En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 10 heures 41 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 12 heures 55 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 15 heures 14 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 15 heures 34 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 4 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 10 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 14 heures 58 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 15 heures 25 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 15 heures 40 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 15 heures 56 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 16 heures 11 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 6 heures
© SAUL LOEB / AFP
© SAUL LOEB / AFP
Lessiveuse

Donald Trump entre victoires éclatantes et sévères revers politiques

Publié le 06 décembre 2017
Alors que le cycle électoral est en marche aux Etats-Unis, le président américain a enregistré plusieurs victoires et défaites au cours des derniers jours.
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le cycle électoral est en marche aux Etats-Unis, le président américain a enregistré plusieurs victoires et défaites au cours des derniers jours.

Atlantico : Adoption de sa réforme fiscale dans la nuit du vendredi 30 novembre, validation par la Cour suprême de son décret anti-immigration, mais également inculpation de Michael Flynn qui a choisi de plaider coupable dans le cadre de l'affaire russe : les derniers jours ont été constellés de bonnes et de mauvaises nouvelles pour Donald Trump. Derrière ces nombreuses informations, comment faire la part des choses sur la situation actuelle du président des Etats-Unis ? Entre les bonnes et les mauvaises nouvelles, quelles sont celles qui sont susceptibles de s'imposer au cours des prochaines semaines ? 

Jean-Eric Branaa : Ce n’est ni la première, ni la dernière fois que les nouvelles tombent « par grappe » en provenance des Etats-Unis. On en a maintenant l’habitude et il n’a échappé à personne que le pays est en suractivité depuis le 20 janvier,même si une critique récurrente était que Donald Trump n’arrive pas à faire passer le moindre texte d’importance au Congrès, en dépit de toute cette activité. Cette critique est donc caduque depuis le weekend dernier avec, effectivement, cette réforme de la fiscalité qui était très attendue.

C’est bien évidemment cette nouvelle qui va s’imposer au cours des prochaines semaines, et bien au-delà d’ailleurs : et Donald Trump a bien des raisons de s’en réjouir :

Sur le plan technique, il a réussi une prouesse en imposant cette réforme qu’il avait été le seul à porter et avec des niveaux de baisse très proches de ceux qu’il a défendu pendant la campagne.

Sur le plan politique, c’est une nouvelle preuve qu’il a dompté le parti de Lincoln, en réussissant ce tour de force de mettre tout le monde d’accord (avec la notable exception d’un membre, Bob Corker), avec une réforme qui aurait dû en rebuter plus d’un.

Sur le plan tactique, il a formidablement bien mené sa barque, faisant accorder à plusieurs membres des aménagements de dernière minute, sans assurance d’ailleurs que lesdits aménagements seront conservés lors de la négociation finale en commission mixte paritaire (dont les travaux commencent aujourd’hui).

Et au niveau du résultat, il peut désormais proclamer qu’il a conduit la plus grande réforme fiscale depuis Ronald Reagan et il ne dit rien de faux en affirmant cela.

Si ces nouvelles sont assombries par l’affaire Flynn, ce n’est pourtant qu’un mauvais moment à passer : la réforme a été votée et Donald Trump savourera sa joie lorsqu’on fêtera sa première année au pouvoir : il faudra alors le créditer de ce résultat, et il le sait bien.

En attendant, il continue aussi à se gargariser avec les très bons résultats obtenus par l’économie américaine et insiste désormais sur ses effets sur le 401-K. Là-encore il aurait tort de s’en priver. Le plan en question est un plan de retraite –le plus populaire dans son pays–queles salariés se constituent avec une cotisation définie, mais qui est indexé sur les marchés boursiers. On comprend vite que les retraités sont actuellement très heureux puisqu’avec les résultats enregistrés à Wall Street, leur pension est en hausse.

C’est pourquoi le président des Etats-Unis ne se laisse pas distraire par les mauvaises nouvelles qui sont pourtant très nombreuses autour de lui : il poursuit donc la mise en place de son programme, favorisant les acteurs économiques, les entreprises et en particuliers celles de l’énergie. La réduction drastiquedu périmètre des terres fédérales protégées, qu’il a annoncé dès lundi, en est un exemple : peu importe que cela soit impopulaire ou que cela heurte des populations, comme les Indiens : c’est bon pour l’économie et pour l’emploi et donc, suivant son axiome désormais connu, c’est bon pour les Etats-Unis.

Alors que le cycle électoral est en marche aux Etats-Unis, notamment au travers de l'élection en Alabama et du candidat Roy Moore soutenu par Donald Trump et Steve Bannon, que peut-on attendre des résultats du "mid-term" 2018 ? Avec quelles conséquences pour Donald Trump ?

Le scrutin des Mid-terms est traditionnellement plus favorable aux opposants, quels que soient les résultats qu’obtient le locataire de la Maison-Blanche. Il ne devrait pas en être autrement cette fois-ci. Pourtant, le président a tout de même un peu de chance cette année car le nombre de sortants au Sénat (le sénat sera renouvelé d’un tiers seulement) sera plus élevé chez les démocrates que chez les républicains. Double-chance, en réalité, car les sortants démocrates sont surtout issus d’Etat où Donald Trump a réalisé de beaux scores, dans le Centre ou le Sud du pays. On peut donc s’attendre à ce que plusieurs de ces sièges basculent dans son camp et que sa majorité soit au final élargie de quelques sénateurs supplémentaires.

C’est donc sur les campagnes pour le renouvellement des députés que le Parti démocrate va plus particulièrement porter son effort, ses moyens et ses forces. On ne doit certainement pas s’attendre à un tsunami, car le Parti démocrate n’est pas dans un état très reluisant en ce moment, mais il gagnera très certainement la Chambre des représentants. Il gagnera d’ailleurs aussi très certainement beaucoup de nouveaux postes de gouverneurs parmi tous ceux qui seront soumis à réélection, soit 34 d’entre eux.

Cela va donc donner une opposition plus forte et plus structurée qui tachera de compliquer l’action du président sous un angle plus politique, ce dont elle est bien incapable aujourd’hui.

Toutefois, un danger guette: plusieurs membres du Parti démocrate, un peu plus exaltés ou emportés par cette vague d’opposition systématique qui est la marque de leur action actuelle, pourraient alors vouloir profiter de leur nouvel avantage pour engager un Impeachment. Ils en auront la possibilité, et même celle de le conduire au bout, puisqu’ils auront très certainement la majorité de sièges de la Chambre. Mais ce serait un coup d’épée dans l’eau s’ils n’ont pas remporté le Sénat, ou, dansl’hypothèse ou il y arriveraient là aussi, si leur victoire n’était pas couronnée d’un succès phénoménal : car sans l’avance de 12 sénateurs qui est nécessaire pour voter une destitution, une procédure contre le président ne mènera nulle part et il n’est pas certain que les électeurs américains pardonneront à leurs élus de se distraire ainsi du rôle pour lequel ils sont élus et qui est avant tout d’améliorer leur sort.

Après cette première année au pouvoir, quelles sont les urgences pour Donald Trump ? Quelles sont les réformes qu'il faut s'attendre à voir être mises en œuvre au cours des prochains mois pour que Donald Trump puisse asseoir une popularité actuellement proche de 40% ?

On attendait très logiquement le lancement du grand plan en faveur des infrastructures, une autre annonce phare de la campagne de Donald Trump : il a largement promis que ce vaste chantier dans lequel il devait engager 1000 milliards de dollars serait la clé de voute de la relance de l’économie américaine.

Mais, alors qu’il a réussi à faire adopter la réforme fiscale, le président semble repousser ce plan à plus tard, au grand dam de la bourse qui compte beaucoup dessus, mais en cédant ainsi à la pression d’un grand nombre d’élus républicains qui souhaiteraient ne pas engager autant d’argent public, autrement dit des impôts payés par leurs électeurs à qui ils ne cessent de répéter qu’ils vont tout faire pour limiter les dépenses.

Mais, en réalité, il y a une autre raison tout aussi importante qui fait changer Donald Trump de sa route : les sénateurs ont ajouté une clause à la réforme fiscale par laquelle ils mettent techniquement fin à l’Obamacare en supprimant le mandat individuel, c’est-à-dire l’obligation de s’assurer. Donald Trump voudrait bien que l’on revienne maintenant sur cette réforme et qu’on aille plus loin qu’une mort technique : en faisant voter un nouveau texte il effacera l’échec cuisant qu’il a subit fin juillet sur cette question et consolidera sa réputation d’un homme qui ne lâche pas et va au bout des choses.

La troisième question qui dominera le début de l’année sera la question migratoire : Donald Trump a certes emporté une bataille précieuse grâce au soutien que lui a apporté la Cour suprême en reconnaissant son bon droit à émettre des décrets limitant l’immigration en provenance de certains pays, il a mal digéré le verdict dans le procès de l’immigrant clandestin qui était accusé d’avoir assassiné Katie Steinle, une affaire qui a dominé l’actualité américaine pendant toute la campagne. La société américaine, très sensible sur cette question va donc encore s’enflammer lorsque le projet de la réforme des conditions d’immigration aux Etats-Unis va être discuté (loi RAISE) ou lorsqu’il sera question de régler le sort des jeunes migrants illégaux, les Dreamers, actuellement protégés par le décret DACA signé par Barack Obama.

Enfin, s’agissant de la popularité de Donald Trump, c’est là une discussion qui est toujours sans fondement : les deux cotes sont rigoureusement stables sur toute la période de sa présence depuis le mois d’avril. Rien ne semble devoir changer cela dans une Amérique tellement polarisée que plus personne ne semble oser changer d’avis.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 07/12/2017 - 14:22
La Gauche est amnésique par nature
et ne retiendra que les revers.
kelenborn
- 06/12/2017 - 19:48
oui
ils ne sont jamais écrits par les auteurs des articles et reste partie prenante de la ligne éditoriale du journal
oui, c'est bien ce que l'on avait remarqué et signalé mais...en pure perte!
Liberte5
- 06/12/2017 - 14:59
D. Trump le seul Président ayant une carrure pour mener une
grande et ambitieuse politique. Malgré tous les détracteurs, tous les obstacles que ses adversaires dressent sur son chemin, il avance. La révolution D. Trump est en marche. Sur les questions internationales il bouscule aussi. Obama va enfin passer pour un médiocre, un nuisible.!