En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

France/Brésil : La sélection de Blanc

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 1 min 14 sec
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 34 min 23 sec
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 1 heure 59 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 2 heures 36 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 3 heures 33 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 5 heures 3 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 5 heures 48 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 15 min 51 sec
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 3 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 3 heures 36 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 4 heures 10 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 4 heures 52 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 5 heures 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 6 heures 17 min
© AFP
© AFP
Des paroles...

Assurance chômage : les promesses d’Emmanuel Macron n’engageaient que ceux qui y ont cru

Publié le 14 décembre 2017
Emmanuel Macron l'avait promis durant la campagne présidentielle : élu, il entendait à la fois assouplir le Code du Travail et mieux protéger les Français contre le chômage. La voie de la "flexi-sécurité" s'ouvrait ainsi à la France. La partie flexibilité de la promesse a été respectée, avec les ordonnances Travail. Pour l'aspect sécurité, en revanche, les choses se présentent plus mal.
Mickaël Ciccotelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mickaël Ciccotelli est journaliste à Tripalio.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron l'avait promis durant la campagne présidentielle : élu, il entendait à la fois assouplir le Code du Travail et mieux protéger les Français contre le chômage. La voie de la "flexi-sécurité" s'ouvrait ainsi à la France. La partie flexibilité de la promesse a été respectée, avec les ordonnances Travail. Pour l'aspect sécurité, en revanche, les choses se présentent plus mal.

Alors que l'Unédic affiche fièrement un déficit annuel de quelque quatre milliards d'euros et une dette cumulée de l'ordre de la trentaine de milliards d'euros, le candidat Macron n'avait pas hésité à jugé légitime d'étendre le périmètre de l'assurance chômage. Les démissionnaires - s'entend : désormais, tous les démissionnaires et non plus seulement les cas spécifiques déjà indemnisés actuellement - ainsi que les indépendants allaient être couverts par l'assurance chômage. Patronat et syndicats demeuraient très perplexes, le coût de l'extension aux seuls démissionnaires étant évalué entre 8 et 14 milliars d'euros. Ayant sans doute pris conscience du côté quelque peu intenable de la promesse, l'éxecutif commence à se faire plus restrictif.

Hier, à l'occasion du lancement de la réforme de l'assurance chômage, Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, est d'une part revenue sur la future couverture des indépendants. Elle ne sera pas financée par une nouvelle cotisation mais par une partie de la hausse de la CSG pesant sur cette catégorie de travailleurs. Qui dit petits moyens dit nécessairement petite ambition. En outre, la couverture ne concernera pas tous les indépendants : les partenaires sociaux devront définir les catégories d'indépendants concernées et le niveau de la couverture. Entre un patronat peu intéressé par une couverture chômage par l'Unédic et des syndicats préférant que l'argent aille aux salariés, on imagine sans peine un enlisement de la discussion paritaire. 

En ce qui concerne d'autre part les démissionnaires, si Mme Pénicaud a assuré qu'il n'y aurait pas de délai de carence avant l'ouverture des droits à indemnisation, il n'en demeure pas moins que les conditions d'accès aux droits seront bien différentes de celles en vigueur dans le cas des salariés privés d'emploi. Durée d'indemnisation a priori plus courte que la durée normale de 24 mois pour les salariés de moins de 50 ans, montant d'indemnisation plafonné et nécessité de cotiser entre "cinq" et "sept" ans afin d'avoir droit aux allocations : voici les pistes de l'exécutif afin d'éviter une dérive financière complète de l'Unédic en cas de couverture de l'ensemble des démissionnaires. Les chômeurs privés d'emploi pourront ainsi regarder de haut les chômeurs démissionnaires.  

Fini le bonus-malus ?

Du point de vue du gouvernement, cette réduction de la voilure présente l'avantage de contraindre à moins d'ingéniosité en matière financière. En particulier, alors que M. Macron avait jugé opportun, durant la campagne électorale, de mettre en place un système de bonus-malus afin de pénaliser le recours aux contrats très courts - et de renflouer l'Unédic - le gouvernement prend désormais ses distances avec cette idée. Hier, Mme Pénicaud n'a en effet donné aucune précision sur les intentions gouvernementales à ce sujet. L'exécutif se contente de renvoyer la balle aux partenaires sociaux, priés de négocier des accords de branches "avant fin janvier". En cas d'échec des négociations paritaires, le gouvernement agirait : un dispositif est "prêt" affirme-t-on au ministère du Travail. 

Pour les représentants des salariés, les choses sont claires : le gouvernement a enterré purement et simplement le principe du bonus-malus. Interrogé par le Parisien après son échange avec le directeur de cabinet de la ministre du Travail, Denis Gravouil, le négociateur assurance chômage de la CGT, dénonce le repli du chef de l'Etat : "ils n'ont pas parlé une seule fois de bonus-malus". Michel Beaugas, pour FO, ne dit pas autre chose : "C'est un premier renoncement", pointant du doigt les pressions patronales afin d'obtenir le retrait du bonus-malus. Même la CFDT, par la voix de Véronique Descacq, a été déroutée par l'absence d'annonce dans ce domaine : "Est-ce qu'ils y reviendront si les partenaires sociaux n'aboutissent pas ? Je ne peux pas vous le dire". 

S'il a frisé le ridicule dans l'affaire Jean-Dominique Senard, Pierre Gattaz pourra, du moins, tenter de revendiquer la paternité du recul gouvernemental sur une mesure qui faisait l'unanimité ou presque contre elle au sein du patronat français. 

L'étatisation de l'Unédic

Au total, le Président de la République ne devrait tout à fait respecter que l'une de ses promesses de campagne, implicite en l'occurrence : l'étatisation de l'assurance chômage. S'il est vrai que la candidat Macron n'avait pas claironné son intention de réintégrer l'Unédic dans le giron de l'Etat, une telle option apparaissait inévitable étant donné la promesse qu'il avait faite de financer en partie l'assurance chômage par le biais de la CSG. Hier, les représentants de l'Etat ont confirmé leur volonté d'intégrer pleinement la gestion de l'Unédic. Fini donc le paritarisme qui y fonctionne depuis 1958, place au tripartisme du type de celui en vigueur à la Sécurité sociale. Et encore, si l'exécutif n'en vient pas, comme il l'a jugé possible, à prendre le contrôle total de l'institution. 

Le ton général des nouveaux rapports entre la puissance publique et les représentants patronaux et salariaux a d'ailleurs été donné en même temps que l'agenda de la réforme de l'assurance chômage. Faisait mine d'ignorer la tendance des partenaires sociaux à avoir, généralement, besoin d'un peu de temps afin de se mettre d'accord sur les réformes de fond de l'Unédic, Muriel Pénicaud leur a donné jusque fin... janvier ! pour proposer un texte qui évoquerait les enjeux lourds de l'indemnisation des indépendants et des démissionnaires et du bonus-malus. Les partenaires sociaux ont jusqu'à mercredi prochain pour accepter ou refuser de s'engager dans une telle négociation. 

En cas de refus, ils perdraient, sans doute durablement, la main dans le dossier chômage. En cas d'acceptation, ils s'orienteraient très probablement vers des discussions difficiles, à l'issue incertaine. Dans les deux cas, le gouvernement aura beau jeu de désigner les partenaires sociaux comme étant les responsables du non respect des promesses de campagne d'Emmanuel Macron en matière d'assurance chômage.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 15/12/2017 - 10:38
« Quelles catégories d'indépendants concernés »????
Lorsque les socialauds démasqués s'aperçoivent (un peu) qu’ils ont conçu de mauvaises lois ou de fausses promesses, et plutôt que de les retirer, ces mauvais croient rectifier leur mauvais tir en construisant des niches et des seuils...ce qui rend les lois gauchistes encore plus minables, un summum dans la connerie législative! Et ça fait quarante ans que ça dure...
Atlante13
- 14/12/2017 - 18:46
Déja parjure?
c'est vrai que c'est un rapide, ce Jupiter. Et bonjour les lapins crétins.