En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 1 heure 54 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 3 heures 57 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 6 heures 27 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 22 heures 5 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 3 heures 41 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 5 heures 16 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 5 heures 37 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 5 heures 48 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 6 heures 21 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 6 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 22 heures 25 min
© Reuters
© Reuters
Envie de tout plaquer ?

Quand les salariés de la « génération Y » rêvent de breaks dans leurs carrières (en oubliant la réalité de leur avenir professionnel...)

Publié le 13 décembre 2017
Selon une étude du cabinet ManPower, 84% des millenials songent à faire à un moment donné une pause dans leur carrière. Un "break" plus ou moins long. Un constat qui pose de vrais questions pour des entreprises qui peinent à garder leurs talents.
Marguerite Chevreul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marguerite Chevreul est coach professionnelle depuis plus de dix ans. Elle accompagne les cadres et les dirigeants dans leur réflexion professionnelle. Diplômée et maître de conférence à Sciences Po, elle est également fondatrice et dirigeante de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude du cabinet ManPower, 84% des millenials songent à faire à un moment donné une pause dans leur carrière. Un "break" plus ou moins long. Un constat qui pose de vrais questions pour des entreprises qui peinent à garder leurs talents.

Atlantico : Selon une étude du cabinet ManPower, 84% des millenials américains prévoient de faire un break plus ou moins long dans leur carrière à un moment donné. Pourquoi cette pratique est-elle si populaire auprès des millenials (contrairement aux anciennes générations) et est-ce que ce bilan est transposable à la France selon vous ?

Marguerite Chevreul : Je pense que c'est la même chose en France. Cette génération est plus dans la quête de sens et pour elle le travail n'est pas une fin en soi. Il y a  un besoin de diversité et d'ouverture plus fort par rapport aux générations précédentes et faire une pause professionnelle peut être l'occasion d'assouvir ce besoin.

A cela il faut rajouter qu'auprès des millenials l'image du monde du travail, de l'entreprise, est très mauvaise. On sait qu'on ne fait plus une carrière en entreprise comme avant. Les millenials ont vu la génération précédente souffrir au travail et ne croient plus à l'épanouissement et à la carrière en entreprise.  Faire un break aujourd'hui n'a rien d'exceptionnel par rapport à dix ans en arrière. Aujourd'hui le monde du travail ne comble plus le besoin de sens comme il le faisait pour les générations précédentes comme les post baby-boom.  Enfin le break est devenu tellement commun que cela pose de vrais questions pour les entreprises qui peinent à garder leurs talents.

Quelles peuvent être les raison d'un break professionnel  et comment le préparer au mieux ?

Il y a deux types de break.  D'abord celui que l'on subit comme le congé maternité, le chômage, le burnout ou même la mobilité du conjoint.

En dehors de ceux-ci il y a les breaks choisis. Le plus commun étant celui qui se traduit par une envie de partir. Il y a aussi des breaks de transition car l'on a un projet de formation vis-à-vis d'une éventuelle reconversion. On peut aussi citer le break qui a pour objectif la réalisation d'un projet plus personnel comme l'engagement dans l'humanitaire ou même la création d'une entreprise.

Il faut faire attention à préparer sa pause dans sa carrière. Celui qui se limite juste à la réflexion "j'en ai ras le bol, je fiche le camp" il faut s'en méfier car c'est dangereux. Le temps passe vite et si l'on a rien préparé on risque de se retrouver bloqué et de ne rien faire au final. Il faut savoir pourquoi l'on part, que ça ne soit pas juste une fuite.  Si l'on quitte une entreprise il faut se poser les bonnes questions. Une démission, une rupture conventionnelle, un congé sabbatique… Il y a différentes modalités à étudier et préparer.  Une autre possibilité pour réaliser ce projet serait de profiter d'un plan de départ volontaire de l'entreprise

Quels sont les risques d'un career break ? Est-ce que la pratique est si admise que cela auprès des entreprises françaises aujourd'hui ?

Partir sur un coup de tête est dangereux car il y aura bien un retour un jour. Et généralement les gens au retour sont tentés de prendre le premier travail qui vient s'ils n'ont pas réfléchit à un projetIl ya  souvent une "crise du retour" qui peut les inciter à repartir ou même qui va les faire tomber en dépression. En plus de réfléchir à un projet et d'avoir préparé son départ et son retour, il faut veiller à ne pas couper totalement de la vie professionnelle. Entretenir ses contacts, se tenir au courant des actualités… Ce sera beaucoup plus simple au retour si ce travail est fait correctement.

Dans les entreprises françaises, les breaks sont encore très mal vus. Les entreprises vont se poser plusieurs questions face à un candidat qui aura fait ce choix. "Sait-il encore travailler, va-t-il arriver à se réadapter à des horaires contraignants?" ou encore, "Est-ce qu'il ne va pas partir dans deux mois?".

Les entreprises sont toujours réticentes malgré un discours de façade qui promeut ces initiatives. Les candidats doivent expliquer pourquoi ils sont partis mais surtout pourquoi ils reviennent et pourquoi ils vont s'accrocher. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 13/12/2017 - 12:50
Raisons du break
on est sur des lieux communs concernant les raisons du break. Une piste à considérer est que de plus en plus d'emploi sont liés à des outils informatiques et à une dématerialisation des services exercés dans des grandes métropoles ... beaucoup de gens qui tiennent ces emplois ont un besoin de réel, d'authentique et ces breaks les matérialisent