En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Minimum vital

Les micro-entrepreneurs redeviennent le principal moteur des créations d’entreprise

Publié le 15 décembre 2017
Une fois n'est pas coutume, l'INSEE rapporte une nouvelle hausse de la création d'entreprise en France en novembre 2017. Les micro-entreprises enregistrent un bon d'immatriculations, alors qu'en 2016 elles étaient en recul. En août dernier, Bruno Le Maire avait annoncé que le plafond de chiffres d'affaires serait doublé... mais le statut de micro-entrepreneur tend aussi à se complexifier.
Charlotte Charlier est contributrice au site entreprise.news
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charlotte Charlier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charlotte Charlier est contributrice au site entreprise.news
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une fois n'est pas coutume, l'INSEE rapporte une nouvelle hausse de la création d'entreprise en France en novembre 2017. Les micro-entreprises enregistrent un bon d'immatriculations, alors qu'en 2016 elles étaient en recul. En août dernier, Bruno Le Maire avait annoncé que le plafond de chiffres d'affaires serait doublé... mais le statut de micro-entrepreneur tend aussi à se complexifier.

La création d'entreprises (tous types confondus) augmente en novembre 2017. Comme nous pouvons le voir dans le tableau ci-dessus, le statut de micro-entrepreneur donne un certain élan aux nouvelles entreprises, avec +7,2% de créations sur les douze derniers mois. Pourtant en 2016, moins de micro-entreprises voyaient le jour avec un recul de 0,3% d'immatriculations.

Un regain d'attrait pour les micro-entreprises

L'année dernière, le commerce et la construction étaient les secteurs les plus touchés par la baisse d'immatriculations de micro-entrepreneurs, avec respectivement -18% et -22% par rapport à 2015. Cette année, l'intérêt pour ce statut reprend de l'ampleur puisqu'il contribue largement à l'augmentation de la création d'entreprises. En novembre 2017, la création d'entreprise tous types confondus a augmenté de 5,5% par rapport au mois précédent. Et les immatriculations de micro-entreprises ont grimpé de 15,1% tandis que les entreprises classiques ont accusé un léger replis de -0,9%. 

"Le gouvernement veut renforcer le statut de micro-entrepreneur pour faire sortir des gens des statistiques du chômage"

Jacques Chanut, président de la fédération française du bâtiment (FFB)

Toujours en novembre 2017, deux créations sur cinq étaient des demandes de micro-entrepreneurs. La part accordée à ce statut représentait 40,7% de la totalité des entreprises.

L'augmentation du plafond de chiffres d'affaires donne un coup de pouce 

Ce regain d'intérêt des micro-entrepreneurs est certainement à lier à l'annonce de Bruno Le Maire en août dernier. Ce dernier avait confirmé le doublement du plafond de chiffres d'affaires au-dessus duquel un micro-entrepreneur doit passer au régime de droit commun. Cette mesure est intégrée au projet de loi de finances 2018. Les limites actuelles de 33 100 euros dans les services et 82 800 euros pour les activités commerciales s'envolent !

« [Il] devient possible d'entreprendre une activité qui génère des recettes conséquentes tout en bénéficiant de la simplicité du régime de l'auto-entreprise »

Fédération des auto-entrepreneurs

Les entrepreneurs semblent bien avoir compris leur intérêt à opter pour la micro-entreprise, malgré les accusations de "concurrence déloyale inacceptable par rapport aux autres formes sociétales, en particulier les artisans" formulées par la CPME.

Mais le doublement du plafond s'accompagne d'une entrée des micro-entreprises dans le champ de la TVA. Une fois le seuil de chiffre d'affaires actuel atteint (33 100 ou 82 800 euros), elles seront assujetties à la TVA. Le gouvernement fait donc le choix d'aider les micro-entrepreneurs tout en complexifiant le système.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires