En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

05.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

07.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 13 min 20 sec
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 35 min 20 sec
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 51 min 55 sec
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 1 heure 40 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 1 heure 53 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 3 heures 37 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 4 heures 2 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 18 heures 3 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 23 min 40 sec
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 40 min 57 sec
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 1 heure 35 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 1 heure 53 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 3 heures 29 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 3 heures 37 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 16 heures 1 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 18 heures 26 min
© AFP
© AFP
Héritage

Hollande 2.0 : Emmanuel Macron ou le président aux réformes en trompe l’œil

Publié le 15 décembre 2017
Emmanuel Macron bénéficie, dit-on, d’un regain de popularité. Alors que son action à la tête de la France a désormais un peu plus de six mois, il n’est pas incongru de s’interroger et de tirer un premier bilan, tant les premiers mois sont décisifs dans un quinquennat.
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron bénéficie, dit-on, d’un regain de popularité. Alors que son action à la tête de la France a désormais un peu plus de six mois, il n’est pas incongru de s’interroger et de tirer un premier bilan, tant les premiers mois sont décisifs dans un quinquennat.

Disons-le tout net : il existe des différences entre François Hollande et Emmanuel Macron. De style, en particulier à l’égard de la presse, tenue à l’écart. D’époque, puisque l’on perçoit que la crise du système politique est un fait de l’Occident, non de notre seul pays. Surtout, le système politique français est, Emmanuel Macron en est à la fois le symptôme, le responsable et le bénéficiaire, en ruines. 

 

Au-delà de ces différences, Emmanuel Macron, ancien conseiller de François Hollande, ancien Secrétaire Général Adjoint de l’Elysée sous François Hollande, ancien Ministre de François Hollande, présente pourtant dans l’exercice du pouvoir, des similitudes grandes avec son mentor.

Premièrement, comme François Hollande, Emmanuel Macron, les grands mots de Mai 2017 remisés, n’oublie pas, au jour le jour, la petite politique politicienne. Il s’apprête, lui que l’on présente – à tort – comme grand européen, à transformer le scrutin européen de 2019 en un sujet national, ce qui choque jusqu’à ses plus forts soutiens en Europe. Pas une semaine sans qu’un de ses « lieutenants » ne distille l’idée que la révolution macronienne nécessitera deux mandats. Plus largement, il faut être sourd, aveugle, voire franchement cynique, pour ne pas voir qu’Emmanuel Macron passe une partie importante de ses journées non pas à réformer la France mais à préparer sa réélection en fracturant le paysage politique et notamment la droite. François Hollande n’aurait pas fait mieux.

Deuxièmement, comme François Hollande, Emmanuel Macron, ayant promis tout, son contraire, et soyons justes, finalement pas grand chose, ne réforme pas la France. Certes, il déplace – dans le bon sens – quelques curseurs sur le marché du travail, même si en concentrant le rapport salarial au niveau de la branche, il choisit une réforme en réalité a minima, peu susceptible d’agir sur le niveau de chômage. Certes, dans le domaine de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, seul Ministre d’envergure de ce gouvernement, semble déterminé à enfin renverser la spirale de la démagogie post soixante-huitarde qui a méthodiquement sapé les fondements de notre école républicaine, et affaibli notre productivité du travail. Certes, Emmanuel Macron a le verbe haut sur la scène internationale, borgne au Royaume des aveugles. Mais où est la réforme de la sphère publique, Mère de toutes les réformes, sans laquelle l’on ne parviendra pas à remettre l’économie française d’aplomb et à sauver l’euro ? Même la Commission européenne et la grande presse financière anglo saxonne qui l’ont tant soutenu, peu suspects d’anti macronisme primaire, commencent à distiller ce secret de Polichinelle : les déficits ne sont pas réduits, la dépense publique n’est pas mise sous tension, la France n’est pas réformée. Mais gageons que comme François Hollande, Emmanuel Macron, vers le mi quinquennat, nous sortira d’un chapeau, à l’émerveillement des niais, un « pacte de compétitivité », un « contrat pour la France 2050 » ou autre soi disant révolution copernicienne, destinée à faire diversion le temps que la prochaine élection arrive.

Enfin, comme François Hollande, Emmanuel Macron n’oublie pas de gouverner avec les moyens qui lui restent : la politique spectacle, l’idéologie, la stigmatisation des vilains. En fait de politique spectacle, Emmanuel Macron pense s’occuper de l’armée française en endossant successivement les uniformes de Top Gun et de Jack Ryan. Et pendant ce temps, quand il s’agit de vrais sujets, il traite de manière scandaleuse le Chef d’Etat Major des Armées, instillant une défiance profonde entre l’armée et le Pouvoir, lance une Revue Stratégique dont le résultat médiocre prélude mal de la prochaine Loi de Programmation Militaire (LPM) etc. En fait d’idéologie, Emmanuel Macron, comme François Hollande n’oublie pas sa double appartenance à la gauche et au monde sans racines des cosmopolites des beaux quartiers. Comment comprendre autrement l’idée de célébrer par un jour férié mai 1968, ou sa réforme de l’ISF dont l’un des effets est de faire la part belle à ceux qui ont beaucoup d’argent, mais pas d’ancrage dans le sol ? En fait de vilains, Emmanuel Macron s’inscrit dans la tradition désormais bien ancrée à gauche, qui d’intellectuelle se veut désormais morale. Et de vilipender ceux qui refusent le conformisme lisse et glacé qui, nous prenant pour des enfants, nous interdit de penser, boire, chasser, fumer en un mot, de vivre. Que l’on songe ici, exemple parmi tant d’autres, à la continuité entre ce quinquennat et le précédent, qui poursuit le tabac, tantôt à coup de paquet neutre – alors même que la mesure est largement sans effet – tantôt en usant de la bonne vieille matraque fiscale avec la hausse programmée du prix du paquet, au mépris d’ailleurs des réalités européennes et au prix d’une augmentation inéluctable de la contrebande.

Nous l’avions dit et craint : Emmanuel Macron est bien le fils de François Hollande. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 16/12/2017 - 00:06
Macron est une tare
Pour la démocratie car il veut décider de tout, et il méprise le peuple dont il insulte tour à tour les différentes composantes. Pour l’identité Française qu’il veut éradiquer en tant que vieille pensée. Pour les retraités qu’il assimile à des parasites alors même qu’ils ont travaillé d’arrache-pied à construire le monde dans lequel il vit et longuement cotisé. Et tout cela au profit des banquiers qui l’ont fabriqué, choisi, et lui ont pavé le chemin de la présidentielle en écartant la concurrence
pierre de robion
- 15/12/2017 - 21:01
Vu de Sirius .....
....ou de l'Aventin, comme il est triste à mourir de voir disparaître la démocratie sous la bienpensance" dégoulinante de bons sentiments lesquels n'ont comme objectif que de nous ôter notre liberté de penser dans le "meilleur des mondes"!
Anouman
- 15/12/2017 - 19:54
Macron
Fils de Hollande et fils de tous ceux qui l'ont précédé, il voulait être président, il a réussi son coup , il a réussi de plus à avoir la majorité absolue à l'assemblée. Maintenant il doit durer. Pour ça il faut qu'il réussisse les élections européennes et qu'il s'implante localement, le sénat est à la clé. Et il est bien capable d'y réussir en ciblant habilement son clientélisme.