En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 54 min 24 sec
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 3 heures 6 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 4 heures 11 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 5 heures 12 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 5 heures 52 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 7 heures 44 min
décryptage > France
Voeux dangereux

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Paradoxe : alors que Bruxelles est incapable d’empêcher un désastre économique, les médecins et chercheurs réussissent à coopérer comme jamais pour limiter un désastre humain

il y a 9 heures 22 min
pépite vidéo > Santé
Scandale
Une infirmière montre l'état catastrophique des nouvelles blouses reçues par son hôpital
il y a 1 jour 23 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 1 heure 31 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 3 heures 40 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 4 heures 36 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 7 heures 3 min
décryptage > International
Exemple taïwanais

Taïwan : les leçons médicales et politiques d’une stratégie réussie face au Coronavirus

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Politique
Impact de la crise sanitaire

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

il y a 9 heures 14 sec
décryptage > Santé
Abandon

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

il y a 9 heures 37 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel
il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Mauvaise gestion

Mais pourquoi est-il si difficile de faire admettre l’idée d’un audiovisuel public centré sur ses VRAIES missions d’intérêt général ?

Publié le 06 décembre 2017
Emmanuel Macron a qualifié l'audiovisuel public comme "la honte de la République" mettant ainsi un sacré coup de pied dans une fourmilière longtemps épargnée. Mauvaise gestion, salaires astronomiques, gaspillage... Le chantier pour réformer va être d'une certaine ampleur.
Olivier Babeau est essayiste et professeur à l’université de Bordeaux. Il s'intéresse aux dynamiques concurrentielles liées au numérique. Parmi ses publications:   Le management expliqué par l'art (2013, Ellipses), et La nouvelle ferme des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Babeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Babeau est essayiste et professeur à l’université de Bordeaux. Il s'intéresse aux dynamiques concurrentielles liées au numérique. Parmi ses publications:   Le management expliqué par l'art (2013, Ellipses), et La nouvelle ferme des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a qualifié l'audiovisuel public comme "la honte de la République" mettant ainsi un sacré coup de pied dans une fourmilière longtemps épargnée. Mauvaise gestion, salaires astronomiques, gaspillage... Le chantier pour réformer va être d'une certaine ampleur.

Atlantico : ​Selon "L'Express", ​Emmanuel Macron ​aurait ​déclaré que l'audiovisuel public est "la honte de la République", devant les députés de la commission des Affaires culturelles de l'Assemblée nationale. Au delà de la polémique suscitée ici, comment percevoir les attaques régulières à l'égard du gouvernement concernant une volonté de "démanteler l'audiovisuel public" ?

Olivier Babeau : Les paroles du président Macron sont fortes et tranchent avec la grande pusillanimité avec laquelle cette question avait été jusque-là traitée. Il faut dire que les responsables politiques ont traditionnellement peur des médias en général et des médias publics en particulier, c’est pourquoi une sorte de pacte de non-agression prévalait. Apparemment, la hache de guerre est déterrée, et il n’est pas concevable qu’une déclaration telle que celle d’Emmanuel Macron ne soit pas suivi rapidement d’un plan de réforme approfondie.

Il n’y a pas à vrai dire que le gouvernement à formuler de lourdes critiques à l’encontre de l’audiovisuel public. De nombreux études et rapports ainsi que de nombreux commentaires de spécialistes et acteurs de l’audiovisuel s’accordent depuis longtemps pour en stigmatiser les insuffisances et les dérives. L’organisation fait apparaître les défauts typiques des administrations publiques trop peu soumises à des contraintes d’optimisation : personnel pléthorique (par comparaison avec les médias privés), nombreux doublons, relations parfois troubles avec les fournisseurs et gaspillages de ressource en tous genres. Mais ce qui est à mon sens plus ennuyeux encore : une certaine absence de vision cohérente de ce que doit être l’audiovisuel public.

Comment définir ce qui doit et ce qui ne doit pas relever de l'audiovisuel public ? 

Le contexte des médias et de la consommation d’images n’est évidemment plus le même qu’il y a vingt ou même dix ans. Les médias autrefois en nombre limité sont en train de se fondre dans internet, ce qui lève le vieux malthusianisme des fréquences pour multiplier potentiellement à l’infini les éditeurs de contenus. Les images se regardent à présent sur smartphone ou tablette autant que sur téléviseur, et la consommation à la demande gagne sur celle, traditionnelle, « en linéaire ». Dans ce contexte, plus que jamais, l’audiovisuel public doit être une offre fortement différenciée qui vient apporter ce qui manque dans l’offre privée. Le mécontentement grandissant de nombreux Français face à la redevance audiovisuelle s’explique sans doute par le manque de plus en plus criant de spécificité de l’offre publique, réduite trop souvent, malgré des exceptions notables, à n’être qu’une copie de l’offre privée.

Deux missions me paraissent essentielles : l’information, d’abord, qui permet de faire entendre une voix entièrement indépendante des intérêts privés. Ensuite la culture, qui ne trouve pas facilement d’équilibre économique. Pour le dire concrètement, c’est une offre du type de celle de France 5, d’Arte ou de France Culture qui doit devenir l’axe privilégié de l’audiovisuel public. Ce qui implique, cela est utile de le préciser, que l’audience ne peut pas rester un critère central d’évaluation du succès de l’offre publique… Cette nouvelle façon de penser la mission de l’audiovisuel public, il faut aussi le noter, ne ferme pas la porte à l’idée que ce sont avant tout les programmes et non pas nécessairement les chaînes elles-mêmes qui peuvent être subventionnées pour leur qualité. C’est le cas au Québec par exemple. On peut parfaitement avoir des programmes produits par des aides et diffusés sur des chaînes privées.

Sur cette base, quelles seraient les actions à mettre en place pour en arriver à un résultat cohérent avec la mission de service public ? 

D’abord, il faut absolument éviter de prendre le problème par son seul aspect organisationnel et budgétaire. C’est avant tout la raison d’être d’un audiovisuel public qui doit être reposée courageusement, en acceptant que tout un pan de l’offre disparaisse pour que puisse être renforcée la proposition de valeur spécifique du public en matière de contenus. Ensuite viendra la question cruciale de la méthode. Il faut se garder de décisions brutales et comprendre qu’un changement de cette ampleur ne peut pas être décrété. Il faudra beaucoup de patience, de doigté et de dialogue pour faire évoluer ces très lourdes maisons. Avec l’Observatoire de la Transformation Audiovisuelle que j’ai cofondé avec Bernard Chaussegros, nous avons par exemple engagé des réflexions sur les modèles d’évolution et les modalités concrètes de transformation. Chacun est conscient que les choses ne peuvent plus rester en l’état. Mais tous les acteurs doivent être associés et entendus.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Djib
- 07/12/2017 - 16:47
@Austral
En fait on devrait avoir pas plus de quatre chaines publiques: une généraliste, Arte (pour ne pas casser ce qui a été fait avec les Allemands), une chaine régionale et une chaine internationale.
Djib
- 07/12/2017 - 08:26
11 chaines publiques!
France 2
France 3
France 4
France 5
Arte
France info
TV5 monde
France 24
France 0
LCP
Public sénat

Dans quel autre pays on voit ça?
AUSTRAL98
- 07/12/2017 - 01:06
Une chaîne d'état
Une seule chaîne devrait perdurer et être officiellement la voie de communication de l'état, il n'y aurait pas d'ambiguïté.
Cela dit il n'y en a pas non plus aujourd'hui car toutes les chaînes et stations du service public sont des organes de propagande gauchistes.
La liberté d'expression y est absente.