En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Yvelines : un homme a été décapité, le parquet antiterroriste a été saisi

ça vient d'être publié
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 2 min 43 sec
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 13 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 13 heures 58 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 15 heures 38 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 16 heures 44 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 19 heures 22 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 19 heures 42 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 20 heures 23 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 21 heures 33 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 22 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 12 min 2 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 13 heures 41 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 14 heures 48 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 16 heures 12 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 18 heures 46 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 19 heures 35 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 19 heures 56 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 20 heures 48 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 21 heures 47 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 22 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Comme un problème d’ordre public

ZAD de Notre-Dame-Des-Landes : mais comment en est-on arrivé à un monde où l’évacuation d’une zone de non-droit paraisse quasi infaisable ?

Publié le 16 décembre 2017
La zone d'aménagement différé (ZAD) du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes a été surnommée "Zone à Défendre" dès 2008 par les groupes d'opposants. Près de 10 ans après sa création, elle n'a jamais été évacuée.
Gérald Pandelon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La zone d'aménagement différé (ZAD) du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes a été surnommée "Zone à Défendre" dès 2008 par les groupes d'opposants. Près de 10 ans après sa création, elle n'a jamais été évacuée.

Atlantico : Alors que Bernard Cazeneuve avait renoncé à l'évacuation des zadistes de Notre Dame des Landes, pour cause d'opération Sentinelle en cours, comment évaluer l'action du gouvernement dans une telle situation ? Du précédent de la mort de Rémi Fraisse en 2014, au laissé faire actuel, quels sont les critères pris en compte par le gouvernement dans sa décision d'évacuation ?

Gérald Pandelon : Il s'agit, à l"évidence, d'un dossier difficile où toute décision qui pourrait apparaître comme trop tranchée serait insatisfaisante. Certes, m'objectera-t-on, le propre du politique réside en sa capacité précisément de décider, mais il est comme souvent infiniment plus aisée de se faire philosophe et donneur de leçons que d'être, en la matière, un véritable politique, la critique, nous le savons tous, est facile mais l'art difficile. Car il s'agit, d'abord, d'un vieux dossier pour ne pas dire d'un vieux contentieux. En effet, le projet d'un aéroport pour le Grand Ouest (Région nantaise et Bretagne) apparaît pour la première fois en 1965 dans un contexte favorable de développement économique et d'une volonté affirmée des pouvoirs publics d'un rééquilibrage territorial autour de 8 métropoles ; c'est ainsi que naîtra, en 1974, en toute légalité, la zone d'aménagement différée (ZAD), à ne pas confondre avec l'actuelle ZAD ("zone à défendre") qui, elle, n'en déplaise à leurs thuriféraires est illégale car elle constitue un squat à vocation politique. Il n'endemeure pas moins que les arguments de nos actuels "zadistes" ne sont pas totalement dépourvus d'intérêt. En effet, par sa démesure (un nouvel espace de 1225 hectares, soit 1750 terrains de foot), son inutilité relative (il suffirait, en réalité, d’agrandir et rénover l'actuel aéroport de Nantes), et par le fait qu'il est, sans aucun doute possible,néfaste pour l'environnement, il est possible de se poser la question de l'opportunité dudit projet.  C'est ainsi que conscient de la controverse légitime que l'idée d'un nouvel aéroport allait susciter, les gouvernements successifs vont souhaiter plutôt dialoguer ; d'ailleurs, outre la difficulté à trancher dans un dossier difficile, cela permettait aux divers acteurs politiques, comme à l'accoutumée, de ne pas avoir à réellement décider, ce qui était infiniment plus confortable et moins risqué sur un plan électoral. Suspendant ainsi l'opération "César" qui visait à expulser les "zadistes", le gouvernement mettait en place "une commission dialogue" et concluait à la nécessité d'instaurer des compensations environnementales afin de sauvegarder, en raison de l'humidité du site, une centaine d'espèces protégées. Aujourd'hui, les principaux critères qui semblent être pris en compte par le gouvernement pour procéder à l'expulsion des occupants reposent non seulement sur le rappel du caractère illégal de ladite "zone à défendre"puisque la justice administrative en a décidé ainsi par un jugement rendu le 25 janvier 2016 mais également parce que la construction du nouvel aéroport répondrait, à la suite d'une consultation locale des électeurs de Loire Atlantique, à une majorité de 55 % des suffrages exprimés. Que, ce faisant, le projet serait à la fois démocratique, légal et légitime ; il n'en demeure pas moins que la question n'est pas tranchée de savoir si l'érection d'un nouvel aéroport  dans la petite commune de Notre-Dame-des-Landes (NDDL) est juste et répond donc à une impérieuse nécessité. D'ailleurs, qui se souvient qu'à la tête des opposants au projet se trouvaient un certain De Rugy qui, curieusement aujourd'hui, devenu président de l’Assemblée Nationale, semble avoir totalement changé d'avis ; mais, me direz-vous, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. Dont acte.  

Peut on estimer que le risque de l'inaction, découlant de la volonté de ne pas provoquer un "accident" est sous estimé par le gouvernement, comme il a pu l'être dans le passé ?

La mort tragique du jeune Rémi Fraisse doit nécessairement conduire à de la mesure dans ce dossier qui, effectivement, est ardu et épineux et ce, d'autant que notre actuel chef de l'Etat, fin stratège, ne souhaite pas enflammer donc envenimer le conflit dans une affaire où, en toutes hypothèses, personne n'est capable d'avoir une idée claire et parfaitement tranchée sur ce qu'il conviendrait de faire ou de ne pa faire d'ailleurs. A ce propos, pourquoi avoir recours à des experts si nos gouvernants avaient une idée précise et aboutie sur le sujet ? C'est précisément parce qu'ils n'en savent rien qu'ils ont recours à des techniciens réputés savants, même si ces derniers n'en savent pas davantage (ils avancent des "options" sur le dossier) et n'ont que rarement des idées novatrices... De la même manière que pour quels motifs, plus précisément, cibler comme un objectif prioritaire à atteindre la petite commune de N-D-D-L ? La question mérite d'être soulevée. En effet, pourquoi ne pas évoquer d'autres collectivités oubliées sinon méconnues comme celles de Bouriège (Aude), de Saint-Victor (Aveyron), de Saint-Fraigne qui dispose déjà de 6 éoliennes ou encore Montjean (Charente), des entités au sein desquelles les citoyens se battent au quotidien en raison des nuisances sonores, autrement dit pourquoi précisément au lieudit de N-D-D-L ériger un tel projet ? Spécifiquement pour quel motif ? Pour quelles raisons cachées, au-delà des poncifs... ?  

Quels sont les bénéfices à attendre d'une évacuation réussie par le gouvernement, notamment en ce qui concerne les forces de l'ordre ?

Encore faudrait-il que nos gouvernants sachent précisément quels sont les effets bénéfiques à attendre de ladite expulsion.  En effet, le dossier démontre à l'envi, et sans aucun doute possible, que nos édiles ne disposent, comme bien souvent, d'aucune conviction sur le sujet comme en témoigne les hésitations et tergiversations gouvernementales. D'ailleurs, aujourd'hui encore, le Premier Ministre assure qu'il prendra une décision "claire" et "assumée d'ici à la fin du mois de janvier". Entendu, mais laquelle précisément ? Autrement dit, les ressorts profonds qui sont à l'oeuvre pour la création d'un nouvel aéroport demeurent et demeureront mystérieux, à moins qu'ils ne soient également mystérieux pour nos gouvernants eux-mêmes qui semblent, en la matière, piloter à vue. La vérité dans ce dossier comme dans bien d'autres, c'est que le gouvernement ne sait pas si la création d'un nouvel aéroport constitue une bonne chose ou non ; d'ailleurs, les experts eux-mêmes, qui viennent de remette leur rapport, n'en savent pas davantage puisqu'ils optent pour deux solutions (l’agrandissement de l'actuel aéroport ou la création d'un nouveau sur le site de NDDL), en d'autres termes personne n'en sait rien.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 18/12/2017 - 09:44
difficulté à prononcer un mot
un seul :lâcheté
Piwai
- 17/12/2017 - 07:33
Vinci serait donc le seul beneficiaire a la construction?
Faite le travail de journalisme svp Atlantico...
assougoudrel
- 16/12/2017 - 19:41
On a rien à faire au Mali ou
sur d'autres théâtres d'opérations, si nous ne sommes pas foutus de nettoyer ce bordel, quitte à mettre quelques meneurs "au trou" pour atteinte à l'ordre public.