En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 5 heures 9 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 6 heures 4 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 7 heures 25 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 8 heures 45 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 10 heures 32 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 13 heures 44 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 14 heures 21 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 5 heures 40 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 7 heures 7 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 7 heures 58 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 10 heures 24 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 11 heures 29 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 14 heures 8 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 14 heures 27 min
© DANIEL ROLAND / AFP
© DANIEL ROLAND / AFP
Quantitative easing

Mario Draghi pense que l’Europe est sauvée de la déflation mais voilà pourquoi la zone euro n’est toujours pas capable de se passer des béquilles de la BCE

Publié le 15 décembre 2017
Dans sa conférence de presse, le président de la BCE a laissé entendre que sa politique monétaire de taux bas pouvait se poursuivre parce que la déflation avait disparu.
Frederik Ducrozet est économiste senior chez Pictet Wealth Management, en charge de l'Europe, depuis septembre 2015. Auparavant, il était économiste chez Credit Agricole CIB entre 2005 et 2015. Spécialiste de l'économie européenne, et de la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frederik Ducrozet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frederik Ducrozet est économiste senior chez Pictet Wealth Management, en charge de l'Europe, depuis septembre 2015. Auparavant, il était économiste chez Credit Agricole CIB entre 2005 et 2015. Spécialiste de l'économie européenne, et de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans sa conférence de presse, le président de la BCE a laissé entendre que sa politique monétaire de taux bas pouvait se poursuivre parce que la déflation avait disparu.

Atlantico : Dans sa conférence de presse donnée ce 14 décembre, Mario Draghi a déclaré "Les risques de déflation ont disparu", tout en dévoilant des anticipations d'inflation HICP de 1.7% pour l'année 2020. Au regard de l'inflation sous-jacente actuelle en France, soit 0.5%, et des révisions à la baisse successives des chiffres de l'inflation au cours de ces dernières années, quels sont les éléments permettant d'être optimistes, comme semble l'être le président de la BCE ?  

Frédérik Ducrozet : La BCE n’a pas pour cible l’inflation d’un pays en particulier, mais celle de la zone euro au niveau agrégé. Ceci dit, la situation française est emblématique de l’ensemble de la région : l’inflation est trop faible au regard du mandat de la BCE, notamment son noyau dur une fois retirés les prix alimentaires et ceux de l’énergie. Comme d’autres pays, plusieurs facteurs qui échappent au contrôle de la BCE ont pu jouer un rôle important, y compris des distorsions temporaires liées à certains prix administrés ou encore à la difficulté de mesurer l’effet de phénomènes nouveaux comme le « Black Friday » sur les biens à la consommation. 

Si Mario Draghi semble si confiant, au-delà du fait qu’il se doit de l’être en toutes circonstances, c’est que la croissance anticipée est si forte que la BCE est convaincue qu’une hausse des salaires et de l’inflation finira par se matérialiser. Dans le jargon des économistes, la BCE croit toujours en la validité de la courbe de Phillips, à juste titre selon moi. Quant à savoir quand ce point d’inflexion va arriver, et à quelle vitesse l’inflation va converger vers sa cible, c’est une question à laquelle la BCE espère pouvoir répondre en 2018.

Comment expliquer que la BCE semble se satisfaire d'une anticipation d'inflation de 1.7% à horizon 2020, peut-on considérer que ce 1.7% est l'application concrète du principe de la BCE de maintenir l'inflation à un niveau "inférieur, mais proche de 2%" ? Un tel niveau est il adéquat pour l'ensemble de la zone euro ? 

Ce point est au cœur des débats de chapelles au sein du Conseil des gouverneurs. Draghi a eu de la peine à défendre l’idée qu’une inflation à 1.7% en 2020 serait compatible avec la définition communément admise de la stabilité des prix. Inversement, s’il avait crié victoire, les marchés auraient pu l’interpréter comme un signe hawkish d’une BCE se satisfaisant d’une situation encore précaire sur le front de l’inflation pour amorcer la normalisation de la politique monétaire.

En pratique, l’écart à la cible n’est pas si important, d’autant que le profil trimestriel des prévisions du staff de la BCE fait apparaître une inflation à 1.8% au second semestre 2020, et que l’inflation sous-jacente est projetée à 1.8% en moyenne pour cette même année. Atteindre ces niveaux tiendrait déjà de l’exploit… ou de la chance.

La question de la dette privée a pu être évoqué durant cette conférence, notamment en raison des niveaux atteints France, ce à quoi Mario Draghi a répondu en indiquant qu'il ne voyait pas de risques pour la stabilité financière de la zone euro. Quels sont les problèmes visés et comment expliquer une telle réponse ?

Ce débat me semble déplacé, du moins en zone euro et à ce stade du cycle des affaires. Je trouve surprenant de s’inquiéter du niveau élevé de la dette privée dans certains pays comme la France alors même que l’objectif principal de la BCE luttant contre la désinflation a été de relancer la consommation, l’investissement et les créations d’emploi, y compris par un accès facilité au crédit. Par ailleurs, c’est une question qui relève avant tout des autorités macro-prudentielles et non de l’autorité monétaire. 

Il existe un argument, longtemps avancé par Jean-Claude Trichet, qui consiste à « souffler contre le vent » et resserrer la politique monétaire en amont afin de contrer les risques d’instabilité financière avant qu’ils ne se matérialisent. C’est exactement le contraire de la stratégie suivie par la BCE à ce jour. Passer d’une extrême prudence sur l’inflation à une extrême vigilance sur les risques financiers, quitte à tuer la reprise dans l’œuf, serait une erreur majeure de politique économique.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 16/12/2017 - 18:52
AJM, le QE, c'est normal et très bien !
Vous racontez en permanence beaucoup de conneries sur ce site ! Mais là vous vous surpassez ! Dans la vie courante, avez vous remarqué que les gens se tordent de rire, en vous écoutant ?
ajm
- 16/12/2017 - 11:29
Étonnement étonnant.
Il est curieux que certains s'étonnent que les banques centrales créent de la monnaie ( le système bancaire aussi d'ailleurs) et ressortent en permanence la planche à billets un peu comme on pouvait effrayer les epargants en parlant des assignats. Autant s'etonner que les centrales electriques fassent de l'électricité et les vaches du lait. Elles créent de la monnaie en refinancant le système bancaire ou en intervenant sur le marché des changes. Pae exemple, quand la BNS achète des dollars ou des euros pour éviter de voir la monnaie nationale s'apprécier sur les marchés, elle crée à hauteur de ses achats du franc suisse.
Ce sui est nouveau depuis quelques années c'est que les grandes banques centrales achètent aussi de la dette souveraine de leur pays et même de la dette privée possédant un très bon rating, et même, pour la Banque du Japon des actions. A ce stade, dans aucun de ces pays on observe d'inflation significative, y compris au Japon où la Banque centrale est particulièrement active dans le QE et la palette des actifs achetés.
ajm
- 16/12/2017 - 11:29
Étonnement étonnant.
Il est curieux que certains s'étonnent que les banques centrales créent de la monnaie ( le système bancaire aussi d'ailleurs) et ressortent en permanence la planche à billets un peu comme on pouvait effrayer les epargants en parlant des assignats. Autant s'etonner que les centrales electriques fassent de l'électricité et les vaches du lait. Elles créent de la monnaie en refinancant le système bancaire ou en intervenant sur le marché des changes. Pae exemple, quand la BNS achète des dollars ou des euros pour éviter de voir la monnaie nationale s'apprécier sur les marchés, elle crée à hauteur de ses achats du franc suisse.
Ce sui est nouveau depuis quelques années c'est que les grandes banques centrales achètent aussi de la dette souveraine de leur pays et même de la dette privée possédant un très bon rating, et même, pour la Banque du Japon des actions. A ce stade, dans aucun de ces pays on observe d'inflation significative, y compris au Japon où la Banque centrale est particulièrement active dans le QE et la palette des actifs achetés.