En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© REUTERS/Benoit Tessier
Partenaires sociaux
+7% sur leurs crédits entre 2015 et 2016 : les syndicats ne connaissent pas la crise
Publié le 13 décembre 2017
8 millions d'euros. C'est ce qu'ont touché en plus en 2016 les syndicats et organisations patronales par rapport à 2015. Au total, les partenaires sociaux ont reçu une enveloppe de 123 millions d'euros.
Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Pittore
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
8 millions d'euros. C'est ce qu'ont touché en plus en 2016 les syndicats et organisations patronales par rapport à 2015. Au total, les partenaires sociaux ont reçu une enveloppe de 123 millions d'euros.

Le fonds de financement pour le dialogue social a vu le jour en 2015, de même que l'association qui le régit. Ainsi, ce fonds paritaire est chargé d'une mission de service public en finançant les missions des organisations syndicales de salariés et les organisations patronales. Elles se divisent en trois catégories : la conception et gestion des politiques paritaires, la participation des partenaires sociaux aux politiques publiques et la formation syndicale des salariés. 

Ainsi, chaque entreprise verse une contribution de 0,016% sur la masse salariale pour un total de 90,3 millions d'euros, en plus de la contribution fixe de l'Etat de 32,5 millions d'euros. 

La CGT se taille la part du lion

Lorsque l'on analyse le tableau de crédits accordé par organisation, on observe que c'est la CGT qui ressort grande gagnante avec 18,8 millions d'euros touchés. Pas étonnant pour la principale organisation syndicale qui multiplie les actions en tout genre malgré une réussite limitée. Derrière, on retrouve la CFDT avec 18,6 millions d'euros puis FO avec un peu moins de 15 millions d'euros. En ce qui concerne les syndicats non-représentatifs, l'Unsa a touché 3 millions d'euros quand Solidaires en percevait 2,6. 

Du côté patronal, c'est le Medef qui truste la première place avec 12,2 millions d'euros. Suivent la CPME avec 6,2 millions et l'U2P avec 2,3 millions d'euros. 

La récession après la hausse ?

Seulement, à l'heure où le gouvernement fait les fonds de poches et de tiroirs, cette hausse importante de finances ne devrait pas subsister. D'une part, les règles de redistribution vont changer en 2018 puisqu'elles prendront en compte l'audience de représentativité.  Thierry Bettencourt, vice-président de l'association, craint l'arrivée de "100 attributaires de plus en 2018 donc forcément des mécontents puisqu'on va verser moins."

Mais ce n'est pas la seule crainte puisque la gouvernance voit aussi arriver une révision conséquente de l'enveloppe disponible faite par le ministère du Travail. Au lieu d'une cotisation des entreprises de 0,016%, elle pourrait passer à 0,015% soit 84,7 millions d'euros. De même, Jean-Claude Volot, président de l'association, exprime sa volonté de conserver la subvention de l'Etat "pour ne pas faire payer aux entreprises le dialogue social."

Enfin, l'AGFPN s'oppose au projet de sixième ordonnance du gouvernement envoyé aux partenaires sociaux le 30 novembre dernier, permettant aux employeurs de réclamer des crédits à l'association pour payer les rémunérations des salariés participants aux négociations. Thierry Bettencourt parle d'une mesure "trop compliquée à mettre en place, d'une usine à gaz."

Les discussions restent ouvertes mais chaque parti sera dans l'obligation de revoir ses positions si un accord doit être trouvé. A moins que l'exécutif n'use de l'argument des économies pour faire disparaître l'AGFPN...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
03.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
04.
Alain Finkelkraut étrille Marlène Schiappa après ses propos sur la Manif pour tous
05.
L’affaire Benalla, ou la preuve qu’Emmanuel Macron est lui-même son pire ennemi politique
06.
Pour la mairie de Paris, la capitale serait salle à cause du réchauffement climatique
07.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
02.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
05.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 14/12/2017 - 10:32
Le financement du socialo-communisme par les entreprises....
et les con-tribuables. Les nationo-socialistes en avaient rêvé...les socialauds l’ont fait!
Anguerrand
- 13/12/2017 - 15:22
Souvenez vous de l'ouverture du dimanche
FO CONTRE L'AVIS DES salariés eux meme avait porté plainte contre ces ouvertures du dimanche en autres sur les Champs Elysées, le magasin du Printemps, FO avait gagné le procès et avait obtenu la modeste somme de 2 millions d' € d'indemnités. Depuis ils ont déménagé pour des bureaux ultra moderne. Tout ça sur le dos des salariés, étudiants qui étaient payés double et ouvrait le commerce aux touristes. Quand les syndicats se battent CONTRE les salariés et en plus des subventions, bien que ne représentant bien peu de salariés vivent comme des rois !
Carl Van Eduine
- 13/12/2017 - 14:24
Euh ... et ma retraite ?
Elle va forcément en sens inverse : si on veut que les partenaires sociaux se portent bien, il faut bien que d'autres payent. Qui ? Ben les administrés sociaux pardi !