En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© AFP
Héritage
Hollande 2.0 : Emmanuel Macron ou le président aux réformes en trompe l’œil
Publié le 15 décembre 2017
Emmanuel Macron bénéficie, dit-on, d’un regain de popularité. Alors que son action à la tête de la France a désormais un peu plus de six mois, il n’est pas incongru de s’interroger et de tirer un premier bilan, tant les premiers mois sont décisifs dans un quinquennat.
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron bénéficie, dit-on, d’un regain de popularité. Alors que son action à la tête de la France a désormais un peu plus de six mois, il n’est pas incongru de s’interroger et de tirer un premier bilan, tant les premiers mois sont décisifs dans un quinquennat.

Disons-le tout net : il existe des différences entre François Hollande et Emmanuel Macron. De style, en particulier à l’égard de la presse, tenue à l’écart. D’époque, puisque l’on perçoit que la crise du système politique est un fait de l’Occident, non de notre seul pays. Surtout, le système politique français est, Emmanuel Macron en est à la fois le symptôme, le responsable et le bénéficiaire, en ruines. 

 

Au-delà de ces différences, Emmanuel Macron, ancien conseiller de François Hollande, ancien Secrétaire Général Adjoint de l’Elysée sous François Hollande, ancien Ministre de François Hollande, présente pourtant dans l’exercice du pouvoir, des similitudes grandes avec son mentor.

Premièrement, comme François Hollande, Emmanuel Macron, les grands mots de Mai 2017 remisés, n’oublie pas, au jour le jour, la petite politique politicienne. Il s’apprête, lui que l’on présente – à tort – comme grand européen, à transformer le scrutin européen de 2019 en un sujet national, ce qui choque jusqu’à ses plus forts soutiens en Europe. Pas une semaine sans qu’un de ses « lieutenants » ne distille l’idée que la révolution macronienne nécessitera deux mandats. Plus largement, il faut être sourd, aveugle, voire franchement cynique, pour ne pas voir qu’Emmanuel Macron passe une partie importante de ses journées non pas à réformer la France mais à préparer sa réélection en fracturant le paysage politique et notamment la droite. François Hollande n’aurait pas fait mieux.

Deuxièmement, comme François Hollande, Emmanuel Macron, ayant promis tout, son contraire, et soyons justes, finalement pas grand chose, ne réforme pas la France. Certes, il déplace – dans le bon sens – quelques curseurs sur le marché du travail, même si en concentrant le rapport salarial au niveau de la branche, il choisit une réforme en réalité a minima, peu susceptible d’agir sur le niveau de chômage. Certes, dans le domaine de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, seul Ministre d’envergure de ce gouvernement, semble déterminé à enfin renverser la spirale de la démagogie post soixante-huitarde qui a méthodiquement sapé les fondements de notre école républicaine, et affaibli notre productivité du travail. Certes, Emmanuel Macron a le verbe haut sur la scène internationale, borgne au Royaume des aveugles. Mais où est la réforme de la sphère publique, Mère de toutes les réformes, sans laquelle l’on ne parviendra pas à remettre l’économie française d’aplomb et à sauver l’euro ? Même la Commission européenne et la grande presse financière anglo saxonne qui l’ont tant soutenu, peu suspects d’anti macronisme primaire, commencent à distiller ce secret de Polichinelle : les déficits ne sont pas réduits, la dépense publique n’est pas mise sous tension, la France n’est pas réformée. Mais gageons que comme François Hollande, Emmanuel Macron, vers le mi quinquennat, nous sortira d’un chapeau, à l’émerveillement des niais, un « pacte de compétitivité », un « contrat pour la France 2050 » ou autre soi disant révolution copernicienne, destinée à faire diversion le temps que la prochaine élection arrive.

Enfin, comme François Hollande, Emmanuel Macron n’oublie pas de gouverner avec les moyens qui lui restent : la politique spectacle, l’idéologie, la stigmatisation des vilains. En fait de politique spectacle, Emmanuel Macron pense s’occuper de l’armée française en endossant successivement les uniformes de Top Gun et de Jack Ryan. Et pendant ce temps, quand il s’agit de vrais sujets, il traite de manière scandaleuse le Chef d’Etat Major des Armées, instillant une défiance profonde entre l’armée et le Pouvoir, lance une Revue Stratégique dont le résultat médiocre prélude mal de la prochaine Loi de Programmation Militaire (LPM) etc. En fait d’idéologie, Emmanuel Macron, comme François Hollande n’oublie pas sa double appartenance à la gauche et au monde sans racines des cosmopolites des beaux quartiers. Comment comprendre autrement l’idée de célébrer par un jour férié mai 1968, ou sa réforme de l’ISF dont l’un des effets est de faire la part belle à ceux qui ont beaucoup d’argent, mais pas d’ancrage dans le sol ? En fait de vilains, Emmanuel Macron s’inscrit dans la tradition désormais bien ancrée à gauche, qui d’intellectuelle se veut désormais morale. Et de vilipender ceux qui refusent le conformisme lisse et glacé qui, nous prenant pour des enfants, nous interdit de penser, boire, chasser, fumer en un mot, de vivre. Que l’on songe ici, exemple parmi tant d’autres, à la continuité entre ce quinquennat et le précédent, qui poursuit le tabac, tantôt à coup de paquet neutre – alors même que la mesure est largement sans effet – tantôt en usant de la bonne vieille matraque fiscale avec la hausse programmée du prix du paquet, au mépris d’ailleurs des réalités européennes et au prix d’une augmentation inéluctable de la contrebande.

Nous l’avions dit et craint : Emmanuel Macron est bien le fils de François Hollande. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs la droite
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
04.
Ces éléments qui viennent perturber l'idée que le chômage serait revenu à son plus bas niveau depuis 10 ans
05.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
06.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
07.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
05.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
06.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 16/12/2017 - 00:06
Macron est une tare
Pour la démocratie car il veut décider de tout, et il méprise le peuple dont il insulte tour à tour les différentes composantes. Pour l’identité Française qu’il veut éradiquer en tant que vieille pensée. Pour les retraités qu’il assimile à des parasites alors même qu’ils ont travaillé d’arrache-pied à construire le monde dans lequel il vit et longuement cotisé. Et tout cela au profit des banquiers qui l’ont fabriqué, choisi, et lui ont pavé le chemin de la présidentielle en écartant la concurrence
pierre de robion
- 15/12/2017 - 21:01
Vu de Sirius .....
....ou de l'Aventin, comme il est triste à mourir de voir disparaître la démocratie sous la bienpensance" dégoulinante de bons sentiments lesquels n'ont comme objectif que de nous ôter notre liberté de penser dans le "meilleur des mondes"!
Anouman
- 15/12/2017 - 19:54
Macron
Fils de Hollande et fils de tous ceux qui l'ont précédé, il voulait être président, il a réussi son coup , il a réussi de plus à avoir la majorité absolue à l'assemblée. Maintenant il doit durer. Pour ça il faut qu'il réussisse les élections européennes et qu'il s'implante localement, le sénat est à la clé. Et il est bien capable d'y réussir en ciblant habilement son clientélisme.