En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

03.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

04.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 59 min 34 sec
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 1 heure 52 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 2 heures 29 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Religion
Quand faut y aller, il y va très fort

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le Sénat veut empêcher les sociétés d’autoroutes d’augmenter les tarifs pour compenser l’effondrement des recettes liées au Covid-19

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 1 heure 43 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 2 heures 10 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 3 heures 33 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 4 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 5 heures 11 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 5 heures 46 min
décryptage > Justice
Horizons et moyens limités

Insécurité : pourquoi les ministères régaliens sont condamnés à l’esbroufe

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Santé
Avec parcimonie

Pourquoi reprendre le sport trop vite n’est pas une bonne idée quand on a eu la Covid-19

il y a 6 heures 55 min
pépites > Politique
Tension
Pierre Person délégué général adjoint de La République en marche démissionne et invite Guerini à l'imiter
il y a 7 heures 27 min
© AFP
© AFP
Réformes

Le macronisme ou le stade ultime du darwinisme ?

Publié le 17 décembre 2017
Après des années de statut quo, les Français espèrent que les réformes engagées par Emmanuel Macron porteront leurs fruits. Hausse du PIB, baisse du chômage : enfin le pays aura endigué ses maux, selon les critères en vigueur. Mais à peine sortis de la phase de rattrapage se posera une question : quel sens donner aux efforts ?
Matthieu Chaigne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Matthieu Chaigne est directeur associé chez BVA. Il est aussi co-fondateur de l'observatoire des sondages et tendances émergentes Délits d'Opinion, chargé de cours à l'INSEEC et à la Sorbonne-CELSA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après des années de statut quo, les Français espèrent que les réformes engagées par Emmanuel Macron porteront leurs fruits. Hausse du PIB, baisse du chômage : enfin le pays aura endigué ses maux, selon les critères en vigueur. Mais à peine sortis de la phase de rattrapage se posera une question : quel sens donner aux efforts ?

Transformons-nous !

Sous l’impulsion du Président de la République et du Premier ministre, ce terme est décliné à toutes les sauces. Dans un jeu de passe-passe sémantique, le mot de transformation a remplacé la réforme, définitivement banni après 40 ans d’overdose sémantique. Ordonnances sur le droit du travail, réforme de l’assurance chômage, nouvelle loi sur la formation professionnelle : toutes sont censées contribuer à changer le visage de la France.

En finir avec le statut quo : les Français ne sont pas contre. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils ont élu Emmanuel Macron, convaincus que la situation actuelle n’était plus tenable. Et c’est probablement la raison pour laquelle le bénéfice du doute demeure. Comme suspendus dans leur jugement, la majorité attend. La question centrale pour nos compatriotes est simple : vont-ils être les gagnants où les perdants de ces changements ? Et quand la stabilité va-t-elle enfin reprendre ses droits?

Car le rythme est jugé rapide par nos concitoyens. Trop pour plus d’un tiers des Français selon une enquête Elabe. Parmi les plus rétifs, on retrouve la France du non. Non à l’Europe, non à la mondialisation, non au primat du libre-échange. C’est la France qui n’a pas voté pour Macron, qui voit l’injonction au changement comme un renoncement au peu qu’il lui reste, qui est sur-représentée parmi les ouvriers, les employés, les peu qualifiés. Cette France ne veut pas de transformation, mais au contraire de la pérennité. Elle n’emprunte pas le sentier sinueux du changement parce qu’elle n’en voit absolument pas la finalité.

A l’inverse des catégories les plus favorisées, cette frange de la population ne dispose pas d’assise financière pour encaisser les chocs de la transition. Elle n’a pas le bagage culturel de ceux qui décèlent dans les failles de l’histoire une opportunité business. La transformation est pour elle le faux nez un peu grossier des mauvaises nouvelles à venir. Plan social qui tait son nom, injonction à faire toujours plus vite, suppression des services publics : la transformation est clairement un jeu à somme perdante imposée par les gagnants.

Cette logique binaire qui perçoit le pays en camps irréconciliables, c’est précisément ce que souhaite casser le Président. Le pays serait une cordée, où les premiers ouvrent le chemin pour les autres. On pourrait être en haut « et en même temps » aider ceux qui suivent à grimper. On pourrait être en bas et bénéficier de l’élan de ceux qui précèdent.

Sauf que l’ascension n’a jamais de fin. Il faut escalader une montagne dont le sommet s’éloigne à mesure que l’on s’approche. Il faut marcher à un rythme toujours plus rapide. La transformation porte en elle les germes de l’exclusion. Centrifugeuse infernale, elle serait le nouveau chapitre de la tragédie darwinienne : se faire une place ou disparaître.

Le rythme intense n’est pas seulement dû à un effet de rattrapage, après des décennies de temporisation. Les progrès technologiques imposent une cadence effrénée. Le journaliste Thomas Friedman parle dans son dernier ouvrage, d’accélérations technologiques géantes que l’homme ne pourrait plus digérer.

La liste des décrocheurs peut-elle faire autrement que grossir ? Dans les entreprises, les signaux inquiétants se multiplient. En cette fin d’année, c’est une étude qui fait état d’une croissance de près de 8% des arrêts maladie. Quelques jours plus tard, une autre étude interpelle également sur la fébrilité ambiante. Réalisée par le cabinet Stimulus, elle révèle un niveau de stress inédit qui traverse la société Française. Employés, cadres : personne n’est épargné. L’hyper stress, qui affecte la santé physique des salariés atteindrait même un stade préoccupant de 24%.Plus globalement, 52% des français se rendent au travail avec un niveau élevé d’anxiété. Traitement d'informations trop complexes et nombreuses, manque de temps, adaptation permanente : partout la machine craquelle.

Et si la corde venait à rompre ? Et si les décrocheurs venaient à emporter la cordée ? Et s’il fallait sortir du système ? C’est la grille de lecture de l’électorat Mélenchoniste et Lepéniste. Encore minoritaire aujourd’hui, elle pourrait peu à peu contaminer les strates supérieures.Alors que les prochaines vagues de la révolution numérique et de l’intelligence artificielle vont mettre à rude épreuve les classes moyennes aux tâches répétitives, le débat ne pourra plus être éludé.

Après des années de statut quo, chacun espère que les réformes engagées porteront leurs fruits. Hausse du PIB, baisse du chômage : enfin le pays aura endigué ses maux, selon les critères en vigueur. Mais à peine sortis de la phase de rattrapage se posera une question : quel sens donner aux efforts ? On ne crée pas le nouveau monde avec les critères du passé.

Parce que la transformation n’est pas une fin en soi, un vent d’humanisme radical s’annonce. Qui exigera une meilleure redistribution des fruits de la croissance, qui refusera les cadences infernales et déshumanisantes, qui tentera d’infléchir au niveau mondial les règles de l’économie.

Les bases d’un nouveau modèle Français ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires