En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Capture BFMTV
Alain Finkielkraut
Tempête autour d’un « Petit peuple des petits blancs » ou l’incroyable talent de la France pour se créer des polémiques qui la détournent du réel
Publié le 12 décembre 2017
Alain Finkielkraut se retrouve encore sous le feu des critiques des "progressistes" toujours prompts à s'indigner à tort et à travers pour sa réflexion sur l'absence des "non-souchiens" durant l'hommage à Johnny Hallyday. Analyse.
Jean-Philippe Vincent, ancien élève de l’ENA, est professeur d’économie à Sciences-Po Paris. Il est l’auteur de Qu’est-ce que le conservatisme (Les Belles Lettres, 2016). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Vincent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Vincent, ancien élève de l’ENA, est professeur d’économie à Sciences-Po Paris. Il est l’auteur de Qu’est-ce que le conservatisme (Les Belles Lettres, 2016). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Finkielkraut se retrouve encore sous le feu des critiques des "progressistes" toujours prompts à s'indigner à tort et à travers pour sa réflexion sur l'absence des "non-souchiens" durant l'hommage à Johnny Hallyday. Analyse.

Atlantico : Suite à l'hommage rendu à Johnny Hallyday, le philosophe Alain Finkielkraut a déclaré "Le petit peuple des petits blancs est descendu dans la rue pour dire adieu à Johnny, il était nombreux et il était seul."​ avant de préciser "Les non-souchiens brillaient par leur absence", et ai ainsi provoqué de nombreuses critiques.​ Au delà du caractère polémique de la déclaration d'Alain Finkielkraut, et en écartant le débat relatif ​aux​ intentions supposées du philosophe, n'est-il pas surprenant de vouloir refuser "à priori" le constat dressé, tout comme le fut​, en son temps,​ le constat fait par Emmanuel Todd concernant les manifestants du 11 janvier 2015 ​(dans une logique bien différente) ?

Jean-Philippe Vincent : Il existe une grande capacité en France à s’émouvoir de ce qui n’est en définitive qu’une suite de mots, présentant une certaine logique et aboutissant à une conclusion, évidemment discutable. Qu’on se rappelle l’incroyable tohu-bohu créé par la déclaration du général de Gaulle qualifiant le peuple juif de « peuple d’élite, sûr de lui et dominateur ». Pourtant, dans l’esprit de de Gaulle, des qualificatifs comme « peuple d’élite et sûr de lui » constituaient un éloge prononcé. Et même « dominateur » était probablement flatteur dans l’esprit du général. Tout cela pour dire qu’en France il est d’usage de surréagir à « ces suites de mots », dès lors que l’auteur est dans le collimateur des médias.

Revenons aux propos de Finkelkraut. Ils ne constituent pas selon moi un constat, mais ce qu’on appelle en anglais un « stylised fact », un fait stylisé. Au départ, il y a évidemment le fait de ceux qui assistaient aux funérailles de Johnny. Mais ce fait est stylisé au sens où il sert à esquisser un débat et à délivrer un message. Et ce message est : la France d’aujourd’hui et la France des années 1960 et 1970 n’ont rien à voir. Tout le monde en conviendra. Mais, la personne de Johnny, la durée de son succès, la persistance de sa popularité révèlent une chose qui est presqu’insupportable aux progressistes : avec la mort de Johnny, une certaine France est morte ou en passe de mourir. Or beaucoup ont la nostalgie de cette France et c’est l’un des messages de Finkelkraut, message odieux pour les progressistes.

Le problème de ces derniers est qu’ils sont incapable de faire la différence entre un constat (ou un « fait stylisé ») et un jugement éthique. Forts de leur « éthique » (laquelle est d’ailleurs un objet éthique non identifié) ils condamnent systématiquement tous ceux qui s’écartent un tant soit peu de leur doxa. Ceux qui ne font pas le même constat/jugement qu’eux sont forcément des « salauds », pour reprendre la terminologie sartrienne. Donc, Finkelkraut est un « salaud » (au sens de Sartre) parce qu’il conteste que le relativisme intégral qui sévit soit une bonne chose.

Que révèle ce refus d'un constat simple, qui pourrait pourtant être expliqué et justifié sans caractère polémique, de la société française actuelle ? De quoi ont peur ceux qui s'opposent à ce types de déclarations ?

Les progressistes qui s’opposent à Finkelkraut ont une idéologie sommaire qui tient en trois propositions : (i) Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ; (ii) Toute discrimination doit être prohibée car contraire au relativisme intégral ; (iii) L’histoire commence aujourd’hui, le passé est un obscurantisme. Voilà, en résumé, « l’opium » de l’intelligentsia progressiste, pour démarquer le grand livre de Raymond Aron. Ce sont les articles de la foi progressiste. Mais, j’insiste, ce sont des articles de foi, relevant d’une religion du progrès, et pas des convictions étayées scientifiquement ou logiquement. Ces articles de foi sont par nature « infalsifiables » pour parler comme Karl Popper : ils ne se prêtent pas à une réfutation logique. Mais cette rhétorique peut cependant être démasquée par l’ironie ou le ridicule, et aussi par le bon sens populaire. La suite de mots de Finkelkraut ridiculise les trois articles de la foi progressiste : l’histoire ne commence par aujourd’hui, c’est l’évidence ; les discriminations existent en fait et elles sont parfois légitimes; et tout ne va pas pour le mieux. Pour nos modernes Pangloss, c’est insupportable !<

/p>

Qu'est ce que le débat politique et médiatique peut avoir à perdre d'un tel contexte ? 

Il existait, autrefois, de belles choses qui s’appelaient : liberté d’opinion et liberté de la presse. C’étaient des principes sacrés, pour lesquels on s’était battu au XVIIIe et au XIXe siècle. Au nom de ces principes, on tolérait des écarts du genre de ceux de l’Action Française qui n’hésitait pas à écrire dans les années 1930 que Blum devait recevoir 12 balles dans la peau, et dans le dos ! Mais l’expression était libre et quand on lit la presse ou les débats parlementaires de ces années, on est frappé par l’extrême liberté qui régnait. C’est que l’on savait que la liberté de la presse était l’un des plus sûrs soutiens de la démocratie. Or, les progressistes adorent leur idée du progrès mais ne souhaitent surtout pas en discuter. En fait, ils n’aiment pas la démocratie. C’est aussi simple que cela. Mon père m’a rappelé un jour le propos d’un de ses amis, professeur de droit, avocat, membre de l’Institut et progressiste notoire qui lui avait dit : « Le problème avec le peuple, c’est qu’il pue ». Johnny avait l’odorat moins sensible. Et les conservateurs aussi : leur confiance dans la démocratie vient de ce qu’ils sont convaincus que le bon sens est équitablement réparti et qu’il y a plus de bon sens dans le peuple que chez les courtisans progressistes qui habitent les médias.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
02.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
04.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
07.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Henrik Jah
- 13/12/2017 - 12:20
Saint Thomas ne croit que ce qu'il voit
Les bien-pensants au lieu de dire des conneries auraient du regarder la cérémonie d'hommage à Johnny : pas un seul black ni arabe que des blancs. En revanche quand un pays gagne un match de foot et qu'il y a de la casse et des flics caillassés bizarement c'est toujours des "français d'origine maghrébine". On peut débattre des causes mais les faits sont ce qu'ils sont et sont irréfutables.
KOUTOUBIA56
- 13/12/2017 - 10:29
il y en a qui manque d'acuité
il y en a qui manque d'acuité visuelle!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! c'est a peu près comme s'ils soutenaient que tu as le nez au milieu du dos !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! 50 ans de socialisme ça lave les cerveaux!!!!!!!!!!!!!!!!!
vangog
- 13/12/2017 - 00:16
Progressistes ou régressifs de gauche?
Selon moi, ceux qui refusent de voir la vérité en face, ceux qui refusent les progrès de la science, ceux qui refusent le sens de l’histoire des peuples vers leur identité, ceux qui ont peur des opinions divergentes, ceux-là sont en général gauchistes et plus spécifiquement régressifs que progressistes...mais la gauche a l’habitude d’inverser le sens des mots...