En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

06.

Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café

07.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 9 heures 50 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 14 heures 16 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 15 heures 45 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 18 heures 17 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 20 heures 20 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 20 heures 48 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 21 heures 31 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 21 heures 49 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 21 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 9 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 10 heures 50 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 15 heures 24 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 17 heures 13 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 20 heures 12 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 20 heures 40 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 21 heures 25 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 21 heures 44 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 21 heures 57 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 22 heures 16 min
© Reuters
© Reuters
Déclassement

Mondialisation, classes moyennes déstabilisées et démocratie : le cocktail explosif du 21e siècle

Publié le 17 décembre 2017
La mondialisation pourrait transformer les sociétés occidentales selon le schéma que l'on retrouve en Amérique latine, avec une poignée de super-riches, une importante classe moyenne, mais aussi un nombre significatif de gens relativement pauvre. Politiquement, cette fracture aurait un impact significatif.
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La mondialisation pourrait transformer les sociétés occidentales selon le schéma que l'on retrouve en Amérique latine, avec une poignée de super-riches, une importante classe moyenne, mais aussi un nombre significatif de gens relativement pauvre. Politiquement, cette fracture aurait un impact significatif.

Atlantico : Dans une Tribune publiée par Le Monde, l'économiste américain, Branko Milanovic, déclare : "​Les sociétés occidentales pourraient alors ressembler à celles que l’on peut actuellement observer en Amérique ­latine : une poignée de riches avec les revenus et habitudes de consommation des 1 % les plus riches du monde, une importante classe moyenne, mais aussi un nombre significatif de gens qui, selon les critères internationaux, seraient relativement pauvres, avec des revenus inférieurs à la médiane mondiale. Les sociétés occidentales deviendraient par conséquent beaucoup plus hétérogènes, même sans un creusement supplémentaire de leurs propres inégalités de revenus."

En imaginant un tel avenir pour la France, comment peut-on anticiper, politiquement, les conséquences d'une telle fracture au sein de l'électorat ? 

Vincent Tournier : L’analyse de Branko Milanovic n’est pas très optimiste. Ses analyses ne vont pas dans le sens de la mondialisation heureuse telle qu’elle nous a été promise après la Guerre froide. Il montre que, certes, la mondialisation produit des gagnants et des perdants, mais que s’il y a des gagnants dans tous les pays, les perdants sont très souvent du côté occidental, ce qui peut paraître paradoxal tant l’idée s’est imposée que les Occidentaux sontforcément les profiteurs. Ce que pointe Milanovic, en effet, c’est ce que l’on pourrait appeler un déclassement des classes moyennes occidentales. En d’autres termes, il observe que, même si les inégalités restentglobalementcontenues dans les pays européens, les classes moyennes subissentdepuis 30 ans un gel de leur niveau de vie, ce qui provoque un décrochage par rapport au reste du monde puisque, partout ailleurs, les classes moyennes s’enrichissent (à l’exception de l’Afrique et de certains pays).

De telles analyses sont précieuses parce qu’elles aident à comprendrela désaffection à l’égard de la participation électorale ainsi que la poussée des mouvements dits « populistes » que l’on observe un peu partout en Europe.

Le problème est que cette dynamique économique ne semble pas prête de s’arrêter. On peut même penser qu’elle n’en est qu’à ses débutspuisque, à ce jour, les Etats n’ont pas manifesté leur intention de changer le cours des choses, sauf de façon marginale. La question est donc de savoir ce qui va se passer si les courbes se prolongent. Jusqu’à présent, les effets politiques des transformations économiques sont assez limités parce que, en Europe, les Etats-providence continuent de jouer leur rôle protecteur et redistributif. Ce faisant, ils atténuent donc les implications de la mondialisation. Les difficultés plus sérieuses commenceront lorsque le démantèlement des Etats-providence sera vraiment engagé, ce qui est une issue assez probable parce qu’on ne voit pas comment des institutions qui ont été conçues dans un certain contexte, avec des populations peu mobiles et protégées par des frontières nationales, peuvent perdurer dans un monde ouvert et mobile. Certes, il est possible que, demain, des systèmes de protection sociale d’un nouveau type se mettent en place, dont nous ne connaissons pas encore la teneur ; mais dans tous les cas, il est vraisemblable que la phase de transition soit difficile pour les électeurs, lesquels vont voir ce qu’ils perdent sans être sûrs de gagner quelque chose.

En voyant ainsi diverger les intérêts internes des blocs électoraux qui ont pu exister au cours de ces dernières décennies, comment peut-on envisager la formation de nouveaux blocs se constituant autour d'intérêts communs ? 

La mondialisation a cassé le consensus social-démocrate qui a prévalu en Europe après la Seconde guerre mondiale, et qui reposait surun relatif équilibre entre la croissance économique et le progrès social. Ce consensus s’est traduit par une forte redistributiondes fruits de la croissance à l’ensemble des classes sociales, ce qui a permis de diminuer drastiquementles inégalités sociales (encore très fortes au début du XXème siècle) et de contenir du même coup les poussées contestataires qui se sont manifestées à plusieurs reprises, par exempleà la fin des années 1960 et dans les années 1970. 

Aujourd’hui, la situation est très différente. Une partie des élites fait littéralement sécession, que ce soit économiquement (elle aspire à s’enrichir sans contrepartie), fiscalement (elle ne veut plus payer d’impôts), socialement (elle est hautement mobile), géographiquement(elle réside dans des quartiers préservés) et politiquement (elle se méfie du peuple qu’elle regarde avec condescendance). La victoire d’Emmanuel Macron peut être vue comme l’une des formes que prend cette « révolte des élites », selon l’expression avancée par Christopher Lasch. Cette victoire a été rendue possible par la constitution d’un nouveau « bloc historique » (pour parler comme Gramsci) qui regroupe tous ceux qui, du centre-droit au centre-gauche, soutiennent un projet libéral-libertaire ouvert sur l’Europe et la mondialisation. Cette coalition a brisé la logique bipolaire qui s’était progressivement instauréeaprès 1958 et ne laisse subsister qu’une opposition divisée avec,d’un côté, un bloc de gauche radicale et,de l’autre, un bloc national-identitaire. Ces deux blocs parviennent à attirer des électeurs, mais ils sont dans l’incapacité de constituer, et pour longtemps, une force politique alternative. En outre, chaque bloc a ses faiblesses. Le bloc de gauche est pris au piège de son propre discours internationaliste et anti-discrimination, piège que l’on peut résumer par l’argument suivant : au nom de quoi un travailleur français devrait-il être traité différemment d’un travailleur chinois ou coréen ? Autrement dit, si l’appauvrissement des classes moyennes occidentales s’accompagne de l’enrichissement des pays émergents, où est le problème ?Quant au bloc national-identitaire, non seulement il souffre d’un déficit de relais parmi les élites culturelles et les intellectuels, ce qui le fait passer pour ringard voire dangereux (comme le montrent les polémiques récurrentes sur le risque de la « droitisation », terme qui n’a pas d’équivalent à gauche), mais de plus il est souvent divisé entre une droite de gouvernement et une droite nationaliste, cette dernière étant tenue pour particulièrement méprisable, ce qui rend improbable une éventuelle alliance électorale (l’exemple récent de l’Autriche, où une alliance vient d’être passée entre les conservateurs et le FPÖ, a peu de chance de se généraliser). Donc, sauf imprévu, il est vraisemblable qu’Emmanuel Macron dispose d’un boulevard devant lui pour une longue période, un peu comme les coalitions centristes ont su monopoliser le gouvernement de la France pendant une bonne partie de la IIIème et de la IVème Républiques, à une époque d’ailleurs où les inégalités économiques étaient très élevées.

En poursuivant son propos, Branko Milanovic indique " Ce qui nous amène à cette question capitale : des sociétés dans lesquelles cohabitent des gens aux revenus et schémas de consommation extrêmement différents peuvent-elles rester stables et démocratiques​ ?"​. Quels sont les risques de voir effectivement une rupture démocratique découlant de la hausse des inégalités ? 

L’observation que fait Branko Milanovic est très intéressante car elle invite à s’interroger sur ce qu’est une société. Le contexte actuel a tendance à mépriser ce type d’interrogation au nom d’un argument qui se veut foncièrement humaniste : en gros, peu importe les différences entre les individus, peu importe les situations et les origines de chacun, il suffit d’un peu de bonne volonté et tout le monde peut se rapprocher et « faire société ».Tel est l’argument qui justifie l’intégration européenne, au point d’ailleurs que, jusqu’à une date récente, il était sérieusement envisagé d’intégrer un pays comme la Turquie.

Dans cette vision presque idyllique, seules les inégalités économiques suscitent parfois des réactions inquiètes, sans doute parce que les intellectuels sont souvent issus de la gauche. Mais la réflexion s’arrête généralement là. Curieusement, hormis l’économie, il est généralement tenu pour illégitime de s’interroger sur les autres critères de diversification sociale. C’est pourtant un point qui mériterait discussion :les disparités économiques sont-elles plus dangereuses pour la démocratie que les disparités culturelles, ethniques, voire religieuses ? Si on prend le cas de la France, les seules réformes qui ont provoqué des inquiétudes sur l’avenir de la démocratie ne sont pas liées à l’économie, mais à la lutte contre le terrorisme, et ce dernier a certainement plus à voir avec les questions religieuses qu’avec les questions économiques.

En fait,l’expérience montre que les régimes démocratiques semblent en mesure de digérerassez facilement de fortes inégalités socioéconomiques, comme le montre l’exemple des Etats-Unis, de l’Inde ou du Brésil. Mais ces exemples sont complexes parce que ces pays sont eux-mêmes très divisés sur le plan ethnique ou religieux, ce qui provoquede nombreux problèmes inconnus en Europe (grande pauvreté, segmentation ethno-sociale, corruption, violence). Pour autant, ces difficultésne remettent pas en cause la nature démocratique de ces pays, même si la démocratie y fonctionne de manière moins resplendissante qu’ailleurs.

Donc, on peut rester optimiste en se disant que les régimes démocratiques sont capables de supporter de grandes disparités sociales ou culturelles. Mais tout dépend sans doute de l’ampleur et du rythme des transformations. Les évolutions lissées dans la durée sont probablement moins explosives que les évolutions brutales, que les contemporains sont en mesure de voir de leur vivant. L’exemple de la Russie, où les inégalités sociales ont littéralement explosé après 1990, en donne indirectement une confirmation : une transformation d’une telle ampleur n’a pu être possible que dans un cadre autoritaire, où nul contre-pouvoir ne vient temporiser ounégocier des contreparties.On peut penser que, en principe, les démocraties sont en mesure de faire mieux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Tande
- 18/12/2017 - 11:14
Faut il relire Nostradamus?
Je ne pense pas, à l'instar d'autres lecteurs, que l'assimilation au Tiers-Monde, l'Amérique latine en particulier, soit pertinente (il serait trop long de développer ici). En revanche, la coupure de plus en plus nette entre des jeunes "nouveaux riches" issus des milieux de la communication, l'informatique, la finance, le spectacle, etc... et les gens simples est de plus en plus flagrante et inquiétante, s'agissant de gens qui manipulent l'opinion par métier.
Ce qui me semble le plus à redouter (les précédents historiques sont parlants) est que le déclassement, réel ou supposé, des classes moyennes (entendons par là les catégories situées entre les ouvriers, les employés non gradés et les cadres supérieurs), disons les Bac +2 à +5, n'aboutisse à un nouveau fascisme. Si l'on tient pour acquis que la nouvelle alliance macroniste ne peut tenir dans la durée (ce qui est ma conviction), les déçus du système vont rejoindre les défricheurs déjà identifiés et créer des surprises politiques majeures un peu partout.
L'affirmation selon laquelle nos sociétés peuvent encaisser des chocs sociaux allant jusqu'à des inégalités trop violentes est ridicule.
F J F
- 18/12/2017 - 07:28
pas sûre d'avoir bien compris
ne mélangeons pas tout. si je crois comprendre, les classes moyennes en France peuvent supporter de se voir déclasser socialement parce que ça s'est déjà vu ailleurs (Amérique latine) alors pourquoi pas aussi en Europe. Personne n'y trouverait beaucoup à redire : ah bon ? nivelons par le bas pas de souci : re- ah bon ?! les inquiétudes sont moins économiques que religieuses, culturelles,...re-re ah bon ?!! et pour finir voyons loin, si on peut instaurer/installer un peu plus les inégalités sociales en préservant la démocratie tant mieux, sinon, bon allez un petit régime dictatorial fera l'affaire - c'est pas dit mais... mais.. Continuez comme cela M Tournier, si au moins ça peut réveiller les consciences, ça n'aura pas été peine perdue.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 17/12/2017 - 18:13
La suite est bien pire !!!
La suite est bien pire !!!
Comment peut-on imaginer que la Marine ou Mélanchouille soient en mesure de résoudre les problèmes de sécurité et les problèmes économiques !