En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Or noir
Pétrole : crise au Vénézuéla, aubaine chez les autres pays de l’OPEP
Publié le 11 décembre 2017
Alors que l'OPEP peine à faire respecter les quotas de production de pétrole par ses propres membres et particulièrement par la Russie, il se trouve que les excédents des uns sont compensés par la crise de production qui touche le Venezuela.
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'OPEP peine à faire respecter les quotas de production de pétrole par ses propres membres et particulièrement par la Russie, il se trouve que les excédents des uns sont compensés par la crise de production qui touche le Venezuela.

Atlantico :  Alors que l’OPEP tente tant bien que mal à faire respecter par ses membres et par la Russie un choix collectif de contrôle de la production, il apparaît que les problèmes de production vénézuéliens permettent de compenser les excès de certains. En quoi les risques de défaut actuels de la part de Caracas pourraient être une « bonne nouvelle » pour les pays producteurs ?

Stephan Silvestre : À l’issu de sa réunion du 30 novembre, l’OPEP a décidé de reconduire jusqu’à la fin 2018 l’accord de limitation de production qu’elle a conclu avec une série de pays non membres, Russie en tête. Cet accord prévoit une réduction de 1,2  millions de barils par jour (Mbpj) pour l’OPEP et 1,8 Mbpj pour les autres. Mais actuellement, la production de l’OPEP est assez basse, à 32,5 Mbpj, à son plus bas niveau depuis mai dernier. Plusieurs pays, comme l’Angola, l’Irak, l’Algérie ou le Nigeria, ont des difficultés de production et n’atteignent même pas leurs quotas OPEP. Très peu de pays parviennent à augmenter leur production. C’est le cas de la Lybie (qui a été exemptée de quota) et du Kazakhstan, qui n’est pas membre de l’OPEP, mais qui a signé l’accord de réduction de la production et qui ne le respecte pas. Ce dernier profite pleinement de la faiblesse du Venezuela, mais aussi du Mexique, qui a vu sa production chuter de 0,2 Mbpj après la vague d’ouragans dans le golfe du Mexique.

Comment expliquer les difficultés de production actuelles du Venezuela ? Ces capacités de production pourraient-elles retrouver leur plein potentiel dans un horizon de moyen terme ?

La production vénézuélienne est en chute libre depuis 2014 : elle vient de passer sous les 2 Mbpj, son plus bas niveau depuis 1991. Cette situation est due d’une part à l’obsolescence de l’appareil de production qui pâtit d’un fort déficit d’investissement, et d’autre part d’un manque total de confiance du secteur financier envers ce pays devenu insolvable. Il s’agit là d’une conséquence directe de la politique d’Hugo Chavez, qui n’a eu comme seule politique que de vidanger les compagnies pétrolières pour financer sa politique sociale et d’exproprier les compagnies pétrolières privées. On voit le résultat, pourtant déjà bien connu en Union soviétique et ailleurs. Pour l’avenir, l’horizon est bien sombre. Les compagnies de services pétroliers (Schlumberger, Halliburton…) réduisent leurs activités dans ce pays. La production devrait encore chuter de 0,3 Mbpj en 2018. Le Venezuela a perdu toute attractivité auprès des investisseurs et il va se passer des années, si ce n’est pas des décennies, avant qu’il s’en remette. De surcroît, le pétrole vénézuélien est de piètre qualité et assez onéreux à exploiter, ce qui le rend d’autant moins attractif. Aujourd’hui, l’offre est abondante dans le monde et il y a peu de chance que ce pays attire les regards. Les Vénézuéliens vont devoir apprendre à se passer de pétrole. Il faudrait surtout qu’ils retrouvent un gouvernement crédible. 

Quels sont les pays producteurs ayant le plus à gagner d’une configuration qui n’exclut pas un surplus de sanctions de la part des États-Unis à l’égard de Caracas ?

Pour le moment, les sanctions américaines restent financières et ne touchent pas les exportations de pétrole. Leurs effets sont assez limités. Mais les pays qui peuvent tirer profit de cette situation sont, sans surprise, ceux qui sont les plus dépendants à la rente pétrolière : le Kazakhstan, on l’a vu, le Nigéria, la Lybie ou l’Irak entrent dans cette catégorie. Encore faudra-t-il que la demande reparte à la hausse, ce qui n’est pas le cas actuellement, et que la production américaine ne s’envole pas de nouveau. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 11/12/2017 - 22:45
Ça fait cent ans que ça dure!...
et chaque fois, la gauche nous refait du progressisme très régressif, sous un nouveau nom d’emprunt, les autres ayant été cramés dans les sanglants échecs précédents..et, à chaque fois, les petits poissons mordent à l’hamecon gauchiste...le Venezuela sera sanglant, lui aussi!
Atlante13
- 11/12/2017 - 12:01
Le Venezuela?
Tout comme les français, ce pays a succombé aux sirènes de la gauche, et Chavez a été élu démocratiquement, comme Mitterrand et comme Hollande. On sait ce qu'est la gauche, on a vu ce qu'était réellement l'URSS, mais les français comme les vénézuéliens ont quand même voté à gauche. Alors qu'ils assument, alors assumons.