures 15 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 16 heures 6 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 19 heures 23 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 20 heures 17 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 21 heures 33 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 37 min 9 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 54 min 16 sec
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 1 heure 25 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 12 heures 38 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 15 heures 41 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 17 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 19 heures 9 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 19 heures 42 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 21 heures 7 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 21 heures 44 min
© Reuters
© Reuters
Nécromancie

Najat Vallaud-Belkacem entend faire vivre la social-démocratie… en oubliant les raisons pour lesquelles elle est morte

Publié le 18 décembre 2017
En guise de première intervention depuis son départ du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem s'est posée en défenseur de la social-démocratie dans le Nouveau Magazine Littéraire.
Jean-Philippe Vincent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Vincent, ancien élève de l’ENA, est professeur d’économie à Sciences-Po Paris. Il est l’auteur de Qu’est-ce que le conservatisme (Les Belles Lettres, 2016). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En guise de première intervention depuis son départ du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem s'est posée en défenseur de la social-démocratie dans le Nouveau Magazine Littéraire.

Atlantico : Après un silence de plusieurs mois, Najat Vallaud-Belkacem publie un texte, dans le Nouveau Magazine Littéraire à paraître ce 18 décembre consacré à la social-démocratie « Oui, je l'aime, . Les commentateurs la proclament morte ? Je veux la faire vivre. ». Dans cette perspective de faire revivre la social démocratie, l'ancienne ministre de l'éducation, mais également certains de ses partenaires socialistes, ne sont ils pas confrontés à une profonde difficulté qui est celle de la raison d'être actuelle de la social-démocratie ? Alors que les conquête des systèmes sociaux est achevée, alors que la redistribution semble avoir atteint un plafond, la social-démocratie n'est elle pas arrivée au bout de sa logique ? 

Jean-Philippe Vincent : C’est dire que je ne crois pas un instant à sa conversion à la social-démocratie. Il s’agit d’une pure manifestation d’opportunisme, à moins que la social-démocratie soit le parti des opportunistes, hypothèse historique qui mériterait d’être testée.

On a beaucoup fait, dans les années 1980, la théorie de la social-démocratie. Je renvoie sur ce point au livre d’Alain Bergounioux et Bernard Manin (PUF, 1989). On y a vu une habile synthèse entre la démocratie, le mouvement syndical et sa participation au pouvoir, la nationalisation de certaines entreprises, la cogestion dans certains cas et la gestion par les "partenaires sociaux" de l’Etat-providence. C’est une lecture, mais elle me semble artificielle. Selon moi, le seul et unique mérite de la social-démocratie a été de réaliser un compromis entre la démocratie, l’intégration dans le jeu démocratique de forces politiques et sociales potentiellement révolutionnaires, et l’économie de marché. C’est parce qu’elle était un compromis politique et social que la social-démocratie a marché, au moins pour une temps.

Aujourd’hui, le vrai social-démocrate c’est Emmanuel Macron, car il est le seul à pouvoir et à vouloir maintenir le compromis politique initial qui a fondé la social-démocratie, un compromis entre efficacité et égalité. Le fait qu’il réalise ce compromis à sa façon – plus technocratique que démocratique, n’empêche pas qu’il est assez fidèle à l’idée initiale de la social-démocratie. Face à un social-démocrate de ce calibre, les chances de Najat Vallaud Belkacem me semblent infimes.

Dans un tel schéma, la gauche social-démocrate n'est elle pas contrainte de glisser vers une autre approche que celle de la redistribution, en passant par exemple, du côté d'une gauche plus radicale visant à changer le système plutôt qu'à la "gérer", cette "simple gestion" pouvant être perçue comme la cause de son effondrement ? 

On a fait à la Social-Démocratie un crédit très excessif. Dans beaucoup de pays, en France notamment mais également en Allemagne, ça n’est pas la Social-Démocratie qui a créé les systèmes d’assurance sociale (maladie, retraites, accidents du travail, famille), mais des gouvernements conservateurs. Sait-on que la mise en place des assurances sociales s’est faite en France de 1926 à 1932 sous des gouvernements conservateurs : Poincaré et Tardieu, notamment ?

Quant à la fameuse redistribution, le bilan qu’on peut en faire après 1945 doit très prudent et est en fait assez mitigé. La redistribution étatique n’a en fait guère redistribué. Dans un très beau livre, L’Ethique de le Redistribution, Bertrand de Jouvenel faisait remarquer qu’au milieu des années 1950 les inégalités étaient tout aussi criantes qu’en 1938. C’est normal. Les politiques publiques de redistribution ne répondent pas à une logique économique et sociale. Elles répondent à une logique du pouvoir : il s’agit de redistribuer le pouvoir du secteur privé vers le secteur public et le pouvoir politique. Il n’y a rien d’étonnant, après cela, à ce que ses résultats soient fragiles ou décevants.

Effectivement, gérer la redistribution est extrêmement ingrat en période de croissance faible. D’autant que cela impliquerait de remettre en cause certains avantages acquis de catégories de population, d’opinion progressiste, qui ont, elles, contrairement aux catégories les plus pauvres, réellement bénéficié de la redistribution. Tâche pratiquement impossible. Je ne crois donc absolument pas aux chances d’un renouveau social-démocrate sous la houlette de Najat Vallaud Belkacem. Mais, Emmanuel Macron peut sans doute y réussir à sa façon, s’il parvient à créer un nouveau compromis.

Comment peut on imaginer le retour d'une gauche social démocrate, ou sa transformation ? Une telle transformation pourrait elle également permettre un retour à un clivage plus traditionnelle entre social démocratie et une droite libérale conservatrice ? 

Emmanuel Macron est un homme habile. Il s’en tient pour l’instant à son slogan « ni droite, ni gauche ». Mais la pression des faits autant que ses convictions profondes vont inévitablement le déporter progressivement vers sa gauche. Le phénomène va se faire mécaniquement, il n’y a aucun doute à ce sujet, d’autant que le mouvement En Marche est – pardonnez cette expression – un « ectoplasme », sans aucune réalité partisane et électorale. Or le temps des élections viendra et il replacera ce mouvement à sa place, celle de la social-démocratie.

Pour la droite conservatrice et libérale, cela créera naturellement de l’espace. En attendant, il faut que les conservateurs se dotent d’une armature intellectuelle solide, à la fois conservatrice et libérale. Ils s’y essayent, avec des fortunes diverses. Je crois que c’est la pression de l’électorat conservateur qui créera le mouvement. Des conservateurs libéraux convaincus, j’en croise tous les jours. Il faut seulement que les hommes politiques de droite se convertissent aux idées de leurs électeurs ! Ca se fera.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
KOUTOUBIA56
- 19/12/2017 - 15:03
encore une qui devrait
encore une qui devrait disparaitre du paysage. les socialos c'est comme les morpions çà s'accroche !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! qu'elle ose parler de social démocratie l'a fait reine des faux culs.
Cervières
- 19/12/2017 - 14:43
Il faudra...
encore deux ou trois siècle de travail pour que Vallaud-Belkacem devienne sociale-démocrate...
hannibal barca
- 19/12/2017 - 14:22
NAJET une catastrophe pour l education nationale
ce ministere regalien devrait etre reserve aux elites de la republique et non a une politicienne inculte et sans vision d avenir
son passage a affaibli le niveau culturel de nos enfants
une HONTE SOCIALISTE comme les LE DRIAN FABIUS ET CONSORTS