En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 12 min 50 sec
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 56 min 55 sec
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 1 heure 26 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 1 heure 59 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 2 heures 26 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 3 heures 22 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 19 heures 39 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 23 heures 29 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 17 min 54 sec
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 2 heures 53 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 19 heures 12 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 21 heures 42 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 23 heures 45 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Or noir

Pétrole : crise au Vénézuéla, aubaine chez les autres pays de l’OPEP

Publié le 11 décembre 2017
Alors que l'OPEP peine à faire respecter les quotas de production de pétrole par ses propres membres et particulièrement par la Russie, il se trouve que les excédents des uns sont compensés par la crise de production qui touche le Venezuela.
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'OPEP peine à faire respecter les quotas de production de pétrole par ses propres membres et particulièrement par la Russie, il se trouve que les excédents des uns sont compensés par la crise de production qui touche le Venezuela.

Atlantico :  Alors que l’OPEP tente tant bien que mal à faire respecter par ses membres et par la Russie un choix collectif de contrôle de la production, il apparaît que les problèmes de production vénézuéliens permettent de compenser les excès de certains. En quoi les risques de défaut actuels de la part de Caracas pourraient être une « bonne nouvelle » pour les pays producteurs ?

Stephan Silvestre : À l’issu de sa réunion du 30 novembre, l’OPEP a décidé de reconduire jusqu’à la fin 2018 l’accord de limitation de production qu’elle a conclu avec une série de pays non membres, Russie en tête. Cet accord prévoit une réduction de 1,2  millions de barils par jour (Mbpj) pour l’OPEP et 1,8 Mbpj pour les autres. Mais actuellement, la production de l’OPEP est assez basse, à 32,5 Mbpj, à son plus bas niveau depuis mai dernier. Plusieurs pays, comme l’Angola, l’Irak, l’Algérie ou le Nigeria, ont des difficultés de production et n’atteignent même pas leurs quotas OPEP. Très peu de pays parviennent à augmenter leur production. C’est le cas de la Lybie (qui a été exemptée de quota) et du Kazakhstan, qui n’est pas membre de l’OPEP, mais qui a signé l’accord de réduction de la production et qui ne le respecte pas. Ce dernier profite pleinement de la faiblesse du Venezuela, mais aussi du Mexique, qui a vu sa production chuter de 0,2 Mbpj après la vague d’ouragans dans le golfe du Mexique.

Comment expliquer les difficultés de production actuelles du Venezuela ? Ces capacités de production pourraient-elles retrouver leur plein potentiel dans un horizon de moyen terme ?

La production vénézuélienne est en chute libre depuis 2014 : elle vient de passer sous les 2 Mbpj, son plus bas niveau depuis 1991. Cette situation est due d’une part à l’obsolescence de l’appareil de production qui pâtit d’un fort déficit d’investissement, et d’autre part d’un manque total de confiance du secteur financier envers ce pays devenu insolvable. Il s’agit là d’une conséquence directe de la politique d’Hugo Chavez, qui n’a eu comme seule politique que de vidanger les compagnies pétrolières pour financer sa politique sociale et d’exproprier les compagnies pétrolières privées. On voit le résultat, pourtant déjà bien connu en Union soviétique et ailleurs. Pour l’avenir, l’horizon est bien sombre. Les compagnies de services pétroliers (Schlumberger, Halliburton…) réduisent leurs activités dans ce pays. La production devrait encore chuter de 0,3 Mbpj en 2018. Le Venezuela a perdu toute attractivité auprès des investisseurs et il va se passer des années, si ce n’est pas des décennies, avant qu’il s’en remette. De surcroît, le pétrole vénézuélien est de piètre qualité et assez onéreux à exploiter, ce qui le rend d’autant moins attractif. Aujourd’hui, l’offre est abondante dans le monde et il y a peu de chance que ce pays attire les regards. Les Vénézuéliens vont devoir apprendre à se passer de pétrole. Il faudrait surtout qu’ils retrouvent un gouvernement crédible. 

Quels sont les pays producteurs ayant le plus à gagner d’une configuration qui n’exclut pas un surplus de sanctions de la part des États-Unis à l’égard de Caracas ?

Pour le moment, les sanctions américaines restent financières et ne touchent pas les exportations de pétrole. Leurs effets sont assez limités. Mais les pays qui peuvent tirer profit de cette situation sont, sans surprise, ceux qui sont les plus dépendants à la rente pétrolière : le Kazakhstan, on l’a vu, le Nigéria, la Lybie ou l’Irak entrent dans cette catégorie. Encore faudra-t-il que la demande reparte à la hausse, ce qui n’est pas le cas actuellement, et que la production américaine ne s’envole pas de nouveau. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 11/12/2017 - 22:45
Ça fait cent ans que ça dure!...
et chaque fois, la gauche nous refait du progressisme très régressif, sous un nouveau nom d’emprunt, les autres ayant été cramés dans les sanglants échecs précédents..et, à chaque fois, les petits poissons mordent à l’hamecon gauchiste...le Venezuela sera sanglant, lui aussi!
Atlante13
- 11/12/2017 - 12:01
Le Venezuela?
Tout comme les français, ce pays a succombé aux sirènes de la gauche, et Chavez a été élu démocratiquement, comme Mitterrand et comme Hollande. On sait ce qu'est la gauche, on a vu ce qu'était réellement l'URSS, mais les français comme les vénézuéliens ont quand même voté à gauche. Alors qu'ils assument, alors assumons.